Bilan de l'utilisation de vidéos en ligne par les élèves

On constate que presque tous les lycéens disposent d’un ordinateur chez eux, que  la plupart d’entre eux ont un accès à Internet,  que beaucoup d’élèves regardent des vidéos en ligne chez eux et qu’il  existe sur Internet des documents vidéos sur des sujets économiques ou sociaux. Contrairement à la projection en classe, l’utilisation de vidéos par des élèves pour étudier, hors de la présence du professeur, est récente et elle n’avait pas fait l’objet de publications sur des sites académiques. L’objet de ces travaux académiques mutualisés est de chercher comment  utiliser en SES des vidéos en ligne, dans le travail scolaire des élèves, hors de la classe.

Deux groupes académiques (Nancy Strasbourg)  ont choisi de travailler dès septembre 2007 sur ce sujet ; ils ont été rejoints par deux autres groupes académiques (Amiens, Lyon)  en septembre 2008.

Les groupes académiques ont donc commencé par créer des exercices dont peu ont été testés (7 comptes rendus de tests à la date du 27 mars 2009), ce qui limite la portée des observations actuelles.

Les questionnements et les corrections ne semblent pas rédigés de façon suffisamment claire pour être compris par des élèves isolés. Peut on tirer partie d’une vidéo seulement avec des questions fermées corrigées en ligne ou doit on toujours pose des questions ouvertes ce qui suppose de rédiger une réponse dont la correction sera faite plus tard en classe ?

Pendant la prochaine année scolaire, il serait nécessaire de faire des tests plus nombreux des exercices disponibles et de rédiger de nouveaux exercices d’utilisation de vidéos en ligne pour avoir plus d’exemples d’exercices avec des questions fermées et d’articulations entre le cours et le travail autonome.

  

Vidéos  en ligne utilisées

Les 4 groupes académiques ont utilisé des  vidéos des sites suivants :

  • Lesite.tv (cf Amiens)
  • INA (cf Nancy Metz)
  • Jalons ( cf Amiens)                                      
  • Curiosphère ( cf Amiens)
  • JT LCI, France Télévision ( cf Strasbourg)

 La diversité et le nombre important de vidéos en relation avec les SES nécessitent un recensement et un classement en fonction des thèmes des programmes. Le groupe de l’académie de Strasbourg se propose de commencer à le faire cette année.

Les vidéos numériques en ligne ont l’avantage d’être disponibles  immédiatement (et souvent gratuitement). Elles captent l’attention des lycéens et elles les motivent en faisant le lien avec leur vécu. Les extraits de JT ou des documentaires récents  permettent souvent de coller à l’actualité..

Pour ne pas décourager les élèves faibles, les mettre rapidement en activité et rendre possible une relecture de la vidéo, il a été choisi d’utiliser des vidéos courtes, d’une durée inférieure à  5 minutes, ou de diviser des documents longs en chapitres. Il existe davantage de vidéos courtes. Les vidéos les plus longues ont plutôt été utilisées comme fil conducteur du cours, les vidéos les plus courtes plutôt à titre illustratif.

L’accès à certaines  vidéos en ligne a été parfois malaisé pour des problèmes juridiques ou techniques.

Questions juridiques :
  • Les ressources disponibles sur abonnement n’autorisent pas l’accès direct au lien profond vers la vidéo (exemple : lesite.tv). Il faut donc retrouver la vidéo dans le sommaire de la page d’accueil,
  • les vidéos disponibles sur des sites gratuits sont accompagnées de publicités,
  • dans le cadre de la législation actuelle il n’est pas possible, sauf autorisation expresse du propriétaire, d’intégrer une vidéo dans un document destiné à être publié. Ceci constitue un handicap, car l’élève ne peut voir en même temps la vidéo et l’exercice ou le commentaire proposés en accompagnement, sauf à jongler avec plusieurs fenêtres ou onglets. Le groupe de Nancy a trouvé une solution : au lancement de l’activité, il force un partage de l’écran entre la vidéo sur son site d’origine et l’exercice sur le serveur académique
Difficultés techniques:
  • des élèves n’ont pas pu accéder à des vidéos parce qu’ils n’avaient pas installé des modules complémentaires (lecteurs vidéo), ou qu’ils n’avaient pas paramétré le navigateur.[cf le test de la ressource sur la famille réalisée à partir de Jalons (INA) par Nancy Metz]
  

Création de scenarios pédagogiques

Questions ouvertes. sur des sujets en amont du cours

Le groupe d’Amiens, a proposé aux élèves des questions ouvertes sur des vidéos visionnées à la maison sur le thème de la mondialisation et celui du travail et de l’emploi. Un bilan provisoire peut être déjà établi. Les élèves ont des difficultés à donner  une trace écrite de leur travail. Néanmoins, la participation à l’oral est plus intense et concerne davantage d’élèves. Enfin, le visionnage des vidéos à la maison permet de gagner du  temps en classe. Une évaluation sous forme d’un sujet type bac est proposée pour motiver l’élève et pour favoriser une production écrite. Des exercices interactifs vont être créés à partir de ces vidéos pour comparer l’efficacité d’utiliser des questions fermées par rapport aux questions ouvertes.

