ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Accompagnement à la scolarité

Enjeux de l'accompagnement à la scolarité

Egalité des chances et gratuité

[...] "Le fait que le travail personnel, accompli hors de l'Ecole, contribue à creuser l'écart entre les enfants, font que l'accompagnement à la scolarité constitue un enjeu fort [...]. C'est un élément fondamental de l'égalité des chances".
Guide de l'accompagnement à la scolarité : Préalable signé par J. Lang , S. Royal, E. Guigou; M-G. Buffet, C. Bartolone.

L'égalité des chances

La notion d'égalité des chances est souvent utilisée dans le contexte de l'emploi, qu'il s'agisse de problèmes raciaux ou de parité homme-femme. L'égalité des chances est la première notion mentionnée dans le Code de l'Education.

Code de l'éducation

Premières lignes du Code de l'éducation
"L'éducation est la première priorité nationale. Le service public de l'éducation est conçu et organisé en fonction des élèves et des étudiants. Il contribue à l'égalité des chances."

Légifrance : Code de l'éducation art. L111- 1 Chapitre 1er Dispositions générales
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnArticleDeCode?code=CEDUCATL.rcv&art=L111-1

Article : collège et soutien
"Dans les collèges, des aménagements particuliers et des actions de soutien sont prévus au profit des élèves qui éprouvent des difficultés. Lorsque celles-ci sont graves et permanentes, les élèves reçoivent un enseignement adapté."

Légifrance : Code de l'éducation article L332-4 - Enseignements dispensés dans les collèges
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnArticleDeCode?code=CEDUCATL.rcv&art=L332-4

Article : activités périscolaires dont TIC
"Des activités périscolaires prolongeant le service public de l'éducation peuvent être organisées avec le concours notamment des administrations, des collectivités territoriales, des associations et des fondations, sans toutefois se substituer aux activités d'enseignement et de formation fixées par l'État.
Elles visent notamment à favoriser, pendant le temps libre des élèves, leur égal accès aux pratiques culturelles et sportives et aux nouvelles technologies de l'information et de la communication. Les établissements scolaires veillent, dans l'organisation des activités périscolaires à caractère facultatif, à ce que les ressources des familles ne constituent pas un facteur discriminant entre les élèves."

Légifrance : Code de l'éducation article L551-1 - Activités périscolaire
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnArticleDeCode?code=CEDUCATL.rcv&art=L551-1

Loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école
Extrait d'un BO qui signale les modifications par rapport à la version antérieure :
"Chapitre Ier - Principes généraux de l’éducation - Article 2 [...] II - Le troisième alinéa du même article est ainsi rédigé : “Pour garantir ce droit dans le respect de l’égalité des chances, des aides sont attribuées aux élèves et aux étudiants selon leurs ressources et leurs mérites. La répartition des moyens du service public de l’éducation tient compte des différences de situation, notamment en matière économique et sociale.”

BO N° 18-5 mai 2005
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/18/MENX0400282L.htm

Charte pour l'égalité des chances dans l'accès aux formations d'excellence
Texte cosigné par trois ministères - ministère de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, ministère de l'emploi, du travail et de la cohésion sociale,  ministère délégué à l'intégration à l'égalité des chances et à la lutte contre l'exclusion - dont la finalité est d'encourager l'accès aux formations supérieures.
"La nécessité d’offrir une orientation valorisante et ambitieuse aux élèves scolarisés dans les territoires de l’éducation prioritaire et des zones urbaines sensibles, demeure une préoccupation centrale du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche et du ministère de l’emploi, du travail et de la cohésion sociale.
Bon nombre de ZEP/REP ont mis en place des partenariats avec des grandes écoles, des universités ou des organismes de recherche pour sensibiliser leurs élèves à la démarche scientifique, contribuer à l’information nécessaire à leur orientation, les inciter à poursuivre des études longues et leur faire rencontrer des jeunes en réussite scolaire. Ces partenariats s’adressent majoritairement à des écoliers et à des collégiens. Depuis 2002, une expérimentation est menée par le ministère en charge de la ville et une grande école de commerce et de gestion en direction des élèves du second cycle. Ses premiers résultats encourageants incitent les partenaires signataires de la présente charte à étendre ce dispositif auprès d’un nombre significatif d’établissements scolaires, de grandes écoles et d’universités. Cette charte vise à donner un cadre à ces partenariats pour les mettre en place dans des lycées avec l’appui des grandes écoles et des universités."

