Atelier B2i

Problématique de départ : De quoi ont besoin les enseignants documentalistes pour se lancer dans le B2i ? Quelle aide leur apporter 

Résumé de l'état des lieux  des situations dans les académies des interlocuteurs présents

Une impulsion académique, après la publication de la circulaire du 22 septembre 2005 et l'annonce d'évaluation nationale dès 2007, est constatée dans quasiment toutes les académies. Elle s'accompagne de la désignation d'un IA-IPR en charge d'un groupe de travail proposant des outils, des formations déclinées à l'échelle académique, d'un bassin et/ou d'EPLE.
Généralisation des outils de validation, et de GIBII plus particulièrement, hébergés sur les serveurs académiques ou en EPLE.
Ces derniers sont considérés comme des éléments facilitateurs de la mise en place effective de séquences pédagogiques amenant à la validation des compétences, notamment avec le positionnement des enseignants sur l'évaluation de certaines d'entre elles par classe ou niveau, et avec le suivi possible par cycle.
Faible implication des documentalistes du fait des problèmes d'équipement, du peu de compétences informatiques, d'une proportion non négligeable de documentalistes et du peu de motivation constatée à s'investir dans ce dispositif.
Difficulté de la concertation et du travail d'équipe induite par la pluridisciplinarité. Difficulté de la généralisation de l'évaluation formative.

Objectifs envisagés de l'atelier 

  • Mutualisation des ressources disponibles sur les sites académiques
  •  Réflexion sur l'acquisition des connaissances et sur la validation des compétences
  • Réflexion sur les modes d'évaluation et l'intégration possible de la notation vie scolaire
  • Place du documentaliste

Ce dernier point a été commenté
- Prise en compte de la démarche de recherche documentaire et des possibilités de validation induite par le travail déjà effectué par les documentalistes (à l'instar du travail réalisé par l'académie de Créteil). 
- Dé-dramatisation des compétences à atteindre et vigilance à préserver la pluridisciplinarité. L'intérêt est de déterminer qui peut évaluer quoi et dans quel contexte.

Deux axes de formation ont été envisagés 

  • Une formation lourde autour des TICE en vue de l'obtention par nos collègues du C2i ou d'un B2i adulte (tel que mis en place dans l'académie de Clermont par exemple).
  • Des formations d'établissement explicitant le dispositif ( à partir des circulaires) et amorçant la réflexion et la constitution d'équipes d'enseignants, de définition des progressions, de partage des validations....