Manuel numérique

4. Cadre général des manuels scolaires

Définitions

Le Petit Robert
Ouvrage didactique présentant sous un format maniable, les notions essentielles d'une science, et spécialement les connaissances exigées par les programmes scolaires.

Alain-Marie Bassy, Alain Séré, IGAENR - IGEN
"Son objectif premier est de décliner, de manière organisée et progressive, les savoirs définis par les programmes officiels". Mais le manuel n'est pas le programme précise le rapport.  "Il fournit à l'enseignant et à l'élève des supports d'enseignement ou d'apprentissage pour l'acquisition des connaissances ou des compétences visées par ces programmes". En ce qui concerne le socle commun des connaissances et de compétences, "chaque compétence qui le constitue requiert la contribution de plusieurs disciplines et chaque discipline contribue à l'acquisition de plusieurs compétences." Pour l'instant, l'offre de manuels scolaires remarque le rapport n'intègre que très progressivement ces logiques nouvelles induites par le socle.
"Sur un plan strictement formel... le manuel scolaire se rapporte à trois fonctions principales : l'exposé d'une leçon, la présentation de ressources documentaires et une offre d'exercices destinés à l'entraînement disciplinaire."
"Le manuel offre également une dimension idéolologique, qu'il faut concevoir comme l'occasion d'une réflexion sur les valeurs de vie qu'une communauté sociale et nationale souhaite partager en son sein."

Le manuel scolaire à l'heure du numérique, une "nouvelle donne" de la politique des ressources pour l'enseignement : rapport remis à Luc Chatel, juillet 2010. [extrait : p. 6-28]
http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/telechargement/rapport-ig-manuels-scolaires-2010.pdf

Alain Choppin
Le manuel, comme en témoigne son étymologie (latin manus, la main), se définit à l'origine comme un ouvrage de format réduit qui renferme l'essentiel des connaissances relatives à un domaine donné. Depuis la fin du  [19ème siècle], ce terme désigne tout spécialement les ouvrages qui présentent celles qui sont exigées par les programmes scolaires. [...]
Ce que l'opinion publique désigne sous l'appellation générique de "manuels" recouvre en réalité des instruments qui assument des fonctions pédagogiques diverses bien que complémentaires. Ils ne jouissent d'ailleurs pas du même statut réglementaire et leur mode de financement n'est pas assuré de façon identique.

Dictionnaire encyclopédique de l'éducation et de la formation. Paris : Nathan Université, 2ème éd., 1998 [extrait : p. 666-669]  

Pascale Gossin
Un manuel scolaire papier développe le contenu des connaissances à acquérir dans une discipline d'enseignement pour un niveau donné. Il propose un cours complété par des documents (photographies, schémas, cartes, textes, références bibliographiques...) produits spécifiquement ou issus d'un reproduction. Des exercices permettant d'évaluer les acquis. Il adopte une démarche didactique spécifique."
L'auteure étaye sa définition autour de trois axes :
- la matérialité de l'objet
- son contenu documentaire
- ses choix didactiques.

La lecture numérique : réalités, enjeux et perspectives. Lyon : Presses de l'Enssib (Référence), avril 2004 [chapitre 7, p. 225]
http://www.enssib.fr/npds/sections.php?op=viewarticle&artid=143

Point de vue des chercheurs

Manuels numériques, TICE au collège

« Cette contribution vise à introduire quelques éléments de réflexion concernant les utilisations de manuels numériques. Elle prend appui sur la présentation succincte d’une recherche récente menée en deux phases successives par les équipes du laboratoire STEF (ENS Cachan) dans les collèges de l’académie de Créteil. »

Adjectif analyses, recherches sur les TICE, 25 juin 2013

Alain Choppin, Enseignant chercheur au Service d'histoire de l'éducation
Il distingue
- les manuels au sens strict [...]
- les outils de référence  [...]
- les éditions classiques  [...]
- les ouvrages parascolaires  [...]

