ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Les Lettres d'information d'éduscol

L'interview : "CHaque campus des mÉtiers et des qualifications a sa propre histoire."


  Catherine Moalic,
Inspectrice de l'Éducation nationale, chargée d'études au bureau de la formation initiale à la DGESCO.

 


Catherine Moalic, responsable pour la DGESCO du suivi du dispositif des campus des métiers et des qualifications, répond à nos questions.

 

La carte actuelle des campus fait apparaître une concentration dans les filières industrielles à fort potentiel de croissance.

Pensez-vous que le 3ème appel à projets profitera à d’autres secteurs créateurs d’emplois tels que les services ?

C’est une volonté forte de la ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche que de compléter la carte nationale actuelle des 31 campus des métiers et des qualifications pour aboutir à une représentation territoriale et sectorielle des campus plus équilibrée. 

Pour ce 3ème appel d’offres, nous devrions recevoir, d’ici le 30 septembre prochain, des projets sur les métiers du transport et de la logistique, les métiers du tourisme et de l’alimentation. Un campus des métiers de la relation client, est également en cours de labélisation en région PACA. (Provence-Alpes-Côte d'Azur)

Par ailleurs, des  activités de services, notamment commerciales et administratives, du fait de leur forte interaction avec les activités industrielles, peuvent être directement visées dans des projets relevant de filières industrielles.

Les diplômes professionnels sont élaborés et régulièrement rénovés en concertation avec les milieux professionnels dans le cadre des instances nationales appelées « commissions professionnelles consultatives ».

À votre connaissance, comment les académies collaborent-elles avec les branches professionnelles pour monter un campus ?

Les occasions et lieux d’échanges, entre les académies, les régions et les filières professionnelles sur la relation-formation, sont nombreux qu’ils soient règlementaires ou non.
L’opportunité de créer un campus des métiers et des qualifications « Textiles, mode, cuir, design » de la région Rhône-Alpes a, par exemple, été saisie comme une piste d’action d’un contrat d’objectifs emploi-formation de la filière.

Les pôles de compétitivité, les plateformes technologiques, intégrant les acteurs de la recherche, sont des lieux naturels où s’élaborent des projets de campus. Dans l’académie de Haute-Normandie, les trois campus des métiers et des qualifications labellisés s’appuient sur des réseaux professionnels académiques existants.

L’initiative d’un campus peut également relever d’une démarche volontaire d’un comité stratégique de filière ou d’un bassin d’emploi devant une nécessité  de qualification et/ou de développement économique.

Chaque campus des métiers et des qualifications a sa propre histoire.

La poursuite d’études supérieures dans une même filière et une meilleure insertion professionnelle des jeunes font partie des objectifs des campus des métiers et des qualifications.

Comment allez-vous procéder à l’évaluation de ces deux aspects ?

Les campus des métiers et qualifications sont portés par les recteurs d’académies et les présidents de régions. Il leur appartiendra, dans le cadre du modèle de gouvernance qu’ils se sont choisis, de définir leurs propres indicateurs d’évaluation pour apprécier la contribution du campus des métiers et des qualifications aux objectifs de développement économique et social de leur territoire.

Outre l’insertion professionnelle des jeunes, leur évaluation portera sur l’évolution de l’offre de formation, l’attractivité renforcée des filières, la fluidité des parcours et l’élévation des niveaux de qualification. Mais le succès des campus des métiers et des qualifications sera également apprécié dans leur capacité à répondre aux besoins de qualification des adultes, notamment des salariés des petites et moyennes entreprises.  

Comment allez-vous renforcer la lisibilité des campus des métiers et des qualifications, notamment l’accès aux offres de formations et aux diplômes préparés ?

La question de la lisibilité des campus des métiers et des qualifications auprès des jeunes et de leur famille, des stagiaires de la formation continue, mais aussi auprès des entreprises est majeure. C’est d’ailleurs un des critères examinés par le groupe d’experts qui se prononce sur la labellisation des projets.

