Livre numérique

3. Politiques mises en oeuvre

Au niveau international

Quelle place pour les acteurs de la chaîne du livre dans le prêt numérique ?

Colloque annuel du PILEn : panorama du prêt numérique en bibliothèque

«En France, PNB (Prêt Numérique en Bibliothèque) connaît des débuts remarqués, dans un contexte où seulement 4% des grands établissements disposent d’un service de prêt d’e-books, contre 95% aux États-Unis. En Belgique, du côté de la Fédération Wallonie-Bruxelles, les bibliothèques se fédèrent autour d'un consortium, qui pourrait utiliser en partie PNB, alors que, côté flamand, le programme "E-boeken in de bib" s'articule autour de l’opérateur BibNet.
Avec Pretnumerique.ca, le modèle québécois s’inscrit également dans une démarche collective impliquant divers intervenants de la chaîne du livre, à la différence du Canada anglophone dont l’offre de services se situe dans le sillage de celle des États-Unis.
Aux États-Unis, les relations commerciales se tissent directement entre les plateformes de distribution et les bibliothèques, sans la médiation des librairies, essentiellement via  OverDrive (90% des parts de marché).
Ces initiatives entrent en concurrence avec des services commerciaux de location (Netflix, Deezer, Amazon, etc.). Toutefois, ce modèle économique n’est pas encore stabilisé. Les maisons d’édition se montrent réticentes à fondre leur catalogue dans ce type d’offre. De plus, les plateformes ont plutôt tendance à attirer les très gros lecteurs. En conséquence, les droits reversés sont particulièrement élevés. Cependant, ces acteurs portent des modèles d’usage susceptibles d’empiéter sur le terrain des bibliothèques.»

Enssib, le 30/11/2014