ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Lecture sur écran

4. Aspects socio-culturels

Pratiques culturelles

Des espaces pour le public

Le Labo BnF

labo bnf

Le Labo BnF se décline sur plusieurs dispositifs :
      -  l’espace permanent, (hall Est de la BnF)
      -  l’Internet,
      -  des conférences et des ateliers.

La réflexion et les échanges que l’espace permanent souhaite initier se prolongent sur le web.
      -  un site http://labo.bnf.fr
      -  un blog http://labobnf.blogspot.com
      -  un fil Twitter http://twitter.com/LaboBnF

« L’Internet permet de faire du Labo BnF un laboratoire permanent, bénéficiant en temps réel des informations et du retour d’expérience des acteurs de la chaîne de la connaissance. Il permet de profiter d’autres expérimentations déployées dans le monde. Il informe sur les nouveautés que le public peut venir voir sur place ou lors de conférences et d’ateliers. »

 Les animations

« La rupture que provoque le papier électronique constitue le point de départ de la réflexion. Les pôles d’animation abordent les problématiques des pratiques d’écriture, de lecture et de contribution que permettent désormais les nouveaux supports. Les animations ont vocation à présenter des prototypes élaborés par les laboratoires de recherche et développement, et à évoluer en fonction de l’émergence de nouvelles technologies et de nouveaux usages. Pour chacun de ces pôles, la signalétique est assurée par des écrans à base de papier électronique (format A7) qui diffusent les informations pratiques relatives à chaque animation. »

Mur de sélection
« Un grand écran permet au visiteur de sélectionner, consulter et extraire des contenus de façon tactile. Avec son système d’extraction et de distribution de contenus vers les postes de consultation, il préfigure les ressources de la bibliothèque de demain. »

Réalité augmentée
« La réalité augmentée envahit notre quotidien. La caméra du téléphone mobile complète la vue d’une rue par des explications sur les monuments ou la direction de la station de métro la plus proche, un simple marqueur présenté à une caméra fait surgir une construction comme le faisaient les livres en carton d’antan... Dans ce pôle d’animation, un poste à caméra et haut-parleur spatial intégrés à un écran plat permet au visiteur d’appréhender de nouveaux modes de consultation de fonds spécifiques (de type architecture, costumes, etc.) via les applications de réalité augmentée. »

Cognitif et bibliothèque
« Les sciences cognitives peuvent apporter différents niveaux d’assistance : recherches complexes, interprétation dans des langues ou contextes différents, situations imprévues, comme par exemple un livre qui a changé de nom dans sa référence. Ce dispositif, placé au coeur du Labo, est constitué d’un robot de petite taille conçu par l’Institut de Systèmes Intelligents et de Robotique (UPMC) qui permet d’appréhender les problématiques cognitives. Ce robot a vocation à interpréter des directives vocales et, à terme, gestuelles. »

Lectures numériques
« Huit assises intégrant chacune une tablette de lecture invitent le visiteur à consulter des contenus de différents ouvrages, issus des collections numérisées de la BnF. »

Porte vers la connaissance
« L’encre électronique approche au plus près les médias traditionnels, attirant les écrivains et les artistes. Communicante, elle permet une mise à jour et une contribution en temps réel, à distance. De haute résolution, elle procure des usages uniques pour la communication : typographies, illustrations, cartes, schémas. Ecologique, elle ne consomme que lors d’un changement d’état. Les dispositifs intègrent des encres, substrats et composants électroniques adaptés aux contenus et à leurs traitements, enrichis d’audio, d’animation, de vidéo. Une feuille de papier électronique flexible (format A5) diffuse ainsi des contenus issus des collections numérisées de la BnF ainsi que de la presse en temps réel, des blogs ou des flux de réseaux sociaux. »

Écriture et création
« L’une des fonctions essentielles du papier électronique est l’écriture. A l’instar du support classique, il permet de marquer, surligner, dessiner, avec la précision du stylo ou du marqueur. Le visiteur peut écrire sur une feuille de papier électronique couleur (format A4) grâce à un stylet. Cet e-paper deviendra à terme un livre d’or dont les témoignages seront relayés sur Internet. »

État de l’art
Dans quelque temps, la feuille flexible (à base d’encre électronique) sera la porte d’entrée universelle vers la connaissance, avec des interfaces et des capteurs rendant l’utilisation totalement intuitive. Le livre du futur prendra en compte l’ensemble des médias : une vitrine fermée présente des dispositifs de type console de poche, netbook, tablette, etc. diffusant des contenus spécifiques propres à chaque technologie. »

Développement durable
« Bon nombre d’applications de l’informatique ne nécessitent que très peu de la puissance des ordinateurs et des écrans. Pour diffuser un message qui change peu, l’électronique classique demande une alimentation continue. L’encre électronique consomme si peu que de simples cellules photovoltaïques suffisent, et l’affichage tient sans électricité. Dans cette animation, l’éclairage est actionné par les visiteurs et permet de prendre la mesure du peu d’énergie nécessaire à la mise à jour d’une feuille de papier électronique. »

Livre enrichi
« La tablette tactile inaugure l’ère du post-livre et du post-ordinateur. De nouvelles créations, plurimédia, interactives, réagissant à des capteurs différents (distance, orientation, température, accéléromètre, présence, difficulté de lecture, d’écriture…) vont bientôt faire partie du paysage courant. Ainsi, l’accès aux collections, leur diffusion, la contribution des lecteurs, l’assistance à la recherche seront facilités par ces nouvelles interfaces. »

Nouvel affichage
« Un panneau d’affichage à base de papier électronique (format A3 couleur) diffuse des planches de gravure, des journaux…»