Tablette tactile et enseignement

2. Politique et expérimentations dans l'enseignement scolaire

Initiative du ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

Étude sur l'usage des tablettes tactiles à l'école primaire

Étude Ex.Ta.TE :  Expérience tablettes tactiles  à l’école primaire

« En complément des différentes expérimentations initiées par le ministère, une étude exploratoire a été confiée au laboratoire « École Mutations et Apprentissages » de l'université de Cergy-Pontoise.

Cette étude ExTaTe vise à répondre à des problématiques posées par l'introduction des tablettes tactiles à l'école primaire. Ainsi, ces travaux de recherche ont été conduits auprès de huit écoles réparties dans huit départements.

Menée entre février 2013 et février 2014, elle tend à répondre à un double objectif :

  • Documenter les conditions d'implantation, de mise en œuvre et d'utilisation tout en repérant d'éventuels changements dans les pratiques de classe;
  • Identifier le rôle des tablettes dans la construction des apprentissages.

Les résultats de cette étude permettent d'extraire six axes de réflexion, propres au déploiement de tablettes en contexte d'apprentissage :

  • L'organisation des acteurs
  • L'accompagnement pédagogique
  • Les compétences instrumentales des enseignants et leur « culture numérique »
  • Le développement de compétences professionnelles
  • La tablette, ressource d'écriture
  • L'accompagnement des élèves »

Télécharger le rapport « Étude Ex.Ta.TE :  Expérience tablettes tactiles  à l’école primaire» , 86 p., avril 2014.

éduscol, 18 juillet 2014

 

Journée "Tablettes numériques et usages pédagogiques"

 Le 9 février 2011 une journée, organisée par la DGESCO A3, a été consacrée aux tablettes numériques et aux usages pédagogiques laissant la place aux constructeurs, opérateurs, éditeurs, diffuseurs de produits éducatifs multimédia et équipes pédagogiques qui, avec leur classe, expérimentent l'usage de tablettes numériques, mais également au consultant informatique, Olivier Ezratti, qui a dressé un panorama de l'évolution des produits suite à sa visite au Consu­mer Elec­tro­nics Show de Las Vegas en janvier 2011.

Intervention d'Olivier Ezratti, consultant informatique
Ce dernier a précisé que le marché des tablettes tactiles était encore immature mais que le futur apparaissait prometteur grâce à l'assemblage de différentes technologies et  qu'à terme nous devrions avoir à un monde plus ouvert qu'actuellement.  Par ailleurs, il a souligné que les produits informatiques que nous utilisons traditionnellement  proposent trois types d'activités :  créer, communiquer et consommer. Cependant, dans les tablettes, la dimension création est très réduite. Ce qui n'a pas empêché le marché des tablettes d'exploser en peu de temps. Par ailleurs, il a été relevé que la tablette en elle-même n'est pas suffisante. Il est nécessaire d'y ajouter des applications. L'intérêt majeur de ces produits, remarque Olivier Ezratty, est de pouvoir acheter en ligne et de communiquer sur les réseaux sociaux.

Constructeurs et opérateurs
Une table ronde a réuni différents constructeurs et opérateurs : Acer, Toshiba, Samsung,  Archos, LNA, Orange et SFR. Différentes questions leur étaient posées dans le cadre de cette table ronde comme la frontière entre la tablette, le notebook et la liseuse, les fonctions qui décident l'acte d'achat... Peu d'informations ont été apportées concernant l'apport des différentes technologies représentées par les constructeurs ou l'offre de service des opérateurs pour l'enseignement. Ces derniers sont en attente des remontées des utilisateurs afin d'adapter leurs offres aux besoins de l'enseignement. Ce qui a été mentionné est l'intérêt pour l'éducation de l'accès à la presse, aux livres, à la recherche d'information. Par ailleurs, la facilité d'utilisation, l'ergonomie,  l'autonomie, l'usage mobile des tablettes ont été soulignés.