Pour  valoriser les métiers et les filières concernés, il faut faire connaître les parcours possibles de formation, communiquer sur les projets pédagogiques et les actions de partenariats et de transferts technologiques.

Sur les territoires, les acteurs des campus des métiers et des qualifications s’organisent. Des actions et des produits de communication sont développés et des sites Internet sont créés. La région est souvent un acteur essentiel. En Basse-Normandie, par exemple, c’est un chargé de mission en communication de la région qui administre et anime le site dédié au campus des métiers et des qualifications de l’industrie des énergies installé à Cherbourg.

Au niveau national, un logo identifie le campus des métiers et des qualifications labellisé. Son design représente la relation École-Entreprise, à l’identique de celui du Conseil National École Entreprise. Il est décliné en couleurs différentes selon la filière à laquelle se rattache le campus des métiers et des qualifications. Une charte graphique élaborée par le ministère est à disposition des animateurs des campus.


ÉVÉNEMENTS À VENIR

  • 30 septembre 2015 : réception du 3ème appel  à projets
  • Courant novembre : 1 journée de travail entre les académies et l’agence Erasmus + France portera sur la co-construction de projets avec des partenaires européens et la mobilité de ses acteurs. 

Pour en savoir plus sur les campus des métiers et des qualifications
www.education.gouv.fr/cid85855/campus-des-metiers-et-des-qualifications-l-enseignement-professionnel-innove.html

ActualitéS

Nouvelles publications et mises à jour sur éduscol

Sur éduscol, retrouvez dans la rubrique "diplômes professionnels" :

« Reviens te former » : une campagne de communication originale

Lancée depuis le 19 mai 2015, par le Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, « reviens te former » est une campagne d’information à destination des jeunes âgés de 16 à 25 ans qui ont quitté le système scolaire sans qualification.

Pour connaître leur droit au retour en formation, cette opération de communication propose aux jeunes un service de rappel gratuit via le site web, reviensteformer.gouv.fr, visible sur certains réseaux sociaux dont Facebook et Twitter.

Le principe est simple et original : le jeune envoie son numéro de téléphone et il est pris en charge par un conseiller qui, suite à ce premier contact, lui fixe un entretien avec un représentant d’un organisme ou d’une structure contribuant au SPRO (Service public régional de l'orientation). Ce représentant sera le référent du jeune tout au long de son parcours de retour en formation

La plateforme « reviens te former », qui a comptabilisé environ 200 000 visites à la fin du mois de juin, sera à nouveau ouverte au mois de septembre pour une dernière phase d’information. Le relai sera pris ensuite au niveau des régions et des académies.

Pour en savoir plus sur le droit au retour en formation initiale
http://www.education.gouv.fr/cid88998/droit-au-retour-en-formation-l-ecole-et-ses-partenaires-s-engagent-aux-cotes-des-jeunes.html

Focus

Les pôles de stages et de périodes de formation en milieu professionnel : mise en œuvre à la rentrée 2015

La circulaire du 25 février 2015 a décidé de la mise en place à la rentrée scolaire 2015 de pôles de stages dans chaque académie. Ils ont pour objectif de permettre à chaque élève d’accéder à un stage de qualité mais aussi de développer et mutualiser les bonnes pratiques des acteurs dans la mise en œuvre de ces stages. Les académies ont eu le choix d’implanter ces pôles selon une logique territoriale (par exemple de bassin en s’appuyant sur les Comités Locaux École Entreprise) ou selon une logique de filière. La DGESCO travaille à la réalisation d’une cartographie nationale qui sera diffusée sur le site education.gouv.fr.

Les acteurs académiques habitués à travailler sur la relation école-entreprise (DAFPIC, DAET, chefs d’établissement, chefs de travaux, chargés de mission et ingénieurs pour l’école) sont maintenant dans la phase de lancement. Leurs partenaires économiques sont partie prenante.