Le groupe de Grenoble a repris les questionnaires et le dossier sur la protection sociale du groupe de Strasbourg (créé l’année précédente) pour transformer ces questionnaires en exercices interactifs auto corrigés en ligne.

 Questions fermées sur des sujets traités étudiés en classe

Le groupe de étudier avant Strasbourg a fait le choix, cette année, d’activités de révision (donc en en aval du cours)  qui combinent un rappel du cours, une ou des vidéos et un texte lacunaire à menus déroulants. Les exercices se concentrent sur une notion. Deux activités ont été créées, une sur l’acculturation et une sur la justice sociale. Elles n’ont pas encore été testées. Elles seront disponibles fin avril. L’ampleur du travail rend difficile la production et le test des activités la même année.

 

Tests

Les exercices testés ont été ceux créés par les groupes académiques de Strasbourg et  de Nancy pendant la précédente année scolaire. Le groupe de Strasbourg avait sélectionné un ensemble de documents en ligne (vidéos et textes) et créé un questionnaire pour que des élèves de Terminale découvrent la protection sociale. Les exercices de Nancy testés sont des questionnaires interactifs en ligne sur des vidéos : l’une sur la famille, l’autre sur « l’utilisation de la main d ‘œuvre rurale dans les usines de Normandie »

Pour évaluer la qualité d’un exercice fait par des élèves hors de la présence du professeur, certains professeurs ont estimé que les remarques des élèves n’étaient pas suffisantes, ils ont préféré faire faire le même exercice à plusieurs groupes d’élèves dans des circonstances différentes : certains à la maison, d’autres au CDI et les derniers en salle informatique en présence du professeur qui pouvait observer lui-même le travail des élèves.

 

Les 7 comptes rendus de tests d’utilisations des scénarios pédagogiques révèlent des difficultés à concevoir, imaginer des exercices efficaces hors de la présence réelle du professeur : les choix des documents, des types d’exercice, des questionnements devraient pouvoir être justifiés auprès des autres enseignants

Les éléments de correction des exercices interactifs sont sources d'insatisfaction. Il leur est reproché d'apparaître dans certains cas trop rapidement après la question, dans d’autres exercices trop tardivement, au terme de l'ensemble des activités.

La rédaction des questions et des commentaires demande précision, rigueur et simplicité pour éviter un effort inutile à l’élève utilisateur pour comprendre ce que l’on attend de lui.

Certains regrettent une place insuffisante de l’écrit et l’impossibilité d’imprimer des questionnaires, une fois complétés. Les exercices interactifs (QCM) ne relèguent-ils pas l'acte d'écriture au second plan ?

Par ailleurs l'articulation entre les exercices faits hors de la classe et le cours pose problème : le travail demandé doit-il aboutir à une synthèse réalisée hors cours (texte lacunaire par exemple) ou bien la classe en constitue-t-elle le lieu privilégié ? 

 

La seule présentation des créations aux regards des collègues du groupe de travail fait rapidement prendre conscience à chacun des insuffisances de ses propres réalisations et de la nécessité d’un travail en équipe. Lorsque ces premiers regards croisent ceux des collègues des groupes de travail des autres académies, l’enrichissement est immédiat. Les échanges inter académiques sur les difficultés repérées élèvent le niveau d’exigence au-dessus de celui couramment pratiqué par le professeur qui conçoit un exercice destiné à ses élèves qui travaillent en classe en sa présence

   

Perspectives de travail

Si la disponibilité et l’intérêt des vidéos numériques en ligne sont avérés, la question des modes d’utilisation de ces vidéos n’est pas encore tranchée et cela nécessite de développer ces activités encore peu nombreuses et de les tester.

  • A quel moment utiliser les vidéos : en amont, pendant, en aval du cours ? Comment s’articulent le travail scolaire et le travail en classe ?
  • Est-il plus pertinent d’utiliser des questions ouvertes qui favorisent la production écrite dans la perspective du bac ou d’utiliser des questions fermées qui favorisent l’autoévaluation et qui sont plus accessibles pour des élèves qui ont des difficultés à l’écrit ?
  • Quelle articulation proposée entre questions fermées et questions ouvertes ? Il faut réfléchir à la construction de parcours différenciés en fonction des difficultés des élèves.
  • Quel degré d’autonomie accordé à l’élève en fonction des objectifs choisis ?
 

Les difficultés soulignées en termes de rédaction dans ce contexte spécifique peuvent suggérer la mise en place d'actions de formation à ce type d'exercice nouveau pour la plupart des professeurs.