Manuel numérique

Séminaire SDTICE, octobre 2008 : actes

En ligne

Face aux enjeux du numérique

Le point de vue d'un éditeur

Marie Noëlle AUDIGIER, directrice générale des éditions Hatier indique que sur les sites des éditeurs, les enseignants peuvent consulter les ouvrages en feuilletage. Il existe également des ressources complémentaires dans l’environnement du manuel et de l’e-manuel. Elle ajoute que pour un éditeur, le manuel n’est pas tant caractérisé par le contenu que par le découpage de ce contenu. L’originalité du manuel repose sur ce temps de l’année scolaire ainsi que sur sa finitude. Les offres numériques actuelles correspondent à ces caractéristiques.

Les expériences passées montrent que les manuels numériques répondent aux attentes de peu d’enseignants, plutôt caractérisés par leur passion de l’informatique, alors que le manuel
papier ou sa version numérisée, qui demandent moins de temps de travail, correspondent à la majorité.

Elle pense que l’école doit être en synergie avec l’environnement extrascolaire des élèves : elle ne peut pas se contenter du tableau noir et de la craie. Elle ajoute que les animations et cartes interactives présentent des visuels, facilitant l’apprentissage pour les élèves plus sensibles aux images qu’à l’écrit. Toutes ces ressources nouvelles et accessibles bénéficientincontestablement à l’apprentissage.

Elle précise que pour répondre à la problématique du poids des cartables, tous les éditeurs ont présenté une offre de manuel numérisé ou numérique cette année.

Selon elle, les obstacles à l’implantation du numérique se déclinent en trois catégories : équipements insuffisants, manque de formation et d’information pour les enseignants, incohérence des politiques nationales d’évolution vers le numérique.

Elle estime qu’une forte articulation des Collectivités Territoriales avec l’Éducation nationale permettra de concrétiser
la volonté affirmée d’évolution.

Elle rappelle que la recherche et l’adaptation de ces nouveaux médias représentent un coût important pour les éditeurs et que le numérique engendre des coûts supplémentaires pour le reversement des droits de reproduction voire de représentation. Le rôle de l’éditeur se profile comme assembleur. Un manuel numérique plus ou moins enrichi augmente les coûts de 50%.

Le cercle vertueux est l’objectif des éditeurs. De part une politique claire, suivie et coordonnée des institutions partenaires, une impulsion visible des investissements pourra être moteur des changements. Il lui semble indispensable d’informer les enseignants des crédits existants.

Elle pense que cette avancée dans le numérique est une démarche lente.

Réactions

Pascal FAURE, mission TICE, académie de Nancy Metz : demande si un des diversobstacles à l’usage des manuels numériques ne serait pas la concurrence entre les ressources. Il s’interroge également sur la réelle utilisation des manuels papiers.

Marie Noëlle AUDIGIER répond que les manuels sont utilisés de manières très diverses selon les disciplines. Par exemple, les ouvrages de mathématiques ne sont utilisés en classepresque exclusivement que pour les exercices.

Anne DEHESTRU, Fédération PEEP évoque les fédérations de parents d’élèves o qui organisent des bourses aux livres depuis des années et récupèrent certains livres dans un état d’usure quasi nul.

Marc LEHE, Dernières Nouvelles d’Alsace souhaite en savoir plus sur le coût.

Marie Noëlle AUDIGIER répond que la distribution des ressources numériques dans les établissements représente un coût important.

Eric GOLDINGER, Conseil Général des Alpes-Maritimes précise que le conseil aide les établissements à s’abonner à des ressources numériques à hauteur d’une enveloppe de 1500€ par collège afin d’expérimenter leur usage. Après deux mois, il évoque un enthousiasme moindre que celui attendu.

Fabien CREGUT, enseignant en SVT, académie Aix-Marseille juge important de réfléchir ensemble sur les contenus et matériaux à la disposition des enseignants. Il lui semble cependant inapproprié d’investir dans des ressources onéreuses sans montrer aux enseignants la portée de cet outil extraordinaire, lorsque l’on sait s’en servir.

Caroline TAMBAREAU, association les Clionautes pense nécessaire, avant toute chose, une formation à la pédagogie intrinsèque à ces nouveaux outils.

Marie Noëlle AUDIGIER estime que la demande des enseignants repose sur ces interrogations pédagogiques afin de se rassurer dans la pratique.

Claude BAUDOIN, mission TICE, académie de Lyon ne pense pas que la solution réside dans l’attribution d’une somme individuelle responsabilisant l’enseignant. Au contraire, l’ENT est fédérateur d’une communauté éducative.