ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Les Lettres d'information d'éduscol

 

L'interview...

Des enseignantes au coeur d'une rénovation de diplôme

La rénovation du BTS "Banque" s’achève. Pour l’équipe d’enseignantes du groupe de travail,  c’était une première expérience de rénovation. Un bilan plutôt positif !

Qu’est-ce qui vous a étonnées dans cette rénovation ?

La capacité de travail et la réactivité du groupe : ce qui semblait impossible en juin a été réalisé dans les temps.

Comment avez vous vécu le travail avec les professionnels de la banque et avec vos collègues ?

Il y a bien eu quelques divergences sur les intérêts des étudiants ! On discute, on débat mais on arrive toujours à un point d’accord. Nos attentes par rapport à la formation et aux apprenants sont proches, ce qui nous conforte dans nos pratiques d’enseignants au quotidien. Nous avons apprécié la richesse et la complémentarité des échanges. L'ambiance était très studieuse et très agréable. Un plaisir de se retrouver pour travailler. 

Que pensez vous de la méthodologie de rénovation ?

La conception d'un référentiel est un exercice très complexe et nécessite un apprentissage sur les attendus. La définition des concepts de "compétence" ou de "savoir" ne suffit pas, c'est en faisant que l'on apprend. Travailler avec des responsables de formation a permis également d'être très précis sur certains mots utilisés dans le référentiel.  La construction a été difficile dans un premier temps.  Il y a un gap énorme entre les premiers documents et le résultat final. Désormais, on ne lira plus les référentiels de la même façon.  

Que retirez vous de votre participation au groupe de travail ?

Plusieurs points très positifs. Une approche réflexive sur nos pratiques pédagogiques, la confirmation des attentes de la profession et aussi une meilleure connaissance de la  "maison Éducation nationale" où un important travail en amont se réalise avant d’aboutir à un résultat visible. Il existe une vraie synergie avec les collègues, l'inspection et les professionnels, même s'il y a parfois des différends.

Que suggérez-vous pour améliorer la manière de travailler ?

Peut-être prendre plus de temps lors des premières réunions pour discuter sur les activités du métier en entendant des personnes en poste et en région. On peut aussi les intégrer dans les travaux de sous-groupe. Les enseignes pouvaient désigner des personnes ce qui aurait élargi encore la vision du terrain. Les séances de travail en groupe sont indispensables, elles devraient être plus fréquentes également en sous-groupes. Le temps entre les réunions permet aussi de prendre du recul. Des solutions de remplacement des professeurs participant au groupe de travail pourraient aussi être envisagées. Concernant la rédaction proprement dite, une définition commune préalable des mots courants utilisés comme « analyser », « caractériser » aurait pu faire gagner du temps par la suite.

Que pensez vous de la composition du groupe de travail ?

L'idée de la DGESCO d'interviewer des diplômés était excellente pour avoir un retour. Ils auraient peut-être pu être associés au groupe, notamment lors du brainstorming de démarrage. Cela aurait permis d'aller encore plus loin dans la rénovation. Parmi les professionnels, il faudrait renforcer la place des opérationnels.

Merci à Karine Blanc, Catherine Fauquet, Odile Lhéritier, Françoise Milanini et Catherine Moreau d'avoir répondu à nos questions.

Actualité

Planning des CPC plénières 2013-2014

3ème CPC Métallurgie : 16-12-2013

- Sous-commission Automobile, matériel agricole et travaux publics  : 2-12-2013

- Sous-commission Électrotechnique, électronique, automatisme et informatique : 6-12-2013
- Sous-commission Travail des métaux : 29-11-2013

5ème CPC Bâtiment, travaux publics et matériaux de construction 19-12-2013
6ème CPC Chimie, bio-industrie, environnement : 9-12-2013

