Pratiques collaboratives

3. Outils collaboratifs et enseignement

Utiliser Twitter

Blog de Laurence Juin

blog 
laurence juin

Twitter en classe : la force d'un projet, la valorisation de l'élève

Laurence Juin, professeur d’Histoire-Géographie au lycée professionnel Doriole de La Rochelle, utilise régulièrement Twitter pour interagir avec ses élèves et enrichir sa pratique pédagogique...
Blog de Laurence Juin

La valorisation de l'élève a évolué depuis le début de l'expérience :

1. L'élève a d'abord tweeté pour valoriser son écrit face [au professeur] : il restait dans un processus d'évaluation très scolaire.

2. Twitter a été ensuite utilisé par l'élève pour se valoriser l'élève face à la classe : il cherchait à être le meilleur. On restait encore là dans un processus très scolaire.

3. Rapidement l'élève n'a plus cherché à tweeter pour se valoriser mais a compris que tweeter valorise son savoir, ses compétences et permettait à la communauté élève et enseignante de s'enrichir...

4. Twitter en classe permet aussi, par sa médiatisation, la valorisation du groupe-classe bien au delà du lycée.»

28/04/2010

Twitter en classe: des freins à un tel usage ?

1. L'accès personnel de l'élève à Internet...
avait semblé, en début d'expérimentation, être un des plus gros freins à son développement. En début d'année scolaire, six élèves n'avaient aucun moyen d'accès personnel à Internet. En fin d'année, seulement un élève n'a toujours pas d'accès personnel. Les élèves sont de plus en plus équipés en particulier en smartphones (i-phones ou blackberrys)... Ce frein n'existe pas: c'est l'élève qui décide de son assiduité à Twitter hors temps de classe...

La non adhésion de certains élèves à Twitter ou plus généralement à Internet
[Il fallait que cela] vienne d'eux par choix et non par contrainte. [...] Le réseau est aujourd'hui établi en flux plus ou moins tendu, de l'élève qui tweete quasiment tous les jours à celui qui lit sans forcément tweeter. Là encore, l'élève décide de son usage de Twitter...mais n'a plus l'excuse du je n'étais pas au courant. [Le professeur] pose des usages, [l'élève] prend l'information s'il le désire mais doit assumer ses choix.

L'accès au matériel et à la connexion pour tweeter au lycée est plus ardue 
 [L'enseignante] déploie beaucoup d'énergie à réussir à utiliser Twitter en classe. [...] L'usage de tout téléphone portable pour les élèves est pourtant strictement interdit mais [elle] déroge à ce point du règlement intérieur: C'est un moyen d'éduquer là encore l'élève en lui montrant que l'usage des téléphones n'est interdit que parce qu'il y a dérive. Si l'élève respecte la règle posée (ne l'utiliser que pour tweeter), il a droit de s'en servir en classe... »

30/04/2010

l’ecole numérique

Twitter dans l'enseignement : une autre façon de communiquer

Enseignante de lettres et d’histoire-géographie en lycée professionnel, Laurence Juin a lancé avec une classe un projet de micro-blogging, TWITTER, depuis la rentrée de septembre 2009.
« Twitter n’est en aucun cas une certitude pédagogique mais bien une expérience... au jour le jour avec cette classe.

Hors temps de classe
- Twitter me sert d’agrégateur de savoirs et d’ouverture culturelle...
- Twitter permet aussi des discussions, échanges et débats sur des sujets culturels...
- Je leur tweete aussi leurs notes d’évaluation (avec leur autorisation)...
- Twitter permet de développer la communication verticale et horizontale et de donner des informations sur la vie de classe...
- Twitter permet aussi de garder un lien lors des périodes longues de stage en entreprise...

Sur le temps de classe
- Twitter permet une interactivité : entre cahier et poste informatique...
- Il y a autonomisation de l’élève et personnalisation de mon suivi d’élève...
- Twitter en classe me permet de favoriser le difficile (surtout en lycée professionnel) apprentissage de la prise de notes...
- Twitter est support de productions d’écrit en français...
- Twitter est un support très riche pour mon enseignement de l’ECJS : c’est un cas pratique d’éducation aux médias... »

L'École numérique n° 2, décembre 2009