Livre numérique

6. Aspects socio-économiques

Marché de l'édition numérique

En 2016

«Marché du livre en France – Chiffres clés papier et ebooks (2015)»

«Lors de l’Assemblée générale du Syndicat national de l’édition (SNE) du 30 juin, Vincent Montagne, réélu président, a présenté les chiffres de l’édition française pour l’année 2015.» Ce rapport souligne la progression du livre numérique.

IDBOOX, le 01/07/2016

«Le livre numérique en France : 2015, croissance et perspectives»

«En France, 6,5 % du chiffre d’affaires est réalisé dans les ventes de livres numériques, soit 163,8 millions €. Si le secteur est toujours loin du chiffre d’affaires observés dans les pays anglo-saxons, les éditeurs constatent une progression évidente, avec quelques nuances malgré tout. En effet, les ventes grand public génèrent 63,2 millions € – encore loin d’être significative, donc.»

ActuaLitté, le 01/07/2016

«Droits numériques : quand les auteurs prennent leur livre en main»

«Le modèle numérique de commercialisation des livres a apporté de nouvelles solutions de diffusion aux auteurs. Le canal unique de l’édition s’est étendu – tordons le cou tout de suite à la honteuse pratique de l’édition à compte d’auteur, telle qu’elle a être pratiquée par des sociétés peu scrupuleuses. La connexion entre l’auteur et le lecteur est devenue une nécessité, dans la constitution d’une communauté, et renverse passablement les normes anciennes.»

ActuaLitté, le 13/06/2016

«Focus sur les ventes d’ebooks en Allemagne»

«L’association des éditeurs et libraires allemands a communiqué quelques chiffres sur le marché du livre numérique pour le début de l’année 2016. Premier constat le volume des ventes augmente mais les revenus baissent, c’est à peu près la même situation qu’aux USA et en Grande Bretagne.»

IDBOOX, le 06/06/2016

«2015 aux États-Unis : le livre numérique, format des petits éditeurs et des indépendants»

«L'information n'est pas une surprise au vu des différents rapports financiers et études de marché qui ont jalonné l'année : aux États-Unis, la part des livres numériques dans les ventes totales d'ouvrages a diminué, sauf chez les auteurs indépendants et les petites maisons d'édition. La politique des prix des Big 5, ces grands groupes d'édition américains, est à l'origine de ce recul plus vraiment inattendu.»

ActuaLitté, le 06/06/2016

Pourquoi les Français boudent le E-book

«La France est le troisième pays européen au plus gros tirage littéraire. Un marché stratégique que le livre électronique ne parvient pourtant pas à percer. En 2007, lorsqu'Amazon a lancé Kindle, sa première liseuse électronique, tous les analystes prédisaient une nouvelle révolution d'usage pour l'industrie littéraire. Le portail américain Statista planifiait même que les ventes d'E-books dépasseraient celles des livres papiers en 2017. Près de dix ans plus tard, force est de constater que la réalité est toute autre. Le bon livre papier fait de la résistance et détient toujours la préférence des lecteurs, en particulier en France, révèle la dernière étude de Tiendeo (portail en ligne leader en recensement de catalogues), intitulée "La bataille du E-book en France" et publiée début mai.»

Challenges, le 07/05/2016

TVA ebooks : un plan d’action qui plaît aux éditeurs

« C’est la fin d’un bras de fer qui a opposé pendant plusieurs années les éditeurs de plusieurs pays et l’Europe. Le taux de TVA réduit sur le livre numérique n’était pas du goût de l’UE. Depuis le 7 avril, il semblerait que cette aberration tend à ne devenir qu’un mauvais souvenir. »

IDBOOX, le 08/04/2016

Deux lecteurs français sur trois paient pour lire des livres numériques

«Payer n'est pas un réflexe rare chez les lecteurs d'ebook. Pourtant, encore un tiers d'entre eux n'ont jamais déboursé un centime pour lire un livre numérique.Deux lecteurs français sur trois ont déjà payé pour lire un livre numérique, apprend-t-on dans une infographie réalisée par notre partenaire Statista. Ce dernier compile les informations en provenance d'un étude réalisée par l'Ifop, Hadopi et le GLN pour identifier la perception et les usages du livre numérique.Ils sont toutefois à peine 9% à avoir lu un livre numérique le plus souvent ou exclusivement de manière payante. 60% consomment en revanche les livres numériques le plus souvent ou exclusivement gratuitement.»

JDN, le 12/04/2016

 

Les promesses non tenues du livre numérique

«La foire de Francfort est la Mecque de l’édition mondiale. Il y a dix ans, les éditeurs qui s’y rendaient étaient assaillis d’annonces de rencontres et de séminaires réunissant les meilleurs spécialistes de la prospective et dont l’objet était de fixer le calendrier de remplacement du livre papier par le livre numérique. Pour certains, c’était l’affaire de cinq ans. D’autres, plus prudents, prévoyaient une fourchette de dix à quinze ans. Tout le monde s’accordait avec une certaine inquiétude sur le fait que le grand vainqueur de cette révolution culturelle serait Amazon. Comme c’est souvent le cas dans l’univers du numérique, les prévisions n’ont pas été confirmées par les faits. En 2016, l’e-book traverse une passe difficile et les maisons d’édition s’interrogent sur son avenir qui semble très incertain.»

Telos, le 15/04/2016

A propos de la concurrence dans le marché du ebook en France

«La DGCCRF a mené une enquête dont l’objectif était de s’assurer de la « loyauté des relations commerciales entre les opérateurs du secteur du livre numérique ». Globalement le rapport d’enquête est positif, toutefois, les anomalies constatées portent principalement sur les règles de facturation et les délais de paiement.La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a donc tenté de déterminer les conditions des relations contractuelles entre les différents opérateurs du livre : éditeurs, diffuseurs/distributeurs et e-libraires, qui se confondent parfois en un seul et unique acteur.»

IDBOOX, le 18/04/2016

Aux Etats-Unis, le livre numérique est en déclin" (PDG d'Hachette)

«Arnaud Nourry est revenu sur le livre numérique, dont la montée en puissance a été particulièrement forte ces dernières années dans les pays anglo-saxons avant que la courbe ne s'inverse. Ce phénomène s'est arrêté depuis deux ans environ, aux Etats-Unis, et on observe désormais un déclin. Au fond, je me demande si les lecteurs numérique ne se demandent pas à quoi ça sert". Selon Arnaud Nourry, aux Etats-Unis les ventes se répartissent "à 25% pour le numérique, 75% pour le papier".»

France Info, le 16/03/2016

Les tendances de l’autoédition en France (ebook, livre papier)

«Book On Demand (BOD) en association avec Edlilivre ont publié les résultats d’une étude réalisée auprès de 926 auteurs indépendants en France. Objectif de ce sondage : prendre le pouls et les tendances de l’autoédition en France. Si cette étude était ouverte à tous les auteurs, il semblerait que la majorité des répondants soient issus de l’écosystème des deux entreprises, donc, ces chiffres ne révèlent pas forcément ce que « pensent » la majorité des auteurs ayant choisi la voie de l’autoédition, mais ils sont un bon indicateur sur les tendances liées à l’autoédition.»

