ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

« Le manuel scolaire à l'heure du numérique : une “ nouvelle donne ” de la politique des ressources pour l’enseignement »

L’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche et l’Inspection générale de l’éducation nationale ont remis à Luc Chatel un rapport qui étudie les différentes composantes du manuel scolaire : fonctions, contenus, usages, acteurs, modèle économique, financement... A l'heure de l'expérimentation du manuel numérique dans les ENT, il se penche sur l'apport de cette expérimentation et les évolutions du manuel numérique dans les perspectives plus globales de la politique des ressources pour l’enseignement.

Quelques précisions sur le manuel scolaire

"Son objectif premier est de décliner, de manière organisée et progressive, les savoirs définis par les programmes officiels". Mais le manuel n'est pas le programme précise le rapport.  "Il fournit à l'enseignant et à l'élève des supports d'enseignement ou d'apprentissage pour l'acquisition des connaissances ou des compétences visées par ces programmes".
En ce qui concerne le socle commun des connaissances et de compétences, "chaque compétence qui le constitue requiert la contribution de plusieurs disciplines et chaque discipline contribue à l'acquisition de plusieurs compétences." Pour l'instant, l'offre de manuels scolaires remarque le rapport n'intègre que très progressivement ces logiques nouvelles induites par le socle.
"Sur un plan strictement formel... le manuel scolaire se rapporte à trois fonctions principales : l'exposé d'une leçon, la présentation de ressources documentaires et une offre d'exercices destinés à l'entraînement disciplinaire."
"Pour les parents, le manuel représente le plus souvent le seul accès aux contenus des programmes scolaires". Cependant, souligne le rapport  "le manuel scolaire, de plus en plus configuré pour être utilisé en classe, sous la conduite avertrie du professeur, est de moins en moins l'ouvrage de référence qui peut aider les parents à soutenir leurs enfants dans leurs parcours scolaires..."
"Le manuel offre également une dimension idéolologique, qu'il faut concevoir comme l'occasion d'une réflexion sur les valeurs de vie qu'une communauté sociale et nationale souhaite partager en son sein."

Le manuel numérique

Du côté des éditeurs

"Dès la mise en chantier d'un manuel, l'éditeur scolaire travaille désormais sur un produit hybride : imprimé et numérique. L'éventail de l'offre reste néanmoins très divers : il va d'annexes numériques fournies sous forme de DVD à de véritables manuels numériques conçus dès l'origine comme tels en passant par des sites compagnons en ligne..., des manuels numérisés en PDF et des manuels numériques... comportant des enrichissements importants (fonctionnalités spécifiques, interactivité, liens, annexes)."  Les éditeurs tablent  sur une certaine pérennité du manuel traditionnel, remarque le rapport, ne croyant pas, pour la plupart d'entre eux,  à la disparition pure et simple des ouvrages imprimés. "En revanche, le manuel-livre pourrait à l’avenir se réduire à un volume sobre formant l’axe autour duquel graviteraient, sous forme numérique, d’autres ressources pédagogiques."

Les évolutions du manuel

En terme d'évolutions technologiques, le rapport souligne qu'il ne faut pas considérer l’ordinateur comme seul support du manuel numérique, mais "c’est bien plutôt la multiplicité des supports qui doit être au centre des préoccupations des créateurs de contenus, des éditeurs scolaires aussi bien que des médiateurs-savants que sont les enseignants". Le rapport met en garde sur le fait qu'il ne faut pas "minimiser les effets de l'illusion qui consiste à mettre sur un pied d'égalité des sources informationnelles sporadiques et le discours que propose un ouvrage construit de manière méthodique..."

Le manuel vu comme service

"Le « manuel » doit être conçu comme un dispositif applicatif complexe, au sens où il doit permettre d’accomplir des tâches diversifiées et intégrée. Le « manuel » numérique n’est plus un objet, il est un service dont la valeur se développe par les usages."

Pour l’enseignant

"Les délimitations documentaires du manuel ne sont pas fixées a priori mais définies par le professeur lui-même au fur et à mesure que se développe son cours."

Pour l'élève

"L’exemplaire dont l’élève dispose n’est plus ce que l’éditeur scolaire a pu proposer, mais ce que le professeur, en connaissance de cause et en fonction de son appréciation des progrès individuels de l’élève estime devoir lui proposer. Le « manuel » est essentiellement interactif."

Pour les parents

"Celui-ci demeure, pour les familles, un outil irremplaçable de structuration des connaissances, dont les ressources numériques restent le complément... la problématique majeure, s’agissant des outils et des ressources numériques, demeure celle de l’égalité d’accès.... Pour l’utilisation au domicile, les effets redoutés sont ceux d’une double fracture numérique : certaines familles en effet ne sont pas équipées des matériels requis."

