ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Lecture sur écran

2. Processus cognitifs

Dossiers

Science & Vie - La lecture change, nos cerveaux aussi

 science et vie (septembre 2009)

La lecture change, nos cerveaux aussi : e-book, Internet, smartphone...
Dossier / Philippe Testart-Vaillant et Kheira Bettayeb
"Depuis plus de cinq cents ans, nous avons développé des capacités cognitives adaptées à l’écrit sur papier. Or, le texte prolifère aujourd’hui sur toutes sortes de supports électroniques : e-books, smartphones, ordinateurs… entraînant une révolution de notre rapport à la lecture. Et une modification de notre cortex... Si l’écran électronique peut se flatter d’apporter un plus cognitif, c’est bien grâce à ces liens qui permettent de naviguer librement d’une page à l’autre au cours de la lecture, via un simple clic sur certains mots ou certaines images. [Mais] les experts après avoir porté l’hypertexte aux nues et vu en lui la panacée en matière d’apprentissage, ont dû en rabattre."

La vitesse de lecture baisse de 25%
"La lecture est un processus très gourmand en capacités cognitives. Elle mobilise successivement pour le seul décodage des mots plus de 6 zones cérébrales. Si le cerveau doit en plus solliciter des zones de reconnaissance de forme, de position, de vitesse ou de couleurs, il se retrouvera rapidement en surcharge. De fait, face à un contenu multimédia, la vitesse de lecture chute de 25%."

Il y a une perte des repères spatiaux
"un texte imprimé sur papier est par définition stable, fixe. A l’inverse, un document électronique, dynamique, peut se déplacer à volonté sur l’écran. Or, une phase essentielle de la lecture consiste à mémoriser les coordonnées spatiales (la position) des mots importants dans le texte…"

Les hypertextes feraient perdre jusqu’à 30% de la force de travail
Thierry Baccino considère que le stress déclenché par des hypertextes offrant un très grand nombre de pages à visiter fait perdre jusqu’à 30% de la force de travail."

La lecture d’hypertextes est facilitée si le sujet se voit contraint de lire d’abord le document de manière linéaire
Dorothée Fillet (une doctorante d’Eric Jamet) a mené récemment une expérience "sur un module de cours en ligne, montre que la lecture d’hypertextes est facilitée si le sujet se voit contraint de lire d’abord le document de manière linéaire, conformément à l’enchaînement conceptuel voulu par l’auteur, avant d’être autorisé à fureter comme bon lui semble."

Retrouvez ce dossier accompagné de vidéos, de textes lus d'une expérience exclusive, signalés par un pictogramme.
  Science et Vie, n°1104, septembre 2009, p. 42-57