Expérimentations dans l'enseignement 

CDDP 92

Elie Allouche, le directeur du CDDP des Hauts-de-Seine, a présenté l'expérimentation "iPad 92". Cette dernière concerne 123 collèges publics et privés pour lesquels le conseil général a donné deux iPad destinés au CDI. Le CDDP assure la formation des documentalistes, l'accompagnement de cette expérimentation, la mise à disposition de ressources, un guide d'usage de l'iPad est accessible en ligne. Les usages relevés sont la lecture, la consultation de la presse en ligne et de dictionnaires. Il est relevé que la tablette présente un intérêt pour le travail de groupe, les élèves se regroupent autour de la tablette et échangent.  Il est souligné que les tablettes numériques offrent une posture nouvelle.  Les perspectives sont de repérer les usages pertinents et de les diffuser, de monter des classes iPad, d'explorer la complémentarité petit écran / grand écran, de faire communiquer les tablettes entre elles, de mener un travail autour du socle commun de compétences et de connaissances.
Blog du CDDP 92 [consulté le 10/02/2011] :
http://blog.crdp-versailles.fr/mncddp92/public/guide_usages_pedago_ipad_cddp92.pdf

Académie de Grenoble

Didier Anselm, enseignant de SES dans l'académie de Grenoble, présente l'expérimentation menée conjointement par la mission Tice, le CRDP et le ministère de l'Éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative. Il précise que l'iPad a été choisi car au départ il n'y avait pas d'autres tablettes tactiles commercialisées. En juin 2010, un comité de pilotage a été monté rassemblant à la fois du personnel technique, du personnel administratif et du personnel pédagogique. Un test a été effectué en juin pour découvrir l'outil. Trois écoles, cinq collèges et trois lycées dont une classe de BTS ont été sélectionnés pour participer à cette expérimentation. Elle doit permettre d’évaluer la pertinence des usages de la tablette numérique dans de nombreuses disciplines mais aussi pour des dispositifs divers : accompagnement personnalisé, enseignement d’exploration, ou pour des publics spécifiques : élèves en difficulté, élèves dyslexiques, sportifs de haut niveau (ski à Albertville). En tout 178 tablettes ont été achetées auxquelles s’ajoutent 45 tablettes prêtées par le CRDP au lycée d’Albertville plus 7 kits de 15 tablettes pour des prêts courte durée (jusqu’à un mois et demi) pour le primaire ou le secondaire. L'expérimentation sera validée par les IA-IPR de SVT, lettres, histoire-géographie, mathématiques, STI et EPS. L'université devrait être également impliquée dans la phase d’évaluation. Quelques difficultés relevées : l'absence des applications en flash, la difficulté de configuration des iPad avec le proxy, la gestion de flotte (recharge, prêts...), la gestion des licences : un iPad / un compte, la non connexion de l'iPad à l'ENT. L'enjeu est de définir quels usages pour quels apprentissages. Le site de l'académie consacre une rubrique aux expérimentations pédagogiques des tablettes. Une carte heuristique recense les usages avec la tablette tactile.
Académie de grenoble : http://www.ac-grenoble.fr/tablettes/pedagogie/usages/

Ville du Puy-en-Velay

Didier Falgon, représentant la ville du Puy-en-Velay,  présente l'expérimentation qui a débuté le 21 janvier 2011. Différents constructeurs et opérateurs sont impliqués. 20  tablettes ont été données par Samsung dans 2 écoles (3 classes pour l'une, 10 classes pour l'autre dont une Clis), ainsi qu'un abonnement 3G proposé par Orange, une application MasKott et des mallettes de stockage de la société Arthim. L'inspecteur d'académie ainsi qu'un conseiller pédagogique sont impliqués dans cette expérimentation.  L'entrée choisie est le socle commun de connaissances et de compétences à acquérir à l'école primaire. Est-ce que l'outil permet d'acquérir les compétences ?
Dans la classe Clis un travail sera mené sur la maîtrise de la langue (constituer un répertoire orthographique et participater à l'opération "dictionnaire des écoliers"). Mais tous les cycles seront concernés par un travail sur la maîtrise de la langue.
En cycle 3, un travail en sciences sera mené concernant la création de sa propre encyclopédie du savoir incluant textes, son, images.
En mathématiques, cycle 2 (CE1) et Clis travailleront sur le calcul mental avec la création d'un outil intéractif d'apprentissage et d'albums à compter.
La grande section de maternelle ménera un travail en langues en particulier sur les comptines en langue anglaise.
La tablette est vue comme "un couteau suisse" incluant GPS, appareil photo, caméra, de nombreuses applications sous Android market comme la loupe, le rapporteur, la calculatrice.
Voir sur le site de la mairie du Puy-en- Velay : "Des tablettes numériques pour deux écoles ponotes : une première nationale !"
http://www.lepuyenvelay.fr/des-tablettes-numeriques-pour-deux-ecoles-ponotes--une-premiere-nationale---a163-mairie-du-puy-en-velay.html. 

