Economie - Ecogest@actu n°100 - décembre 2011

Stat-apprendre

Source : CNDP

Le CNDP ouvre un portail unique qui fédère les ressources pédagogiques de l’Insee et d’Éducnet dans l’exploitation de ressources statistiques en économie. Ce portail propose des liens vers les onze applications pédagogiques des ressources de l’Insee "Apprendre avec l’Insee" et celles du CNDP "Lire les comptes". Ce dernier lien propose l’exploitation de données axées sur les comptes de l’État et sur la formation par le système scolaire.

Lien : http://www.cndp.fr/stat-apprendre/
 

L’efficacité de la redistribution en 2010

Source : Insee

L’édition 2011 du portrait social de la France consacre un chapitre à la redistribution qui montre que le système fiscal et social français est légèrement moins redistributif aujourd'hui qu'il ne l'était en 1990. La multiplication de nouveaux dispositifs sociaux, comme la prime pour l'emploi ou le RSA, n'a pas permis de changer fondamentalement les données de la redistribution. Ainsi, en France, en 2010, le niveau de vie des 20 % des ménages les plus riches était 7,2 fois plus élevé que celui des 20 % les plus pauvres, avant toute redistribution. Le système fiscal et social réduit ce taux à 3,9. Mais, ces deux dispositifs sont moins redistributifs qu'ils ne l'étaient vingt ans auparavant. L'impôt sur le revenu est devenu nettement moins progressif : les ménages du dernier quintile (les 20 % les plus riches) acquittent un montant plus faible avec la législation 2010 qu'avec celle de 1990, la différence correspond à 5 % de leur niveau de vie (15 pages en pdf).

Lien : http://insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=FPORSOC11h_VE33Redis
 

L’accroissement des inégalités de patrimoine entre 2004 et 2010

Source : Insee

Début 2010, la moitié des ménages vivant en France déclarent posséder plus de 150 200 euros de patrimoine brut et concentrent 93 % des avoirs. Les 10 % les mieux dotés ont au moins 552 300 euros de patrimoine brut et détiennent près de la moitié de la masse totale de celui-ci. Enfin, les 1 % des ménages les plus riches en terme de patrimoine détiennent chacun plus de 1,9 million d’euros d’avoirs. À l’opposé, les 10 % de ménages les moins dotés détiennent chacun moins de 2 700 euros de patrimoine et collectivement moins de 0,1 % de la masse totale. Entre 2004 et 2010, les inégalités de patrimoine se sont accrues, le rapport entre le patrimoine moyen des 10 % de ménages les mieux dotés et celui des 50 % les moins dotés ayant augmenté de près de 10 % (4 pages en pdf).

Lien : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=ip1380
 

Réforme de l’État : quel bilan pour la LOLF ?

Source : Cour des comptes

La mise en œuvre de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) a été promulguée le 1er août 2001, avec l'objectif de définir un nouveau cadre budgétaire et comptable et de structurer la présentation des dépenses en regard des politiques publiques traduites en missions et programmes. La LOLF s’est appliquée pour la première fois au budget de l’État de l’année 2006. Le présent rapport public thématique constitue un premier bilan d’ensemble de la mise en œuvre de ce texte au regard de ses ambitions initiales et des événements qui ont marqué la gestion publique au cours des dix dernières années (231 pages en pdf).

Lien : http://www.ccomptes.fr/fr/CC/Theme-267.html
 

L'État actionnaire

Source : Agence des participations de l’État (APE)

Les années 2010-2011 ont été marquées par plusieurs opérations structurantes : l’augmentation du capital de La Poste de 2,7 Md€ sur trois ans, en lien avec la Caisse des dépôts et consignations, en vue de renforcer sa filiale La Banque postale, l’augmentation de capital d’Areva pour 900 M€, etc. Dans un contexte de marchés financiers baissiers, le portefeuille de participations cotées de l’État représente 69 Md€ de capitalisation boursière au 1er septembre 2011 (contre 88 Md€ au 1er septembre 2010). Ce montant représente 11 % de la capitalisation boursière du CAC 40 au 1er septembre 2011 (contre 7 % au 1er septembre 2010) (41 pages en pdf).

Lien : http://www.ape.minefi.gouv.fr/sections/rapports_sur_l_etat/rapport_de_l_etat_ac9656
 

L’émergence de la Chine : impact économique et implications de politique économique

Source : CAE

La Chine est aujourd’hui le premier fournisseur de l’Europe, et l'Europe, le deuxième fournisseur de la Chine. Si les partenariats avec la Chine sont donc largement établis, il n’en reste pas moins qu’elle renvoie à ses partenaires une image ambigüe. La Chine inquiète à cause de sa place prépondérante dans l’économie mondiale. Dans le même temps, la Chine est vue comme une source d’opportunités. Des opportunités qui nécessitent, pour être réalisées, des clefs d’entrée et une bonne compréhension de la stratégie chinoise. Ce rapport (Patrick Artus, Jacques Mistral et Valérie Plagnol) revient sur la place de la Chine dans l’économie mondiale et propose une analyse de la stratégie suivie par ce pays pour en tirer des implications de politique économique (314 pages en pdf).