IDBOOX, le 14/03/2016

Livre numérique : quels enjeux pour le secteur jeunesse ?

«À l’heure où le numérique investit le monde de l’édition, tous genres confondus, un secteur semble offrir de multiples possibilités en termes d’accompagnement du livre par le numérique : celui du livre jeunesse.»

ActuaLitté, le 24/02/2016

La résistible ascension du livre numérique
«Mais que se passe-t-il dans la galaxie des livres numériques ? Alors que les prédictions allaient bon train sur la mort du livre papier, bientôt supplanté par les ventes d’e-books, les évolutions actuelles semblent plus contrastées. Certes, des pans entiers de l’édition ont déjà basculé au niveau mondial, comme le secteur des encyclopédies et des dictionnaires, suivi par les livres scientifiques ou juridiques. De même, la fin des manuels, qui constitue un enjeu économique majeur pour l’édition scolaire, pointe à l’horizon. Mais pour la littérature générale, le livre papier, objet nomade et durable par excellence, fait de la résistance.»
M économie, le 23/02/2016
Ebooks – Education : Amazon et Canopé proposent aux profs de s’autoéditer

«Kindle Direct Publishing, le service d’autoédition d’Amazon et Réseau Canopé, opérateur public du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, annoncent le lancement d’ateliers dédiés à l’autoédition. »

IDBOOX, le 09/03/2016

Orange reconnaît l'abandon du projet MO3T

«La norme permettant la gestion des droits attachés aux livres numériques fonctionne mais les conditions nécessaires au lancement commercial du projet n'ont pas été réunies regrette l'opérateur de télécommunication. David Lacombled, directeur délégué à la stratégie des contenus d'Orange, explique les raisons de cet abandon. "Les conditions qui devaient permettre la réalisation commerciale du programme MO3T n'ont pas été trouvées, et Orange a jugé préférable de ne pas donner suite à ce projet", déclare David Lacombled, directeur délégué à la stratégie des contenus d'Orange. "Le consortium devait réunir l'ensemble des acteurs du marché, mais cette condition n'était pas remplie", regrette-t-il dans un entretien à Livres Hebdo. Le projet MO3T (pour "Modèle ouvert 3 tiers") prévoyait d'organiser un système de gestion de droits attachés aux livres numériques, afin qu'un acheteur puisse retrouver et conserver ses ebooks quel que soit son fournisseur d'accès, son terminal de lecture, son libraire numérique. D'autres fonctions étaient prévues, comme le prêt ou le cadeau de livres numériques. Il s'agissait d'assurer une interopérabilité complète des livres numériques, tout en les protégeant du piratage avec une technologie plus fluide que les DRM.»

Livreshebdo.fr, le 22/02/2016
Le prix unique du livre numérique est désormais une réalité en Allemagne

«Les éditeurs allemands déploraient l'absence de mesures de fixation du prix sur les livres numériques, contrairement au livre papier. Concrètement, le Börsenverein, association des éditeurs et libraires allemands, avait déjà passé le message, et les revendeurs risquaient, s'ils baissaient imprudemment le prix des ebooks, des actions en justice de la part de l'organisation professionnelle. Laquelle se réjouit de l'amendement à la loi sur le prix unique du livre.»

ActuaLitté, le 04/02/2016

La médiatrice du livre fait le point

Suite aux auditions accordées aux divers opérateurs la médiatrice du livre établit un premier bilan sur le travail de mise en conformité des offres d'abonnement qui n'étaient pas compatibles avec la législation sur le prix du livre.

IBOOX, le 02/02/2016

«Étude : le livre numérique a compensé la baisse des revenus du livre physique»

«Les prochaines rencontres internationales du Forum d’Avignon se rapprochent, les 31 mars et 1er avril prochains à Bordeaux, et, en attendant, le cabinet Kurt Salmon, collaborateur de longue date du think tank culturel, propose une étude consacrée à l'hybridation numérique de la filière culturelle. Pour faire simple, elle consiste en un examen des manières de transformer l'essai numérique en perspectives économiques.»

ActuaLitté, le 27/01/2016

«Qui veut la peau du livre numérique ?»

«Enquête sur le marché de l'ebook : L’ebook va mourir ! Mais si, vous l’avez lu un peu partout dans la presse il y a quelques semaines. Les études le prouvent : le marché du livre numérique serait au point mort quand le livre papier reviendrait en force. Pour certains, l’affaire est pliée, le bon vieux bouquin a gagné et la technologie a perdu. Enfin ça, c’est ce que certains aimeraient croire. Sans doute un peu parce que ça les arrange. »

Numerama,

En 2015

Panorama du marché du livre papier et numérique en Europe

«En fin d’année, la Fédération des Éditeurs Européens (FEE) a présenté un bilan de l’année 2014, en termes de chiffre d’affaires, pour l’édition de livres.»

IDBOOX, le 04/01/2016

Les ventes d'ebooks en forte baisse aux États-Unis

«Les ventes d'ebooks ont baissé de 11 % en 2015, d'après le dernier rapport publié par l'AAP (Association of American Publishers).»

Graphiline, le 21/12/2015

Etude Imprimer en France : l'avenir de la filière livre

Dans le cadre de l’étude présentée par la Direction générale des entreprises, Imprimer en France : l'avenir de la filière livre, de nombreux éléments portant sur l’évolution du livre numérique en France sont évoqués à partir de données obtenues en 2013.

ActuaLitté, le 15/12/2015

Une taxe ebook pour financer le CNL : “Quelle solidarité en retour ?“

«L’idée d’instaurer une taxation des ventes de livres numériques, sur le modèle de la Taxe édition qui participe au financement du Centre national du livre laisse certains acteurs dubitatifs. Dans le principe, tout un chacun comprend l’idée que véhicule l’amendement, mais plusieurs questions restent en suspens. À commencer par : est-ce au numérique de financer l’industrie ?»

ActuaLitté, le 09/12/2015

La TVA sur le livre numérique reste réduite en 2016

«Dans la lettre d'informations destinée à ses adhérents, le Syndicat national de l'édition se réjouit du maintien d'un taux de TVA réduit sur le livre numérique « au moins pour l'année 2016 ». La France s'était fait tirer les oreilles par la Commission européenne, puis par la Cour de Justice de l'Union européenne, pour avoir choisi d'appliquer ce taux pour les livres numériques, considérés comme des services, pour lesquels la Commission impose une TVA forte...»