Corrèze

Le chef de projet du conseil général, Bernard Roussely,  présente l'expérimentation de la Corrèze. L'opération "ordi collège" en 2008 - 2009, avec des élèves de 5eme, a été menée en partenariat avec le conseil général et le CDDP de la Corrèze.  Un appel d'offres a été lancé pour intégrer cette année les tablettes numériques dans cette opération. Ce choix s'est fait après les remontées des usages des micro portables en raison de l'ergonomie des tablettes, de l'immédiateté de l'accès aux ressources, du changement de langue à la volée à l'aide du clavier. Deux professeurs, Lionel Salvodelli et Jérome Antony,  présentent le plan de formation qui a été organisé : 2 formateurs ont formé 50 référents et un kit de formation a été élaboré  comprenant  des tutoriels de base (paramétrage de l'iPad, découverte des applications indispensables), des vidéos explicatives, un exemple de séance pédagogique. Cette expérimentation a rencontré un accueil favorable des parents. La prise en main a été rapide. L'autonomie de 8 heures de la tablette, le temps de démarrage très court, la sécurité des applications, la facilité d'utilisation,  le confort de lecture, la fiabilité de l'outil, le poids léger pour les élèves sont jugés intéressants. En revanche quelques inconvénients sont relevés : pas de lecture de la technologie flash, obligation d'un compte iTunes (masterisation  faite par le conseil général mais ensuite chaque élève doit avoir un compte iTunes pour intégrer une application), bandeau publicitaire pour les applications gratuites, transfert de fichiers s'ils ne sont pas envoyés par messagerie, pas de possibilité de projeter le contenu de l'ipad, coût de l'ipad.
Voir le blog du CRDP du Limousin consacré aux tablettes et à la pédagogie:
http://ipad.crdp-limousin.fr/

Rhône

L'expérimentation du Rhône présentée par Christophe Monnet concerne des portables ultra-mobiles et des tablettes numériques. En 2009 un collège puis cinq collèges en 2010 expérimentent des ultra PC ou des tablettes numériques. En lettres un travail a été mené sur le groupe nominal avec affichage du cahier de texte via l'ENT. Le TNI a également été utilisé. Il apparaît important de pouvoir articuler l'ipad et l'ENT. Le centre Erasme, centre de recherche accompagne les usages innovant et suit l'expérimentation sur les tablettes. Un projet a été proposé, il s'agit d'imaginer une table de travail collaborative permettant d'articuler le travail individuel et le travail collaboratif.
Centre Erasme : http://erasme.org/ 
La classe.com : http://www.laclasse.com/pls/public/!page.laclasse

Académie de créteil

François Villemonteix, adjoint au CTICE, présente l'expérimentation de l'académie de Créteil. A la rentrée 2010, l'offre de tablettes numériques est embryonnaire. Le choix se porte sur 100 tablettes iPad incluant des cartes d'achat pour les applications. L'expérimentation concerne tous les niveaux (1 école, 1 collège et 1 lycée). Les machines, au préalable, ont été configurées. L'enjeux concerne la communicabilité des machines et le partage de documents. Une veille est menée sur les applicatifs en sciences humaines et dans le domaine scientifique. Les enseignants sont passés d'une aversion à un engouement. Les attentes concernent les retours d'usages. Dans le premier degré, 2 classes ont été dotées de 15 machines. L'implication des IEN est appréciée des deux enseignantes. L'utilisation se fait en binôme ou individuellement dans le cadre de la remédiation. Les tablettes présentent une valeur ajoutée pour l'usage de la baladodiffusion. L'outil est vu comme un compagnon utilisable à tout moment. Une contradiction relative à l'outil nomade apparaît car il représente un problème pour l'élève lorsqu'il le sort de l'établissement. Points saillants de l'iPad : outil personnel et individuel, ergonomie spécifique, immédiateté, outil mobile permettant la continuité, convocable à tout moment. L'académie souhaite créer une base de connaissances autour de l'usage de l'iPad.
Voir le pôle numérique de l'académie de Créteil consacré à l'usage des tablettes tactiles :
http://polenumerique.ac-creteil.fr/Tablettes-numeriques-en-classe