Au fil de l'O

Par CPC, les diplômes et lancements de rénovation ou de création, validés depuis juin 2015

  • 13ème CPC : Plénière du 1er juin 2015 

Validation de l’opportunité de rénover le CAP « Arts de la reliure » et le BMA « Arts de la reliure et la dorure », à la demande de la Chambre syndicale nationale de la reliure, brochure, dorure.

  • 12ème CPC : Plénière du 2 juillet 2015 

Validation de l’opportunité de rénover le CAP « Signalétique, enseigne et décor », à la demande du Synafel, Syndicat national de l’enseigne et de la signalétique.

  • 6ème CPC : Plénière du 23 juin 2015 
  1. Validation du BTS « Pilotage de procédés », dont la mise en œuvre démarrera à la rentrée 2016 (et abrogation de la spécialité « Industries papetières, option Production des pâtes, papiers et cartons » de BTS) ;
    L’arrêté relatif au diplôme et ses annexes doit désormais être présenté au CSE et au CNESER.
  2. Validation du BTS « Métiers de la chimie », dont la mise en œuvre démarrera à la rentrée 2016 (et abrogation des spécialités « Chimiste » et « Peinture, encres et adhésifs » de BTS) ;
    L’arrêté relatif au diplôme et ses annexes doit désormais être présenté au CSE et au CNESER.
  • 5ème CPC : Plénière du 29 juin 2015 
  1. Validation de l’opportunité de rénover le BP « Métiers de la piscine », à la demande de la Fédération des professionnels de la piscine ;
  2. Validation de l’opportunité de créer une spécialité « technicien réseau Gaz » de baccalauréat professionnel, à la demande de GRDF, GRT Gaz, TIGF et les Canalisateurs de France ;
  3. Validation du BEP rénové « Métiers d’art – arts de la pierre », diplôme intermédiaire au baccalauréat professionnel « Arts de la pierre ».

Les diplômes entrant en vigueur à la rentrée 2015

5 certificats d’aptitude professionnelle

  • Ferronnier d’art ;
  • Installateur en froid et conditionnement d’air ;
  • Opérateur/opératrice logistique ;
  • Propreté de l’environnement urbain-collecte et recyclage.

5 brevets professionnels

  • Arts de la cuisine ;
  • Arts du service et commercialisation en restauration ;
  • Conducteur d’engins : travaux publics et carrières ;
  • Couvreur ;
  • Métiers de la pierre.

1 baccalauréat professionnel

Métiers et arts de la pierre.

2 brevets de technicien supérieur 

  • Comptabilité et gestion ;
  • Systèmes photoniques.

1 Mention complémentaire de niveau V

Coiffure coupe couleur.

6 mentions complémentaires de niveau IV

  • Vendeur conseil en produits techniques pour l’habitat ;
  • Aéronautique-option avionique ;
  • Aéronautique-option avions à moteurs à pistons ;
  • Aéronautique-option avions à moteurs à turbines ;
  • Aéronautique-option hélicoptères à moteurs à turbines ;
  • Aéronautique-option hélicoptères à moteurs à piston.

Les enjeux environnementaux dans la filière bois

Déjà intégrés dans de nombreux diplômes et notamment dans la totalité de ceux du bâtiment et des travaux publics, les enjeux environnementaux et énergétiques ont été pris en compte dans les diplômes professionnels de la filière du bois.