ActuaLitté, le 08/12/2015

Quelques chiffres sur les ebooks aux USA et l’autoédition

«L’autoédition n’est pas à négliger, d’épiphénomène, ce segment prend de plus en plus de place dans le marché du livre en général et du numérique en particulier. Selon Nielsen la part de l’autoédition serait de 18 % aux USA. Ces chiffres ne prennent en compte que les livres avec des Numéros ISBN, donc, on peut supposer que cette part est plus importante encore.»

IDBOOX, le 19/11/2015

Les auteurs écrivent à l'Europe : "Préservez le droit d’auteur !"

«Donner une voix aux auteurs dans le grand débat sur la réforme européenne. L’initiative émane cette fois des organisations professionnelles représentant les auteurs. « « Les éditeurs ont des intérêts communs à défendre avec nous, mais nous voulions nous-mêmes faire entendre notre désarroi et demander à la Commission européenne de défendre le droit d'auteur », précisait Valentine Goby à ActuaLitté.»

ActuaLitté, le 26/10/2015

La place des ebooks dans la consommation des biens culturels numériques

«La Hadopi a publié ses carnets de consommation des biens et services culturels dématérialisés. Les 5 985 répondants ayant correctement rempli en ligne ces carnets pendant 7 jours ont été invités à qualifier la nature de cette consommation, selon les usages et les supports utilisés. Parmi les constats notables, deux tiers des répondants n’achètent pas d’œuvres dématérialisées à l’unité. Près d’un consommateur sur deux déclare disposer d’un abonnement mais seulement un tiers d’entre eux le paye.Toutefois, la notion d’abonnement est floue puisque certains estiment que par exemple Facebook est un abonnement gratuit. Concernant les livres numériques et les bandes dessinées numériques, (2 à 3 œuvres par consommateur et par semaine sont consommées, selon le mode d’accès). La consommation illicite est à peu près équivalente à la consommation licite, pourtant nettement marquée par des plateformes proposant leur propre liseuse électronique comme Amazon et son Kindle ou la Fnac et la Kobo, iTunes étant aussi très souvent cité probablement grâce à la lecture sur smartphones et tablettes. Les œuvres françaises sont surreprésentées parmi les livres consommés (40 à 46%). Autre chiffre intéressant, 9% des français déclarent lire en streaming sur des plateformes de type Youboox ou Youscribe. Quant aux actes de téléchargement le livre et la BD concerne 7% des répondants.»

IDBOOX, le 20/10/2015
La diffusion du livre numérique en 10 questions

«Qu'est-ce que la diffusion du livre numérique ? Définition en 10 questions (et 10 réponses), suite à la formation organisée par Languedoc-Roussillon livre et lecture en octobre 2015.»

Arald.org, le 13/10/2015

«Registre ReLIRE : le droit moral, infiltré et sous couverture»

«Depuis quelques semaines que les premières œuvres produites par la société FeniXX sont commercialisées, on voit enfin les résultats de la numérisation des œuvres indisponibles. Si le décret d’application a conduit à saisir le Conseil d’État, lequel s’est tourné vers la Cour de justice de l’Union européenne, le processus de mise en vente est tout de même déclenché. Comme on le dit : le seul risque est de vendre des livres – quitte à ce que l’Europe explique par la suite que c'était interdit dans ces conditions...»

ActuaLitté, le 06/10/2015

«L'offre ebook : forte disparité entre petits et grands éditeurs français»

«L’offre de livres numériques en France a fait l’objet d’une enquête de KPMG, la deuxième édition d’un baromètre qui a sollicité 75 éditeurs indépendants et 7 groupes. On y observe des positions assez tranchées dans le secteur : « Ceux qui disposent d’une offre numérique poursuivent son développement tandis que les autres ont souvent renoncé à se lancer », note le cabinet d’analyse.»

ActuaLitté, le 10/09/2015

Livres numériques : les abonnements sont légaux sauf en illimité

«Ce n'était pas gagné d'avance, mais finalement, la médiatrice du livre a donné son accord pour la diffusion des modèles d'abonnement en streaming pour les livres numériques.»

GNT, le 19/06/2015

Impression à la demande : pourquoi le numérique sera l’avenir du livre papier

«Le numérique provoquera-t-il la disparition du livre imprimé ? Les leaders du commerce en ligne causeront-ils la fermeture de tous les libraires de quartier ? Le monde de l’édition et celui de la distribution ont longtemps tenté d’apporter des réponses rassurantes et optimistes à ces deux questions...Contre toute attente, les nouvelles technologies sont en passe de bouleverser cette évolution qui paraissait déjà naturelle. En effet, l’impression à la demande semble en mesure de réconcilier le monde du digital avec celui du papier. Un retour surprenant du monde virtuel vers le monde réel.Une imprimante d’un nouveau genre nommée « Espresso Book machine » annonce clairement la couleur et promet de pouvoir imprimer un livre aussi rapidement et simplement que de préparer votre café ristretto. Cette Espresso Book Machine a d’ailleurs été l’une des attractions du 35ème Salon du livre de Paris qui s’est tenu du 20 au 23 mars 2015. Deux Espresso Book Machine étaient installées pendant toute la durée du salon sur le stand de deux éditeurs La Martinière et les Presses Universitaires de France (PUF).» (Tristan D'avezac De Moran)

JDN, le 17/06/2015

 

Abonnement illimité pour ebooks : vers une sortie de crise

«L’abonnement illimité pour les livres numériques en France a été placé dans les mains de Laurence Engel, médiatrice du livre. Fleur Pellerin avait saisi l’autorité, considérant que cette offre n’était « pas conforme à la loi » sur le prix unique du livre numérique. Sur le principe, pour une somme mensuelle fixe, le lecteur accède donc à un large catalogue d’œuvres. Un principe de bibliothèque numérique – ou de licence globale, en somme.» (Nicolas Gary)

ActuaLitté, le 12/06/2015

 

La French tech insuffle un esprit d'innovation au monde du livre

L’expérimentation en matière d’offre commerciale est intrinsèque à l’édition numérique. « Il nous faut sans cesse travailler aux offres les plus pertinentes, pour intéresser les lecteurs aux livres de nos auteurs », nous précise le jeune éditeur germanopratin, à l'origine du  projet BNQRT. Le Freemium n’est pas en soi une nouveauté, à moins de lui trouver des déclinaisons inédites. Et c'est le cas.« Nous avions tenté de réinventer la roue, alors que la solution était sous nos yeux. On ne remerciera jamais assez George Perec... » Toute offre freemium s’appuie sur deux choses : un contenu gratuit, qui s'accompagne de contenus additionnels, cette fois payants. Avec la généralisation des achats in-app, l’éditeur a rapidement compris tout l’intérêt d’une offre évolutive. « Tout le monde est habitué aujourd’hui à télécharger gratuitement une application jeu vidéo, et une fois lancé dans le gaming, à se voir proposer d’effectuer des achats, pour enrichir son expérience utilisateur.» (Nicolas Gary)

ActuaLitté, le 14/06/2015

 

#Livre : Première levée de 350 000 euros pour Librinova, la plateforme d’autoédition numérique

«Librinova, plateforme d’autoédition numérique française fondée par Laure Prételat et Charlotte Allibert créée en mars 2014, vient d’annoncer une première levée de 350 000 euros auprès d’investisseurs particuliers. Cette nouvelle opération va lui permettre de renforcer son équipe, de développer de nouvelles fonctionnalités innovantes et aller à la conquête de nouveaux marchés à l’international.La jeune plateforme permet aux utilisateurs débutants ou confirmés de publier rapidement leur manuscrit sur 90 librairies en ligne. En constante croissance depuis ses débuts, elle a déjà convaincu de nombreux auteurs et partenaires.»