7ème CPC Alimentation : 15-01-2014

8ème CPC Métiers de la mode et industries connexes : 16-01-2014

11ème CPC Transport, logistique, sécurité et autres services : 20-12-2013

12ème CPC Communication graphique et audio-visuel : 9-12-2013

13ème CPC Arts appliqués : 11-12-2013

15ème CPC Commercialisation et distribution : 28-11-2013

16ème CPC Services administratifs et financiers : 12-12-2013

19ème CPC Coiffure, esthétique et services connexes : 9-01-2014

20ème CPC Secteurs sanitaire et social, médico-social : 10-12-2013

Formation interprofessionnelle : 2-12-2013

Partenariat avec le monde professionnel 

Le ministère de l'Éducation nationale a renouvelé pour 5 ans (2013-2018) quatre conventions-cadres de coopération avec la Confédération des industries céramiques de France (CICF), la Fédération nationale de l’aviation marchande (FNAM), la Fédération nationale compagnonnique des métiers du bâtiment (FNCMB) et le Syndicat national de la chaudronnerie, tuyauterie et maintenance industrielle (SNCT).

Trois nouveaux accords viennent d'être signés pour 5 ans (2013-2018) avec l’association ECTI Professionnels Séniors (Entreprises, Collectivités territoriales, Insertion), l’association EGEE (Entente de générations pour l’emploi et l’entreprise) et RANDSTAD. Objectif : faire découvrir les métiers et l’entreprise aux élèves et aux équipes éducatives et faciliter l’insertion des jeunes dans la vie active.

Le ministère de l’Éducation nationale a engagé depuis longtemps un dialogue avec les milieux professionnels pour promouvoir l'enseignement professionnel et développer une synergie entre les mondes éducatif et économique. Actuellement, il existe 23 conventions habilitant des branches professionnelles à collecter les versements des entreprises pouvant donner lieu à exonération de la taxe d’apprentissage ainsi que 29 accords-cadres de coopération avec des associations, des branches professionnelles et des entreprises.

Médaille d’or de l’enseignement technique

 La médaille d’or de l’enseignement technique est décernée à M. Thierry Debay, directeur des admissions et concours de la chambre de commerce et d’industrie de Paris et M. Roland Keiflin, maître poêlier.

Arrêté du 10 mai 2013, Bulletin officiel des décorations, médailles et récompenses du 23 juillet 2013

Parution de l'étude relative à l’analyse prospective des métiers du commerce et de la vente

L’équipe de chercheurs du Céreq, coordonnée par Jean-Paul Cadet, a rendu le rapport final d’une étude conduite à la demande de la Dgesco et intitulée : "Baccalauréats professionnels et métiers de la vente et du commerce : quelles évolutions pour quelles correspondances ?".

A paraître prochainement dans la revue CPC-Etudes n°2013-4 (version intégrale) et dans la revue CPC-Info n°54, deuxième semestre 2013 (synthèse)

 Textes réglementaires

Prévention des risques électriques

Une note adressée aux recteurs, inspecteurs et chefs d'établissement présente les nouvelles dispositions relatives à la délivrance de l'habilitation électrique (norme NF C 18-510, parue en 2012) ainsi que la liste des diplômes concernés.

Note du ministère de l'Éducation nationale du 13-09-2013

Composition du conseil d'administration des EPLE

Dans les lycées professionnels, le conseil d'administration comprend désormais deux personnalités qualifiées représentant le monde économique.

Décret n°2013-895 du 4-10-2013 relatif à la composition et aux compétences du conseil d'administration des établissements publics locaux d'enseignement.

 Lire, voir, écouter...

Evolution des cartes de formation

Ce rapport, réalisé par les inspections générales du ministère de l'Éducation nationale analyse l’évolution globale de la carte des formations entre 2012 et 2013 et dégage les caractéristiques du processus d’élaboration de l’offre de formation professionnelle et technologique qui met en œuvre le partenariat académies/régions. Le rapport propose plusieurs pistes de réflexion, notamment de dresser un bilan de l’évolution des cartes de formations entre 2009 et 2013.