Dictionnaire encyclopédique de l'éducation et de la formation. Paris : Nathan Université, 2ème éd., 1998, [extrait : p.666-669]

Pierre Moeglin, Directeur de la Maison des sciences de l'homme, Paris nord
«La «didactisation» des livres édiucatifs et l'industrialisation de leur production sont contemporaines de la massification du système éducatif moderne et de l'essor de l'industrie éditoriale en général...»
Pierre Moegin : Les industries éducatives. Paris : PUF, 2010. (Que sais-je ?).

Entretien avec le philosophe Bernard Stiegler
Bernard Stiegler est directeur de l'Institut de recherche et d'innovation (IRI), professeur à l'Université de technologie de Compiègne.
Cet entretien, mené par Ivana Ballarini et Alexandre Serres, est paru dans Mediadoc n° 2, avil 2009 "Éducation aux médias et culture de l’information".

Extrait concernant les manuels

"Une approche théorique et formelle devrait être mise en œuvre par des professeurs spécialisés qui n’enseigneraient pas seulement les méthodes de travail liées aux technologies de l’information mais l’histoire des supports et la théorie de leur place dans la constitution même des savoirs. Il faudrait ensuite que les autres professeurs pratiquent ces techniques dans les autres disciplines, et que le cinéma, la vidéo et la pratique des médias numériques prennent leur place dans l’histoire, la transmission et la production des savoirs, comme l’écriture qui est de toute évidence le médium commun à toutes les formes de connaissances enseignées. Il faudrait pour cela repenser et enrichir le concept des manuels scolaires qui ont été conçus à l’époque de Jules Ferry - d’ailleurs génialement - au sens où ils consistaient à établir un cahier des charges, sous l’autorité de l’inspection générale mais réalisé par des éditeurs privés. Il faudrait que les disciplines passent aujourd’hui par les pratiques de l’audiovisuel et du web de façon structurelle, que l’on arrive à une pratique massive de cette culture, que les manuels soient conçus dans cette perspective et en partie sur ces supports eux-mêmes. Un enseignement historique de la place des supports doit être associé à une pratique généralisée."

Sur le site de la Fadben
http://www.fadben.asso.fr/spip.php?article78

Statut et valeur du manuel dans les textes officiels

Statut de livre scolaire

Décret n°2004-922 du 31 août 2004 relatif au prix du livre scolaire : Article 1
Le premier alinéa de l'article 1er du décret du 8 août 1985 susvisé est modifié ainsi qu'il suit :
Sont considérés comme livres scolaires, au sens de l'alinéa 4 de l'article 3 de la loi du 10 août 1981 susvisée, les manuels et leur mode d'emploi, ainsi que les cahiers d'exercices et de travaux pratiques qui les complètent ou les ensembles de fiches qui s'y substituent, régulièrement utilisés dans le cadre de l'enseignement primaire, secondaire et préparatoire aux grandes écoles, ainsi que des formations au brevet de technicien supérieur, et conçus pour répondre à un programme préalablement défini ou agréé par les ministres concernés.

Journal Officiel, 2 septembre 2004
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=MCCB0400545D

