ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Khan Academy et pédagogie inversée

Bibliothèques sans frontières lance sur son site la version française de la Khan Academy, organisation américaine à but non lucratif d'enseignement et de formation à distance. La plateforme offre déjà un accès gratuit à plus de 250 vidéos en mathématiques sous licence Creative Commons.

La plateforme Khan Academy de micro-leçons vidéos gratuites mise en ligne en 2006 par Salman Khan, décline depuis septembre 2013 sa version francophone par l'entremise de Bibliothèques Sans Frontièreset grâce au soutien de la Fondation Orange. Plus de 250 vidéos d'arithmétique, pré-algèbre et de géométrie de niveau primaire et collège sont déjà publiées. Un tableau de correspondance des leçonsavec le système éducatif français est mis à disposition des usagers : l'accès s'effectue, soit par niveau scolaire soit par module. Ce service s'inscrit dans « une démarche de complémentarité avec le travail des enseignants ».

Le modèle de la classe inversée

La Khan Academy s'appuie sur la méthode de l'apprentissage inversé (« flipped learning ») popularisée par Jonathan Bergmann et Aaron Sams (Woodland Park High School, Colorado), qui « consiste à faire travailler les leçons, la théorie, aux élèves à la maison, et faire les "devoirs", c’est-à-dire l’application de la théorie, en classe ». Cette approche a été également reprise en mars 2011 par Salman Khan (fondateur de la Khan Academy) lui-même lors d'une conférence TED où il propose d'utiliser ses vidéos éducatives pour « inverser les classes ».

Des regards critiques

Dans un dossier de veille de l'Université de Sherbrooke consacré à ce type d'expérience de formation hybride (présentiel et distanciel), les auteurs indiquent que le modèle de la classe inversée fait l'objet de certaines réserves. Même si tout un chacun reconnaît globalement l'intérêt du contenu mis à disposition gratuitement, en revanche, des critiques sont émises sur « les impacts possibles de cette réorganisation des activités pédagogiques » : mauvaise présentation des contenus, expériences "d'inversion" adaptées à certaines disciplines seulement, fracture numérique. D'autres voix, rappelle Thot Cursus, comme Derek Muller, questionnent le bien-fondé des capsules vidéos proposées du point de vue « des connaissances et des représentations préalables » des étudiants, préférant privilégier une approche pédagogique centrée sur les conceptions, bonnes ou mauvaises, des apprenants.

Perspectives

Le site de la Khan Academy indique que « des expérimentations seront lancées par Bibliothèques Sans Frontières dans les établissements scolaires français à partir de 2014 ». En outre, des outils de suivi et de monitorat seront également disponibles à cette date pour permettre d’avoir « une vision précise de l’évolution de chaque élève dans la classe, via les statistiques en ligne, et ainsi « cibler l’accompagnement en fonction des niveaux et besoins de chacun ».


Khan Academy : http://www.khan-academy.fr/

Salman Khan : Let's use video to reinvent education(mars 2011)

Université de Sherbrooke : Faire la classe mais à l’envers : la flipped classroom (novembre 2011)

Thot Cursus: Faut-il "flipper" ?(novembre 2011)

Thot Cursus : Tu n'aimes pas la soupe ? Reprends-en une louche !(mai 2011)

Derek Muller :  Khan Academy and the Effectiveness of Science Videos(vidéo You Tube, mars 2011)

Derek Muller : Designing Effective Multimedia for Physic Education (thèse Ph.D, 2008)