Rapport conjoint IGEN/IGAENR n° 2013-078, juillet 2013

Lycées professionnels

Près des deux tiers des jeunes en lycée professionnel ont le sentiment d'avoir choisi leur orientation à l'issue de la classe de 3ème (65 %). Une majorité d’entre eux préfère le lycée professionnel au collège (83 %) et le juge utile car ils y apprennent un métier (71 %). Si 41 % rencontrent des difficultés pour trouver un stage, 63 % souhaitent poursuivre leurs études au-delà du baccalauréat. Le lycée professionnel leur permet de se projeter avec confiance dans l’avenir. Cette étude porte sur un échantillon de 1042 jeunes de lycées professionnels dont l’établissement est partenaire de l’AFEV. Ils ne sont donc pas représentatifs de l’ensemble des lycéens professionnels mais l’étude offre néanmoins un point de vue quantitatif riche sur la manière dont ces jeunes vivent leur scolarité et leurs perspectives d’avenir.

Étude réalisée par l’AFEV, l’UNAF et Trajectoires, septembre 2013

Filière du numérique

 Une véritable filière industrielle du numérique éducatif n'existant pas à ce jour, un rapport élaboré par le ministère de l'Éducation nationale, l’inspection générale des finances, le conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET) a identifié des freins économiques, juridiques, administratifs et pédagogiques et examiné les leviers possibles pour accompagner efficacement les acteurs susceptibles de constituer une telle filière. L'étude préconise des mesures industrielles, économiques, fiscales, juridiques, managériales et pédagogiques nécessitant un renforcement des coordinations entre l’État et les collectivités locales, mais aussi entre les entreprises du secteur. 

La structuration de la filière du numérique, un enjeu pédagogique et industriel, juillet 2013

La formation à l’épreuve du numérique, un numéro   spécial de la revue Éducation permanente

La revue Éducation Permanente publie un numéro hors série, consacré à « la formation à l’épreuve du numérique ». Signés par des enseignants-chercheurs universitaires et des consultants formateurs, les articles analysent les impacts de cette révolution numérique dans la formation qui bouscule le rapport aux savoirs, le cadre organisationnel de la formation des adultes et la relation apprenant/formateur. Ces transformations obligent à des remises en cause techniques et pédagogiques difficiles, notamment dans les dispositifs destinés précisément aux personnes peu préparées aux usages des technologies numériques. Certaines fractures sociales, amplifiées par les conceptions académiques et élitistes du savoir, ne sont-elles pas en train d’être dépassées par les nouvelles pratiques sociales rendues possibles par les technologies numériques ? Les apprentissages informels ne deviennent-ils pas plus visibles et lisibles dans les processus ouverts par les dynamiques des réseaux ? L’appropriation des technologies et des ressources numériques n’ouvre-t-elle pas la voie à une refondation du rôle des formateurs ? Telles sont les grandes questions ouvertes par cette publication.

Éducation permanente, hors série AFPA, 2013

Évolutions de l’apprentissage 

L’apprentissage progresse entre 1997 et 2008, mais sa progression diffère selon les régions et les métiers. Son évolution résulte en effet d’une combinaison complexe dans laquelle interviennent les mutations du système productif, les contextes et les choix régionaux en matière de formation professionnelle, ainsi que les politiques nationales. Entre 2008 et 2011 l’apprentissage résiste bien à la crise, mais subit les effets de la rénovation de la voie professionnelle.

Bref Céreq,  septembre 2013 

 

 

Au fil de l'O

CAP sellier-harnacheur 

La rénovation de ce CAP est achevée, le groupe de travail a travaillé sur la base d’une étude d’opportunité mise en œuvre auprès de la profession par les Haras nationaux et la direction de l’Institut français du cheval et de l'équitation (IFCE). Les évolutions du métier et le développement de la filière équine sont dorénavant mieux prises en compte par les référentiels du diplôme, actuellement en cours de publication au Bulletin officiel de l'Éducation nationale.

