Intervention d'Elisabeth Carrara, IGEN EVS

Le travail mené avec les IAN d’histoire géographie EMC a montré l’opportunité, pour les professeurs documentalistes comme pour tous les autres professeurs, qu’offre l’EMI de se positionner au sein de l’équipe pédagogique aussi bien pour :

  • S’inscrire dans un travail coopératif pour les profs docs, dans un positionnement qui évolue avec des professeurs disciplinaires
  • Participer activement à la mise en œuvre du parcours citoyen, contribuer à la maitrise des domaines du socle voir à son évaluation à LSU et aux modalités du positionnement de fin de cycle qui offrent une visibilité à ces actions
  • Impulser, initier la mise en œuvre d’un parcours de formation autour de l’éducation aux médias et à l’information, au regard de ce qui figure dans la circulaire de mission « enseignant et maître d'œuvre de l'acquisition par tous les élèves d'une culture de l'information et des médias » et penser les actions menées dans une logique de progression qui favorise la continuité des apprentissages
  • Bien entendu une place particulière pour le numérique avec l’exigence de formation qu’il induit « s’informer et informer »

Pour cette seconde journée, nous nous centrons sur les seuls professeurs documentalistes et nous nous ouvrons à la diversité des champs d’intervention qui font leur cœur de métier. Nous retrouverons la thématique de « s’informer à l’heure du numérique ».

Quelques grands chantiers s’ouvrent :

  • dans lesquels les professeurs documentalistes doivent pleinement prendre leur place
  • qui donnent toute leur place à la réflexion sur les usages du numérique

Les interlocuteurs académiques peuvent avoir un rôle d'impulsion, d'initiateurs, de créateurs.

Comment l’action des profs docs peut-elle contribuer aux nouvelles priorités ? Comment les IAN par leurs actions d’impulsion, de formation et d’information peuvent contribuer à cet engagement ?1

1. Un contexte de conjonction de plusieurs types d’évolutions

  • Professeurs documentalistes :

Le référentiel métier des professeurs et personnels d’éducation insiste sur les compétences communes et précise celles qui sont spécifiques aux profs docs,

Une clarification des missions que complète la circulaire de mission,

Ces textes  formalisent la pleine appartenance des professeurs documentalistes au corps des enseignants, leur place et leurs missions au sein de l’établissement.

Ils inscrivent, comme cela a été rappelé lors de la journée commune du 8 février, leur rôle dans l’éducation des élèves aux médias et à l’information et plus largement à la maîtrise du numérique (outils et usages).

  • De nouveaux  dispositifs pédagogiques et enseignements qui privilégient la réaffirmation, au-delà des évolutions qui se dessinent, de la nécessité de mettre au cœur de nos pratiques et de notre action : le travail coopératif, la transversalité, l’accompagnement et l’engagement des élèves
  • Une volonté non seulement de renforcer la place du numérique au sein de l’école mais aussi de l’inscrire pleinement dans les pratiques et objectifs éducatifs (plan numérique pour l’éducation), un encouragement à l’innovation

2. De nouvelles priorités nationales

Les mois qui viennent de s’écouler ont vu la mise en place ou l’évolution de plusieurs dispositifs qui appellent une mobilisation concomitante des professeurs documentalistes et du numérique :

Priorité donnée à l’école primaire et aux apprentissages fondamentaux :

Face aux résultats décevants de nos élèves et donc de notre école aux enquêtes internationales, il y a à l’école primaire l'affirmation du caractère quotidien et central de la lecture.

Cet accent mis sur les compétences devant être acquises dans le premier degré ne désengage pas le second degré : au collège en réponse aux faiblesses en compréhension de l’écrit il se dessine que les élèves auront au moins deux heures d’accompagnement personnalisé dédiées à cette compétence indispensable pour continuer leur scolarité dans de bonnes conditions.