Maddyness, le 05/06/2015

«Canada : panorama 2014 du marché du livre numérique»

«Au Canada, les éditeurs semblent avoir pris le pli de l'activité numérique. 93 % d'entre eux ont publié en 2014 en format ebook, soit 4 % de mieux qu'en 2013. Mais BookNet Canada remarque surtout qu'ils privilégient de plus en plus la vente directe, en passant par leur propre site. »

ActuaLitté, le 13/05/2015

«Europe : Vers une TVA réduite pour la presse et le livre numérique»

«La Commission européenne a dévoilé sa stratégie sur le marché unique numérique. Cette stratégie se fonde sur 3 piliers et 16 mesures.»

IDBOOX, le 11/05/2015

Europe : La TVA sur la presse numérique en danger

L’Europe a rejeté l’application du taux réduit de TVA du livre imprimé au livre numérique, les éditeurs de presse en ligne s’inquiètent également de façon légitime. La corporation est dans la même situation que l’édition.

IDBOOX, le 15/04/2015

Livre numérique, le baromètre des lecteurs français

«Commandé par la Société française des intérêts des auteurs de l’écrit (SOFIA), le Syndicat national de l’édition (SNE) et la Société des gens de lettres (SGDL), le baromètre annuel des usages du livre numérique en France, qui vient d'être publié, montre un marché en légère progression. Réalisée en février par OpinionWay, cette étude montre que le nombre de lecteurs de livres numériques est en augmentation (+ 3 % par rapport à 2013) et représente désormais 18 % de la population.»

GraphiLine.com, le 26/03/2015

E-book : vers une adaptation de la loi sur le prix unique du livre?

«La Médiatrice du livre, Laurence Engel, a rendu les conclusions de son rapport à la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin au sujet de la formule d'abonnement en accès illimité d'e-books. L'abonnement et le streaming comme modèle de développement de la lecture ne sont pas remis en question. C'est dans les modalités de fixation des prix que se trouvent des solutions possibles de mise en conformité.»

Lefigaro.fr, le 24/03/2015

Pourquoi les livres numériques sont-ils si chers?

«En 2014, son prix moyen s'élève à 7,7 euros (-7%), selon GfK. Certes, c'est moins cher qu'un livre papier (11,3 euros en moyenne selon GfK), mais quand même plus cher qu'un livre de poche (6,84 euros). Un comble alors qu'un livre numérique coûte bien moins cher à imprimer et à distribuer, et qu'un livre de poche est censé être amorti depuis longtemps...»

BFM BUSINESS, le 21/03/2015 

Populaire aux Etats-Unis, le livre numérique peine à convaincre les Français

«Paris (AFP) - Alors que le livre numérique prospère sur les marchés anglo-saxons, il peine à s'imposer en France, en raison d'une réglementation stricte des tarifs du livre et du bon réseau de librairies qui irrigue le territoire.»

L'Obs, le 19/03/2015

Cinq questions pour un Salon par Françoise Benhamou, enseignante à l'université Paris XIII

«L'édition fait preuve d'une belle résistance à la crise. Le chiffre d'affaires du commerce de livres fléchit légèrement, mais ne ploie pas, et son recul est inférieur à celui de l'ensemble du commerce de détail. Des librairies continuent de disparaître, mais, dans l'ensemble, les indépendants résistent, forts de la demande de conseil et de relation directe que le caractère désincarné de la relation numérique rend plus que jamais nécessaire. Si le Salon du livre qui ouvre ses portes cette semaine affiche une certaine désunion (les maisons littéraires d'Hachette n'y participent pas), la profession a su se mobiliser à plusieurs reprises. Cinq questions traversent la vie économique du livre.»

LesEchos.fr, le 18/03/2015 

e-Book, l’exception culturelle de la révolution numérique

«La part de marché du livre numérique demeure très marginale. A la peur des éditeurs de perdre la main, à l'indifférence des lecteurs devant ce support sans âme, s'ajoute le coup de grâce de l'Europe : la TVA remontera de 5,5% à 20 %. Près de 4 ans après l’arrivée des premiers e-books en France, le livre électronique ne décolle toujours pas. Son développement demeure marginal, moins de 2 % des ventes annuelles. Pourtant, l’offre s’est peu à peu constituée. Sur les 550 romans de la rentrée littéraire 2014, 97 % étaient disponibles en téléchargement. Mais la demande n’est pas au rendez-vous. À quelques jours du Salon du Livre, cette situation mérite que l’on s’interroge. Pourquoi le livre demeure-t-il le seul grand bien culturel réfractaire à la révolution numérique ? L’offre est imparfaite : les éditeurs se hâtent lentement par peur de perdre la main, les libraires peinent à trouver leur place en électronique, et les nouveaux entrants ne peuvent pas innover comme ils le voudraient. Côté demande, l’expérience utilisateur du livre électronique n’est pas très satisfaisante non plus. Quant aux prix affichés, ils sont souvent jugés trop élevés. Bref, le livre fait bien figure d’exception culturelle de la révolution numérique.»

LenouvelEconomist.fr, le 12/03/2015

TVA ebooks : « Une barrière numérique au savoir »

«Les réactions ont été nombreuses suite à l’arrêt rendu par la Cour européenne de Justice sur la TVA appliquée aux livres numériques en France. La TVA sur les ebooks est la même que celle appliquée au livre papier (5.5%), l’Europe souhaite que celle-ci soit relevée à 20% considérant qu’un livre numérique est un service.»

IDBOOX, le 09/03/2015

Livre numérique : un marché de 250 millions d'euros en 2015 en France

«Pour la plupart, les éditeurs français ont à ce jour totalement intégré le format numérique dans leur stratégie. Il est vrai que dans l'Hexagone, le marché du livre électronique n'a pas encore dépassé le stade de la niche, alors qu'aux Etats-Unis il pèse 25% du marché du livre. Cela n'empêche pas Xerfi de prévoir que les ventes au détail d'e-books vont poursuivre leur essor pour avoisiner 250 millions d'euros cette année en France, c'est-à-dire quasiment 6,5% du marché du livre. Des données issues de l'étude L'édition de livres en France» réalisée par Xerfi.

