ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Accompagnement à la scolarité

Accompagnement à la scolarité

Cadre de référence

Discours, conférences de presse

Rencontre autour de l'accompagnement éducatif

Discours de Xavier Darcos - 11 juillet 2007
"Réunissant de nombreux acteurs de l'accompagnement éducatif, le ministre de l'éducation nationale a rappelé les engagements prioritaires que, dans la lettre de mission qu'il lui a adressée, le Président de la République lui demande de tenir :
"- proposer des études dirigées dans l'éducation prioritaire dès la rentrée 2007 ;
  - doubler la place du sport à l'école ;
  - renforcer l'enseignement culturel et artistique et développer la pratique artistique."
Extraits du discours :
"... Les enfants et les adolescents qui auront choisi de rester en milieu scolaire après les cours y bénéficieront d'une aide aux devoirs sous la forme d'études dirigées [...]. Elles pourront être conduites par des enseignants volontaires et spécialement rémunérés. Ces derniers pourront être accompagnés par des assistants, des bénévoles venus du monde associatif ou par toute autre personne intervenant déjà dans le cadre des dispositifs existants. [...]
Ainsi, tous les élèves se verront offrir la chance de découvrir, en milieu scolaire ou périscolaire, des activités et des pratiques auxquelles ils n'auraient pas eu forcément accès dans le cadre familial. [...
Proposé aux élèves sur la base du volontariat, cet accompagnement éducatif, qui comprend donc une aide aux devoirs et des activités éducatives complémentaires, sera mis en place dès la rentrée prochaine dans les collèges de l'éducation prioritaire. Le dispositif sera ensuite élargi à tous les collèges dès la rentrée 2008.
Pourquoi donner la priorité au collège ? Parce que c'est à ce niveau charnière entre l'enfance et l'adolescence que le besoin d'accompagnement éducatif se fait le plus sentir. Mais l'offre d'accompagnement éducatif a vocation à être progressivement élargie à l'ensemble des écoles et des établissements scolaires d'ici la rentrée 2011.
Avant que nous nous mettions collectivement au travail, je souhaite insister sur un point qui me paraît essentiel. L'accompagnement éducatif tel que je le conçois n'a pas pour fonction de détruire ce qui existe déjà. Il s'apparente plutôt à un cadre de mutualisation et de mise en cohérence des initiatives en place. Ainsi, les partenariats noués avec les collectivités territoriales et les élus locaux, avec les associations complémentaires, les bénévoles, les étudiants ou encore les actions variées proposées par les autres services de l'État gagneront en cohérence, en lisibilité et en efficacité.
Pour donner sa pleine mesure à un accompagnement éducatif renouvelé, j'entends renforcer l'autonomie des établissements, tout en respectant, bien entendu, le caractère national des programmes d'enseignement. Les personnels d'encadrement auront alors la possibilité et la responsabilité d'inventer des projets pédagogiques ambitieux et originaux, adaptés aux publics spécifiques qu'ils accueillent. Le projet pédagogique permettra de mettre l'accent sur tel ou tel aspect du dispositif d'accompagnement éducatif et ainsi de renforcer l'attractivité des établissements."

Education.gouv.fr, 11/07/2007
http://www.education.gouv.fr/cid5382/rencontre-autour-de-l-accompagnement-educatif.html

