ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Réunion des interlocuteurs académiques à Marseille - 6 et 7 décembre 2005

Les TIC dans l'académie d'Aix-Marseille

Jean-Pierre Chevalier et Patrick Maumejan
 


Jean-Pierre Chevalier, CTICE du recteur de l'académie d'Aix-Marseille et IA-IPR d'Économie et gestion et son adjoint Patrick Maumejan ont présenté le dispositif de généralisation des TICE dans l'académie :- Une délégation académique aux TICE et Systèmes d'Information a été créée qui permet de fédérer les moyens pédagogiques et administratifs liés à l'exploitation informatique dans l'académie, et de mettre en place une infrastructure raisonnée adaptée aux différents besoins.

- Une structure réticulaire a été mise en place pour le soutien aux établissements via la mise en place de points ressources dits AC@R animés par des enseignants bénéficiant d'une décharge à mi-temps.

- Diverses actions sont menées en direction des établissements : séminaires sur la sécurité, accompagnement à la mise en œuvre du B2I… Concernant le B2i, tous les élèves de troisième devront être positionnés d'ici juin 2006 ; des activités permettant d'évaluer des capacités (plus largement qu'à travers les stricts items de la fiche de positionnement) sont proposées aux équipes enseignantes des collèges.

- Des dispositifs de travail collaboratif et de gestion de contenus permettent de prolonger les efforts menés sur le terrain.

- Un ENT (PROVENCE) est en test jusque fin 2007.  

L'interlocuteur TICE en Économie-gestion

Alain Séré - IGEN
 


Le réseau des interlocuteurs académiques TIC Économie-gestion doit permettre à notre discipline de se situer dans les mêmes perspectives d'animation que les autres disciplines.

Il s'agit de participer aux réflexions communes, de s'impliquer dans les initiatives et projets académiques, de partager les expériences et les pratiques. Au delà de ce réseau, chacun va pouvoir progresser dans l'animation TICE aux côtés des interlocuteurs des autres disciplines dans son académie.

Souvent l'interlocuteur est un acteur « multiple » au niveau académique, dans le domaine des TIC : animateur ou coordinateur dans son établissement, formateur académique, webmestre… Il est très important pour lui (pour elle) de bien distinguer ses différentes responsabilités, notamment dans ses interventions, et ainsi de prendre la mesure de sa mission d'interlocuteur.

La mission doit s'exercer aussi bien en direction des lycées d'enseignement général et technologique qu'en direction des lycées professionnels.

Dans notre discipline, les TIC ont un positionnement protéiforme :
- les TIC sont vecteur de changement et de développement pour les organisations ; elles contribuent à leur performance. Ces problématiques trouvent leur place dans nos enseignements ;
- les TIC offrent une dimension technologique aux systèmes d'information, nouveau cadre structurant dans les enseignements d'Économie-gestion ;
- par l'usage des TIC, les élèves développent des compétences technologiques et organisationnelles, ce peut être un puissant facteur de remotivation. Il ne faut par exemple pas négliger le recours à la validation du B2I en première année de BEP ;
- les TIC impactent l'organisation de la classe et les pratiques d'enseignement.

Les interlocuteurs auront, dans le réseau à travailler ensemble et avec les autres :
- à inscrire l'Économie-gestion dans la dynamique académique, notamment en ce qui concerne le déploiement et l'usage des ENT ;
- à valoriser les initiatives locales et à susciter, encourager l'expérimentation innovante ;
- à favoriser l'identification des bonnes pratiques, notamment à travers l'usage des ressources publiées ;
- à contribuer à faire vivre le « référentiel des solutions TICE ».

L'interlocuteur a le privilège de jouer un rôle d'interface : entre le CTICE et l'inspection (IA-IPR et IEN-ET), entre l'échelle académique et l'échelle nationale en appui sur les correspondants Économie-gestion auprès de la SDTICE. C'est une mission en soi, qui demande à chacun de s'inscrire dans une démarche structurée, qui peut être une démarche de projet comportant précisément des objectifs à définir, des moyens à mobiliser, des actions et des résultats à mesurer.
"Notre discipline a totalement besoin de vous pour réussir la généralisation des usages des TIC dans les pratiques d'enseignement. Ceci est un enjeu fort de nos rénovations.
Certains interlocuteurs présents rencontrent des difficultés d'installation et de reconnaissance dans l'institution, je vous remercie, à l'occasion du tour de table, de bien vouloir nous en informer."
 

