ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

La motivation des enseignants pour les TIC

Une étude suisse effectue une analyse de « l'évolution des attitudes des enseignants vis-à-vis de l'intégration des TICE » dans le canton de Fribourg. Les résultats des recherches montrent une augmentation du sentiment de compétence technique chez les professeurs, une perception plus positive des technologies de l'information et de la communication ainsi qu'une diminution globale des écarts en termes de génération et de genre. Les éléments de cette étude pourront aider à éclairer l'analyse de la motivation des enseignants français pour les TIC.

Jeanne Rey (Service de la recherche, Haute école pédagogique de Fribourg) et Pierre-François Coen (Service de la recherche, Haute école pédagogique de Fribourg) publient en ligne dans Formation et profession: revue scientifique internationale en éducation un article visant à évaluer les motivations des enseignants au niveau de l'intégration des TICE en Suisse. L'étude s'appuie sur deux collectes de données réalisées en 2006 et 2012 auprès d'un même échantillon de professeurs, du primaire et du secondaire.

Problématique et méthodologie

Les auteurs soulignent que le développement des technologies et l'amélioration de l'accès à ces nouveaux outils dans les classes ne s'est pas réellement accompagné d'une « croissance parallèle » de l'intégration des TICE. Ce décalage peut s'expliquer selon certaines recherches par les attitudes des enseignants même si certains auteurs précisent qu'il « n'existe aucun lien nécessaire entre les conceptions pédagogiques et les pratiques effectives d'intégration des TICE ». La démarche suivie dans la présente étude vise à mesurer, à partir d'un questionnaire, « l'évolution des attitudes motivationnelles des enseignants vis-à-vis de l'intégration des TICE au cours des six dernières années » selon 6 critères :

  • Le sentiment de compétence dans la maîtrise technique des TIC
  • Le sentiment de compétence dans l’évaluation pédagogique des TICE
  • Le sentiment de compétence dans l’intégration pédagogique des TICE
  • L’attrait pour le travail avec les TICE
  • La valeur perçue en lien avec l’apprentissage des élèves
  • L’orientation vers soi associée à l’intégration des TICE

Les résultats de l'étude

Entre 2006 et 2012, il s'avère que le sentiment de compétence dans la maîtrise technique des TIC a augmenté de manière significative. Cela dit, les auteurs relèvent à ce niveau une hétérogénéité accrue  entre enseignants. Ils précisent néanmoins que l'âge et le degré d'enseignement ne constituent pas en 2012 des critères de différentiation significatifs, contrairement à la langue, les enseignants germanophones s'estimant plus compétents en la matière.  L'écart des genres semble s'être accentué en 2012, les hommes conservant « un meilleur sentiment de compétence dans la maîtrise technique des TIC que leurs collègues féminines ». Outre ces aspects techniques, les résultats mettent en évidence « une progression du sentiment de compétence des enseignants dans l’évaluation pédagogique des TICE et dans l’intégration pédagogique des TICE, ainsi que dans l’attrait ressenti par les enseignants pour l’enseignement avec les TICE », l'orientation vers soi demeurant stable. De nouveau, les auteurs relèvent des différences au niveau linguistique : les professeurs germanophones se sentent plus aguerris que leurs collègues francophones pour l'évaluation du potentiel pédagogique des TICE.

La motivation des enseignants en faveur de l'usage des TICE a donc évolué positivement entre 2006 et 2012. Les écarts constatés incitent les auteurs à préconiser « une dimension systémique dans la politique d'intégration des TICE en promouvant les partages de compétences au sein des établissements scolaires et en créant des dynamiques pédagogiques nouvelles basées notamment sur la collaboration ». Les auteurs pointent toutefois du doigt une attitude plus réservée chez les enseignants du secondaire, pouvant être expliquée par plusieurs phénomènes : usage routinier de l'informatique, distractivité des élèves liée à l'utilisation d'outils multi-fonctionnels, souci de "contrôlabilité" de l'usage des TIC. Ils notent enfin une tendance au fléchissement des différences liées au genre malgré le sentiment de moindre compétence ressenti par les femmes dans le domaine technique.


 Accéder à l'intégralité de l'étude sur le site de la revue : http://formation-profession.org/fr/files/numeros/2/v20_n02_177.pdf

D'autres études sur le même sujet :

  Les attitudes des enseignants vis-à-vis des technologies de l’information et de la communication, note de la DEPP, n° 03.04, décembre 2004ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dpd/noteeval/ne0304.pdf

  Attitudes des enseignants face à l'intégration des TIC cas de l'enseignement secondaire tunisien: Fathi Matoussi, ISEFC de Tunis et Laurence Simonneaux ENFA de TOULOUSE : http://isdm.univ-tln.fr/PDF/isdm32/isdm32-matoussi.pdf

Les opinions et les pratiques des enseignants sur l’utilisation des TIC dans l’enseignement en Grèce  : Chachlioutaki Maria-Eleni, Klimi Despina, Orfanou Konstantina, adjectif.net, 28 juin 2013 : http://www.adjectif.net/spip/spip.php?article240