     Plan en faveur des TICE : l'utilisation des TICE pour l'accompagnement scolaire

Discours de Gilles de Robien - 14 septembre 2006
"Nous savons tous que se développent actuellement, aux marges de l'Education nationale, des activités commerciales de soutien scolaire...
Le rôle de l'Éducation nationale n'est évidemment pas d'intervenir massivement dans ce marché. Mais elle ne peut laisser se développer une situation où seuls ceux qui en ont les moyens pourraient avoir accès à des produits informatiques de soutien scolaire.
Pour faire respecter l'égalité des chances, l'Education nationale, dont les services sont ouverts à tous les élèves, se doit donc d'être présente dans le domaine de l'accompagnement scolaire via internet...
J'ai donc lancé une réflexion sur la question de l'accompagnement scolaire via les TICE.
Un séminaire national a eu lieu à Amiens les 28 et 29 novembre 2005 qui a permis de faire le point sur les besoins en la matière. Le recteur Lacroix, directeur général du CNED, m'a d'ailleurs remis en juillet dernier un important rapport à ce sujet.
Le conseil territorial de l'Education nationale a été consulté.
A la suite de la consultation qui a été lancée, j'ai pris deux décisions.
La première concerne plus spécifiquement les établissements relevant de l'Education prioritaire, c'est-à-dire des zones défavorisées.
J'ai estimé qu'il était du devoir de l'Education nationale de favoriser l'émergence d'outils d'accompagnement scolaire en ligne dans les établissements où c'était le plus nécessaire.
Nous retrouvons donc le principe même de l'égalité des chances, qui fonde l'éducation prioritaire : donner plus à ceux qui ont moins.
Un appel à propositions, doté d'un cahier des charges a été lancé par le Ministère. 33 dossiers ont été déposés, et 8 ont été validés, dont un projet associant le CNED et une entreprise privée.
Ces 8 projets ont été mis en oeuvre dès cette année, notamment par les collectivités territoriales qui portaient certains de ces projets : le Conseil général de la Somme, le Conseil général du Val d'Oise, la ville de Lyon. L'inspection académique de la Moselle faisait également partie de cette liste...
Ma seconde décision concernant l'accompagnement scolaire touche cette fois directement le CNED.
En effet, le CNED a déjà fait la preuve de ses compétences dans le domaine de l'enseignement à distance ... Je souhaite donc confier au CNED une nouvelle mission, en lui demandant, ainsi qu'à son Directeur général, de me remettre avant le 20 décembre des propositions concrètes pour développer l'accompagnement scolaire par internet. Je lui demande aussi d'envisager, si nécessaire, la création d'un service spécifique au sein même du CNED, ou en partenariat avec d'autres acteurs, afin d'organiser la production pédagogique multimédia et le tutorat à distance des élèves concernés."

Education.gouv.fr, 14/09/2006
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=200511231847

     Egalité des chances et TICE

Voir sur éduscol
Textes de référence sur les TICE :
discours des ministres sur le développement des TICE.

     Egalité des chances, aide aux enfants en difficulté, accompagnement à la scolarité

Discours de Gilles de Robien - 23 novembre 2005
Congrès des maires
"les maires sont -et depuis longtemps !- des partenaires essentiels de l’Education nationale. Ils le sont de surcroît au niveau le plus fondamental de notre système éducatif : l’école primaire, que l’on continue d’ailleurs d’appeler couramment l’ "Ecole communale" ! [...]
Cela dit, nous devons, quant à nous, nous attaquer aux causes profondes de la crise.
Ces causes ont pour nom : chômage, désespoir, errance. Contre ces fléaux, le meilleur remède, c'est encore l’éducation, la formation, l’instruction. Cette vérité, nous n'avons pas attendu ce qui se passe aujourd'hui pour la découvrir !
Et l'Education nationale n'a pas à rougir de son travail dans ces quartiers difficiles, en particulier dans le cadre des Zones d'Education Prioritaire. Et avant d’accabler les "ZEP", je crois qu’il faut se poser une question simple : que se serait-il passé sans elles ?
Mais si nous n'avons pas à rougir, nous n'avons pas non plus à nous satisfaire ; très loin de là ! Nous devons faire plus, nous devons faire mieux, et surtout : nous devons faire autrement !
C’est pourquoi le Premier ministre m’a demandé de prendre sans attendre d’importantes mesures, qui visent trois objectifs :
1. renforcer le soutien scolaire aux élèves en difficulté
2. construire une nouvelle forme d’apprentissage
3. intensifier notre effort pour l’égalité des chances et la promotion du mérite."