Charte pour l'égalité des chances dans l'accès aux formations d'excellence, 2005
http://www.education.gouv.fr/actu/2005/charte_egalite.pdf

Mise en oeuvre de la charte pour l'égalité des chances dans l'accès aux formations d'excellence. Circulaire n°2005-148 du 22 août 2005. BO n° 36 du 06/10/2005
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/36/MENE0502079C.htm

Pour une politique nationale plus efficace et plus équitable.
"...  le Haut Conseil considère qu’il ne faut pas tolérer plus longtemps des dérives qui entretiennent, voire creusent, les inégalités.
Laisser les élèves et leurs familles seuls face aux devoirs et leçons est source d’inéquité. Le recours croissant à des aides extérieures à la scolarité, payantes mais financées pour une part par des avantages fiscaux, en témoigne. Cela ne peut laisser indifférents les responsables du système public d’éducation qui ne sont pas dépourvus de moyens d’action en la matière. La question qui se pose est en effet celle de la finalité du service public d’éducation : "faire réussir tous les élèves" ce n’est pas " faire réussir certains mieux que d’autres ". [...]
Les faits prouvent que si le service public n’assure pas cette mission éducative, le marché le fait, ce qui renforce les inégalités. Il y a certainement là une des clefs de la résorption des inéquités au regard de la réussite scolaire."

Avis du HCEE, n° 15, mai 2005, PDF, 4 p.
http://cisad.adc.education.fr/hcee/documents/avis15.pdf

Problématique du séminaire "Accompagnement à la scolarité égalité des chances et TIC"
Les technologies de l'information et de la communication sont des vecteurs d'information de savoir et d'éducation. Cependant, contrairement à ce qu'elles promettent, du fait du double investissement financier et intellectuel qu'elles impliquent, elles peuvent se transformer en facteur d'inégalité. Il est du ministère de l'Education de s'emparer de ce problème, et, avec l'ensemble des partenaires - politiques, sociaux et économiques - de relever ce défi d'éducation et de société.
"L'école doit prendre en compte deux évolutions récentes : d'une part près des trois quarts des foyers avec enfants sont maintenant équipés d'ordinateurs et d'autre part l'assistance scolaire est en plein essor, notamment celle qui s'appuie sur les technologies de l'information et de la communication.
Que les enfants profitent d'Internet et de soutien à domicile pour progresser est évidemment souhaitable et témoigne de l'implication des parents mais il en résulte, dès l'école, un handicap majeur pour les enfants issus de familles ne pouvant offrir ni l'un ni l'autre.
[....] Il est donc souhaitable que soient mis en place des dispositifs utilisant les TIC qui visent à offrir, aux côtés de l'école, l'appui et les ressources dont les enfants ont besoin pour mieux y réussir. "

éduscol : descriptif du séminaire
http://eduscol.education.fr/articles/accompagnement.htm

Le principe de gratuité

Les principes fondamentaux de gratuité
Le ministère rappelle dans son dossier Les parents à l'école :
"Le principe de gratuité de l'enseignement, posé dès 1881 pour le premier degré, exige que les activités d'enseignement qui se déroulent à l'école ne soient pas à la charge des parents d'élèves. Il s'agit d'un principe absolu, confirmé par la jurisprudence, et qui concerne toute la durée de la scolarité, depuis l'entrée en maternelle jusqu'aux classes de lycée post-baccalauréat.

Eduscol
http://www.eduscol.education.fr/D0028/03_gratuite.htm

L'Ecole et l'argent, les aides financières
"Malgré ces principes de base, l'école n'est pas pour autant à l'abri des questions d'argent.
Certaines dépenses sont admises dans l'enseignement secondaire comme l'achat d'un carnet de correspondance et la fourniture d'enveloppes timbrées pour l'envoi des bulletins trimestriels. En principe les autres dépenses de fonctionnement pédagogique ne doivent pas être portées à la charge des familles.
La circulaire du 30 mars 2001, parue au Bulletin officiel du 12 avril 2001, rappelait les modalités d'application du principe de gratuité. Elle indiquait notamment que " aucune contribution ne peut être demandée aux familles pour le financement des dépenses de fonctionnement administratif et pédagogique relatives aux activités d'enseignement obligatoires des élèves."

Education.gouv.fr. Dossier "Les parents à l'école"
http://www.education.gouv.fr/thema/parents/viescol.htm#aide

Gratuité et égalité des chances
Extrait du chapitre Principes d'action - Les bénéficiaires
"Les actions d'accompagnement à la scolarité reconnues par la présente Charte et soutenues par les pouvoirs publics sont avant tout destinées à ceux qui ne bénéficient pas des conditions optimales de réussite. Elles ont une caractère gratuit et laïque.
Elles visent à compenser les inégalités qui subsistent dans l'accès à la culture et au savoir..."