Valeur du manuel

Note de service n° 86-133 du 14 mars 1986 relative aux manuels scolaires de collèges
Cette note de service a été adressée aux recteurs, aux inspecteurs d'académie, directeurs des services départementaux de l'Education nationale et aux principaux, dans le cadre des changements de programme de plusieurs disciplines en 6ème lors de la rentrée 1986. Une première partie et consacrée à la valeur du manuel et une deuxième partie aux choix des manuels.
Le manuel est un auxiliaire pédagogique pour le professeur et une aide pour l'élève.
"Il accompagne l'action du professeur en classe et la prolonge hors de la classe.
Le manuel rassemble à l'intention de tous les élèves d'un niveau donné les connaissances et les méthodes à acquérir. Le professeur trouve dans le manuel des éléments précieux pour la préparation des cours, ainsi que pour la conduite et l'organisation de la classe.
Le manuel doit laisser le professeur libre de choisir les méthodes pédagogiques adaptées aux différents groupes d'élèves. Son utilisation ne le dispense pas de recourir à d'autres moyens.
Dans les différents travaux que l'élève effectue en dehors de la présence directe du professeur, le manuel apporte une aide importante sinon essentielle : en s'y reportant, l'élève peut reprendre les éléments fondamentaux du cours, corriger et compléter les notes prises en classe, consolider et approfondir ses connaissances, s'entraîner grâce aux exercices proposés et signalés par le professeur.
Le manuel fournit en permanence des repères qui permettent à l'élève, par des retours en arrière, de situer ce qu'il vient d'apprendre par rapport à ce qu'il sait déjà. Son utilisation facilite ainsi l'assimilation progressive des notions nouvelles.
Il est également, parmi d'autres, un instrument de liaison entre le professeur, l'élève et les parents, entre le travail fait au collège et celui qui est réalisé à la maison. 
Prêté pendant les vacances, il peut faciliter la consolidation des connaissances encore fragiles ou instables et permettre d'aborder plus aisément le programme de l'année scolaire suivante.
Il est donc particulièrement important que l'élève soit progressivement initié à l'utilisation régulière, fréquente, raisonnée et pertinente des manuels qui lui sont confiés. Cet apprentissage permettra progressivement à l'élève d'accéder seul au savoir."

Le manuel est aussi un livre, un instrument de référence, un moyen d'accès à la culture.
"Dans toutes les disciplines, le manuel est un livre que l'élève a plaisir à lire et à posséder.
Professeurs et bibliothécaires-documentalistes feront valoir cet aspect et souligneront, au-delà du découpage qu'imposent les besoins d'une progression, l'unité organique du manuel qui en fait un livre véritable. Ils montreront que le manuel est une synthèse adaptée au développement de l'intelligence des élèves et à l'état de la connaissance dans une discipline.
Les manuels figureront donc sur les rayonnages de la bibliothèque du CDI.
L'attention des responsables des bibliothèques et des organismes culturels locaux sera appelée sur l'intérêt de mettre à la disposition de tout lecteur des collections de manuels. Ces dispositions permettront à un public élargi d'accéder à l'ensemble des connaissances et des méthodes qui constituent la formation de qualité dispensée par le collège.
Dans les actions de développement de la lecture que chaque collège doit entreprendre, on ne négligera pas d'utiliser le manuel parmi d'autres ouvrages."

Adress'RLR

Choix des manuels

Critères et procédures de choix

Note de service n° 86-133 du 14 mars 1986 relative aux manuels scolaires de collèges

Cette note de service a été adressée aux recteurs, aux inspecteurs d'académie, directeurs des services départementaux de l'Education nationale et aux principaux, dans le cadre des changements de programme de plusieurs disciplines en 6ème lors de la rentrée 1986. Une première partie et consacrée à la valeur du manuel et une deuxième partie aux choix des manuels.

II Choix des manuels

1. Critères de choix
"Le manuel doit être conforme aux programmes et instructions et aider les élèves à atteindre les trois objectifs généraux assignés au collège : développer la pensée logique, apprendre à maîtriser la trilogie : écrit, oral, image, donner l'habitude du travail personnel.
Par son contenu et sa conception, il doit faciliter l'étude des thèmes transversaux.
La rigueur scientifique dans l'exposé des connaissances, dans les propositions d'exercices et dans le développement des méthodes, l'objectivité et le respect scrupuleux des opinions, l'absence des préjugés sexistes ou racistes, la simplicité, la correction et la qualité de la langue, la pertinence et la qualité de la documentation et de l'iconographie doivent nécessairement figurer parmi les critères de choix.
Les manuels retenus doivent respecter la liberté pédagogique du professeur, offrir la possibilité de mettre en oeuvre une pédagogie variée en vue d'une organisation différenciée des travaux des groupes d'élèves. Ils ne sauraient exiger le recours à des livrets imposés."

