ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Le modèle de l'école éloignée en réseau

Le Cefrio publie un rapport présentant les résultats d'une expérimentation au Québec, dénommée École éloignée en réseau (ÉÉR). Ce dispositif innovant de "télécollaboration par Internet" pour les écoles rurales est analysé sous l'angle socioculturel à travers cinq chapitres distincts : l’élève, l’enseignant, la classe, l’école, la commission scolaire et le système éducatif québécois. L'ÉÉR est un modèle qui s'inscrit dans le cadre plus large de la politique québécoise d'occupation du territoire dont l'objectif est d'éviter la fermeture de structures scolaires modestes ne disposant pas de ressources locales suffisantes pour garantir un environnement d'apprentissage de qualité.

Le CEFRIO, centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations, à l’aide des technologies de l’information et de la communication (TIC) et le ministère de l’Éducation du Loisir et du Sport ont mis en place l'École Éloignée en Réseau afin d'améliorer l'environnement éducatif des écoles de petite taille au Québec. 

Écoliers et enseignants : tendances observées 

Différents constats sont effectués tout au long du rapport. Après cinq ans l'étude constate qu'un élève de l'ÉÉR est plus motivé qu'un apprenant ne faisant pas partie de ce dispositif. De même, on observe que les élèves de niveau primaire fréquentant une école éloignée en réseau obtiennent désormais la moyenne de passage au niveau de la compréhension de l'écrit, facteur décisif en matière de réussite scolaire. Cette tendance positive est aussi perçue au niveau de l'expression écrite et orale notamment lorsque les outils de communication et de collaboration sont utilisés de manière soutenue par les enseignants qui, avec les années d'expérience, consacrent davantage de temps aux activités en réseau. 

Les effets sur la classe et les écoles

Les enseignants observent que leur implication dans une ÉÉR a des retombées positives sur leurs interventions en cours. L'usage combiné des outils ÉÉR comme la visioconférence créent des "situations d'apprentissage stimulantes" et favorise la communication entre pairs. Le modèle ÉÉR "encourage l’enseignante ou l’enseignant à développer sa classe en tant que communauté d’apprentissage" pour reprendre les termes employés par les auteurs de la synthèse. Le partage de contenus et d'activités, les pratiques de co-enseignement en réseau, l'intervention des personnes expertes extérieures montrent l'importance de l'apport des ressources humaines sans oublier bien évidemment les coopérations inter-classes et inter-écoles. Le rôle de la direction d'établissement dans la mise en oeuvre de ce dispositif et de la dimension partenariale plurielle qui en découle est de ce fait essentiel. La gestion des partenariats se retrouve "au coeur des préoccupations"  pour l'étude du déploiement et de l'éventuelle "institutionnalisation du modèle ÉÉR" au sein du système éducatif.


Accédez directement au rapport synthèse (septembre 2011) : ÉÉR