Les éditeurs
Une table ronde réunissait  les éditeurs suivants :  Laurent Cattach, directeur des éditions multimédia Le Robert,  Sylvie Marcé représentant le syndicat national de l'édition et PDG des éditions Belin et Alain Laurent, vice-président du Gedem (groupement d'éditeurs et de diffuseurs multimédia). Tous les trois ont soulevé le problème économique de l'édition numérique et celui que représente un nouveau support comme la tablette tactile en terme de développement spécifique. Pour Laurent Cattach le développement d'une application dédiée pour Apple représente un coût minimum de 40 000 euros. Par ailleurs la multiplicité des systèmes et des plateformes, a-t-il précisé, rendent les choses plus complexes et ne permettent pas de garantir un accès pérenne. Sylvie Marcé s'est interrogée "s'agit-il d'un support de plus pour les manuels numériques ou de nouveaux usages ?" Par ailleurs, elle a précisé que en terme économique les manuels sur support papier permettent d'investir dans les développements pour le numérique. Alain Laurent a insisté sur l'importance du développement d'un marché de ressources éducatives numériques.

Revue de presse de cette journée

Dépêches AEF
Deux dépêches AEF ont été consacrées à cette journée :

- la dépêche n° 145268  du jeudi 10 février 2011 : "Tablettes numériques : adhésion des enseignants, mais problèmes pratiques d'utilisation".
- la dépêche n° 145313 du vendredi 11 février 2011 : "tablettes numériques : un marché en quête de maturité, des éduteurs attentifs aux évolutions".

L'Éducation nationale secouée par les tablettes
Le Café pédagogique a rendu compte de cette journée, voir le compte rendu dans l'expresso du café pédagogique : Cafépédagogique, 10/02/2011
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2011/02/10_tablettes.aspx

2011, année des tablettes électroniques dans l'enseignement ?
Le site Ludovia a rendu compte en détail de cette journée : "La Direction Générale de l’Enseignement Scolaire du Ministère de l’Éducation nationale, organisait le 9 février dernier un séminaire d’une journée sur les tablettes électroniques. Ambitions : faire le point sur les avancées technologiques de cette nouvelle classe d’outils, questionner les principaux fabricants sur l’adaptation de leurs produits aux usages dans un contexte éducatif et présenter les premières expérimentations menées dans plusieurs académies en France..."
Ludovia, 14/02/2011
http://www.ludovia.com/2011/02/2011-annee-des-tablettes-electroniques-dans-lenseignement/
Quelques articles complètent cet article :
Les tablettes électroniques pour l'éducation, point de vue et analyse technologique
"A l'occasion du séminaire organisé par le DGESCO le 9 février dernier, Olivier Ezraty nous propose un compte rendu de mission au CES de Las Vegas..."
Adaptation des matériels de type « Tablettes » aux conditions d'usage dans l'école, quelques réponses des constructeurs
"Les tablettes électroniques, iPad d'Apple ou d'autres marques commencent à investir l'école. Produits grand public par essence,..."
Expérimentation de tablettes électroniques, retours d'expériences dans différentes académies
"Lors du séminaire sur les tablettes électroniques organisé par la DGESCO du 9 février dernier, plusieurs académies ont présenté un retour sur leurs tous premiers pas et expérimentations sur des tablettes électroniques ou des Netbook en classe..."
La mallette de lecture numérique : une utilisation intéressante des tablettes !
"Le Rectorat de Bordeaux expérimente une utilisation intelligente et intéressante des tablettes tactiles pour se lancer dans la mobilité mais pas n'importe comment : la mallette de lecture numérique [...] "L’objectif premier de cette mallette de lecture numérique est de faciliter la lecture des élèves plus faibles ou moins appétents, par un objet ludique, facile d’accès et parfaitement stable techniquement (pas de problème de réseau ou d’alimentation)."
Tablettes numériques en classe, un objet personnel utilisé en collectivité
"Les tablettes numériques ont fait irruption depuis quelques mois en salle de classe. Leur utilisation est variée selon les expérimentations en cours et débutées depuis quelques mois ; dotation de toute une génération d’élèves comme dans le département de la Corrèze, équipement et mise à disposition dans les CDI ou dans quelques classes de quelques exemplaires dans d’autres cas."

 

Entretien avec le directeur général de l'enseignement scolaire

Jean-Michel Blanquer

Le 8 février 2011, le directeur général de l'enseignement scolaire, Jean-Michel Blanquer, précise lors d'un entretien, publié sur éduscol, les objectifs de l'Éducation nationale en ce qui concerne l'usage des tablettes numériques à l'école.