JDN, le 26/02/2015

Abonnement ebooks, Fleur Pellerin réagit au rapport de la médiatrice

« le dynamisme du secteur du livre est dû aux équilibres que la loi a permis de fixer. Il faut donc soutenir le potentiel du livre numérique dans le respect de notre régulation, qui est au service d’une double exigence : la promotion de la diversité des œuvres pour les lecteurs et la juste rémunération de la création. Il est possible de répondre aux attentes nouvelles des lecteurs et d’encourager l’innovation dans le cadre fixé par la loi. L’offre illimitée n’est pas la condition du développement du livre numérique. Celui-ci se heurte en revanche à des obstacles tels que la possibilité de lire un livre numérique sur n’importe quel support, pour laquelle des solutions doivent être trouvées au niveau national et européen. Le numérique permet aux acteurs du secteur de proposer des offres riches et nouvelles au service des lecteurs. »

IDBOOX, le 20/02/2015

Livres numériques illimités: la France demande à Amazon de se mettre en conformité

 

«Paris (AFP) - Le gouvernement a sommé jeudi Amazon de mettre son service d'abonnement illimité pour la lecture de livres numériques en conformité avec la loi française qui protège sa filière édition.La ministre de la Culture, Fleur Pellerin, a estimé que le géant américain devrait se mettre en conformité avec "la régulation du prix du livre issue de la loi Lang de 1981 étendue en 2011 au livre numérique" qui garantit la vitalité de la filière livre en France, après avoir reçu jeudi le rapport de la médiatrice du Livre, Laurence Engel.»

L'Obs, le 19/02/2015

 

Chiffres clés – Marché du livre numérique France 2014

«Selon le bilan annuel de GfK, les ventes d’ebooks ont progressé de 45% en 2014 (en valeur 63,8 millions€). La progression en volume est de 60% et 8,3 millions de livres numériques ont été téléchargés. Il y aurait environ 1 million d’acheteurs d’ebooks sur le territoire versus 26 millions de livres imprimés. Autre chiffre intéressant ¾ des acheteurs de livres numériques achètent aussi des livres physiques. Toutefois, les analystes estiment que cette hausse visible est en deçà des prévisions initiales. Le livre numérique reste encore un segment faible il représente 1,6% du chiffre d’affaires total du livre, et 2,4% des volumes de ventes.»

IDBOOX, le 06/02/2015

30 librairies indépendantes se regroupent pour créer un portail de vente de livres numériques

«Le marché du livre numérique gagne du terrain en Belgique. Et pour répondre à cette demande, plusieurs libraires indépendants de la Fédération Wallonie-Bruxelles ont mis en place la plate-forme LIBREL. Il s'agit d'un site internet où il est possible d'acheter des livres sous format numérique, tout en conservant la proximité avec son libraire habituel.»

RTBF, le 23/01/2015

 

En 2014

Et pour quelques milliards de dollars, ou le marché du livre numérique

«À ce jour, chez les adultes, 23 % des hommes et 33 % des femmes américains lisent des livres numériques. L'industrie mondiale pèserait la modique somme de 8,5 milliards $. Ce qui pourrait n'avoir l'air de rien, face au marché de 53,9 milliards $ de l'industrie de l'impression. Mais tout cela va mieux quand on le voit. L'infographie est proposée par Statista, et présente un état des lieux assez général de l'industrie de la lecture. Ainsi, 46 % des Américains affirment lire des ouvrages papier, contre 15 % qui lisent plus en ebook qu'en papier. En revanche, 6 % lisent exclusivement en numérique. Ce qui implique que l'industrie connaît bien un mouvement de fond, si tant est qu'il faille encore le répéter. Si la révolution commerciale numérique est encore en cours, elle a connu un ralentissement de sa croissance. Pour l'année 2013, le chiffre d'affaires est de 3 milliards $. Avec une croissance de 5 % pour l'année passée uniquement.»

ActuaLitté, le 18/12/2014

Projet Transbook : pour la transition numérique du livre jeunesse

«Le Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil ouvre ses portes le 26 novembre. A cette occasion, sept acteurs européens annoncent le lancement du projet Transbook. L’objectif de ce vaste chantier est d’accompagner les professionnels dans la période de transition économique que connaît le marché de l’édition (développement des offres numériques, internationalisation de la commercialisation…).
4 années de mission
Le marché du livre jeunesse est l’un des plus dynamiques en France (lire notre article). L’Europe estime que le potentiel économique du numérique semble considérable. Selon l’UE, le marché des applications atteindra 63 Mds € et créera 5 millions d’emplois d’ici 2018. Il est donc temps de s’organiser, de se structurer afin de ne pas louper le coche. Il faut réinventer les processus créatifs et éditoriaux, les circuits de distribution en enrichissant et en dématérialisant les œuvres.
Le projet Transbook est planifié pour 4 ans, ses missions sont diverses : accroître l ’audience et la compétitivité de la chaîne du livre de jeunesse, incluant auteurs, illustrateurs, traducteurs, éditeurs, librairies, bibliothécaires, en l ’accompagnant dans la transition numérique et en stimulant son internationalisation. Autre challenge non moins important : mettre en réseau et créer des passerelles entre les secteurs culturels (livres, cinéma, télévision, jeux vidéo, design) et tous les acteurs concernés, avec une attention particulière portée aux plus fragiles (petits éditeurs, jeunes créateurs, libraires indépendants).»

IDBOOX, le 24/11/2014

L'ebook représente plus de 12 % des ventes de livres dans le monde

Le livre numérique représente un marché de 8,4 milliards $ sur les 53,9 milliards $ de revenus générés par l'industrie du livre. Mais qu'est-ce donc qu'un livre numérique ? Un format par lequel on accède au texte, et qui se développe de manière importante dans les pays anglo-saxons, privés de librairies indépendantes depuis trop longtemps...

ActuaLitté, le 19/11/2014

Ebook : les éditeurs confiants mais attentifs pour les années à venir

«Les éditeurs sont convaincus que les ventes de livres numériques vont continuer à augmenter, mais à un rythme plus lent que par le passé. Cependant, plus des trois quarts des éditeurs pensent que le numérique va conduire à un effondrement de la territorialité. Deux préoccupations persistent : l’utilisation des DRM et les taux de redevances numériques aux auteurs. Ces données sont issues d’une enquête menée par Bookseller’s 2014 Digital Census auprès de 1100 professionnels du livre américains.»

IDBOOX, le07/11/2014

Union européenne : Le livre numérique peut bénéficier d'une TVA réduite

«Les décisions de la Cour de Justice européenne dans le domaine du livre s'enchaînent, non sans conséquence : après l'autorisation donnée aux bibliothèques de numériser leurs collections, l'autorité vient d'assurer que les pays de l'Union peuvent accorder un taux de TVA réduit aux livres numériques. Peut-être la fin d'un long contentieux entre les États.»