Les actions menées par les interlocuteurs académiques

Une part significative de ces deux journées a été consacrée au partage des expériences. Ces échanges montrent une implication très forte des interlocuteurs dans la promotion des dispositifs TIC académiques et une étendue très large des domaines d'intervention.

Actions engagées au cours de l'année 2004-2005

Développement des ENT

Quand les ENT sont en phase expérimentale ou de généralisation, les interlocuteurs d'Économie-gestion sont très actifs : participation à des groupes de définition des besoins, développement d'usages.
 

Utilisation de plates-formes collaboratives

En attendant le déploiement des ENT, de nombreuses académies mettent en place des plates-formes de travail collaboratif, notamment pour apporter des réponses aux besoins liés aux récentes rénovations de programme (STG, BTS commerciaux). Des listes de diffusion disciplinaires académiques sont très courantes.
Là encore, les interlocuteurs TICE sont parties prenantes dans la mise en place des plates-formes collaboratives.
Ces outils posent la question des potentialités des TIC : les enseignants n'arrivent pas à projeter leur pratique sur les fonctionnalités de ces environnements ; la généralisation des TIC passe donc par la diffusion d'usages. Par ailleurs, les infrastructures déployées dans les établissements proposent des systèmes sécurisés, qui sont parfois un frein pour la mise en place des solutions d'ouverture et de connectivité nécessaires en Économie-gestion.
On note enfin que certaines académies mettent déjà à disposition des établissements des personnels spécialisés pour la maintenance des équipements ou l'assistance pédagogique.
 

Actions de formation et d'animation

De nombreux interlocuteurs ont également contribué à des actions de formations aux TIC, tant sur le plan des usages des ENT ou des plates-formes de travail collaboratif que sur celui de l'accompagnement de la rénovation STG (maîtrise des réseaux, des outils de communication et des bases de données).
Une collaboration entre professeurs de lycée professionnel et professeurs de lycée technologique a également été mise en place.
 

Accompagnement des actions nationales

Des enquêtes spontanées sur le référentiel des solutions TICE pour STG ont été menées et le projet SCHENE a mobilisé plusieurs interlocuteurs.
En soutien à la lettre TIC'Édu, les usages de la messagerie professionnelle ont été encouragés, notamment par la création de listes de diffusion académiques.

Le B2i est de plus en plus une préoccupation académique ; l'utilisation de systèmes de suivi de l'évaluation a été plusieurs fois citée.
 

Actions d'édition

Pour la moitié d'entre eux, les interlocuteurs académiques assument également les fonctions de webmestre.
 

Les axes d'amélioration des actions

Les interlocuteurs évoquent des difficultés à évaluer le périmètre de leur fonction, en même temps qu'ils mesurent les synergies générées par le fait d'assumer plusieurs responsabilités (webmestre, interlocuteur TICE, formateur, …).
Il semble important que le rôle d'interlocuteur TICE soit défini et reconnu au travers d'une lettre de mission et d'un compte rendu d'activité remis au CTICE.
Les disparités des moyens consacrés à l'exercice de cette responsabilité sont également soulignées. Sur ce plan, l'expérience montre que le fait d'initier des projets et celui de rendre compte de ses résultats constituent des éléments puissants de reconnaissance.

Les échanges avec les acteurs du lycée professionnels sont perçus comme insuffisants et liés au fait que les interlocuteurs académiques enseignent en lycée technologique. Un effort particulier sera entrepris cette année pour nouer des liens avec les enseignants des lycées professionnels.

L'interlocuteur TICE n'est pas assez connu au sein de son académie. Il convient donc d'engager une communication active auprès des professeurs de la discipline (présentation lors des formations académiques, dans la partie académique de TIC'Édu,…). Le contact avec les corps d'inspection (IA-IPR, IEN-ET) est également à privilégier.

Une volonté commune de travailler ensemble, de partager "les bonnes pratiques d'interlocuteur TICE en Économie-gestion" s'est largement exprimée.
 

Actions nationales et déclinaisons académiques

Lettre TIC'Édu
 

La lettre TIC'Édu vise à fournir des informations sur les usages et ressources TIC pour l'enseignement secondaire. Elle est adressée aux professeurs via la messagerie fonctionnelle.