Lien : http://www.cae.gouv.fr/spip.php?breve26
 

Investissement direct étranger et performances des entreprises

Source : La Documentation française

Pourquoi une entreprise fait-elle le choix de s'implanter à l'étranger ? Quelles sont les entreprises concernées ? Comment évoluent l'emploi, le chiffre d'affaires, la valeur ajoutée d’une entreprise française après qu'elle a fait le choix de s'implanter à l'étranger (investissement sortant) ? Quelles sont les cibles privilégiées par les investisseurs étrangers (investissement entrant) ? Ces cibles pâtissent-elles de l'absorption ou, au contraire, gagnent-elles la possibilité de mieux exploiter leurs avantages compétitifs ? Les réponses apportées par les auteurs du présent rapport montrent les bénéfices nets de l'internationalisation des entreprises concernées. Ils attirent toutefois l'attention sur le grand nombre d'effets en présence (effet de sélection, effet de substitution, effet de revenu...) et sur l'impact différencié de l'internationalisation selon le type d'entreprises. (232 pages en pdf).

Lien : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/104000163/index.shtml
 

L'imbroglio grec : la dette souveraine grecque prise au piège de la zone euro

Source : Les économistes atterrés

Un an après la mise en place du plan de la Troïka, et malgré les immenses efforts imposés au peuple grec pour assurer sa bonne exécution, la Grèce de nouveau est aux abois. Si son déficit public a baissé, la dette, quant à elle, a augmenté. Plus grave encore pour les concepteurs du plan, les primes de risque imposées par les marchés sont telles qu’il est exclu comme escompté que la Grèce puisse de nouveau emprunter sur les marchés en 2012, alors que des milliards de crédits contractés viennent à échéance en juillet et doivent être remboursés. Comment en est-on arrivé là ? (37 pages en pdf).

Lien : http://atterres.org/article/l%E2%80%99imbroglio-grec-la-dette-souveraine-grecque-prise-au-pi%C3%A8ge-de-la-zone-euro
 

La mondialisation est-elle coupable ?

Source : Alternatives économiques

Désindustrialisation, inégalités, crise écologique..., de quoi la mondialisation est-elle responsable et quelles réponses y apporter ? Les analyses de deux économistes aux opinions contrastées : entretiens avec Daniel Cohen, professeur d'économie à l'ENS et Jacques Sapir, directeur d'études à l'EHESS.

Lien : http://www.alternatives-economiques.fr/la-mondialisation-est-elle-coupable_fr_art_1094_54468.html
 

Mondialisation ou "asiatisation" ?

Source : Sciences humaines

Chine et Inde furent longtemps les pôles de l’économie mondiale. Après deux siècles d’éclipse, l’Asie regagne la première place sur l’échiquier des nations. Au cours des trois dernières décennies, les partisans et les critiques de la mondialisation la considéraient comme un synonyme d’américanisation. Les nouveaux champions de la mondialisation d’aujourd’hui sont les pays pauvres et en développement d’hier, spécialement ceux d’Asie – menés par la Chine et l'Inde. La montée de l’Asie en tant que nouveau "mondialisateur" n’est rien moins que spectaculaire et, pourtant, vue sous l’angle de l’histoire, n’a rien de si surprenant. Les deux pays les plus peuplés, qui ont dominé l’économie mondiale pendant plus d’un millénaire jusqu’au XVIIIème siè­cle, ne font que reprendre le terrain perdu après un bref passage à vide.

Lien : http://www.scienceshumaines.com/mondialisation-ou-asiatisation_fr_27873.html
 

La Russie entre dans la danse du commerce mondial

Source : Le Monde

Après dix-huit ans d'attente, la Russie est aux portes de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), l'institution qui réglemente le commerce mondial. En devenant membre de l'OMC, la Russie ouvre ipso facto son économie aux cent cinquante-trois autres pays membres, qui vont avoir accès à son marché et concurrencer les industries locales. Cette entrée est considérée comme le plus grand pas vers la libéralisation du commerce mondial depuis l'arrivée de la Chine à l'OMC, il y a dix ans, qui avait donné un coup d'accélérateur aux échanges internationaux.

Lien : http://www.lemonde.fr/international/article/2011/11/09/la-russie-entre-dans-la-danse-du-commerce-mondial_1601390_3210.html#xtor=RSS-3208
 

L’horloge de la dette publique

Source : The Economist

Ce site propose une carte interactive qui permet de mesurer, État par État, le niveau des déficits publics et leurs évolutions dans le temps.

Lien : http://www.economist.com/content/global_debt_clock

L’évolution des dettes publiques dans le monde

Source : Le Figaro

Une infographie interactive montre l’évolution des dettes publiques dans le monde, année après année, de 1991 à 2015 (estimations et prévisions de 2010 à 2015).

Lien : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/11/09/04016-20111109ARTFIG00613-la-carte-du-monde-des-dettes-d-etat.php