Charte nationale de l'accompagnement à la scolarité
http://www.education.gouv.fr/cel/imagesetdoc/Charte.pdf

Textes de référence sur la gratuité

Eduscol
http://eduscol.education.fr/D0028/r_03.htm

Accès à la culture et maîtrise de la langue

La charte à l'accompagnement scolaire mentionne les apports culturels parmi les axes prioritaires :
"Ces actions, qui ont lieu en dehors du temps de l'école, sont centrées sur l'aide aux devoirs et les apports culturels nécessaires à la réussite scolaire "
En ouvrant les portes de la bibliothèque, du musée, ou du théâtre... l'idée est d'ancrer les jeunes dans la dynamique de la citée, de les amener à ouvrir leur monde à celui de leur communauté culturelle afin de se construire des appuis structurants. Toutefois comment "accéder à l'universalité d'une culture" (Ph. Meirieu) sans maîtrise de la langue ?

On sait par ailleurs comme le précise la linguiste Mireille Brigaudiot, "que la réussite ou l'échec d'un élève dépend de ses premiers apprentissages de l'écrit. "

Culture écrite et maîtrise de la langue priorité du primaire - 2002
Dans les "Programmes d'enseignement de l'école primaire" année 2002, la partie "Cycle des apprentissages fondamentaux - Cycle 2 ", insiste sur l'importance de l'articulation entre les fondamentaux enseignés à l'école maternelle et à l'école élémentaire, à savoir, lire, écrire et compter.

"Si le cycle des apprentissages fondamentaux débute à l'école maternelle, c'est que l'essentiel de l'effort que doit faire un enfant pour s'approprier les instruments de la culture écrite (les mathématiques en font partie) relève de sa capacité à modifier sa relation au langage : c'est dans l'oral d'abord que l'on apprend à lire et à écrire, mais aussi à compter. Il appartient donc aux enseignants de l'école maternelle de conduire tous les enfants qui leur sont confiés à s'intéresser au langage non seulement pour ce qu'il peut dire, mais aussi pour la manière dont il le dit. Une part très importante de la grande section est consacrée à cette mutation difficile qui s'enseigne moins qu'elle ne se construit.
Les enseignants de l'école élémentaire doivent s'inscrire dans cette dynamique [...] "

Programmes d'enseignement de l'école primaire. Arrêté du 25 janvier 2002.
BO hors-série n°1 du 14/02/2002
http://www.education.gouv.fr/bo/2002/hs1/default.htm

Apprentissage de la langue priorité de l'école maternelle - 1999
Texte-Instruction de Ségolène Royal adressé aux recteurs, inspecteurs, directeurs, enseignants...
"Les langages au cœur des apprentissages
Le langage correspond aux activités de réception et de compréhension (écouter, lire) et aux activités de production (parler, écrire), qu'elles soient effectuées par les enfants eux-mêmes ou par l'intermédiaire de l'enseignante ou de l'enseignant.
[...] Affirmer cette primauté, c'est cibler la source majeure des inégalités scolaires et des difficultés ultérieures de nombre d'élèves. C'est vouloir que l'école maternelle soit, pour tous, la première étape de la réussite scolaire."

BO HS n°8 du 21/10/1999 : L'école de tous les possibles
http://www.education.gouv.fr/bo/1999/hs8/texte.htm

Langage - comme médiateur pour l'accès à la culture et potentiel d'expression

Charte nationale de l'accompagnement à la scolarité
Dans le paragraphe concernant les bénéficiaires il est question des actions à mener comme visant à :
" compenser les inégalités qui subsistent dans l'accès à la culture et au savoir et qui se creusent pendant les temps où les enfants et les jeunes ne sont pris en charge ni par l'Ecole ni par les familles."
Partie introductive de la Charte :
"L'accompagnement à la scolarité joue ce rôle de complément et de partenaire de l'école" [...]
"Il se propose par des stratégies diversifiées [...] d'élargir les centres d'intérêt des enfants et des adolescents, de promouvoir leur apprentissage de la citoyenneté par une ouverture sur les ressources culturelles, sociales et économiques de la ville ou de l'environnement proche [...]

Charte nationale de l'accompagnement à la scolarité (Chap. Objectifs de l'accompagnement à la scolarité)
http://www.education.gouv.fr/cel/imagesetdoc/Charte.pdf

Code de l'éducation
Rappel dans la partie de l'enseignement primaire des fondamentaux de la connaissance :
"expression orale ou écrite, lecture, calcul ; [la formation primaire] suscite le développement de l'intelligence, de la sensibilité artistique, des aptitudes manuelles, physiques et sportives."...

