Economie -Ecogest@actu n° 120 - octobre 2013

Les niveaux de vie en 2011

Source : Insee

En 2011, le niveau de vie médian s’élève à 19 550 euros annuels ; il est stable en euros constants par rapport à 2010. Les 10 % des personnes les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 10 530 euros. Les 10 % les plus aisés disposent d’au moins 37 450 euros, soit 3,6 fois plus. En 2011, les niveaux de vie augmentent uniquement pour la moitié la plus aisée de la population. Pour la moitié la plus modeste, ils reculent, mais moins que les deux années précédentes. Le seuil de pauvreté, qui correspond à 60 % du niveau de vie médian de la population, s’établit à 977 euros mensuels en 2011. Elle concerne 8,7 millions de personnes, soit 14,3 % de la population, contre 14,0 % en 2010 (4 pages en PDF).

Lien : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1464

 

Une photographie du marché du travail en 2012

Source : Insee

En 2012, 25,8 millions de personnes ont un travail et 2,8 millions sont au chômage au sens du BIT. Sur dix personnes qui travaillent, on compte un non-salarié, cinq ouvriers ou employés et quatre cadres ou professions intermédiaires. 5,3 % des personnes ayant un emploi sont en situation de sous-emploi. Cette situation est plus courante parmi les jeunes, les employés et les femmes. Après avoir progressé de 2008 à 2010, puis connu une légère baisse en 2011, le chômage augmente de nouveau en 2012 et atteint son plus haut niveau depuis 1999 (4 pages en PDF).

Lien : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=ip1466

 

Les comptes de la Sécurité sociale

Source : Cour des Comptes

La France se situe à un moment crucial dans la conduite du redressement de ses comptes publics. Après les déficits historiques des années 2009 et 2010, elle s’est engagée depuis 2011 dans une trajectoire de retour à l’équilibre. De premiers résultats ont été obtenus dans la résorption du déficit de la Sécurité sociale. Pour autant, ce déficit demeure massif, à un niveau deux fois supérieur à ceux de la période 2006-2008. En 2012, sa réduction s’est en effet sensiblement ralentie. Et, en 2013, contrairement à la prévision de la loi de financement de la sécurité sociale votée fin 2012, le redressement des comptes sociaux connaît un coup d’arrêt du fait de l’atonie de la croissance (613 pages en PDF).

Lien : http://www.ccomptes.fr/Actualites/A-la-une/La-securite-sociale

 

Le projet de Loi de finances 2014

Source : Ministère de l'Économie et des finances

Après un effort budgétaire historique en 2012 et surtout en 2013, nécessaire pour conforter la souveraineté budgétaire de la France, le Gouvernement a fait le choix de modérer à partir de 2014 le rythme de consolidation budgétaire afin de préserver la croissance, tout en respectant pleinement ses engagements européens. Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Ces prévisions sont en ligne avec le consensus des économistes de septembre 2013 et avec les principales organisations internationales (3 documents explicatifs à télécharger au format PDF).

Lien : http://www.economie.gouv.fr/projet-loi-finances-2014

 

Perspectives de l’emploi de l’OCDE 2013

Source : OCDE

Les Perspectives de l’emploi de l’OCDE 2013 examinent les marchés du travail au lendemain de la crise. L’édition de cette année des Perspectives tire des enseignements utiles d’un examen qui a porté sur les systèmes de prestations, les services de l’emploi, publics et privés, et les programmes d’emploi et de formation dans sept pays membres. Les Perspectives observent aussi la situation des jeunes et des travailleurs seniors sur les marchés du travail difficiles d’aujourd’hui, et font le point sur la protection de l’emploi dans les pays de l’OCDE et certaines économies émergentes.

Lien : http://www.oecd.org/fr/els/emp/perspectivesdelemploidelocde.htm

 

Pour une économie positive - Groupe de réflexion présidé par Jacques Attali

Source : La Documentation française

Le règne de l’urgence caractérise l’économie actuelle et domine la société dans son ensemble. Or, sans la prise en compte du long terme, la vie de nos contemporains deviendra un enfer. L’économie positive vise à réorienter le capitalisme vers la prise en compte des enjeux du long terme. L’altruisme envers les générations futures y est un moteur plus puissant que l’individualisme animant aujourd’hui l’économie de marché (260 pages en PDF).

