ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Enfants et parents : usages et perceptions d'Internet

Une étude de l'Ifop propose une perception croisée, parfois divergente, entre enfants et parents concernant l'usage de l'Internet chez les 11-17 ans. Le sondage porte sur 5 grands axes : contexte de l’utilisation d’Internet par les enfants, niveau de sécurité perçu sur Internet, comportements sur Internet , perception et attitudes sur les réseaux sociaux, situations vécues par l’enfant et ses droits sur Internet.

Partenaire de l’édition 2013 du Safer Internet Day  menée le 5 février 2013 dans plus de 30 pays, RSA, division sécurité d'EMC publie à l'occasion de cette journée une étude nationale commanditée auprès de l'institut IFOP et organisée entre le 18 et le 22 janvier 2013 grâce à la participation de 403 jeunes âgés de 11 à 17 ans et de 402 parents.  La société lance également en parallèle une campagne « Internet, les autres et moi » destinée à sensibiliser le grand public à la protection des données personnelles et aux bons usages de l'Internet. A cet égard, un calculateur de risques est mis à disposition des internautes pour « évaluer votre degré d'exposition aux risques de vol d'identité ».

Une analyse comparative

Intitulé « Nos ados sont-ils vigilants sur Internet ? », le sondage RSA/IFOP présente les résultats d’une étude centrée sur les usages d’Internet par les jeunes, à travers le regard croisé des enfants âgés de 11 à 17 ans  et des parents. Les questions sont organisées selon 5 grandes thématiques :

  1. Contexte de l’utilisation d’Internet par les enfants (fréquence d'utilisation, ancienneté d'utilisation, équipement des foyers en appareils pour se connecter à Internet, utilisation des outils par les enfants, propriétaires des outils utilisés par les enfants, lieux de consultation, activités pratiquées)
  2. Niveau de sécurité perçu sur Internet (appréciation de la dangerosité, origine de la sécurité perçue sur Internet, niveau d’inquiétude vis-à-vis de l’usage des informations personnelles des enfants, connaissance du niveau de protection des données personnelles des enfants sur Internet, perception et utilisation d’Internet par les enfants)
  3. Comportements sur Internet ( moyens de paiement utilisés par les enfants, attitude des enfants par rapport aux mails reçus, gestion des cookies et de l’historique, attitude des enfants lors du remplissage de formulaires sur leur identité, personnes connaissant le mot de passe des enfants, type et nombre de mots de passe définis)
  4. Perception et attitudes sur les réseaux sociaux (perception de l’âge minimum requis pour s’inscrire sur Facebook, types d’amis acceptés par les enfants sur les réseaux sociaux)
  5. Situations vécues par l’enfant et ses droits sur Internet (droits et devoirs de l’internaute, mauvaises expériences déjà vécues sur Internet par les enfants)

Synthèse des résultats

Les jeunes consultent fréquemment les ressources via les réseaux numériques  : 77% se connectent à Internet chaque jour et 48% plusieurs fois par jour. Les parents sont conscients de cette présence assidue de leurs enfants en ligne même si certains sous-estiment l'ancienneté de l'utilisation de l'Internet chez ces mêmes jeunes. Les foyers sondés disposent d'un très bon taux d'équipement technologique numérique : ordinateur portable (72%), ordinateur fixe (65%), smartphone (50%), tablette tactile (35%), console de jeux vidéo (35%), lecteur audio-vidéo portable (19%). L'étude souligne une sur-évaluation des adultes (39%) de l'usage de la console alors que les 15-17 ans déclarent utiliser à plus de 50% leur smartphone dont ils sont d'ailleurs propriétaires pour 91% d'entre eux (enfants âgés entre 11 et 17 ans). Le lieu de consultation dépend de l'âge et du sexe : « les 15-17 ans et les filles bénéficient en effet de plus d’intimité pour surfer sur le web que les 11-12 ans et les garçons » selon le sondage. En outre, « les activités pratiquées plus régulièrement par les filles sont les activités sociales et culturelles tandis que les garçons sont plus adeptes de jeux vidéos ». 

Les parents et les enfants n'ont pas une vision diabolisante d’Internet : moins de 10% considèrent Internet comme « très dangereux » mais les parents des filles se montrent néanmoins plus inquiets que les parents de garçons. Les enfants comme les parents déclarent que le « premier vecteur de sécurité sur Internet est la transmission des bonnes pratiques à l’enfant par les parents » . Subsiste un écart sensible cependant entre la vision des parents et les pratiques numériques des enfants lorsqu'il s'agit de donner son adresse de messagerie ou d'échanger uniquement avec des personnes connues : la prise de risques semble être moindre que celle perçue par les adultes. Parents et enfants se rejoignent en revanche en matière de gestion des données personnelles sur Internet : ils sont tous deux relativement peu nombreux (37%) à être inquiets par rapport à un usage détourné d’informations personnelles. A ce niveau, les parents s'avèrent cependant plus lucides concernant le niveau tout à fait relatif de protection de ces données même si au final les enfants se montrent plus méfiants concernant « la capacité de nuisance d’Internet  ».

Le règlement des achats en ligne s'effectue majoritairement avec l'aide des parents. 52% des enfants interrogés affirment ouvrir les messages dont ils connaissent l'expéditeur. Les aspects techniques (gestion des cookies, de l'historique et des options de géolocalisation) sont en revanche moins bien maîtrisés, à l'exception des mots de passe au sujet desquels une majorité des enfants semble respecter quelques principes de précautions concernant leur élaboration en n’incluant pas de données personnelles (75%) et en choisissant plusieurs (51%).

Concernant l'inscription sur les réseaux sociaux, le souhait des parents est de reporter l'âge minimum légal à 15 ans. L'étude indique que « sur les réseaux sociaux, seuls 14% des enfants acceptent tout le monde comme amis ou des personnes qu’ils ne connaissent pas mais qui leur semblent de confiance. Mais 30% acceptent également de partager leurs informations avec les " amis de leurs amis" ». Les droits et les devoirs de l'internaute semblent être correctement appréhendés et partagés par les enfants et les parents (propos contraires à la loi, droit à l'image...). Peu d'enfants finalement semblent avoir subi de mauvaises expériences en ligne; 33% ont cependant vu leur ordinateur être infecté par un virus. L'étude estime en conclusion que « les parents ont tendance à surestimer la propension des enfants à être exposés à des contenus pornographiques ou des documents qui ne les concernent pas. »


Présentation de l'étude : http://france.emc.com/presentations/cp-etude-rsa-ifop.pdf

Les résultats de l'étude : http://france.emc.com/presentations/36825-rapport-etude-ifop-pourrsa.pdf