Economie - Ecogest@actu n° 88 - novembre 2010

 

  • Taux de chômage et qualifications
    Source : Observatoire des inégalités
    Le taux de chômage des non-diplômés est 2,7 fois supérieur à celui des diplômés du supérieur (bac +2 et plus), contre 2,2 au milieu des années 1980. L'écart de taux est passé de 3 à 8 points de pourcentage au cours de la période. Le diplôme est plus que jamais un atout pour accéder à l'emploi.
    Lien : http://www.inegalites.fr/spip.php?page=article&id_article=1245

 

  • Rapport de la Commission pour la libération de la croissance
    Source : La Documentation française
    Installée en août 2007, la Commission, présidée par Jacques Attali, avait pour objectif "d'examiner les conditions d'une libération de la croissance française". Ce rapport, qui fait suite au premier rapport rendu public en janvier 2008, propose une stratégie à dix ans en identifiant deux urgences : le redressement des finances publiques (le déficit public doit être rapidement ramené à 3 % du PIB et la dette publique doit être réduite en 2020 à un montant voisin de 60 % du PIB) et l'emploi (baisser le taux de chômage global à 4,5 % ; "débloquer" l'accès des jeunes à l'emploi ; réduire le dualisme du marché de l'emploi entre CDI et CDD). Elle définit également deux priorités à long terme : l'éducation et la gestion des grands secteurs de croissance (272 pages en pdf).
    Lien : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/104000541/index.shtml

 

  • Entreprises et "niches" fiscales et sociales
    Source : Conseil des prélèvements obligatoires
    Le Conseil des prélèvements obligatoires a analysé les "niches" fiscales et sociales applicables aux entreprises. L'objectif principal assigné à ce rapport est l'identification de pistes permettant de réduire les pertes de recettes représentées par ces dispositifs dérogatoires pour les finances publiques. Dans la première partie du rapport, le Conseil des prélèvements obligatoires présente le périmètre des dispositifs dérogatoires fiscaux et sociaux applicables aux entreprises. La deuxième partie est consacrée aux difficultés rencontrées pour maîtriser ces dispositifs. Enfin, leur impact sur les objectifs de politique publique poursuivis est analysé en troisième partie. (Rapport de synthèse en 28 pages au format pdf).
    Lien : http://www.ccomptes.fr/fr/CPO/Accueil.html

 

  • Pauvreté et niveaux de vie en 2008
    Source : Insee
    En 2008, selon l'enquête Revenus fiscaux et sociaux, le niveau de vie médian s'élève à 19 000 euros annuels en France métropolitaine, soit une progression en euros constants de 1,7 % en un an. Les 10 % des personnes les plus modestes ont un niveau de vie annuel inférieur à 10 520 euros tandis que pour les 10 % les plus aisées, ce niveau est d'au moins 35 550 euros, soit 3,4 fois plus. 13 % de la population des ménages vit en dessous du seuil de pauvreté en 2008. C'est un peu moins qu'en 2007 en raison notamment du report de la date d'actualisation des ressources des allocataires de la Cnaf de juillet à décembre. Le seuil de pauvreté, qui correspond à 60 % du niveau de vie médian de la population, s'établit à 950 euros par mois. Enfin, la pauvreté touche 30 % des familles monoparentales (640 Ko en pdf).
    Lien : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1311

 

  • 50 ans de mutations de l'emploi
    Source : Insee
    Au début des années 1960, la main-d'oeuvre est très majoritairement masculine, plutôt ouvrière et peu qualifiée. C'est le règne de la grande entreprise industrielle marquée par une organisation du travail de type fordiste ou taylorien, avec essentiellement des contrats de travail à durée indéterminée et à temps plein. Aujourd'hui, l'emploi apparaît plus "éclaté", qu'il s'agisse des statuts et des situations d'activité entre l'emploi et le chômage, des durées et rythmes de travail, des modes de rémunération ou des unités productives. Au cours de ces cinquante dernières années, l'emploi s'est féminisé, tertiarisé et urbanisé, il est devenu plus qualifié mais aussi moins jeune. Les contraintes associées au travail ont progressivement changé de nature avec la montée des flexibilités : moins de fatigue physique mais davantage de stress au travail (4 pages en pdf).
    Lien : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=ip1312

 

  • Les suites du rapport Stiglitz
    Source : Insee
    L'écart entre la mesure statistique des faits socio-économiques et la perception de ces mêmes faits par les citoyens est devenu depuis quelques années un sujet sensible. C'est en particulier le cas pour la mesure du progrès économique et social, avec une remise en cause de l'usage presque exclusif du Produit intérieur brut (PIB) comme indicateur global de ce progrès. Pour chacun des trois domaines définis par la Commission dans le rapport du 14 septembre 2009, ce dossier présente ses recommandations et les contributions de la statistique publique française, réalisées et à venir.
    Lien : http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/default.asp?page=dossiers_web/stiglitz/performance_eco.htm

 

  • La route vers la déflation ?
    Source : OFCE
    Depuis un an, l'économie mondiale s'est engagée sur la voie du redressement, après un choc récessif d'une ampleur sans précédant dans la période contemporaine. Pourtant le ver est dans le fruit. Les économies développées sont prises dans une trappe à liquidité. En engageant la consolidation budgétaire trop tôt, elles courent le risque d'entrer en déflation. La hausse des taux réels qui en résulterait aggraverait la récession (8 pages en pdf).
    Lien : http://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/lettres/324.pdf

 

  • Le déficit de la Sécurité sociale
    Source : Le Monde
    Le déficit du régime général de la Sécurité sociale atteindra 23,2 milliards d'euros en 2010, puis se creuserait à 28,6 milliards en 2011 si le gouvernement ne prenait pas de mesures. La Commission de comptes de la Sécurité sociale (CCSS) qui avait évalué en juin le déficit 2010 du régime général (salariés du privé) à 26,8 milliards d'euros, a finalement corrigé sa prévision à 23,2 milliards pour tenir compte d'une masse salariale qui a progressé plus vite que prévu, faisant rentrer plus de cotisations sociales dans les caisses. Le chiffre final du déficit du régime général (sécurité sociale des salariés du privé mais qui concerne aussi les fonctionnaires pour la branche maladie) n'est généralement connu que vers la fin du premier semestre de l'année suivante.
    Lien : http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/09/28/le-deficit-de-la-secu-resistes-aux-plans-d-economie_1416826_3234.html

 

  • Dette publique versus déficit budgétaire
    Source : L'Expansion
    En 2012, la dette publique de la France grimpera à plus de 87 % du PIB malgré un important effort de réduction du déficit budgétaire. Comment expliquer ce paradoxe ? Le montant de la dette publique de la France fin juin 2010 est de 1 591 milliards d'euros, soit près de 83 % du Produit intérieur brut (PIB). Ou encore 24.867 euros par Français. Et alors que le déficit public devrait progressivement se réduire au cours des trois prochaines années, passant de 7,7 % du PIB cette année à 3 % en 2013, la dette va continuer de se creuser, atteignant un pic à 87,4 % du PIB en 2012. Elle ne devrait commencer à refluer qu'à partir de 2013.
    Lien : http://www.lexpansion.com/economie/pourquoi-la-dette-s-envole-quand-le-deficit-baisse_239952.html