ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Gérer les mobiles en classe

Un atelier animé dans le cadre d'un Rendez-Vous Virtuel du RÉCIT le 6 juin 2012 par Benoit Petit, conseiller pédagogique dans le domaine du développement de la personne. L'auteur invite à se questionner de manière éthique et morale sur la gestion des mobiles dans les salles de cours afin de faire ressortir des pistes permettant de favoriser les apprentissages scolaires et le mieux vivre ensemble.

Dans bon nombre d'écoles secondaires et centres de formation du Québec, les appareils mobiles des élèves sont interdits car ils nuisent en règle générale aux apprentissages scolaires. Cette interdiction, au vu des situations relatées par plusieurs enseignants et relayées par Benoit Petit dans sa présentation, constitue de prime abord une solution simple et pratique. Cela peut néanmoins tout aussi bien engendrer des difficultés plus importantes encore si l'on considère notamment les stratégies de contournement adoptées par les élèves. Cet atelier vise donc à mener une réflexion globale sur les différentes manières de gérer les téléphones portables et plus généralement les appareils mobiles des élèves en classe.
 

gérer mobiles en classe


Une réflexion éthique

Benoit Petit propose une approche de la problématique de gestion des mobiles en distinguant éthique et morale. L'éthique vise selon l'auteur à envisager une compréhension du phénomène de manière globale et de percevoir les différents points de vue (distanciation) tandis que la morale se situe davantage du côté de l'individu, à son positionnement propre et à la défense de son opinion en fonction des valeurs auxquelles il adhère (implication). Ainsi l'auteur suggère de se questionner de manière éthique sur les autres choix éventuels entre l'interdiction pure et le laisser-aller, les conséquences positives et négatives pour soi, les autres et le groupe de tels usages, les choix et les actions favorisant le mieux vivre ensemble.

Impliquer les élèves

Le scénario imaginé par l'auteur consiste à inviter les élèves à apporter tous leurs appareils mobiles en classe, à  les disposer sur une table centrale afin de les observer puis à réfléchir à la manière  de les utiliser à l'école, notamment en leur demandant en quoi l'usage des mobiles en cours peut nuire aux apprentissages. Plusieurs éléments de nuisance sont évoqués par les participants : bruit, distraction, perte de concentration, vol, accentuation de la fracture numérique. Cette question des "effets nuisibles" est également posée vis-à-vis des individus : frein à la spontanéité, gestion du temps de l'enseignant, captation d'images et de vidéos au sein de la salle de classe. A l'inverse, Benoit Petit invite les acteurs présents à réfléchir également sur les effets pédagogiques bénéfiques (disponibilité des sources, accessibilité, travail collaboratif, personnalisation des apprentissages, accès à des outils de production, mobile comme outil d'engagement de l'élève) et sur l'aide apportée aux personnes (autonomie, coût moindre en matière d'équipement, motivation accrue, rétroaction immédiate pour l'enseignant). Ces différentes propositions orientent les échanges sur la possibilité d'énoncer des règles qui permettraient "d'aider sans nuire" aux apprentissages. A nouveau plusieurs idées sont mises en avant : passage en mode vibreur, périodes d'utilisation déterminées, visibilité physique des appareils, outil d'évaluation des traces, prêt d'appareils mobiles pour garantir une certaine équité, co-élaboration avec les élèves d'une charte d'utilisation des mobiles. Ces règles se doivent d'être accompagnées des modalités de gestion (élèves et enseignants, auto-gestion, sanctions, identification des exceptions)

Des considérations à retenir

Benoit Petit souligne un certain nombre de points qu'il juge essentiels dans la gestion des appareils mobiles en classe. Il estime qu'il est "très important d'impliquer les élèves dans le processus" mais qu'il ne faut non plus "négliger le point de vue de l'enseignant (prise en compte des craintes, démarche progressive) tout en veillant à faire la part des choses en faisant ressortir aussi bien "le positif que le négatif". Ces trois considérations, selon l'auteur, ne s'appliquent pas d'ailleurs uniquement aux seuls appareils mobiles mais peuvent être ré-utilisées pour l'ensemble des TIC qu'elles soient nomades ou non.


L'atelier animé par Benoit Petit (vidéo d'une durée de 75 mn sous  licence Creative Commons) : You Tube

Les ateliers et formations du Récit  accessibles en ligne