ActuaLitté, le 16/09/2014

Le plus grand marché de l'écran, ouvert sur la lecture : la Chine

L'édition numérique, fin 2014, représenterait 42 milliards € pour la Chine, selon les dernières analyses du cabinet RnR Market Research. Avec une croissance de 61,6 % entre 2002 et 2012, le chiffre d'affaires grimpait à 31 milliards € (260 milliards de yuans) pour l'année passée. De quoi laisser envisager de beaux jours pour le secteur, qui a entrepris une phase de concentration, avec l'émergence de conglomérats puissants. Quelle place l'Empire du Milieu, sa langue et ses idéogrammes, font-ils aux livres numériques ?

ActuaLitté, le 31/08/2014

1er baromètre KPMG de l’offre de livres numériques en France

KPMG publie son premier baromètre relatif au marché de l’offre de livres numériques en France. Ce baromètre vise à apporter aux maisons d'édition un éclairage spécifique sur le développement de cette offre et son impact sur les comptes des différents éditeurs.
Plus de la moitié des maisons d'édition disposent d'une offre de livres numériques (62,5%), notamment les grandes structures et celles dont le chiffre d'affaires est compris entre 5 et 20 M€. Concernant le profil des éditeurs numériques en France, l'étude relève que tous les secteurs éditoriaux sont représentés, notamment la littérature, la jeunesse et le scolaire; le secteur des « beaux livres » semble en revanche plus en retrait pour le moment. 57,2 % des éditeurs papier prévoient en outre de développer une offre de livres numériques dont l'essor global réel remonte à 2009.
Les principales difficultés évoquées à moyen long terme concernent principalement l'obtention des droits numériques (19%), le coût (19%), les modes de commercialisation (14,3%), la fabrication (14,3%) ainsi qu'un ensemble de divers facteurs (manque de temps, peur du piratage, absence de marché pérenne, modèle économique).
En règle générale, le volume des ventes numériques reste faible mais proportionnel à la taille des éditeurs. Pour près de 97 % des éditeurs, les ventes constituent une source de chiffres d'affaires supplémentaire qui compense les dépenses engagées à ce niveau. Des freins au développement du livre numérique subsistent et diffèrent selon le profil des éditeurs : alors que les éditeurs exclusivement « papier » craignent tout d'abord la perte de contrôle du marché et les difficultés juridiques, la première crainte des éditeurs numériques concerne davantage le prix.
En conclusion, la majorité  des éditeurs numériques ou papier, s'accordent pour  prévoir une part de marché de plus de 15%, les éditeurs papier étant plus particulièrement optimistes sur l’évolution de la part de marché du livre numérique.

KPMG, 01/03/2014

Salon du livre : Petit état des lieux du livre en France

«Chapitre.com a réalisé une infographie sur le prix du livre en France. 54% des Français ont acheté au moins un ouvrage en 2013. Le budget moyen dépensé sur l’année est de 81 euros. Le prix moyen d’un livre papier lors de sa première publication est de 20.90 euros, le prix moyen d’un livre numérique est de 15 euros. 644610 livres sont disponibles en France et on décompte 65412 nouveautés publiées en 2013.

IDBOOX, le 22/03/2014

Livres numériques : vers de nouvelles expériences de lecture de plus en plus enrichissantes

Le livre, première industrie culturelle en France, est en profonde mutation. Si la vente de livres sur support imprimé est quasi-stable en 2013, celle  de livres numériques a enregistré une forte hausse. Elle est estimée  à 190 M€ et représente près de 4,5% du marché global du livre en 2013.

Edubourse.com, le25/03/2014

Une étude très complète sur le marché du livre numérique

«KPMG a publié une étude très complète sur l’offre d’ebooks en France. Parmi les données intéressantes on note que 6 maisons d’édition sur dix ont pris le virage numérique (62,5 %).»

IDBOOX, le 13/03/2014

Prêt Numérique en Bibliothèque (PNB)

«PNB (Prêt Numérique en Bibliothèque) fait partie de ces projets très attendus dans le monde du livre. Faciliter le prêt des ebooks en bibliothèque en impliquant les libraires est un axe essentiel pour développer la lecture numérique auprès du grand public. Après plusieurs mois de travail, les différents acteurs ayant œuvré sur ce dossier ont réussi à concevoir un process qui semble fluide et atteignable pour les bibliothèques.
Le libraire Feedbooks s’en fait l’écho et a ouvert mercredi un portail regroupant l’intégralité de l’offre à date, à destination des établissements (Gallimard, Flammarion, La Martinière).»

IDBOOX, le 27/02/2014

En 2013

Le KENJI, collectif des éditeurs numériques jeunesse indépendants

Collectif, constitué aujourd’hui de 5 membres créateurs à savoir E-Toiles éditions, Goodbye Paper, l’Apprimerie, La Souris Qui Raconte et Webdokid, il a «pour vocation de rassembler des acteurs du secteur de l’édition numérique jeunesse afin de mieux appréhender un marché complexe.»

Actualitté, le 25/11/2013

Livre numériques : offensive des auteurs allemands et français

«Une "stratégie de développement de la culture européenne du livre" pour faire face à la concurrence du marché numérique, c'est la demande faite par les auteurs français et allemands à leurs gouvernements respectifs.»

L'Express, le 23/10/2013

Une "stratégie de développement de la culture européenne du livre" pour faire face à la concurrence du marché numérique, c'est la demande faite par les auteurs français et allemands à leurs gouvernements respectifs. 
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/livre-numerique-offensive-des-auteurs-allemands-et-francais_1293648.html#z6XYa6R9XUIMMJjV.99
Rapport 2013 sur le marché mondial du livre numérique

«Le cabinet Rüdiger Wischenbart Content and Consulting et ses partenaires viennent de publier un rapport sur le marché du livre numérique et son développement dans le monde. Cette analyse porte notamment sur les marchés américains, brésiliens, chinois et européens. Le document peut être téléchargé gratuitement pendant le mois d’octobre. Il coûtera ensuite près de 30 euros. Lire la suite : Global ebook, le rapport 2013 sur le livre numérique dans le monde, communiqué, Numerica books, 2 octobre 2013.»

ENSSIB, le 08/10/2013

Livre numérique : la fracture européenne par Alain Beuve-Méry

«Alors que la 65e foire internationale de Francfort s'est ouverte mercredi 9 octobre, un constat s'impose dans le monde de l'édition : la montée du livre numérique en Europe et le déclin du livre imprimé avancent de pair, mais plutôt lentement. Car, à la différence de ce qu'il se passe aux Etats-Unis, où les "ebooks" sont en passe de devenir un objet de consommation courante, avec 20 % du marché du livre, les pays européens sont bien loin de migrer aussi rapidement vers le numérique, et le livre imprimé offre une belle résistance.»