L'usage du manuel

En classe

"Le recours aux manuels en classe est variable selon les niveaux d’enseignement, les disciplines et les spécialités. Pour le maître, le manuel sert d’abord à mettre en place des situations d’apprentissage.... Très présent, par exemple en histoire-géographie, où sa fonction de réserve documentaire est fréquemment exploitée.... Utilisé comme un réservoir de ressources pour l’évaluation formative...en mathématiques, en sciences. Les observations révèlent de faibles pratiques individualisées des manuels scolaires en classe au profit des pratiques collectives. En cours, les situations où les élèves travaillent de manière individuelle avec leur manuel sont très rares."

Après la classe

"D’une manière générale, les résumés de cours, les synthèses, les rappels de définitions, les lexiques, les exercices d’entraînement, etc. sont reconnus comme les apports essentiels des manuels hors de la classe."

Par les enseignants

Pour l'enseignant, "le manuel est de plus en plus une ressource parmi bien d’autres... À l’évidence, les manuels utilisés par les élèves ne suffisent pas à combler les attentes des enseignants : ils ont besoin de véritables outils d’accompagnement réellement adaptés à leurs besoins en termes de ressources, mais également de méthodes leur permettant d’aborder telle ou telle problématique particulière." Le rapport remarque : "Dans ce domaine, l’institution a certainement un rôle majeur à jouer, car la mise à disposition de ressources appropriées serait non seulement fort utile pour la formation continue des enseignants, mais aussi pour accompagner leur formation initiale."
Par ailleurs, il est noté de nouvelles pratiques pédagogiques chez les enseignants : "De plus en plus s’affirme la volonté de proposer aux élèves certaines formes d’interactivité désormais habituelles dans la sphère publique et privée des enseignants comme des élèves..." Les enseignants... cherchent à introduire dans leur enseignement le fruit de leurs navigations : illustrations, compléments d’information, fichiers sonores. De plus en plus d’enseignants pionniers explorent, avec leurs élèves, les possibilités offertes par les blogs, les wikis et leurs outils d’interaction."

Par les élèves

Par le concours du délégué national à la vie lycéenne et des délégués académiques à la vie lycéenne, l'avis des lycéens a été recueilli à l'aide d'un questionnaire. "Environ 6 % des élèves disent faire un usage « très important » du manuel, cependant que 6,5 % disent en faire un usage « nul ». Cet usage est jugé important dans huit disciplines : histoire-géographie (27,5 % des lycéens), mathématiques (23,5 %), langues vivantes (13 %), physique-chimie (10,5 %), SVT-biologie (7,5 %), français (6,5 %), sciences économiques et sociales (5,5 %), philosophie (2,5 %)... 69 % disent que l’usage du manuel se fait majoritairement en classe, 31 % à la maison."

Usages des ressources numériques à caractère pédagogique par les élèves

Concernant particulièrement les usages des ressources numériques à caractère pédagogique (sur l’internet), en classe et au domicile : "Nombreux sont les lycéens qui consultent, chez eux, des ressources numériques en ligne, pour réaliser leurs devoirs (57,2 % des répondants) ou pour leur propre documentation (29,4 %). Ils sont moins nombreux à développer cette pratique dans les deux lieux (20,1 %) et encore moins dans la classe seulement (8,7 %). Parmi les ressources numériques auxquels accèdent les lycéens, les ouvrages de référence en ligne sont majoritairement cités, au premier rang desquels figure l’encyclopédie collaborative Wikipedia (56,6 % des répondants). En recourant aux ressources numériques, la majorité vise à élargir le champ de ses connaissances au-delà des limites du manuel."

Apports de l'expérimentation "Manuel numérique et ENT"

Après un rappel du contexte de l'expérimentation, il est noté : "Les apports déjà perceptibles correspondent, pour partie, aux attendus de l’expérimentation : poids du cartable, qualité des figures, des illustrations, intérêt et attention renforcés de la part des élèves, ouverture sur des pratiques pédagogiques renouvelées..."
"Si la démarche pédagogique reste frontale, l’utilisation du manuel numérique, avec projection à l’écran, renforce plus encore l’effet magistral et l’apport aux élèves est très faible. Par contre, dans le cas d’une pratique plus inductive, reposant sur une démarche qui associe le visionnement d’une illustration soutenu par un questionnement individuel, des analyses... et enfin une évaluation par un court exercice ou un QCM animé, la plus-value est certaine."
Concernant les conditions de la mise en oeuvre du numérique dans l’espace scolaire, le rapport relève que : " Les deux paramètres de base que sont la maîtrise de l’infrastructure réseau et les équipements, d’une part, et la formation (technique et pédagogique) des enseignants, d’autre part, sont fondamentaux. La question des usages individuels des manuels numériques par les élèves est également une question primordiale qui s’accompagne nécessairement de considérations relatives aux modalités d’accès aux manuels (en ligne ou hors ligne), aux terminaux de consultation (netbooks, tablettes, readers, etc.), à la nature des offres liées à l’accès au manuel numérique."

