ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Rassemblement de Caen, décembre 2008

Rassemblement de Caen, décembre 2008

Accueil

Intervention de Monsieur Detalminil, CTICE et directeur du CRDP de basse Normandie

inter_ctice1.jpg

Les missions du CRDP de basse Normandie sont celles des CRDP mais avec un engagement particulier dans la politique TICE académique inhérent à la double fonction de directeur du CRDP et  de conseiller TICE académique. Cet engagement est encore renforcé par l'hébergement physiquement d'une partie de l’équipe TICE académique, de personnels mis à disposition par le recteur  au CRDP et de matériel  dont les  serveurs académiques. Le réseau est composé de 70 à 80 personnes déployées sur les 3 départements.

 
La politique TICE de Mme le Recteur :

Le rapport EEDU constitue la charte pour les années à venir et la ligne dans laquelle nous avons à travailler. La situation au niveau de l’académie de Caen s'articule autour de 3 thèmes :

1) Les aspects techniques,« les tuyaux », qui ne sont pas prioritaires mais sont  la condition siné qua non pour fonctionner.

Une caractéristique de cette académie, découlant des choix politique du recteur Carpentier et du CTICE précédent, est que tous les EPLE de l’académie (les 3 départements et la région) sont équipés de serveur de fichiers et de serveurs de communication, ce qui permet, dans le cadre du contrat de plan et de la région, d'avoir un équipement relativement uniforme malgré quelques ajustements locaux.

Depuis 3 ans et encore très récemment avec Mme le Recteur et sous les impulsions nationales, des conseillers du ministre et des dossiers nationaux, un travail de réflexion a été entrepris sur les environnements numériques de travail (ENT) car actuellement il n'en existe pas dans l'académie,  du moins labellisé comme tel.

Ce chantier a pris son essor l’année dernière avec le premier comite de pilotage, auquel participaient le recteur et les 4 collectivités territoriales, pour répondre à la question : "comment va-t-on vers un ENT régional et académique ?".

Un second comite de pilotage, réuni le 26 juin dernier, a été déterminant en contractualisant une convention avec les  4 collectivités territoriales, le Recteur et la caisse de dépôt et de consignation. Le Recteur  finançant à parité avec les 4 collectivités  territoriales une étude de faisabilité, un cabinet a été recruté pour cette opération s’élevant à 120000€.

Le 3e comité de pilotage, avec le cabinet de consultant, commence aujourd’hui. Cette étude de faisabilité concerne les 4 départements : 16 EPLE audités (9 collèges, 6 lycées, 1 lycée agricole : la DRAF étant partie prenante) et 3 écoles élémentaires et doit permettre de répondre à l’objectif d’un ENT techniquement rendu possible du premier degré à l’université. Un lien sur l’ENT de l’université, en particulier sur les problèmes d’orientation, permet d'en donner accès aux élèves et aux familles (250 000 à 300000 comptes sur l’académie).

Enfin un nouveau comité pilotage réuni en février puis en mai devrait permettre d'arrêter une solution technique qui sera le "socle technique de l’ENT". Une des questions est : que faire des équipements actuels ?  Peut-on intégrer ce qui existe actuellement dans les EPLE et en faire une des briques de l’ENT ? C'est la solution qui a la préférence de l’ensemble des acteurs.

Les usages explosent.  Le suivi fait par l’équipe TICE  sur le nombre et la nature des utilisations par les EPLE des serveurs de fichiers et serveurs ICS  montre une utilisation croissante. On constate une évolution de  l’usage des TICE depuis 2 ans avec un passage de 35% à plus de 50%. L’usage des TICE dans les pratiques pédagogiques se répand et le souci est de choisir une solution technique qui ne déstabilise pas cette pratique et n'entraine pas un recul des usages.
Une autre préoccupation  du CTICE avec Mme le recteur sont les moyens d’accompagnement humains pour déployer les ENT dans les établissements. Cette mise en place peut demander un effort en matière d’heure dans le  contexte que nous connaissons,  une étude sera remise au Recteur.

