ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Séminaire 2011-2012

Séminaire 2011-2012

Ateliers démarche d'investigation & algorithmique

Atelier 2 : Former les élèves à la démarche d'investigation au lycée

Les participants de cet atelier ont mené leurs observations  sur deux chapitres : fonctions du second degré et géométrie vectorielle.

Les activités d’introduction des chapitres sont souvent assez fermées, ce sont plutôt des activités qui anticipent sur les définitions du cours que des activités qui vont motiver par une certaine ouverture l’introduction de notions nouvelles. Par ailleurs, les manuels sont destinés aux élèves, mais ils contiennent parfois des activités qui seraient plutôt à  mener par les enseignants : par exemple, il serait préférable pour l’introduction des paraboles, que l’enseignant mène la discussion avec la classe, ce qui permettrait aussi de montrer en même temps certaines fonctionnalités techniques, comme l’utilisation des curseurs. On trouve même parfois des activités dans lesquelles une utilisation inadaptée des TICE donne une image mentale brouillée des concepts introduits (…et aussi de l’efficacité des TICE).

En ce qui concerne les problèmes proposés :

Certains manuels proposent des séries de TP progressifs :

  • Au niveau des énoncés qui permettent l’apprentissage de l’autonomie
  • Au niveau de la difficulté de réalisation à l’aide des TICE
  • Au niveau des objectifs

Il convient bien entendu de se centrer sur l’activité mathématique, et non sur les manipulations logicielles. Certains manuels y parviennent bien :

  • en proposant aux élèves des situations avec une certaine progressivité dans les fonctionnalités utilisées,
  • en déportant les indications techniques dans des pages dans lesquelles les fonctionnalités sont décrites par type de questionnement.

Dans d’autres manuels, des exercices trop guidés aussi bien pour les TICE et pour le questionnement mathématique font perdre (ou même ne pas saisir) le fil de l’activité mathématique, et contribuent peu à une autonomie de l’élève. Comme cela a été indiqué plus haut, il est préférable que l’enseignant ait utilisé devant la classe les différentes fonctionnalités pour que les élèves puissent s’en emparer.

Dans certains manuels, les activités TICE sont « parquées » dans une rubrique à part « Avec les TICE », alors que dans d’autres activités proposées dans le même manuel, les techniques d’exploration, de vérification avec les TICE pourraient éventuellement être utiles aux élèves.

Quelques remarques :

Une antinomie entre les objectifs fixés et les pratiques ?

Le choix des manuels est effectué par les enseignants selon leur conception de l’enseignement, souvent liée aux pratiques qu’ils ont vécues. Ainsi les éditeurs freinent-ils sur des manuels dans lesquels les auteurs présentent trop de situations ouvertes, car ils font tester les projets de manuels par des panels d’enseignants avant de les éditer.

Quelles indications pour aider l’enseignant

Le manuel n’est pas un outil de formation de l’enseignant, et il est clair que l’une des difficultés de l’enseignant concerne la gestion de la classe dans des situations ouvertes, et en plus avec les TICE. Ne pourrait-il pas y avoir dans le spécimen enseignant des indications (nécessite l’usage des TICE, l’utilisation des TICE peut s’avérer utile), ainsi que quelques indications concernant la gestion de la classe, ou l’utilisation de logiciels pour certaines parties du cours.