ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Les propositions pour la réforme du lycée

Luc Chatel a présenté la réforme du lycée au Salon européen de l’Éducation le jeudi 19 novembre 2009. Le ministre a présenté les trois objectifs essentiels qui la guident : une orientation plus progressive, ouverte et juste, un meilleur accompagnement de chaque lycéen, un lycée qui favorise l'apprentissage des langues étrangères, l'accès à la culture et la responsabilisation des lycéens. Des éléments pour comprendre ce qui peut changer dans la discipline histoire-géographie...

Dès septembre 2010, les élèves de seconde auront deux heures d'accompagnement personnalisé et ils suivront deux enseignements d'exploration. La réforme sera mise en oeuvre en 2011 pour les élèves de première et en 2012 pour les élèves de terminale.

www.education.gouv.fr/cid49667/vers-un-nouveau-lycee-en-2010.html

Le rééquilibrage entre les différentes séries
  • La voie technologique ainsi que les séries de la voie générale (ES, L et S) sont maintenues.
  • La série L est revalorisée avec un nouvel enseignement de spécialité intitulé droit et grands enjeux du monde contemporain. L’apprentissage des langues étrangères est renforcé, notamment avec la mise en place d’enseignements de littérature étrangère en langue étrangère.
  • En terminale, le nouveau programme d’histoire-géographie des élèves des séries ES et L met l’accent sur les méthodes de travail de l’enseignement supérieur.
  • La série S est enrichie d’un nouvel enseignement intitulé informatique et sciences du numérique. Sa dimension scientifique est consolidée par le renforcement de l’horaire de mathématiques en classe terminale.
Le rééquilibrage entre les différentes voies
  • Classe de détermination, la seconde devient un moment privilégié pour mieux découvrir toutes les voies et séries.
  • En première, les enseignements communs des voies générales et technologiques sont rapprochés.
  • Les séries STI et STL seront modernisées pour la rentrée 2011. Plus polyvalentes, elles offriront de plus larges débouchés vers l’enseignement supérieur et devront mieux y préparer.