Au-delà des moyens techniques une réflexion avec le Recteur et les IA est engagée : Quelles ressources, quels contenus pédagogiques et quelles utilisations ? Le CRDP a anticipé en  développant une plate-forme permettant aux enseignants d'accéder à toutes les ressources nationales et académiques  (Bases nationales, sites disciplinaires, SCEREN, CNDP…)

La région (le directeur de l’éducation en relation avec le directeur environnement du patrimoine) a passé commande auprès du CRDP  pour donner accés à des ressources (cartographie, patrimoine, schéma d’aménagement, données statistiques…). Pensant au départ faire appel à un prestataire privé pour les mettre en ligne elle s'est finalement adressée au CRDP, opérateur de ressources dans la convention signée en juin en la région et le recteur. Son expertise doit apporter une plus value pédagogique en permettant de faire le lien entre ces ressources et les programmes.

Au delà des ressources, se profile la question de l’achat de bouquet de service à l’exemple de COREIS de la région PACA en proposant des ressources communes à l’ensemble des établissements et des crédits délégués à chaque établissement pour assurer les choix propres.

4 collectivités territoriales d’obédiences politiques différentes sont d’accord pour  travailler ensemble avec la volonté d’avoir un outil homogène sur l’académie et la volonté du recteur d’établir une continuité du  premier degré à l’université.
 

2) Combattre la fracture numérique
Au-delà des aspects techniques de nombreuses questions émergent, entre-autres celle de la fracture numérique, si l’élève et les familles ne disposent pas d’un accès à internet et d’un ordinateur au domicile . La consigne politique va dans ce sens, trouver les moyens de permettre à tous d’accéder aux ressources numériques, sinon de chez eux du moins d’un lieu proche, par exemple en envisageant une modification des horaires d’ouverture des EPLE. C’est un problème complexe qui rejoint celui de l’aménagement du territoire.
 
3) Le B2i et le C2i2e
Parmi les usages dans l’établissement il y a le B2i collège, composante du brevet des collèges, sur lequel l’attention des chefs d’établissements a été attirée par une note du Recteur. C'est affaire de l’ensemble de l’équipe pédagogique sur l’ensemble du  cursus de la 6e à la terminale et  le 3e volet développé à travers le texte de juin sur le volet numérique pour tous des projets d’établissement. C'est le projet d’établissement qui établi les conditions de sa mise en œuvre à travers l’ensemble des disciplines. La perspective, à l’horizon de 2011-2012, de l’obligation d'avoir le B2i lycée pour obtenir le BAC nécessite la mise en place d’une réflexion dès maintenant.
Autre dossier ouvert cette année est la validation du certificat informatique pour les enseignants (le C2i2e). Hormis les professeurs en iufm qui ont une formation, il faut assurer la certification des compétences du C2i2e pour les enseignants en poste et en particulier  pour les formateurs de formateurs, leur permettant d'être officiellement certifiés et de mettre en place un groupe apte à impulser une politique et à certifier les enseignants.


4) Le développement des formations dans le cadre du PAF


Le CTICE ne peut rien faire sans la collaboration des corps d’inspection. Le doyen d’IENET et le doyen des IPR font donc partie du comité de pilotage des ENT, pour exemple le développement d’EDUgéo et la validation des ressources et  le volet d’achats éducatifs innovants.


5) Trois dossiers particuliers :

    * La prise en compte des enfants handicapés que l’outil informatique peut aider
    * L’ebook, sur lequel travaille le ministère mais qui bute actuellement sur des problèmes techniques.
    * Clé USB : tous les enseignants nommés en septembre 2008 ont reçus leur clé. Pour les nommés en 2009, celles du premier degré sont en cours de distribution et celles du 2e degré  remise le 14 janvier par Mme le recteur.