Education.fr, 23/11/2005
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=200511231847

Discours de Gilles de Robien - 9 novembre 2005
A la suite des mesures annoncées par le Premier ministre dans le domaine de l'Éducation

Extraits
"Notre devoir, notre mission, c'est de donner une réalité au principe d'égalité des chances ; nous ne pouvons accepter qu'il se transforme en expression vide de sens ; il en va de la justice à l'égard des personnes, et de l'avenir du pays.

Premier constat : certains élèves ne parviennent pas à surmonter leurs difficultés, mais pourraient le faire avec une aide accrue, un encadrement plus adapté, un suivi plus serré. Nous avons donc décidé de renforcer les mesures de soutien scolaire, et de les diversifier.

Premier axe, le renforcement du soutien scolaire aux élèves en difficulté :
Cela passe, sur un plan d'ensemble, par une réorganisation et une relance de l'Education prioritaire. Le Premier Ministre m'a demandé de lui faire des propositions sur ce point dès le mois de janvier. J'ai saisi les Inspections générales de cette demande, en leur proposant de donner des réponses pragmatiques et opérationnelles sur cinq sujets essentiels :
- Les enseignants : Comment les former ? (cette question devra d'ailleurs faire partie du travail de définition du cahier des charges des IUFM) Qui nommer en ZEP ?
- Le soutien scolaire dans les ZEP (il y a en effet une inégalité entre les enfants qui sont aidés chez eux et ceux qui ne le sont pas !)
- La valorisation des efforts et du mérite
- La redéfinition de la carte des ZEP
- Le développement de la mixité sociale. [...]

Ensuite,
Nous devons renforcer les dispositifs récemment mis en place pour améliorer l'aide pédagogique aux élèves.
- Le Premier Ministre a décidé d'affecter, dès janvier 2006, 5 000 assistants pédagogiques dans les 1200 collèges des quartiers sensibles. Je rappelle que cette formule a été mise en place lors de la dernière rentrée dans 350 lycées situés dans des quartiers en grande difficulté. Ces assistants pédagogiques sont des étudiants, employés à mi-temps, qui apportent leurs concours aux enseignants pour aider les élèves dans leurs travaux scolaires, en leur apportant conseil, méthode, en les aidant à préparer leur devoir et à réviser leurs cours.
- Nous allons également doubler le nombre d'équipes de réussite éducative prévues par le plan de cohésion sociale piloté par Jean-Louis Borloo : il y en aura 1000 à la fin de 2007. Les membres de ces équipes travaillent hors temps scolaire auprès des élèves.
- Nous allons enfin ouvrir 10 internats de réussite éducative. Ces internats sont destinés à des jeunes qui souffrent d'une situation familiale difficile ou de conditions de logements insuffisantes. Ils doivent encourager des jeunes qui ont besoin d'être encadrés, notamment le soir, par des études surveillées."

Education.gouv.fr, 09/11/2005
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=20051191936

Discours de Gilles de Robien - 8 novembre 2005
Installation du Haut Conseil de l'éducation 
[à propos du socle commun des connaissances]

A l'occasion de l'installation du HCCE, Gilles de Robien a rappelé les valeurs de l'école et l'importance du socle commun des connaissances.

Les valeurs de l'Ecole
"ce sont aussi la laïcité, le respect du travail, la nécessité de l'effort, l'autorité du savoir, le respect des consciences.
Ces valeurs se résument en une formule, qui dit très bien l'idéal de la République : remplacer la naissance par le mérite. Mais s'il est facile à énoncer, cet idéal est très difficile à réaliser.
Et c'est précisément parce que depuis longtemps, la mobilité sociale, la promotion du mérite et l'égalité des chances reculent dans notre pays, que nous devons réfléchir aux meilleurs moyens de remettre la machine en route.