2. Les procédures de choix
"Les équipes pédagogiques réunies par discipline sous la présidence du chef d'établissement tiennent compte des recommandations de la présente circulaire pour proposer des critères de choix au conseil d'administration.
Il appartient en effet à ce dernier, conformément au décret no 85-924 du 30 août 1985, de donner un avis sur les principes du choix des manuels dans l'établissement.
En fonction de cet avis et dans le respect de la liberté du professeur, réaffirmée dans les programmes et instructions, les équipes pédagogiques par discipline opèrent, sous la responsabilité du chef d'établissement, les choix définitifs de manuels en tenant compte du montant des crédits alloués."

Adress'RLR

Le choix des manuels
Depuis Jules Ferry, les enseignants peuvent choisir librement leurs manuels. 
A chaque changement de programme, il y a édition de nouveaux manuels.

A  l'école
Le professeur des écoles choisit le manuel pour sa classe.

L'arrivée du numérique 
L'arrivée du numérique multiplie l'offre du point de vue des supports. En revanche, l'édition de manuels numériques doit prospérer afin d'offrir un éventail de choix aux enseignants, à l'identique de l'édition papier.

Voir aussi :

Financement des manuels

Un financement différent pour chaque cycle

A l'école
Le financement  échoit par tradition aux communes. Il s'inscrit dans le budget global des fournitures scolaires. Cependant la loi n'oblige en rien les communes à acheter et renouveler les manuels scolaires ( cf. décret du 29 janvier 1890  sur les livres et fournitures obligatoires dans les écoles primaires).

Dans le rapport IGAENR - IGEN,  Alain-Marie Bassy, Alain Séré : "Dans les écoles, les municipalités ont en principe la charge financière des manuels, mais c’est dans un cadre plus large et leur acquisition n’a pas de caractère obligatoire. Depuis 1890 en effet, aux termes de la loi, incombe aux communes l’achat des « fournitures scolaires » (dont la papeterie, les craies, les crayons, les gommes, les photocopies, etc.) sans obligation spécifique d’achat de manuels proprement dits." (p. 33)

IGAENR - IGEN,  Alain-Marie Bassy, Alain Séré. Le manuel scolaire à l'heure du numérique, une "nouvelle donne" de la politique des ressources pour l'enseignement. Juillet 2010, 107 p.
http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/telechargement/rapport-ig-manuels-scolaires-2010.pdf

Au collège
Les ouvrages, depuis la loi Haby de 1975, sont gratuits pour les élèves et les parents avec le prêt à tous les élèves des collèges de tous les manuels scolaires. Ils sont achetés par les départements qui reçoivent une dotation budgétaire de l'Etat . Légalement les manuels doivent être renouvelés environ  tous les 4 ans.

Dans le rapport IGAENR - IGEN,  Alain-Marie Bassy, Alain Séré : "Pour les collèges, dans le souci d’alléger le poids du cartable, il n’est pas rare que les conseils généraux financent des « séries supplémentaires » qui restent dans l’établissement, mais c’est l’État qui reste le financeur désigné. Le ministère de l’éducation nationale (DGESCO) délègue ainsi des crédits aux recteurs, qui les délèguent aux inspecteurs d’académie, lesquels les délèguent à leur tour à chaque collège." (p. 33)

IGAENR - IGEN,  Alain-Marie Bassy, Alain Séré. Le manuel scolaire à l'heure du numérique, une "nouvelle donne" de la politique des ressources pour l'enseignement. Juillet 2010, 107 p.
http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/telechargement/rapport-ig-manuels-scolaires-2010.pdf

Au lycée

Les familles assurent le financement, souvent au travers d'associations de parents ou de bourses aux livres. Mais certaines régions prennent progressivement en charge tout ou partie du financement. l'Union nationale lycéenne et la Confédération syndicale des familles préconisent le prêt des manuels par les établissements "solution la plus économique et la plus juste socialement", les éditeurs sont favorables à une aide directe aux familles. Actuellement les modalités de financement sont multiples : subventions directes aux familles, achat par la région des manuels prêtés aux jeunes, chèques livres ou cartes à puces.