Légifrance : Code de l'éducation art. L321-3 Formation primaire
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnArticleDeCode?code=CEDUCATL.rcv&art=L321-3

Bien (!) lire
Site d’accompagnement du plan de prévention de l’illettrisme, ouvert à la rentrée 2003.
Piloté conjointement par la DESCO (Direction de l'enseignement scolaire), la DT (Direction de la technologie) et le SCEREN-CNDP.
Le site met à disposition de tous les adultes, enseignants, parents, documentalistes, associations intervenant auprès des enfants et des jeunes un ensemble de ressources pour prévenir les difficultés en matière de lecture et écriture, voire y remédier.
http://www.bienlire.education.fr/

Socialisation et éducation

Code de l'Education
Les lignes introductives :
"Outre la transmission des connaissances, la Nation fixe comme mission première à l'école de faire partager aux élèves les valeurs de la République.
Dans l'exercice de leurs fonctions, les personnels mettent en oeuvre ces valeurs.
Le droit à l'éducation est garanti à chacun afin de lui permettre de développer sa personnalité, d'élever son niveau de formation initiale et continue, de s'insérer dans la vie sociale et professionnelle, d'exercer sa citoyenneté." [...]

Légifrance : code de l'Education. art. L111-1
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnArticleDeCode?code=CEDUCATL.rcv&art=L111-1

Et encore :
"Les écoles, les collèges, les lycées et les établissements d'enseignement supérieur sont chargés de transmettre et de faire acquérir connaissances et méthodes de travail. [...]
Ils dispensent une formation adaptée dans ses contenus et ses méthodes aux évolutions économiques, sociales et culturelles du pays et de son environnement européen et international."...

Légifrance : code de l'Education. art. L121-1
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnArticleDeCode?code=CEDUCATL.rcv&art=L121-1

Dominique Glasman précise avec force :
"L'école est ainsi devenue progressivement mais sûrement l'instance hégémonique de socialisation de l'enfance et de l'adolescence, au sens où il n'est plus question d'ignorer ses exigences et de se soustraire à ses verdicts "[...]

Ce professeur de sociologie par ailleurs insiste, dans Le travail des élèves pour l'école en dehors de l'école sur tous les non-dits de l'école qui permettent de se couler dans le "métier d'élève", "d'apprendre l'école pour apprendre à l'école" selon la formule de Chartier (1994) ou encore de maîtriser les "automatismes libérateurs".
Ambivalence de la notion de socialisation, avec les devoirs à faire qui permettent souvent d'être en règle avec l'école.

Glasman, Dominique ; Besson, Leslie. Le travail des élèves pour l'école en dehors de l'école. Rapport pour le Haut conseil de l'évaluation de l'école. HCEE, 2004, PDF, 151 p.
http://cisad.adc.education.fr/hcee/documents/rapport_Glasman_Besson.pdf

Guide de l'accompagnement à la scolarité
"Les apprentissages peuvent consister à vivre des situations actives simples (courir, sauter, lancer, nager, glisser, tirer, pousser, tomber....). L'enfant apprend à mieux distinguer quand il faut parler, se taire, attendre, réagir, écouter..."

Guide de l'accompagnement à la scolarité  (Chap. Monter un projet : le projet sportif)
http://www.cndp.fr/zeprep/soutien/textoffs/guide.pdf

Haut Conseil de l'évaluation de l'école
Avis de mai 2005 au sujet du "Travail des élèves pour l'école, en dehors de l'école" : "La réussite scolaire suppose la maîtrise d'un ensemble diversifié de savoirs disciplinaires, mais aussi une maîtrise de savoir-faire, de techniques, de méthodes pour apprendre, mémoriser, faire " vite et bien ", qui sont inégalement enseignées à l'école, mais qui jouent un rôle de plus en plus important au fur et mesure qu'on avance dans la scolarité. Le succès des cours particuliers tient à l'attention qu'ils attachent à les développer chez les élèves."

Avis N° 15 du Haut Conseil de l'évaluation de l'école
http://cisad.adc.education.fr/hcee/documents/avis15.pdf

Problématique de la socialisation-éducation
Pour les parents, bien souvent, intégrer leur enfant à un dispositif d'accompagnement à la scolarité c'est le contraindre à une certaine forme d'intégration, le devoir scolaire permettant de contrôler si l'enfant est capable de remplir et se plier à la demande. Cela peut aussi être un biais pour le soustraire à la rue.
Pour l'enfant, la demande prioritaire quant à l'accompagnement est l'aide au devoir : une façon d'être en règle avec l'école, l'institution : "pédagogie de la compensation"
Cette pacification sociale volontaire est loin d'une mise au travail, d'un engagement dans des processus de pensée ou de création qui sont les demandes prioritaires de l'école et que les acteurs de l'accompagnement à la scolarité ne cessent de rappeler sous forme d'ouverture à la culture.

D. Glasman en conclusion demande d'être vigilant quant à un un accompagnement scolaire qui risque de devenir un "accompagnement social de l'exclusion scolaire". Il insiste particulièrement sur une réflexion à mener quant aux non-dits de l'école, les "savoir-faire opératoires", ce qu'il n'est plus possible d'ignorer dans le contexte de compétition scolaire qui est le nôtre.