Modèle économique et financement des manuels

Modèle économique

Le rapport rappelle que : "Production et distribution sont laissées à la diligence des éditeurs et des libraires. Le manuel, même s’il est conforme au programme, n’est aucunement labellisé par l’autorité ministérielle. Ainsi est constituée une sorte de délégation d’un service public (l’accès de tous à la norme pédagogique en vigueur) à des opérateurs privés au sein d’un champ relativement concurrentiel, en évolution du fait de l’arrivée de nouveaux opérateurs. Comme on le sait, le financement de l’achat du produit est largement assuré, lui, par des acteurs publics..."
"À côté des éditeurs, producteurs traditionnels de ressources pédagogiques, apparaissent des producteurs indépendants susceptibles de les concurrencer. C’est le cas de systèmes de production de ressources fondés sur un réseau collaboratif, comme par exemple Sésamath.... Ce dispositif, qui dépend d’un collectif d’enseignants, produit des ressources (cahiers, manuels sous licence libre) et propose des exercices interactifs. Il occuperait aujourd’hui 15 à 20 % du marché des manuels de mathématiques. L’expérience est emblématique d’une évolution qui, en mettant à la disposition des professeurs et de leurs élèves des ressources gratuites ou d’un coût réduit, remet en cause le marché traditionnel des éditeurs et ses règles non écrites."

Financement

Écoles

"Dans les écoles, les municipalités ont en principe la charge financière des manuels, mais c’est dans un cadre plus large et leur acquisition n’a pas de caractère obligatoire. Depuis 1890 en effet, aux termes de la loi, incombe aux communes l’achat des « fournitures scolaires » (dont la papeterie, les craies, les crayons, les gommes, les photocopies, etc.) sans obligation spécifique d’achat de manuels proprement dits."

Collèges

"Pour les collèges, dans le souci d’alléger le poids du cartable, il n’est pas rare que les conseils généraux financent des « séries supplémentaires » qui restent dans l’établissement, mais c’est l’État qui reste le financeur désigné. Le ministère de l’éducation nationale (DGESCO) délègue ainsi des crédits aux recteurs, qui les délèguent aux inspecteurs d’académie, lesquels les délèguent à leur tour à chaque collège."

Lycées

"En lycée enfin, quelle que soit la voie (générale, technologique ou professionnelle), les familles gardent en principe à leur charge l’achat des manuels. Dans les faits, la situation est sensiblement différente puisque tous les conseils régionaux, à partir de 2004, se sont peu à peu substitués aux familles : tous ont eu pour ambition affichée de promouvoir l’égalité des chances en matière d’éducation en visant à terme l’objectif de la gratuité totale des manuels pour tous les lycéens."

Recommandations

Le rapport formule des recommandations pour une "nouvelle donne" de la ressource éducative, organisées en six axes et proposées, d'une part, au plan stratégique, et d'autre part, au plan opérationnel.
Ces recommandations concernent :

  • la formation des élèves à la maîtrise des médias numériques ;
  • les prescriptions en matière de manuels, de ressources et d'outils pour l'enseignement ;
  • l'offre éditoriale de ressources pour l'enseignement, avec en perspective de déboucher sur une qualification "manuel scolaire";
  • la répartition des responsabilités entre l'État et les collectivités territoriales en matière de ressources pour l'enseignement ;
  • la formation initiale et continue des enseignants et des corps d'inspection ;
  • le dialogue entre éditeurs publics et privés. 

Ce rapport aborde également la production éditoriale et l'usage des manuels numériques à l'étranger (Europe, Etats-Unis, Japon) et souligne l'importance du référencement des ressources numériques, s'agissant de la disponibilité et de l'utilisation des ressources dans l'enseignement.

Le manuel scolaire à l'heure du  numérique, une "nouvelle donne" de la politique des ressources pour l'enseignement, rapport de l'IGAENR - IGEN,  Alain-Marie Bassy, Alain Séré, juillet 2010, 107 p.