"Les spécialistes du marché des technologies de l’information et de la communication annoncent 2011 comme l’année des tablettes numériques. Pensez-vous que l’Éducation nationale sera à ce rendez-vous ? Est-ce le sens de la réunion d’information que vous organisez sur ce sujet le 9 février ?

J-M Blanquer : on note dans l’Éducation nationale une réelle curiosité pour ces tablettes qui reflète l’engouement des médias pour ce nouveau support. 

En effet, de nombreuses académies et collectivités territoriales se sont déjà engagées dans des expérimentations. Il s’agit la plupart du temps de dotation de tablettes numériques à des élèves afin qu’ils puissent s’en servir en classe voire, dans certains cas, à la maison.  

Ainsi, dans l’expérimentation que vient de lancer l’académie de Grenoble avec l’appui de la direction générale de l’enseignement scolaire, 330 tablettes ont été distribuées dans le courant du mois de janvier, avec des modalités variées : de l’affectation définitive au prêt de courte durée (cinq semaines). Cette expérimentation concerne des écoles, des collèges, des lycées, et une classe de BTS ; elle doit permettre d’évaluer la pertinence des usages de la tablette numérique dans de nombreuses disciplines mais aussi pour des dispositifs divers : accompagnement personnalisé, internats d’excellence, … et des publics spécifiques : élèves en difficulté, élèves dyslexiques, sportifs de haut niveau.

Au-delà de cette expérimentation à Grenoble, il existe une forte demande d’information de la communauté éducative et de ses partenaires sur les expériences en cours d’où cette réunion du 9 février qui doit permettre de faire un tour d’horizon de l’état de l’art sur ce sujet.  

Quels sont selon vous les principaux apports de ces matériels pour l’enseignement ?

J-M Blanquer : leur premier atout est évidemment leurs poids. Vous savez combien nous importe la question du poids du cartable et toute possibilité de le réduire est étudiée avec une grande attention par le ministère. Les autres apports matériels sont l’autonomie énergétique – très importante en milieu scolaire -, la rapidité de mise en œuvre (par rapport à un ordinateur), la connexion aisée à l’Internet, et l’ergonomie particulièrement élaborée des interfaces tactiles.

Mais ce sont les applications, les contenus et les services qui seront proposés pour l’enseignement qui nous intéressent. Les ressources numériques pédagogiques qui seront disponibles sur ces supports en feront le succès dans l’éducation et en premier lieu l’offre en matière de manuels scolaires numériques. Or, pour le moment, celles-ci sont trop peu nombreuses et ne prennent pas assez en compte la spécificité des tablettes et leur potentialité.

C’est pourquoi je suivrai avec la plus grande attention les projets qui seront déposés sur ces domaines dans le cadre des investissements d’avenir pour la numérisation des contenus et l’e-éducation.

Quels sont les obstacles qu’il faudra dépasser pour une diffusion massive de ces matériels dans l’éducation ?  

J-M Blanquer : actuellement, le coût de ces matériels est encore trop important pour des déploiements massifs mais ceux-ci devraient, comme c’est la règle dans le domaine des TIC, diminuer dans les prochains mois. Et, bien sûr, la robustesse des matériels et leur maintenance sont deux points essentiels pour envisager une large diffusion. Autres contraintes, la mise à disposition de contenus adaptés à l’éducation comme je l’ai dit précédemment mais aussi la question de leur mode de distribution : il est impossible de passer par une plate-forme marchande pour télécharger des applications destinées à des usages scolaires.

La connexion à l’internet sur des matériels « personnels » pose aussi des questions : je suis très attentif à la protection de l’anonymat des utilisateurs et à la qualité des sites internet accessibles en milieu scolaire.

Les questions de santé seront aussi étudiées très attentivement qu’il s’agisse de l’exposition aux ondes ou des problèmes oculaires et musculo-squelettiques liés à des usages prolongés et réguliers.

Malgré ces réserves, il me semble que nous sommes à l’aube d’un mouvement semblable à celui qui, au milieu des années 1970, a vu la généralisation, dans le cartable de l’élève, des calculatrices …. mais aujourd’hui on pourrait peut-être parler de « littératrices », si vous me permettez le néologisme."

 éduscol, le 08/02/2011