Enquête Insee-Statapprendre

Intervention d'Alain Thillay, DGESCO A3-2

Alain Thillay (DGESCO A3-2, Chef de bureau des usages et des ressources numériques), dans son introduction, a tenu à rappeler que, dans le cadre de l’ambition numérique, il y a beaucoup de modifications qui se profilent d’où l’idée de s'appuyer sur les réseaux des interlocuteurs académiques qui irriguent jusque dans les établissements.
Puis il a présenté quelques éléments constitutifs du service public du numérique éducatif :

  •  Présentation de Prép’Exam
    Ce service mettra à disposition des enseignants les sujets du baccalauréat, mais ce service se démarque des annales qui proposent les sujets et des corrigés. En effet, il s'agit d'un site pour les enseignants, pas pour les élèves : il n’y a donc pas d’éléments de corrigé. Prép’Exam fournira également les textes officiels et les documents d’accompagnement à destination des enseignants.
    L’idée est de travailler à partir des sujets, de créer et fournir des scénarios pédagogiques. Dès que quelque chose est produit, discuté par les corps d’inspection et publié, la mutualisation s’opérera facilement. Il faut également valoriser ce qui se fait au niveau académique de manière à apporter autre chose que les publications de sujets. Il y a une volonté de mettre en relation les réseaux TICE sous forme de mutualisation académique et de mutualisation nationale.
  • Éduthèque /  Statapprendre
    Le partenariat DGESCO-Insee-CNDP est très important, il sera reconduit notamment dans le cadre d’Éduthèque. L’accès à ce service se ferait avec la création d’un compte via une page d’accueil éducation nationale. Les enseignants auraient accès à un bouquet de services dont Le Louvre, l’INA, l’Insee et Statapprendre. Des documents seront en téléchargement pour permettre la création de documents pédagogiques, des services et des modules interactifs seront en ligne.
    A cette occasion, le site Statapprendre va être relancé et disposera de nouvelles possibilités, dont la création de modules complémentaires. A la rentrée débutera une enquête sur les utilisateurs de Statapprendre.
    Alain Thillay a conclu avec une piste de réflexion à mener, celle de la création d’un service « apprendre avec les statistiques » qui s’élargirait à plusieurs bases de données (Insee, Eurostat, Banque de France, OCDE…).

Enquête image de l'Insee, Jean-William ANGEL, direction Écoute et commercialisation de l'Insee

En septembre et octobre 2012, l'Insee a organisé une enquête image pour se faire une idée des représentations que se font les utilisateurs de son site et quelles pourraient être les améliorations attendues. C'est autour de ces deux axes que le questionnaire a été organisé.

Il se trouve que 33% des personnes ayant répondu à l’enquête relèvent du monde de l'enseignement dont 346 enseignants (sans que l'on puisse connaître la proportion de professeurs de SES), 1228 étudiants et 97 chercheurs. 

Cette enquête se déroule autour de deux questions principales:

  • Que pensent les professeurs de l'Insee ?
    Les professeurs ont une image très positive de l'Insee par rapport à d'autres catégories puisqu’ils lui font confiance à 96%. Ils considèrent que cela est utile à l'analyse pour 65% d'entre eux. Cet organisme est considéré comme indépendant des pouvoirs publics pour 96% des enseignants interrogés et il permet de rendre une information qui correspond à celle que l'on vit pour 74% d'entre eux. Par contre pour les utilisateurs, l'accessibilité de l'information est insuffisante. Il y a une corrélation entre la confiance et la bonne opinion par rapport à l'Insee.
    Les statisticiens se sont ensuite interrogés sur la crédibilité des indicateurs de l'Insee. Cette crédibilité dépend de leur plus ou moins grande sensibilité à la situation individuelle des enquêtés. En effet les indicateurs démographiques (taux de natalité, taux de mortalité) et macro-économiques (taux de croissance, taux de chômage) sont ceux qui remportent le plus d'adhésion : ainsi 77% des enseignants considèrent que l'indicateur de la dette publique est crédible contre 59% pour les autres.
    Toutefois dès que l'on se rapproche du pouvoir d'achat et des prix à la consommation la crédibilité des indicateurs s'effondre puisque 56% considèrent l'indicateur de pouvoir d'achat comme crédible. On peut faire les mêmes remarques pour l'indice des prix à la consommation.
    Cependant, dans un cadre plus large, les enseignants font confiance aux données publiées en France pas uniquement effectuées par l'Insee. La raison est qu'ils savent comment elles sont fabriquées.
    Les enseignants considèrent par ailleurs que le site est riche à 96% mais que la facilité d'accès aux données n'est pas suffisante : on sait que la donnée existe mais on a des difficultés à la trouver.
  • Qu'attendent les enseignants?
    Beaucoup de collègues demandent une information plus précise et plus conviviale.
    130 enseignants ont répondu et on observe que pour 50% des demandes, il faut réorganiser et hiérarchiser les données, clarifier le nom des rubriques, améliorer le moteur de recherche.
    On remarque que des services qui sont déjà proposés par l'Insee sont aussi attendus parce que méconnus : ainsi, pour se tenir au courant des mises à jour, il est possible de s’abonner à une lettre mensuelle, Insee Net Actualité ; il existe également une notification des dossiers à laquelle on peut s'inscrire et enfin, il y a des séries longues sur le site.
    De même, il est attendu une aide à la compréhension qui fait écho à celle d'une vision plus pédagogique du site.
    • A destination des élèves : l'Insee propose déjà dans ses outils un dispositif avec Statapprendre adressé aux élèves. Mais il est souhaité une amélioration du site Statapprendre, une modification l'interactivité du site de l'Insee et de rendre plus interdépendants les deux sites. Il s'agit pour le site de susciter l'intérêt des jeunes et de leur faciliter le travail.
    • A destination des enseignants : il s'agit de rendre plus visibles des publications mêmes anciennes. Ce qui revient à améliorer le moteur de recherche. On note que pour des séries longues il existe la BDM (base de données macro-économique). Cela pose aussi le problème du format qui n'est apparemment pas lisible par tous. Il serait souhaitable que soit adopté un standard de fichier tel que cvs et surtout que l'on tienne compte des multiples versions des différents systèmes d'exploitation pour les téléchargements.
    • Il y a donc un souci général de rendre le site de l'Insee plus pédagogique : il existe un outil de simulation de l'indice des prix où l'on peut faire varier le poids du loyer ; il y a également des films explicatifs de 5 mn avec des intervenants sur l'indice des prix, le chômage et le dernier sera présenté par la présidente du Conseil d'Analyse Économique, Mme Agnès Bénassy-Quéré sur le PIB. Il est également possible d'interroger les spécialistes de l'INSEE en envoyant un mail.

Bilan : les professeurs sont ceux qui connaissent le mieux l'Insee, qui ont le plus de confiance dans les données publiques et l'Insee, et qui sont plus positifs que les autres. Ils demandent un accès aux données plus faciles (50%) et des aides à la compréhension des données et une assistance à l'enseignement (15%).

Le site "Apprendre avec les données de l'Insee" (ou Statapprendre), Bernard KENKLÉ, CNDP

Le site Statapprendre doit être refondu en 2 étapes :

  • une refonte graphique du site afin de l’intégrer dans Éduthèque d’ici début octobre
  • une refonte en profondeur du site d’ici 12 à 18 mois

Les avantages de cette refonte en profondeur sont :

  • une simplification de l’édition des pages pour les rédacteurs
  • une facilitation des mises à jour et une optimisation des corrections des contenus
  • un raccourcissement de la chaîne de production, qui est actuellement longue et fastidieuse (plus de 3 mois)
  • l'obtention de ressources plus structurées et plus nombreuses

Cette refonte inquiète tout de même les rédacteurs présents parmi les IATICE, du fait de la rigidité et des contraintes induites : il y a un dilemme entre uniformité ou rationalisation et liberté de création. De plus, cela nécessite une phase de reprise des données.

À la rentrée 2013 se déroulera une enquête sur le site (pop up) pour les enseignants et les élèves. Le questionnaire cherchera à obtenir des informations sur les profils d’utilisateurs, sur la notoriété, sur les usages, et sur la satisfaction, les avis/suggestions.

Diaporama "Les enseignants, Statapprendre et l'Insee"