Pratiques collaboratives

3. Outils collaboratifs et enseignement

Utiliser les réseaux sociaux

Atouts ou inconvenients ?

l’atelier

Les réseaux sociaux sont des outils d'apprentissage en devenir

Les sites collaboratifs populaires comme Facebook et Twitter apparaissent tour à tour comme outils d'apprentissage performants ou comme sources de distraction. Le point avec un expert de la question, Jean-Paul Pinte - enseignant-chercheur de l'université catholique de Lille, spécialiste des réseaux sociaux et de la culture informationnelle.

Jean-Paul Pinte : « Les plates-formes collaboratives peuvent devenir, dans un cadre pédagogique, de véritables vecteurs d'ouverture sur le savoir. Ce, à condition que les enseignants acceptent de rentrer dans les flux avec leurs élèves. Dans ce cas, le professeur n'a plus le monopole, il n'est plus seul détenteur du savoir, puisque chacun des étudiants participe à son élaboration, en proposant des références de textes par exemple. L'enseignant devient alors plutôt facilitateur d'apprentissage. Une raison pour laquelle les réseaux sociaux peuvent rencontrer à l'heure actuelle des réticences dans le corps enseignant, encore attaché au modèle livresque de l'enseignement classique. Il semble pourtant qu'ils soient davantage perçus comme de véritables outils pédagogiques à l'heure actuelle... »

L'Atelier, 22/04/2009

Les réseaux sociaux améliorent la compréhension de la formation

« l'université de Leicester s'est intéressée aux médias sociaux et à la possibilité de mettre en place un réseau de partage et de réflexion entre apprenants et professeurs. L'un de ses enseignants a du coup ouvert un réseau sur l'agrégateur social FriendFeed avec des élèves de première année en biologie. Le but : fournir des informations relatives aux cours - liens, dossiers… Mais aussi un forum de discussion sur lequel ils peuvent débattre - entre pairs ou avec des professeurs - des sujets évoqués. Et revenir sur les points à éclaircir. Chaque participant dispose d'une page personnelle sur laquelle il peut indiquer où il en est dans son travail et ce qu'il ne comprend pas. Selon le responsable du projet, une telle initiative a permis de rendre les enseignants plus disponibles... »

L'Atelier, 13/04/2010

Le réseau social détourne l'utilisateur de ses objectifs

« Selon l'Ohio State University, la fréquentation régulière de Facebook disperse l'attention et serait l'une des causes de l'obtention de résultats plus faibles. Les réseaux sociaux nuisent à l'efficacité. Voilà en tout cas la conclusion d'une étude pilote menée par l'Ohio State University. Cette dernière montre que les étudiants qui se rendent régulièrement sur Facebook passent moins de temps à étudier et obtiennent des notes plus faibles aux examens que ceux qui ne disposent pas de compte sur le réseau social. »

L’Atelier, 14/04/2009