Par-là cela engage plus spécifiquement les professeurs documentalistes :

  • Dans le travail mené avec les autres professeurs sur l’écrit - compétence commune
  • Dans le renforcement du travail mené en inter-cycle notamment pour la construction d’un parcours d’apprentissage des compétences info-documentaires
  • Dans leurs actions destinées à donner ou renforcer le goût pour la lecture, en mobilisant la diversité des supports et notamment ceux que nous offre le numérique
  • Dans le questionnement sur l’accueil des élèves, aussi bien que pour la réflexion sur la place, l’organisation du CDI que les modalités d’accueil des élèves

Cette interrogation n’est bien entendu pas nouvelle

Le sujet choisi pour les TraAM cette année « Repenser l'espace existant du CDI pour mieux répondre aux besoins des usagers » doit contribuer à cette réflexion.

Les Edubases donnent des exemples de la façon dont les équipes en académie se sont appropriées cette réflexion et ont proposé des pistes de travail – cf par exemple : Détente et créativité au CDI (faire du CDI un lieu de vie) - Guyane

« Devoirs faits » au collège : engage la réflexion et la mobilisation sur le travail personnel de l’élève

Les professeurs documentalistes peuvent être associés aux dispositifs d’accompagnement des élèves – comme tous les autres professeurs – mais l’enjeu est de valoriser ce que peut être notre contribution spécifique.

Dans ce contexte, des pistes de réflexion :

  • Penser l’apprentissage de l’autonomie dans l’utilisation des médias, la recherche et le traitement de l’information comme une des conditions de cette autonomie.
  • Penser la place éventuelle de l’accueil des élèves dans le cadre de ce dispositif, en fonction des organisations propres à chaque établissement.

Là encore, la préoccupation n’est pas nouvelle comme en témoignent les scénarios proposés par l’académie de La Réunion :

  • Former l’esprit logique et l'esprit critique, permettre à l'élève de maîtriser son environnement, grâce à des enseignements qui évoluent avec le numérique ;
  • Repenser les modalités du travail personnel et des collaborations entre élèves, dans des espaces-temps à réorganiser

« Plan étudiant » et Parcoursup au lycée et après le bac

Ces deux plans soulignent bien les deux volets :

  • Préparer les élèves aux exigences de l’enseignement supérieur : la formalisation des attendus apportera une aide précieuse pour le conseil et l’accompagnement des élèves.

Au-delà de l’accompagnement des élèves dans leur choix d’orientation, il s’agit bien de renforcer leur préparation aux exigences du supérieur.

Dès 2009 un rapport d’inspection générale, de Jean-Louis Durpaire et Daniel Renoult, soulignait « La réussite des études supérieures se prépare dès le lycée. Elle passe par l’acquisition de méthodes de travail et notamment une formation spécifique à la recherche d’information. », pour regretter la place insuffisance qui lui était faite.

De ce point de vue, on voit bien ce que peut être l’apport des professeurs documentalistes – cela a été en partie l’objet de notre réflexion hier et cela ne se limite bien entendu pas au travail mené en terminale.

  • Le second volet c’est la construction d’un projet d’orientation et le cadre du parcours avenir.

Avec la définition de temps forts (deux semaines dédiées à l’orientation en terminale), un accompagnement renforcé (deux professeurs principaux), des perspectives possibles de temps d’accompagnement personnalisé si cette proposition du rapport Matthiot est suivie. C’est bien entendu tout le travail en amont engagé dans le cadre du parcours avenir.

Là encore, la réflexion des professeurs documentalistes sur un accompagnement à l’orientation mobilisant les outils et compétences numériques est déjà bien engagée.

Là encore, on peut souligner les ressources proposées dans les edubases doc depuis le premier janvier :

  • Mise en place d'une veille collaborative en orientation avec les élèves de 1ère BAC PRO - Paris
  • Activités d'orientation dans l'accompagnement personnalisé en 2nde - Guyane
  • Séquence sur les métiers du journalisme dans le cadre de Littérature et société – Nice
  • Parcours Avenir - préparer les élèves à un entretien - Versailles

Enfin, la volonté de déploiement du numérique reste affirmée comme une constante aussi bien comme objet d’apprentissage (codage - EMI) que comme support et vecteur des apprentissages.

Chacun de ces dispositifs, chacune de ces mesures implique directement les professeurs documentalistes et doit notamment animer la réflexion sur l’organisation et la place du CDI dans l’établissement.