Réunion des interlocuteurs académiques de documentation, Paris, les 25 et 26 janvier 2010

Réunion des interlocuteurs académiques de documentation, Paris, les 25 et 26 janvier 2010

Comptes rendus des ateliers

ENT et portail documentaire

Quelles ressources et quels services proposer aux élèves et/ou aux enseignants, quels liens avec les autres espaces de l'ENT ?

Deux ateliers se sont déroulés autour de cette thématique :

  • L'un des ateliers a été animé par Didier Mouren, académie de Nice. La synthèse a été rédigée par Nathalie Petit, académie de Montpellier.

Un véritable souci de cohérence entre les portails documentaires réalisés par les documentalistes et le développement des ENT anime  les documentalistes. L'émergence de nombreuses questions  autour du choix des ressources, de leur validation, de leurs usages,  conduit  les membres de l'atelier à proposer de développer le travail en équipe d'une part avec les interlocuteurs académiques des autres disciplines, et,  d'autre part,  dans les établissements  au sein du conseil Tice.

Voir la synthèse, , 62 ko

 

  • L'autre atelier a été animé par  Valentine Favel Kapoian, académie de Lyon. La synthèse a été rédigée par Christophe Barbot, académie de Créteil.

A partir de la définition  de l''ENT,  les participants  ont essayé de réfléchir à la conception d'un cahier des charges pour la mise à disposition des ressources. Ils ont évoqué également la nécessité de la prise en compte du rôle du documentaliste au sein de l'ENT.
Ils concluent que la documentation,  avec le développement des ENT, doit basculer d’une conception centralisée des ressources documentaires à un rayonnement, une mise à disposition multiple de celles-ci. L’utilisateur ne doit pas aller chercher les ressources, mais elles doivent être personnalisées, lui être proposées à tout moment de sa navigation dans l’ENT et autant que possible être adaptées au contexte de travail (projet transversal, discipline, classe, élève, professeur). Pour cela, le documentaliste doit affirmer son expertise dans le domaine de l’information, être reconnu comme tel par la communauté éducative et l’institution et disposer techniquement d’un profil de "super-prof" en termes de droits d’accès aux services numériques, de modifications des ressources et de diffusion de l’information.

Voir la synthèse, , 31 ko.