Le socle commun
Cet ensemble de connaissances et de compétences constitue les bases indispensables pour être un citoyen capable de s'insérer dans la société ! Non pas de s'y insérer comme un rouage, mais de s'y insérer comme un homme libre, capable de voler de ses propres ailes, d'y assumer des responsabilités, capable aussi de continuer à se former tout au long de la vie.
Le socle, c'est un tremplin. Le socle, c'est aussi, parce qu'il fonde une culture et une identité. [...]

On ne construit pas une maison en commençant par le toit ! Cela ne signifie pas que le toit vaille moins que les fondations ! Ce n'est pas une question de valeur, c'est une question de logique.
Cela signifie en clair que tant qu'un pilier du socle n'est pas acquis, il n'est pas raisonnable de vouloir construire autre chose, car ce serait bâtir sur du sable ! Le socle fournit donc aussi un principe de discernement et un principe d'organisation des enseignements, non un principe de limitation.
Cette définition permet ensuite à l'ensemble de la communauté nationale « d'y voir clair » et de savoir concrètement ce que l'on doit apprendre impérativement à l'école et au collège.
J'insiste sur ce point, car depuis trop longtemps, nos compatriotes, en particulier les parents, ont le sentiment de ne plus vraiment comprendre ce que l'on apprend à l'école .
Ils ne distinguent plus très bien, dans le fourmillement d'activités, de matières, d'apprentissages, la cohérence, la logique, la finalité de l'ensemble ; ils ne distinguent plus non plus entre l'essentiel et l'accessoire. Le socle est un vrai moteur d'égalité des chances.
Enfin, cette redéfinition permettra à l'institution elle-même, mais aussi aux élèves, de se fixer des objectifs et d'être évalués en conséquence. Identifier clairement ce que l'on doit savoir de manière impérative, c'est une manière de structurer son esprit et de mobiliser sa volonté.
Ce socle des indispensables crée une obligation : celle de tout entreprendre pour atteindre ce résultat. A cet effet, il doit s'accompagner d'une nouvelle stratégie pour épauler les élèves éprouvant des difficultés à l'acquérir. Tel est l'objectif des programmes personnalisés de réussite éducative.
Ce socle, la représentation nationale a voulu en définir les grandes lignes :
- la maîtrise de la langue française ;
- la connaissance des principaux éléments de mathématiques ;
- une culture humaniste et scientifique permettant le libre exercice de la citoyenneté ;
- la pratique d'au moins une langue vivante étrangère ;
- la maîtrise des techniques usuelles de l'information et de la communication.
Il reste maintenant à préciser le contenu de chacun de ces piliers..."

Education.gouv.fr, 08/11/2005
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=20051181618

Discours de Gilles de Robien - 21 septembre 2005
6ème Forum mondial de la démocratie électronique, Issy-les-Moulineaux
[à propos des TICE]

Gilles de Robien, ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche s'est exprimé sur l'e-démocratie lors du 6ème forum mondial de la démocratie électronique. Ce fut l'occasion, pour ce dernier, d'aborder quelques-unes des questions que la société de l'information pose à notre système éducatif.

Extraits
"... Plus encore qu’hier sans doute, il faut apprendre à trier, hiérarchiser,"digérer" l’information. [...]
L’impératif, pour nos systèmes éducatifs, est donc de profiter de la chance offerte par le numérique tout en relevant le défi de son bon usage ; ce qui suppose d’imaginer de nouvelles manières d’enseigner, comme de nouvelles manières d’apprendre. [...]
J'ai vu récemment fonctionner dans l'Eure un tableau électronique qui permet au professeur, comme à l'élève qui passe au tableau, d'avoir en instantané le monde Internet à sa disposition pour illustrer son cours ou son exposé ! [...]
Nous devons d’ailleurs réfléchir à l’extension de son rôle au profit des enfants malades et de tous ceux qui ont besoin de soutien scolaire. Car il faut que le service public, aux côtés des acteurs privés, soit, lui aussi, en mesure d'aider les élèves en dehors de l’école.
Je rappelle en effet que les trois quarts des foyers sont aujourd’hui équipés d'ordinateurs, ce qui facilite l’accès de ces familles à des aides privées. Mais il en résulte évidemment un handicap important pour les enfants issus de familles qui ne peuvent pas s’offrir ce genre de services en ligne !
... Il appartient donc aux pouvoirs publics d'intervenir pour garantir l'égalité des chances entre les enfants. Des collectivités locales s'y engagent déjà.