LeMonde.fr, le 09/10/2013

Le livre Une filière en danger ? 4e édition

«Le titre de cette 4e édition, “Le livre. Une filière en danger ?”, témoigne des inquiétudes que suscite l'industrie du livre. Quelle a été l’évolution de cette industrie culturelle depuis la précédente édition de 2007 ? Pour l’auteur, le livre est déjà entré dans l’ère numérique et son avenir dépendra de la capacité de ses acteurs à gérer ensemble les évolutions. »
ActuaLitté, le 24/09/2013

Le darwinisme de l'économie numérique : l'exemple des plates-formes de diffusion de livres autoédités

«La première question qui vient à l'esprit lorsque l'on évoque les plateformes de diffusion (livres autoédités, livres auto-publiés) est celle de la qualité du bien culturel qu'elles vont permettre de diffuser. On peut résumer la question de la manière suivante : vont-elles niveler la qualité de l'art par le bas ? Cela revient ainsi à s'interroger sur le risque de diffuser des œuvres de mauvaise qualité. Ce point masque à notre sens le véritable enjeu proposé par l'économie numérique qui fait passer la sélection des livres de l'amont vers une sélection fondée uniquement sur l'adaptation du contenu à l'univers numérique.»

Le Monde.fr, le 14/09/2013

Editeurs indépendants : La place du livre numérique en France

«En ouverture du septième Salon des éditeurs indépendants du Quartier Latin qui s'est tenu les 22 et 23 juin 2013 au lycée Henri-IV, une table ronde a été organisée autour de la question du livre numérique. À cette occasion quatre thèmes ont été abordés : la place du livre numérique en France et à l'international, les avantages du numérique pour l'apprentissage, les freins au développement de l'offre numérique francophone, et le projet ReLire sur les livres indisponibles.»

ActuaLitté,le 13/09/2013

Comprendre les enjeux de la politique tarifaire en France

«Avec l'ère numérique, dont on ne cesse de chanter les mutations qui surviennent dans l'industrie du livre, la commercialisation des oeuvres commence à prendre une nouvelle tournure. Comme le remarquait le rapport de la Mission Lescure, les internautes se plaignent régulièrement de ce que les prix de vente pratiqués pour les biens dématérialisés sont trop chers. Et le livre numérique n'y fait pas exception. Plongée dans des tableurs Excel et des lignes de comptes, pour comprendre les enjeux de la politique tarifaire en France.»

ActuaLitté, 31/05/2013

Livres numériques : plus de la moitié des e-book vendus à moins de 10 €

«Dans une étude statistique établie à partir du site LesLibraires.fr au 20 août 2013 et relayée par LivresHebdo.fr, le blog spécialisé a souhaité réaliser, en s'appuyant sur un total recencé de 90871 titres, une photographie du marché du livre numérique en France en 2013. Il en ressort que le livre numérique type est un ouvrage de littérature générale, coûtant moins de 10€, au format EPUB et verrouillé par des DRM (Digital Rights Management ou en français Gestion numérique des droits, ndlr).»
MyBoox, le 26/08/2013

Les ebooks représentent 20% des revenus du livre aux Etats-Unis

«En France, le monde de l'édition nous affirme régulièrement que le livre électronique reste un véritable marché de niche en faisant manifestement tout ce qui est en son pouvoir pour l'empêcher de décoller. Aux Etats-Unis, on a quelques années d'avance.»

PCWorld.fr, le 27/05/2013 

UK : l'adoption massive d'ebooks a engendré la baisse des prix

D'après une étude Nielsen, «au niveau international, durant l'année 2012, seule l'Inde a connu une croissance du marché du livre (+16 %), quand les différents autres territoires accusent le coup d'une baisse du marché - Espagne à -10,3 %, États-Unis avec -9,3 % ou encore Italie avec -7 % ou -3,4 % en GB. Dans le cas de ce marché, la croissance du livre numérique est évidente, avec moins de 2 % en janvier 2011 contre 17 % en janvier 2013. Et là où tous les formats tendent à perdre des parts de marché - hardback, paperback, le marché de l'ebook affiche lui une croissance évidente. Dans les différents secteurs, on retrouve les valeurs suivantes :

  • Fiction : 27 % en volume, 16,9 % en valeur
  • Non-Fiction : 8,4 % en volume, 3,9 % en valeur
  • Jeunesse : 6,5 % en volume, 4,7 % en valeur

ActuaLitté, le 17/05/2013 

Le modèle de lecture numérique par souscription

«Le droit de propriété s'est généralement imposé dans le domaine du livre imprimé. Mais à l'ère du numérique en revanche, les usages pourraient bien basculer vers un modèle commercialisant l'accès à l'ebook plutôt que la réelle possession du bien culturel. La musique a donné le tempo, avec des programmes comme Netflix ou Spotify, et leurs fichiers accessibles contre abonnement payant ou non. Il reste à vérifier si le marché du livre suivra la même voie, celle empruntée par Safari Books, Cyberlibris ou encore Youboox.»

ActuaLitté, le 06/05/2013 

Kyobo, le Sud-Coréen spécialiste du livre numérique discount

«On croyait qu'Amazon était le spécialiste du livre numérique à prix cassé, au moins sur le territoire étatsunien. Il faudra désormais compter sur la présence de l'entreprise sud-coréenne, Kyobo, qui va encore plus loin dans la course aux prix bas. Pour l'instant, seul le marché coréen est seul concerné, mais cela peut laisser présager de pratiques futures.»
ActuaLitté, le 30/04/2013 

Une croissance de 23 % pour le livre numérique en Espagne d'ici 2016

«Les analystes sont formels, et assurés de ne pas se tromper : la croissance du livre numérique dans le monde espagnol est certaine. Et la production va augmenter, comme elle le fait chaque année, avec une croissance de 23 % au cours des trois prochaines années. En 2016, estime Área Sectorial de Contenidos Digitales de AMETIC, le contenu numérique espagnol serait largement plus important. »

ActuaLitté, le 26/04/2013

 Livre numérique : "C'est le cours de l'histoire, il faut s'y adapter."

Pour répondre à la question « Qu'est-ce qu'un numérisateur ? » ActuaLitté a interrogé «Arnaud Lecompte, responsable du développement numérique chez Nord Compo, qui procède à la conversion des catalogues des éditeurs papier en numérique. Son travail consiste non seulement à développer ce département, mais aussi conseiller ses interlocuteurs sur les options qui s'offrent à eux avec comme question sous-jacente : comment gérer au mieux le passage d'un contenu imprimé vers un support digital ?»
L'article aborde les changements que le numérique a induit dans les grandes maisons d'édition et expose comment Nord Compo s'organise pour répondre aux différents projets qui lui sont soumis.