Lien : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/134000625-pour-une-economie-positive-groupe-de-reflexion-preside-par-jacques-attali

 

Consommer en temps de crise

Source : Sciences humaines

"Low cost", achats d’occasion ou groupés, location, troc... Les consommateurs développent de nouvelles stratégies auxquelles les industriels cherchent à s’adapter. Ce faisant, une modification durable des modes de consommation s’opère. Baisse du pouvoir d’achat, crainte du chômage, incertitudes quant à l’avenir... Les Français n’ont d’autre choix que de s’adapter.

Lien : http://www.scienceshumaines.com/consommer-en-temps-de-crise_fr_30111.html

 

Comment combattre les inégalités ? Les réponses de l'économiste Thomas Piketty

Source : Télérama

"Le Capital au XXIe siècle", de Thomas Piketty, Directeur d'études à l'École des hautes études en Sciences sociales bouleverse la réflexion sur les inégalités. Piketty décrit, dans une langue accessible, les lois mécaniques et les causes conjoncturelles de la répartition inégale des richesses entre personnes, sur trois siècles et à l'échelle mondiale ! Oui, les inégalités recommencent à se creuser, conclut le chercheur. Pourtant, les politiques disposent de leviers pour réduire la tension, éviter l'explosion qui gronde.

Lien : http://www.telerama.fr/idees/comment-combattre-les-inegalites-les-reponses-de-l-economiste-thomas-piketty,101515.php

 

L'impôt sur le capital mondial n'est pas la solution

Source : Le Monde

L'article présente la critique de l'économiste Jean-Marc Daniel, proche de la tradition libérale, du livre "Le Capital au XXIe siècle" de Thomas Piketty. "À l'heure où Bouvard et Pécuchet se sont emparés de l'économie, il est utile de lire un livre rédigé par un authentique économiste, maniant l'histoire, la théorie économique et la littérature – sinon Flaubert, en l'occurrence, du moins Balzac et l'Anglaise Jane Austen. Que retient Thomas Piketty du discours que Balzac met dans la bouche de Vautrin cherchant à dessiller les yeux de Rastignac ? Que, pour faire fortune, il vaut mieux hériter que travailler ! C'est en se fondant sur des séries statistiques nourries, remontant parfois à l'Antiquité, plus généralement au XVIIIe siècle, que Piketty en arrive à confirmer Vautrin."

Lien : http://www.lemonde.fr/livres/article/2013/08/29/l-impot-sur-le-capital-mondial-n-est-pas-la-solution_3467927_3260.html

 

L’impôt et l’effet redistributif sur les classes moyennes

Source : Le Monde

Les classes moyennes seraient assommées par l'impôt et écrasées entre les bénéficiaires de l'aide sociale et les destinataires des avantages fiscaux. Hantées par le spectre du déclassement, elles subiraient des ponctions fiscales disproportionnées. Il y a du vrai dans ces descriptions. Il y a aussi de l'approximation et de l'exagération.

Lien : http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/09/25/les-prelevements-obligatoires-profitent-aux-classes-moyennes_3484664_3232.html

 

Quelle France dans dix ans voulons-nous ?

Source : Alternatives économiques

La contribution du Commissariat général à la stratégie et à la prospective, au séminaire gouvernemental du 19 août dernier, "Quelle France dans dix ans ? " s’inscrit dans une perspective volontariste, fondée sur un état des lieux réaliste des contraintes qui s’imposent au pays et des atouts dont il dispose. Elle demeure cependant fondamentalement enfermée dans une vision qui se place du point de vue de l’offre, qui n’interroge pas les finalités de l’activité économique et n’intègre pas les contraintes écologiques. Comment faire aller de pair la quête d’un mieux "vivre ensemble" et un développement soutenable et compétitif ?

Lien : http://www.alternatives-economiques.fr/quelle-france-dans-dix-ans-voulons-_fr_art_633_65002.html