Dans le rapport IGAENR - IGEN,  Alain-Marie Bassy, Alain Séré : "En lycée enfin, quelle que soit la voie (générale, technologique ou professionnelle), les familles gardent en principe à leur charge l’achat des manuels. Dans les faits, la situation est sensiblement différente puisque tous les conseils régionaux, à partir de 2004, se sont peu à peu substitués aux familles : tous ont eu pour ambition affichée de promouvoir l’égalité des chances en matière d’éducation en visant à terme l’objectif de la gratuité totale des manuels pour tous les lycéens." (p. 33)

IGAENR - IGEN,  Alain-Marie Bassy, Alain Séré. Le manuel scolaire à l'heure du numérique, une "nouvelle donne" de la politique des ressources pour l'enseignement. Juillet 2010, 107 p.
http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/telechargement/rapport-ig-manuels-scolaires-2010.pdf

Dans le supérieur
Dans le supérieur les ouvrages sont à l'entière charge des étudiants.

Réalisation

Des équipes d'auteurs

De la réflexion, du travail et du temps
"Conçus et rédigés par des équipes d'auteurs rassemblant spécialistes de la discipline, enseignants de terrain, et cadres du Ministère de L'Education Nationale (Inspecteurs, Conseillers Pédagogiques), les livres scolaires demandent de la réflexion, du travail et du temps (d'écriture, de recherche, de réalisation, de tests, de réécriture, de relectures,...).
A titre d'exemples, en mathématiques, le nombre d'étapes et d'expérimentations est tel, qu'à la fin une cinquantaine de personnes auront participé à l'élaboration d'un manuel.

Autres informations sur le manuel et ses usages disponibles sur le site de l'association Savoir Livre :
http://www.desmanuelspourtous.com/manuels_scolaires_toutsavoir.html

 

De nouveaux auteurs à titre individuel

Réaliser un manuel scolaire numérique : témoignage d'enseignant

« Valérie Centi, maître-assistante en français à la Haute École Charlemagne de Liège après avoir répondu à l'appel à projet « École numérique » avec une quinzaine de collègues, a profité de ses vacances pour transformer certaines parties de son cours d'Histoire de la littérature de jeunesse en un manuel enrichi. »
Elle relate dans cet article comment elle a réalisé ce manuel et donne de nombreux conseils pratiques aux enseignants qui souhaitent se lancer dans un projet identique.

Actualitté, 23 août 2013

 Récit d’une création de manuels numériques en SVT

«Je destinais à l’origine en priorité ce manuel aux élèves, mais à une classe particulière d’élèves : ceux qui ont envie de travailler et d’apprendre (les seuls qui, avec des manuels classiques, cherchent à lire les rares textes…). Il constituait aussi un message de soutien pour certains collègues professeurs qui n’osent pas tenir tête aux émules de l’école postmoderne, qui dirige la pédagogie ; impose, aux éditeurs une façon de travailler et de présenter leurs ouvrages, et aux professeurs une façon unique de faire cours. »

Ludovia, 15 avril 201

Lib' : le manuel scolaire numérique selon Belin

« Parmi les éditeurs scolaires, Belin s'inscrit volontiers dans la position de précurseur pour le domaine du manuel numérique. Si, dans un premier temps, l'éditeur indépendant élaborait ses supports numériques presque totalement en interne, il travaille, depuis deux ans, avec la société Immanens, spécialisée dans la production et la diffusion de contenus numériques.  »
http://www.actualitte.com/pedagogies/lib-le-manuel-scolaire-numerique-selon-belin-41230.htm
Actualitté, le 25 mars 2013

