Visioconférence et enseignement

3. Quelques usages dans l'enseignement

Enseignement secondaire : autres usages

Isolement géographique

Académie de Rennes

Reportage : un pont entre les îles du Ponant
"Comment rassembler une petite centaine d'élèves éparpillés sur sept îles ? La visioconférence va permettre aux collège du Ponant de maintenir une vie de classe malgré le déclin démographique...
L'intérêt de la visioconférence dépasse de beaucoup celui de mettre en place un enseignement à distance, insiste le principal. [...] L'enseignement  de certaines options deviendrait plus facilement envisageable pour les petits îliens. Des enfants hospitalisés sur le continent pourraient bénéficier des cours dispensés dans les îles. L'outil de communication doit aussi permettre de favoriser les contacts entre enseignants en créant une salle de profs virtuelle..."

Le Monde de l'éducation, juin 2007, p. 62-63

Les collégiens du grand large
"C'est un établissement éparpillé sur six îles de Bretagne, six "cailloux" plus ou moins gros, battus par les vents et dont la population diminue au fil des ans. Les professeurs sont itinérants, et les 96 élèves, victimes de l'isolement. Certains cours ont lieu par téléconférence. Comment être jeune îlien à l'heure de la mondialisation ?
Imaginé il y a quelques années et mis en place pour la rentrée 2007, ce système pourrait bien être aussi la planche de salut du collège du Ponant. Celui-ci voit ses effectifs fondre année après année, et le cas de Matthieu, à Molène, va se répéter ailleurs. Les enseignants itinérants, eux, doivent jongler avec les horaires de bateaux et un calendrier qui tient du casse-tête. Sur fond de déclin démographique, ces singularités sont plus difficiles à justifier. A tel point que la pérennité de l'établissement trentenaire a semblé, un temps, remise en question.
Dans l'immédiat, la visioconférence doit servir à créer une émulation, indispensable pour mieux apprendre. Sur chaque île, en effet, les classes ne dépassent jamais neuf élèves. Difficile avec un si faible effectif de créer une dynamique de groupe. Professeur d'espagnol et d'anglais à Molène et à Ouessant, Karine Lahogue attend beaucoup du nouveau dispositif : "Nos élèves se connaissent depuis toujours, ils n'ont plus besoin de se parler pour se comprendre. La visio va être un plus." Les élèves sortiront de leur cocon, de ces relations souvent très affectives qui les lient à leur prof, et s'ouvriront enfin au monde extérieur."

Le JDD.fr, 11/06/2007
http://www.lejdd.fr/cmc/societe/200724/les-collegiens-du-grand-large_27323.html