Les métiers bougent

La filière aéronautique : une filière industrielle à fort potentiel de croissance

Éducation nationale, 2015,16 juin :

« Le domaine de l’aéronautique illustre les efforts de l’Éducation nationale pour adapter au mieux ses diplômes aux besoins d’un secteur économique […] »

La rénovation de la filière aéronautique

Pour répondre aux évolutions des métiers et de la réglementation aérienne, l’ensemble des diplômes de la filière aéronautique a été rénové de 2009 à 2015. Ainsi, 5 diplômes ont été créés ou rénovés notamment en collaboration avec Airbus, Air France et Thales :

  • le BTS « aéronautique » (2009) ;
  • le baccalauréat professionnel « aéronautique » (2013) à trois options : « avionique », « systèmes », « structure » ;
  • le baccalauréat professionnel « aviation générale » (2013) ;
  • le CAP « aéronautique » (2013) à trois options : « avionique », « systèmes », « structure » ;
  • la mention complémentaire « aéronautique »  de niveau IV (2015) à cinq options : avions à moteurs à turbines, avions à moteurs à pistons, hélicoptères à moteurs à turbines, hélicoptères à moteurs à piston, avionique, qui répond aux normes européennes en matière de navigation aérienne.

Les campus des métiers et des qualifications aéronautiques

Parallèlement à la rénovation des diplômes de cette filière, 5 campus des métiers et des qualifications aéronautiques ont été labellisés en 2013 :

  • « Aéronautique en région Provence-Alpes-Côte d’Azur » ;
  • « Aérocampus Aquitaine » ;
  • « Aérocampus Auvergne » ;
  • « Aéronautique en Pays de la Loire » ;
  • « Aéronautique en Poitou-Charentes ».

La labellisation a permis de rendre lisible des partenariats qui existaient déjà entre des académies, des lycées et des entreprises engagés dans la filière aéronautique. On retrouve comme partenaires de ces campus, des grands groupes tels que Dassault, Safran,Thales, Airbus Group, Eurocopter etc. ainsi qu’un nombre très important de plus petites entreprises sur des activités d’équipementiers, de conception de matériaux ou de réalisation d’études.

Où se former ?

Ces 5 nouveaux diplômes peuvent être préparés dans les établissements des campus des métiers et des qualifications précités et dans d’autres établissements partout en France.
Retrouvez toutes ces formations sur le site de l’Onisep : http://geolocalisation.onisep.fr/


Pour aller plus loin 
Déplacement de la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, au 51e salon international de l'Aéronautique et de l'Espace de Paris-Le Bourget.
http://www.education.gouv.fr/cid90347/51e-salon-international-de-l-aeronautique-et-de-l-espace-de-paris-le-bourget.html

Textes réglementaires

Enseignement moral et civique 

Plusieurs textes relatifs à l’enseignement moral et civique (EMC) sont parus au Journal officiel du 21 juin 2015 et au Bulletin officiel de l’Education nationale spécial du 25 juin 2015.

Les textes relatifs aux diplômes professionnels portent sur :

  • Les programmes d’EMC pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel et au certificat d'aptitude professionnelle ainsi que pour les sections préparant au brevet des métiers d'art ;
  • Les modalités d’évaluation de cet enseignement pour le baccalauréat professionnel, pour le brevet des métiers d'art, pour le certificat d'aptitude professionnelle et pour le brevet d'études professionnelles ;
  • sur l'organisation et les horaires d'enseignement pour  les formations sous statut scolaire préparant aux certificats d'aptitude professionnelle, baccalauréats professionnels et au brevet des métiers d'art.

Unité facultative d’EPS : 1ère session d'examen 2016 pour le baccalauréat professionnel 

L'arrêté du 7 juillet 2015 créant une unité facultative d'éducation physique et sportive (EPS) dans le diplôme du baccalauréat professionnel est paru au Journal officiel du 28 juillet 2015.
Les candidats au baccalauréat professionnel qui ont la faculté de présenter deux unités facultatives auront désormais le choix entre trois disciplines possibles : une unité de langue vivante, l’unité de mobilité et l'unité d’EPS.
Cet arrêté rapproche la réglementation du baccalauréat professionnel de celle des baccalauréats généraux et technologiques qui bénéficiaient déjà de dispositions similaires.
Les dispositions prévues par l'arrêté offrent, en outre, l’opportunité aux candidats sportifs de haut niveau ou engagés à haut niveau dans le sport scolaire de bénéficier d’avantages dans le déroulement de cette épreuve à l’instar des candidats répondant à ces conditions au baccalauréat général et technologique.