Plus largement, l’avènement du net nous met devant quelques questions fondamentales :
Comment le temps long de l’éducation s'adaptera-t-il au temps immédiat de la « toile » ? Quels changements l’introduction des nouvelles technologies entraînera-t-elle dans les méthodes d’apprentissage ?  [...]
Il importe donc que l’Ecole leur apprenne à s’en servir intelligemment, à s’y repérer, à ne pas en être seulement des consommateurs, mais des utilisateurs avisés. Autrement dit : des utilisateurs conscients de ce que l’ordinateur ne pourra jamais remplacer, conscients aussi des formidables richesses que l’internet pourra leur apporter !  [...]
La loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'Ecole a inclus la maîtrise des technologies de l'information et de la communication dans les 5 composantes du "socle commun" que chaque élève doit acquérir au cours de sa scolarité obligatoire.
Mais si apprendre à se servir de l'ordinateur est indispensable et peut se faire dans des lieux collectifs, son usage, comme celui du livre, nécessite une appropriation au moins momentanée.
On ne peut pas plus travailler avec Internet à plusieurs qu'on ne peut lire à plusieurs efficacement.
Cette évidence implique que nous inventions des modalités de prêts d'ordinateurs, comme on a su le faire pour les livres.
Je viens de lancer une réflexion sur ce point : il s’agirait de procéder, par le biais d’appels à projet, à une expérience de prêts d'ordinateurs avec liaison Internet et accompagnement scolaire.
On confierait ces matériels pour une année scolaire à des élèves de fin du primaire, en ZEP, sous le contrôle des académies et avec l'accord du professeur d'école volontaire...
C'est dans le même esprit que se sont mis en place depuis septembre 2003 les espaces numériques de travail (ENT), à destination des enseignants et des parents d’élèves.
Plus de 140 000 personnes les utilisent aujourd'hui. Ils accèdent en ligne, 7 jours sur 7, à l'ensemble des services numériques offerts par leur établissement scolaire.
Chaque membre d'une communauté éducative, y compris les parents, peut ainsi consulter dans un environnement sécurisé et simple d'accès, l'emploi du temps, les notes, le cahier de textes et les contenus pédagogiques.
Mon objectif est qu'à l'horizon 2007 ces espaces numériques de travail, chaque jour enrichis de nouvelles possibilités, soient généralisés à l'ensemble des écoles, collèges et lycées..."

Education.gouv.fr, 21 septembre 2005
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=20059281740

Discours de Gilles de Robien - 31 août 2005
Rentrée scolaire 2005

"Soulignant que « l’école en France réussit beaucoup mieux que ce que l’on veut parfois nous faire croire », Gilles de Robien, ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche a défini lors de sa conférence de presse les deux priorités de la rentrée scolaire 2005 : l’égalité des chances, « pilier essentiel de notre école républicaine », et l’insertion professionnelle des jeunes. Il a en outre indiqué les points forts des chantiers qu’il a décidé d’ouvrir : le socle commun des connaissances et des compétences pour tous les élèves, la formation des enseignants, l’éducation prioritaire et la place des parents dans le système éducatif."

