Handicap et TICE

1. Politiques en faveur des handicapés

Scolarisation des élèves handicapés

Sur les sites institutionnels

men

Informations générales
"La loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées renforce les actions en faveur de la scolarisation des élèves handicapés. Elle affirme le droit pour chacun à une scolarisation en milieu ordinaire au plus près de son domicile, à un parcours scolaire continu et adapté."
- Dispositifs de scolarisation
- Parcours de formation
- Aménagement des parcours

Education.gouv.fr

eduscol

Axes d'action
Sur le site de la DGESCO (Direction générale de l'enseignement scolaire)
- Projet personnalisé de scolarisation
- Enseignants référents
- Aides humaines
- Formation des enseignants
- Dispositifs collectifs

éduscol

Enseignement de la langue des signes française à l'école, au collège et au lycée
Programmes et textes de référence
"La scolarisation des jeunes sourds en milieu ordinaire connaît de réels progrès : depuis 2005, la langue des signes française (LSF) est reconnue comme une langue à part entière et tout élève concerné doit pouvoir recevoir un enseignement de LSF. Celui-ci est désormais proposé à l'école primaire depuis la rentrée 2008 et le sera, au collège et au lycée, à la rentrée 2009. En outre, depuis 2008, une épreuve facultative de LSF est proposée au baccalauréat à tous les élèves, qu'ils soient sourds ou entendants. En 2010, le CAPES de LSF sera créé."

éduscol

esen

L'évaluation des compétences des élèves handicapés
Synthèse du séminaire "La qualité de la scolarisation des élèves handicapés : évaluer les compétences dans le second degré" par Catherine Becchetti-Bizot, IGEN Lettres qui résume la problématique de ces journées par la question "Comment évaluer sans exclure ? Comment concevoir une évaluation inclusive ?"

"Il faut redéfinir ce qu’est l’évaluation dans le cadre scolaire : il y a un renversement à opérer, difficile en France parce qu’il ne correspond pas à nos habitudes et qu’il met en cause nos représentations : il  s’agit non plus d’apprendre pour passer un diplôme ou réussir un examen, mais d’évaluer pour faire  apprendre, pour construire et développer des compétences, pour faire progresser les élèves dans les  apprentissages.
Il faut briser un certain nombre de représentations qui opposent une résistance forte au changement.
Par exemple :
- chasser l’idée qu’un élève n’est pas capable (on n’est jamais sûr de rien) : c’est la "présomption d’incapacité" ;
- briser aussi la "présomption d’incompétence" qui, chez les professeurs, en est le pendant ;
- détruire aussi l’illusion inverse que pour un élève dont le handicap n’est pas visible ou n’atteint pas la sphère mentale, il  n’y aurait pas d’adaptation pédagogique à mettre en place (ou que tout relève du médical) ;
- chasser la peur d’exposer l’élève à des risques dans certaines situations de travail ou lors de  activités physiques ou sportives, qui empêche de le mettre en situation d’apprentissage, etc."

ESEN (Ecole supérieure de l'Education nationale), 26 mars 2009, PDF (66 ko), 4 p.