ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

La pédagogie de la formation en ligne

Une communication sur les différents modèles d'apprentissage en ligne et les rôles spécifiques des enseignants et des apprenants, dans le cadre du développement des différents cours en ligne ouverts et massifs, à savoir les xMOOCs, les sMOOCS et les cMOOCs.

Terry Anderson, professeur d'éducation à distance (Université d'Athabasca, Canada) propose une intervention filmée et mise en ligne sur le site de l'Esen sur les trois générations de pédagogie de formation à distance en ligne : cognitiviste et comportementale, constructiviste puis connectiviste, dans une période où l'on assiste au développement massif des MOOCs.

La conférence est traduite simultanément en français et le diaporama est en anglais.

La perception de l'évolution des MOOCs

Après avoir brièvement présenté l'Université d'Athabasca, Terry Anderson s'efforce d'analyser les trois modèles pédagogiques de formation à distance sous l'angle des MOOCs et de leur évolution. La pédagogie des xMOOCs (liée à la première génération) se caractérise par les aspects suivants : nombreuses captures d'écran, cours en vidéos, corrections automatisées, évaluations entre pairs, types variés d'accréditations, sociabilité réduite, phénomène d'abandon. Ce dernier point est à relativiser, selon l'auteur, en fonction des objectifs spécifiques des participants. Il ajoute également que les MOOcs peuvent constituer des ressources complémentaires utiles à exploiter au sein des structures traditionnelles à la manière de ce que propose la Khan Academy.

La deuxième génération (pédagogie constructiviste) s'appuie sur la notion de groupe, le travail en présentiel ou à distance de manière synchrone ou asynchrone, le travail collaboratif entre pairs à partir de plateformes comme Moodle ou Webcity. En dépit des contraintes d'ordre organisationnel (gestion du temps, nombre limité de participants), Terry Anderson souligne le fort potentiel en matière d'apprentissage social. 

La troisième génération dite connectiviste, héritée des travaux de Stephen Downes et Georges Siemens, facilite l'accès aux contenus par les apprenants via les réseaux numériques, permettant ainsi de créer des interactions entre les divers participants mais aussi d'établir des liens entre les humains et les objets technologiques. Les participants sont invités dans ce cadre à apporter eux-mêmes du contenu. Cette troisième génération requiert, selon l'auteur, un certaine maîtrise des compétences numériques et se caractérise par une grande ouverture (nouveaux rôles, liberté de contrôle, création d'artefacts, apprentissage tout au long de la vie).

L'équivalence interactionnelle

Terry Anderson termine son propos en évoquant trois formes d'interaction dans le cadre de l'éducation à distance (étudiant - étudiant, étudiant - contenu, étudiant - enseignant) au regard des coûts engagés. Les trois méthodes pédagogiques s'avèrent plus ou moins onéreuses selon la prédominance de tel ou tel modèle interactionnel.  Au final, il s'avère difficile de statuer sur la meilleure démarche à entreprendre mais cela procure néanmoins une liberté de choix pour les étudiants.

Pour reprendre les remarques conclusives de  l'auteur, les trois générations sont toutes potentiellement utiles pour l'enseignement et l'apprentissage; la première et la troisième sont « extensibles » tandis que la seconde génère des liens qui sont à la fois forts et faibles. L'éducateur en réseau utilise des combinaisons stratégiques des trois pédagogies sus-mentionnées pour améliorer l'apprentissage et utiliser au mieux le temps des étudiants. 


Visionner la conférence (chapitrage, diaporama synchronisé) sur le site de l'ESEN : L'apprentissage en réseau

Documents joints :
Plan détaillé de l'intervention (pdf 188 Ko)
Diaporama de l'intervenant (pdf 2,7 Mo)
Ouvrages et articles cités par l'intervenant (pdf 200 Ko)
Fichier vidéo (Flash video, 363,45 Mo)
Fichier audio (MP3, 48 Mo)

Consulter également :

CLOW, Doug, 2013. MOOCs and the funnel of participation. In: Third Conference on Learning Analytics and Knowledge (LAK 2013), 8-12 April 2013, Leuven, Belgium

MARTIN, Alyssa, 2012. The history of MOOCS. In : prezi.com [en ligne]. 7 octobre 2012. [Consulté le 31 octobre 2013]. Disponible à l’adresse : http://prezi.com/754uv3qpe_0k/mooc-history

RENNER, Edward, 2013. Can MOOCs Save Academic Freedom? In : Edudemic [en ligne]. 11 mars 2013. [Consulté le 31 octobre 2013]. Disponible à l’adresse : http://www.edudemic.com/moocs-academic-freedom