Education.gouv.fr, 31/08/2005
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=20058311142

Abécédaire de la rentrée scolaire 2005
2 fiches à consulter.
Elles ne concernent pas directement l'accompagnement à la scolarité mais l'aide aux élèves en difficulté dans le cadre de l'école.
- Soutien scolaire : de nombreux dispositifs d’aide à la réussite des élèves
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/actu/2005/rentree_scolaire/soutien.pdf
- Assistants pédagogiques
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/actu/2005/rentree_scolaire/assistants.pdf

Communiqué de presse - 23 septembre 2005
1500 assistants pédagogiques en soutien aux lycéens en difficulté
"Gilles de Robien, ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a fait savoir que le décret sur les assistants pédagogiques souhaité par les lycéens était publié. Ce décret précise clairement leur mission et leur statut. Cette mesure vise à renforcer l'égalité des chances sur le territoire. A cet effet, 1500 assistants pédagogiques seront ainsi affectés d'ici le mois d'octobre dans 344 lycées de métropole et 17 lycées d'outre-mer où se concentrent des difficultés sociales et scolaires. Ce sont des assistants d'éducation recrutés pour accomplir une mission nouvelle, définie par le décret : l'appui aux personnels enseignants par le soutien et l'accompagnement pédagogiques."

Communiqué de presse, 23/09/2005
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=20059231531

Relevé de conclusions à la suite de la réunion du 12 avril 2005 avec l'UNL et la FIDL
"La confiance dans l'école est un objectif général commun à tous, fondé sur l'égalité des chances. A ce titre les références aux valeurs de l'école de la République doivent bien être au coeur du projet éducatif. Aussi, est-ce dans cette perspective qu' un certain nombre de certitudes ont été données à l'UNL et à la FIDL, lors de la réunion du 12 avril 2005:
1) Valorisation certaines des options et filières technologiques et professionnelles ;
2) Dédoublement des langues en terminale générale ;
3) Renforcement de la démocratie et de la vie lycéenne ;
4) Renforcement de l'interdisciplinarité ;
5) Accompagnement des élèves en difficulté ;
Et enfin, l'assurance que les moyens nécessaires à la réalisation de ces objectifs, dès 2006, sont inscrits au budget de l'Etat."

Accompagnement des élèves en difficulté
De nombreux élèves connaissent des difficultés scolaires au lycée. Afin de les aider à maîtriser les méthodes et les contenus enseignés, des assistants pédagogiques spécialement recrutés accompagneront les élèves sous la forme d'un tutorat : aide aux devoirs, rattrapage des cours, approfondissements. Ils pourront également intervenir en soutien des travaux interdisciplinaires.
Ces assistants seront recrutés parmi des étudiants se préparant aux concours de recrutement de professeur et seront prioritairement affectés dans les établissements situés dans des zones difficiles ou socialement défavorisées.
Une programmation rigoureuse sera établie en rapport avec le nombre d'élèves susceptibles d'être concernés.

Education.gouv.fr, 13/04/2005
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=2005413719

______________________________

   Pour mémoire

Conférence de presse - Jack Lang et Ségolène Royal - 23 août 2001
Les familles et l'école
"Les ministres chargés de l’éducation nationale et de la famille ont tenu une conférence de presse commune, marquant ainsi la priorité déjà affirmée de placer l’enfant au cœur du système éducatif.
Cette conférence de presse s'est articulée autour de trois objectifs
- soutenir les familles, accueillir les enfants...
- renforcer entre les relations entre les familles et l'école
 (mieux se comprendre pour la réussite des élèves, mieux coopérer)...
- aider et protéger les élèves...

L'accompagnement à la scolarité
"Le travail personnel, accompli hors de l’Ecole contribue, de nombreuses études le montrent, à creuser l’écart dans les résultats scolaires entre les enfants et les jeunes de milieux différents et se trouve être un facteur important d’inégalités. L’accompagnement à la scolarité, pour favoriser l’égalité des chances, propose aux élèves et à leurs familles, notamment les plus démunis, hors du temps scolaire, l’aide dont ils ont besoin."

Education.gouv.fr, 23/08/2001
http://www.education.gouv.fr/discours/2001/familledp.htm