Filière nucléaire

Le baccalauréat professionnel rénové « Technicien des installations nucléaires - TIN » sera présenté en 6ème CPC le 9 décembre 2013 pour une mise en œuvre prévue à la rentrée scolaire 2014. Après la mise en œuvre du BTS « Environnement nucléaire » à la rentrée 2013, la rénovation du baccalauréat professionnel « Environnement nucléaire », créé en 2006 est apparue nécessaire afin de rééquilibrer l’ensemble de la formation. Le BTS peut concerner des secteurs connexes comme la pétrochimie, la maintenance industrielle ou le secteur de la radio protection. En revanche, le baccalauréat professionnel s’inscrit dans "un cœur de métier" : logistique nucléaire, gestion des déchets des industries nucléaires, démantèlement d’installations… Les débouchés professionnels sont nombreux, du fait de la prolongation de la durée de vie des réacteurs des centrales, de la pyramide des âges et du développement de la sous-traitance.

Filière Cuisine et Restauration

A la demande des professionnels de la branche, la rénovation des diplômes de la cuisine et de la restauration va être poursuivie.
La rénovation du Brevet professionnel "Cuisinier" est en voie d'achèvement. Elle sera suivie de la rénovation du Brevet professionnel "Restaurant" pour une mise en oeuvre à la rentrée 2015. 

Focus

Le Conseil national Éducation Économie

Installé par le Premier ministre le 18 octobre dernier et placé pour cinq ans sous la responsabilité du ministre de l'Éducation nationale, le Conseil national Éducation Économie réunit 26 membres représentants des employeurs, des salariés et des administrations sous la présidence de Jean-Cyril Spinetta.

Le CNEE a pour objectifs de favoriser l'insertion professionnelle des jeunes et de répondre aux besoins de l'économie. A l'occasion de la première réunion du Conseil, le Commissariat général à la stratégie et à la prospective a présenté une analyse du lien enseignement-emploi, montrant que la transformation permanente de la structure d'emploi et l'apparition de nouveaux métiers justifient de ne pas rechercher une adéquation parfaite entre formation et emploi, mais plutôt de développer des actions permettant de mieux connaître les environnements professionnels.

Les 12 premiers campus des métiers et des qualifications

Le 14 octobre 2013, le ministre de l’éducation nationale a annoncé la labellisation des douze premiers campus des métiers et des qualifications dans les filières de l’aéronautique, du bâtiment et des travaux publics, des énergies nouvelles, de la plasturgie.

Ces campus regroupent des acteurs de la formation professionnelle autour d’une filière économique : lycées professionnels et polyvalents, centres de formation des apprentis, organismes de formation, établissements d’enseignement supérieur dont écoles d’ingénieurs, laboratoires de recherche ainsi que des entreprises. Ils proposent aux jeunes une gamme de formations générales, technologiques et professionnelles jusqu’au plus haut niveau, dans un champ d’activités économiques fortement innovantes, tant dans l’industrie que dans les services.  

La loi pour la refondation de l’école du 8 juillet 2013 a pour objectif de valoriser l’enseignement professionnel, atout pour le redressement productif et pour l’insertion professionnelle des jeunes. La création des Campus des métiers et des qualifications s’inscrit dans cette perspective.

 Les métiers bougent

34 plans industriels 

Identifiés par la Direction générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services (DGCIS) du ministère du redressement productif et le cabinet international McKinsey, les 34 Plans industriels ont été lancés par le Président de la République le 12 septembre dernier. Ils  portent sur des thématiques prioritaires de l’industrie française, sélectionnées sur la base des critères suivants : se situer sur un marché de croissance ou présentant de fortes perspectives de croissance, se fonder essentiellement sur des technologies que la France maîtrise, sur leur diffusion dans l’économie et leur développement, occuper une position forte sur ce marché avec des entreprises leaders ou disposer d’un écosystème académique, technologique, économique et industriel lui permettant d’occuper une place forte. Parmi les 34 plans, figurent les énergies renouvelables, la voiture pour tous ou l’hôpital numérique. Pour chaque plan, une équipe composée de représentants de l’industrie et des pouvoirs publics élaborera une feuille de route, en concertation avec la DGCIS (appels à projets, appui à la R&D, réglementation…). McKinsey évalue à 480 000 le nombre d’emplois pouvant être créés sur un horizon de 10 ans.

©MEN - Direction générale de l'enseignement scolaire
Bureau des diplômes professionnels
S'abonner à la lettre     Contact