Un manuel de français libre et gratuit pour iPad

« Ce manuel n’a pas la prétention de se substituer aux manuels traditionnels. De toute façon, tant que l’on restera engoncé dans l’opposition hugolienne du «Ceci tuera cela», tant que l’on croira nécessaire de choisir l’un ou l’autre, on restreindra sinon la portée du problème du moins la richesse des techniques d’enseignement. Une technique – le plus souvent – ne remplace pas une autre. Internet n’a pas remplacé la télévision, laquelle n’a pas remplacé la radio… L’un ne se substitue pas à l’autre, mais se tient à côté. C’est d’ailleurs tout l’intérêt que je trouve aux tablettes... »

Ralentir travaux.com, 6 septembre 2012

Voir aussi Ludovia, 31 janvier 2013

 

Poids des cartables

Une question de santé publique

Circulaire n° 2008-002 du 11 janvier 2008
"Le poids du cartable est une question de santé publique pour nos enfants : je souhaite que les établissements scolaires s’emparent de cette question, dès à présent, dans le cadre de la prévention du mal de dos en milieu scolaire.
Au vu des pesées réalisées en ce début d’année scolaire, le poids moyen d’un cartable est encore de 8,5 kilos, ce qui correspond à environ 20 % du poids de l’enfant.
Le problème, du port de charge excessif, touche en priorité les jeunes collégiens des classes de 6ème et 5ème qui ont davantage de matière s enseignées que les élèves de l’école primaire et qui, en plus du transport scolaire, doivent se déplacer de salle en salle entre deux cours.
C’est pourquoi je vous demande d’agir de façon pragmatique et de trouver sans délai des solutions concrètes afin de diviser, sous brève échéance, le poids du cartable par deux. Elles concernent l’organisation des établissements scolaires, en lien notamment avec les collectivités locales, l’implication des enseignants et des parents, l’accompagnement des élèves.
Par ailleurs, d’autres dispositions seront prises pour la rentrée 2008, en concertation avec les partenaires de l’Éducation nationale que sont les éditeurs scolaires, les entreprises de la grande distribution et celles qui travaillent sur les nouvelles technologies.

Dès la rentrée 2008 des mesures nouvelles

Des dispositions concertées avec les partenaires
Les éditeurs : les nouveaux manuels feront obligatoirement mention de leur poids et du grammage du papier au dos du fascicule, ce qui donnera aux enseignants et aux familles toute l’information nécessaire au choix du manuel le plus respectueux de la santé des enfants. De nouveaux formats seront proposés à l’occasion du renouvellement de chaque manuel scolaire, avec la division des ouvrages en deux tomes ou en fascicules. Le poids de chaque manuel devra être porté sur les catalogues des éditeurs et figurer parmi les éléments pris en compte lors de la sélection des manuels par les enseignants, et, le cas échéant, lors des appels d’offres relatifs au renouvellement des manuels scolaires.

L’expérimentation de nouveaux formats
L’utilisation du numérique, qui permet d’avoir des supports de qualité, légers, avec une mise à jour rapide et efficace, sera encouragée. Cinquante classes de 6ème vont expérimenter l’e-book, livre numérique qui cumule sur un seul support de moins de 300 grammes l’ensemble des manuels d’un niveau scolaire.
D’autres usages seront étudiés : le format cédérom ou le baladeur numérique.
Cette expérimentation à grande échelle permettra d’accélérer l’innovation industrielle au service de l’éducation, de favoriser l’utilisation des TICE dans un contexte pédagogique et de faciliter la mise à jour des manuels en conformité avec les programmes.
Quelque soit l’évolution de l’outil pédagogique utilisé, les mesures locales résultant de cette réflexion doivent avoir pour objectif de réduire le poids des cartables de 50%."

BO n° 3, 17/01/2008
http://www.education.gouv.fr/bo/2008/3/MENE0701925C.htm