Les interlocuteurs académiques peuvent être moteur et force de propositions auprès des IA-IPR et des IEN-ET pour enrichir la lettre d'informations académiques. Cette lettre sera d'autant plus appréciée qu'elle présentera des informations de terrain aux enseignants destinataires.
Consulter les premiers numéros
 

Référencement de ressources numériques : vers une banque de pratiques
 

Le projet MURENE (MUtualisation de REssources Numériques pour l'Education) vise à mutualiser les ressources numériques de différents sites du ministère de l'Éducation nationale - site Éduscol, sites académiques, sites du réseau Scérén /CNDP, centres de ressources - en s'appuyant dans un premier temps sur les bases disciplinaires du site Éduscol ainsi que sur les bases de données Educlic/Educasource.
Il est donc important que les contenus numériques et les usages en Économie-gestion soient également indexés.

Valérie Émin, interlocutrice TICE de l'académie de Lyon, propose de constituer une équipe de travail dont la mission sera d'identifier les propriétés des documents numériques d'Économie-gestion.

SCHENE

Le projet SCHENE recouvre deux axes de travail :
-    le repérage des ressources numériques existantes.
-    l'identification des « objet(s) numérique(s) » attendus pour répondre aux besoins des enseignements de la discipline.
La plupart des groupes sollicités pour faire remonter l'existant et les besoins ont retourné leur contribution.
Télécharger la synthèse de ce travail
 

Développement des usages

Le développement des usages des TIC repose sur la conviction qu'elles apportent une véritable plus-value aux enseignements et aux apprentissages.
Par exemple, les TIC favorisent un travail transdisciplinaire comme nous l'a présenté l'interlocuteur de Dijon, ou une confrontation de travaux d'équipe (Caen).

On cherche à donner envie d'utiliser les TIC en classe ; le meilleur moyen est certainement de proposer aux enseignants des exemples d'usages prêts à l'emploi et déjà expérimentés avec succès dans des classes.
Voir les premiers témoignages recueillis en académie
 

Logiciels RIP
 

Cette année, le logiciel de modélisation Objecteering/UML et trois PGI (CEGID S1, CEGID S3 et ADONIX X3) ont obtenu la marque RIP :
Chacun de ces PGI offre un jeu d'essai important qui permet une prise en main rapide du produit. Ce type de produit offre de nombreux avantages dans nos enseignements :
-    il propose un ensemble de logiciels métiers intégrés, fonctionnant en temps réel ;
-    il permet de donner un fondement technologique immédiat à la notion de système d'information ;
-    il offre la possibilité de simuler des situations professionnelles ;
-    il montre la distinction entre une application (un module du PGI) et la base de données qui peut être interrogée directement en SQL.
Voir la liste des produits RIP en Économie-gestion
 

Site disciplinaire sur Éduscol
 

L'ensemble du site Éduscol est aujourd'hui administré par un gestionnaire de contenu. Chacun est invité à évaluer le nouveau site et à faire des propositions sur son contenu.
Visiter le site Éduscol d'Économie-gestion
 

Référentiel TIC Économie-gestion

La démarche référentielle vise à identifier l'ensemble des préalables liés aux TIC faute desquels telle ou telle activité d'enseignement ne pourrait avoir lieu avec autant d'efficacité.

Deux axes d'analyse ont été privilégiés :
-    les potentialités des espaces numériques de travail (ENT) et des outils collaboratifs ;
-    les spécificités des enseignements d'Économie-gestion : les élèves de STG sont mis en situation d'acteurs d'organisations simulées intervenant sur les configurations des systèmes et des logiciels mobilisés lors des apprentissages.
Cette année, le référentiel des solutions sera étendu au lycée professionnel et présentera des indicateurs de la contribution de l'Économie-gestion à la maîtrise des TIC.
Consulter le référentiel des solutions TIC
 

Présentation d'usages d'outils collaboratifs

Académie de Rouen

Dominique Jouet a présenté un usage de l'ENT Argos dans une classe de terminale STT IG où les élèves travaillaient à la réalisation d'une base de données pour la gestion des résultats des 11èmes jeux sportifs lycéens de l'académie de Rouen.
 

Académie de Créteil
 

Daniel Durafour a présenté un usage de Ganesha, plate-forme de e-learning, en section professionnelle et l'utilisation de la plate-forme Ovidentia pour une FAQ sur les questions relatives au déroulement des stages.
 

Académie de Corse
 

Apollonie Raffalli a mis en place la plate-forme eGroupWare pour réaliser un intranet au sein de son établissement. Elle a plus particulièrement présenté l'usage du module dit « base de connaissances » pour un travail transversal en seconde dans les enseignements d'IGC et d'ECJS sur la justice.
 

Académie de Poitiers
 

Sébastien Vivier a présenté deux exemples d'utilisation de pages wiki : en formation d'enseignants pour mutualiser des informations, en cours de droit pour synthétiser et structurer des notions.

Lire ces témoignages