le portail Arts plastiques

Accéder au portail Arts plastiques

Navigation

CAPES externe d'arts plastiques 2011. Conseils aux candidats

La session 2011 du CAPES externe d’arts plastiques fera l’objet de modifications sensibles pour les épreuves de l’admissibilité et importantes pour celles de l’admission.

L’épreuve écrite.

Conformément aux textes réglementant le concours, l’épreuve écrite se présente sous la forme d’un dossier composé d’un sujet à consignes précises et un dossier documentaire, iconographique et textuel de quatre à cinq pages. Le sujet questionne et les documents, en appui, apportent une assise visuelle au propos. Cette épreuve a pour but de mesurer chez le candidat ses capacités à comprendre une problématique plastique, à s’en saisir, à développer une réflexion et cela grâce aux connaissances qu’il a acquises dans divers domaines d’investigation relatifs aux pratiques artistiques et plastiques en particulier. Il fait ainsi état d’une culture élargie mais aussi spécifique à la discipline qu’il aura à enseigner.

Pour ce faire il importe que le candidat sache choisir, parmi les documents proposés, celui qui servira le mieux son propos. C’est l’analyse plastique obligatoire d’un des documents iconographiques qui lui permettra de construire et organiser sa réflexion. Il s’agit de faire preuve de bon sens et non de satisfaire une forme obligée en deux temps sans lien avec cette question. Les autres documents, pris en totalité ou en partie, permettront d’étayer la réponse. Il peut aussi être fait appel à d’autres références jugées appropriées à la démonstration. La forme rédactionnelle est dissertée. Le niveau de maîtrise de la langue écrite sera pris en considération pour l’évaluation. Seront également pris en compte le niveau de connaissance ayant permis d’identifier l’enjeu de la question, l’articulation entre l’analyse plastique du document et les éclairages historiques esthétique et autres. Une réponse claire et concise suppose l’organisation d’un raisonnement organisé selon un plan précis et opérant, permettant de développer ses arguments avec rigueur et cohérence. (Le candidat doit faire preuve d’autant d’intelligence et de méthode que d’érudition). Les sujets proposés n’ont pas pour objet de sonder la seule érudition des candidats mais bien de leur permettre la mise à jour des aptitudes équilibrées entre connaissances plastiques, spécifiques à une discipline artistique, et une culture constituée d’apports théoriques divers.

 

L’épreuve pratique d’admissibilité.

Peu de changement sur la forme proprement dite comparativement aux épreuves des précédentes sessions puisqu’il s’agira de toujours réaliser une production plastique bidimensionnelle à l’intérieur d’un format « Grand Aigle ». Matériellement le candidat aura à sa disposition un dossier composé d’un sujet et d’images. Il s’agit bien de traiter un sujet inspiré d’une problématique issue des programmes du collège ou du lycée.

Modifications d’importance. Les consignes d’ordre technique sont contenues dans le sujet et celles-ci peuvent être restrictives. A titre d’exemple l’usage de telle ou telle technique peut être aussi bien limitée que mise en exergue. L’usage des techniques numériques peut être réduit, voire non autorisé par le sujet. Nous partons du principe qu’un futur professeur d’arts plastiques doit posséder et maîtriser les formes les plus usuelles des techniques permettant toutes les formes de productions plastiques et graphiques afin de pouvoir les enseigner telles qu’elles sont décrites dans le corps des programmes du collège et du lycée. Cette épreuve est spécifiquement faite pour en juger.

C’est pourquoi le candidat devra posséder les techniques du dessin tant dans leur aspect contemporain que traditionnel, connaître et maîtriser divers modes de représentation spatiale (perspective conique, parallèle), savoir organiser et composer plastiquement en s’attachant tout autant à la forme qu’aux données chromatiques et matérielles, le tout au service du sens produit. Le candidat doit être prêt à toute forme de sollicitations techniques et s’équiper en conséquence. Comment enseigner une discipline artistique lorsqu’on en ignore la quasi totalité des pratiques d’expression.

Une production plastique étant par définition polysémique et afin de préserver le candidat de toute erreur d’interprétation du jury, il lui est demandé une courte note d’intention (environ vingt lignes) écrites au verso de sa production plastique. Cette note a pour seule vocation d’indiquer succinctement le, ou les partis pris du candidat. Elle n’est pas le lieu de longues explications ni celui d’un plaidoyer. Une production plastique de qualité se suffit à elle-même. De plus cette note d’intention n’est ni évaluée ni soumise à correction.