Annexe au projet de loi de finances pour 2018 sur la formation professionnelle

Le jaune budgétaire sur la formation professionnelle annexé au projet de loi de finances pour 2018 détaille le financement de la formation professionnelle continue et de l’apprentissage.

jaune budgétaire formation professionnelle

Synthèse du financement de l’apprentissage par l’État

Ce document indique qu’en cumulant la ressource régionale pour l’apprentissage et l’ensemble des aides de l’État à destination des apprentis et de leurs employeurs, le financement par l’État de l’apprentissage représente un total de financement de 4,2 milliards d’euros par an en moyenne sur 2016-2018.

À la fin de l’année 2016, il y avait en France entière près de 412 400 apprentis, contre 405 200 en 2015 (+1,8 %).

L’apprentissage dans le secteur privé

Dans le secteur marchand, 288 700 nouveaux contrats d’apprentissage ont été enregistrés en 2016. Le nombre d’entrées augmente de 1,2 % par rapport à 2015.

En 2015, la hausse du nombre de contrats concernait essentiellement les recrutements d’apprentis préparant un diplôme de niveau V dans les entreprises de moins de 10 salariés, en lien avec l’instauration de l’aide TPE jeunes apprentis. La tendance s’inverse l’année suivante  (-1,3 % en 2016 contre +4,0 % en 2015). En effet, en 2016, l’augmentation des entrées dans le secteur privé repose au contraire sur les embauches d’apprentis en formation de niveau bac+2 ou plus (+5,7 %) et les entreprises de 10 salariés et plus (+3,7 %).

De manière générale, la part des entrées pour préparer un diplôme de niveau IV et V diminue depuis 10 ans : 62 % des nouveaux apprentis du secteur privé préparent un CAP (niveau V) ou un baccalauréat professionnel (niveau IV) en 2016 contre 84 % en 2005.


Les entreprises de moins de 10 salariés restent cependant les principaux employeurs d’apprentis avec 55 % des nouveaux contrats.

L’apprentissage dans le secteur public

Dans le secteur public non industriel et commercial, les entrées en apprentissage ont fortement augmenté (+ 19,7 %) en 2016 pour s’établir à 13 400.

Les embauches ont surtout augmenté dans les services de l’État, les établissements publics locaux d'enseignement et les établissements publics administratifs de l’État sous l’impulsion des décisions prises lors de la conférence sociale de juillet 2015.
Les collectivités territoriales restent tout de même les premières utilisatrices de l’apprentissage dans le secteur public (39 %), même si leur part a baissé.

Le secteur public recrute plus souvent des jeunes filles (51 % contre 34 % dans le privé). Les apprentis recrutés dans le secteur public sont aussi plus âgés et plus qualifiés que dans le secteur privé :

  • 32 % des apprentis embauchés dans le secteur public ont plus de 22 ans contre 18 % des apprentis du secteur privé.
  • Seuls 14 % des nouveaux apprentis n’ont aucun diplôme ni titre professionnel (32 % dans le privé).
  • 31 % sont diplômés de l’enseignement supérieur (20 % dans le privé).

La hausse des recrutements concerne d’ailleurs principalement des apprentis majeurs préparant un diplôme du supérieur.