Conditions d'évaluation des épreuves du baccalauréat professionnel : du changement pour les unités

Jusqu'à présent, les différentes unités constituant une épreuve de ce diplôme devaient être évaluées selon le même mode : examen ponctuel ou contrôle en cours de formation.
Le décret n° 2015-846 du 9 juillet 2015 permet qu'au sein d'une même épreuve les unités puissent être évaluées par des modes différents.

Modalités d'évaluation des unités du baccalauréat professionnel 

L’arrêté du 9 juillet 2015 modifie les arrêtés du 13 avril 2010 fixant les modalités d'évaluation de l'enseignement de prévention santé environnement, de l'économie-gestion et de l'économie-droit au baccalauréat professionnel.

Il modifie les modalités d’évaluation des unités concernées pour les candidats aux spécialités de baccalauréats professionnels scolaires des établissements publics ou privés sous contrat, des centres de formation d’apprentis et sections d’apprentissage habilités et issus de formation continue dans les établissements publics. Ces candidats qui étaient pour ces unités évalués par contrôle en cours de formation, présenteront celles-ci en mode ponctuel terminal.

Les règlements d’examen de l’ensemble des spécialités de baccalauréat professionnel concernés sont en conséquence modifiés, ainsi que les définitions d’épreuves de ces unités.
Les dispositions de cet arrêté prennent effet à compter de la session d’examen 2016

Arrêtés de spécialités publiés depuis juin 2015

Télécharger le tableau récapitulatif des arrêtés de spécialités publiés depuis le 19 juin 2015.

Lire, voir, écouter...

La voie professionnelle à l’épreuve du baccalauréat et de la hausse du niveau d’éducation : les trente ans du bac pro


Organisé les 17, 18 et 19 novembre 2015 par l’université de Lille 3, ce colloque pluridisciplinaire international propose quatre axes thématiques :

  • Le bac pro, ses spécialités et ses curricula, ses publics d’élèves et d’apprentis, ses enseignants ;
  • La position du bac pro dans la voie professionnelle, face aux autres diplômes professionnels (CAP, brevet professionnel), mais aussi dans l’espace éducatif, face au baccalauréat général, au baccalauréat technologique et aux diplômes de l’enseignement supérieur ;
  • Les modalités de définition des formations et des diplômes à finalité « professionnelle »;
  • Le devenir des sortants de bac pro et aux modes de reconnaissance du diplôme sur le marché du travail.

Pour en savoir plus sur ce colloque
http://profeor.recherche.univ-lille3.fr/cms/index.php?option=com_content&view=article&id=260:colloque-la-voie-professionnelle&catid=116:colloques&Itemid=59

Quand l'Ecole est finie. Premiers pas dans la vie active de la génération 2010

Réalisée par le Céreq, la cinquième édition de Quand l’école est finie apporte un éclairage original sur les premiers pas dans la vie active des jeunes sortis du système scolaire en 2010 et interrogés en 2013.
http://www.cereq.fr/index.php/publications/Ouvrages/Quand-l-Ecole-est-finie.-Premiers-pas-dans-la-vie-active

Les métiers en 2022

France Stratégie et la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) ont publié un rapport "Les métiers en 2022" qui porte sur la prospective des métiers et qualifications à l’horizon 2022.
http://www.strategie.gouv.fr/publications/metiers-2022-prospective-metiers-qualifications

Événement à venir

Mercredi 7 octobre  2015

Cité internationale universitaire de Paris

4ème Biennale Formation-Emploi du Céreq:
"Négocier, réguler, accompagner"
La relation formation-emploi au prisme des branches professionnelles

 

En savoir plus +

 

©MEN - Direction générale de l'enseignement scolaire
Bureau des diplômes professionnels
S'abonner à la lettre     Contact