ActuaLitté, le 29/04/2013

Entente sur les prix des ebooks : l'affaire s'achève en Europe

«Alors qu'Apple et quatre des cinq éditeurs impliqués dans l'affaire d'entente sur les prix du livre électronique ont trouvé un terrain d'entente en Europe fin décembre, le dernier éditeur en conflit vient finalement d'accepter les demandes de l'UE. L'affaire est donc sur le point d'être totalement terminée en Europe. Penguin, filiale de l'éditeur britannique Pearson, faisait depuis près d'un an et demi bande à part dans l'affaire opposant Apple et 5 éditeurs à l'Europe concernant l'entente sur les prix du livre électronique. En décembre, la firme de Cupertino, accompagnée de Simon & Shuster, HarperCollins, Hachette Livre et Macmillan, ont finalement accepté de laisser de côté les règles de ventes des livres électroniques, qui empêchaient notamment les commerçants tiers de commercialiser les ouvrages numériques moins cher qu'aux tarifs pratiqués sur l'iBookstore d'Apple.»

Cubic.com, le 22/04/2013 

«Les éditeurs "papier" se mettent à fureter du côté du numérique pour dégoter la perle rare. Et, conséquence naturelle, on commence à voir passer des auteurs numériques vers le papier. »

LePoint.fr, le 19/04/2013 

Livre numérique : combien ça rapporte ?

«Faut-il encore se préoccuper d'un format imprimé, quand on a envie de publier un livre ? À l'heure du livre dématérialisé, de la commercialisation sur les plateformes les plus variées, d'une mise en vente dans les territoires du monde entier... pourquoi du papier ? La question est plutôt de savoir si le livre numérique est réellement plus rentable pour l'écrivain qui s'y plonge. Book Patrol présente une infographie assez intéressante.»

ActuaLitté, le17/04/2013 

ReLire :  registre des livres indisponibles en réédition électroniqueou Hold-up sur les écrivains

La BNF, au travers de cet projet, a pour objectif de numériser tous les ouvrages indisponibles soit les livres qui «sont encore sous droit d’auteur, ont été publiés en France entre le 1er janvier 1901 et le 31 décembre 2000 et ne font plus l’objet d’une diffusion commerciale ou d’une publication sous une forme imprimée ou numérique.» Tous les auteurs ne sont pas d'accords et refusent d'être rééditer au format numérique sur le site ReLire.

LeMonde.fr, le 06/04/2013

Les grands chiffres du numérique

D’après l’étude GfK publiée en février 2013, lente progression de la lecture numérique qui pourrait atteindre 3% du marché total du livre d’ici 2015. «3,6M de tablettes (contre 1,5M en 2011) et 300 000 liseuses ont été vendues en France en 2012, 500 000 d’ici la fin 2013.» ...

Le MOTIF, 02/04/2013

Les chiffres du marché du livre numérique

A la fermeture du salon du livre, «FrenchWeb revient sur les 10 chiffres clés de l’évolution du marché du livre numérique.
  • 3,6M de tablettes (contre 1,5M en 2011) et 300 000 liseuses ont été vendues en France en 2012
  • 100 000 œuvres littéraires numériques sont à ce jour disponibles en France.
  • Le chiffre d’affaires total des ebooks a dépassé les 21M€ en 2012, en augmentation de 80% en un an…
  • … Mais il ne représente que 0,6 % du marché global du livre.
  • Les livres numériques pourraient cependant atteindre 3% du marché total du livre d’ici 2015.
  • 2M d’ebooks auraient été téléchargés en 2012
  • 41% des possesseurs de tablettes (1 français sur 6) liraient régulièrement des ebooks.
  • 44% des français ont déjà lu ou envisagent de lire un livre numérique prochainement. L’an passé, ils n’étaient que 10% à déclarer avoir lu un livre numérique.
  • Les plus intéressés par ce format seraient les 50 ans et +, puisque 30% d’entre eux déclarent envisager de lire un livre numérique.
  • Apple comptabilise 130M de téléchargements dans le monde pour son application iBooks.»

FrenchWeb, le 25/03/2013 

Salon du livre: pourquoi les livres numériques restent-ils si chers ?

«Bien que sans frais d'impression, ni achat de papier, le livre numérique n'est que 20 à 30% moins cher. Un choix visant à ne pas déstabiliser la filière.»

01Net, le 25/03/2013 

Livre numérique : bientôt vers un marché de l'occasion ?

«La nouvelle vient de tomber, les deux géants du numérique que sont Apple et Amazon déposent chacun un brevet et se mettent sur le créneau pour la revente de livres virtuels ! Technologiquement parlant, cela revient à modifier les systèmes de DRM ( gestion des droits numériques) pour que l'acheteur, détenteur du droit, puisse le transférer à un tiers moyennant rétribution. Désormais lorsque l'on achètera un livre numérique, on ne pourra le revendre que via le fournisseur originel qui au passage, prendra une commission.»

My Boox, le 18/03/2013 

Livre numérique : Tolino, la riposte allemande à Amazon

«Amazon va-t-il se mettre à trembler face à la déferlante Tolino qui débute en Allemagne ? Il est encore trop tôt pour le dire, mais l’objectif semble affiché. Tolino c’est à la fois une plateforme d’ebooks et une liseuse. Ce concept est né de l’alliance de plusieurs forces allemandes : les chaines de libraires Thalia, Weltbild, Hugendubel, Club Bertelsmann et Deutsche Telekom (opérateur mobile) leader dans le pays.
Ensemble ils proposent le lecteur de livres numériques Tolino Shine (écran éclairé pour lire dans le noir, 6 pouces, 1024×758 pixels) qui sera commercialisé le 7 Mars pour 99.99 euros. Cette liseuse (à encre électronique) sera disponible dans 1500 magasins et proposera un catalogue de 300 000 ebooks. Les possesseurs d’un Tolino auront accès à un Cloud en illimité et gratuit pour stocker leur bibliothèque.
Il y a deux ans, les ebooks représentaient 2% du marché du livre en Allemagne, aujourd’hui, il a atteint les 11%, selon BitKom.»

IDBOOX, le 05/03/2013

Kids Corner, des livres numériques jeunesse en EPUB3 chez Sony

«C'est pour assurer un nouveau soutien au format EPUB3, mais également mettre en valeur des oeuvres numériques spécifiques que Sony vient de lancer son Kids Corner. Cette plateforme dédiée à la littérature jeunesse est intégrée dans le Reader Store, mais particulièrement mise en valeur. Et pour cause, le support de l'EPUB3 est également l'une des nouveautés de la tablette Xperia...»

ActuaLitté, le 04/03/2013

22 % des ventes de livres au format numérique aux Etats-Unis

«Si les derniers chiffres Français montrent que l’ebook progresse en France (1 Français sur 5 a déjà lu un livre numérique), d'autres montrent qu’aux Etats-Unis, c’est 1 livre sur 5 qui est serait vendu au format numérique. »

CNet, le 26/02/2013 

La fiscalité sur le livre numérique sème la pagaille en Europe

« La Commission européenne a, comme prévu, intenté jeudi une action devant la Cour de Justice de l’Union Européenne parce que la France persiste, en violation du droit communautaire, à appliquer un taux de TVA réduit sur les livres numériques.

Les réactions ne se sont pas fait attendre mais c’était également à prévoir : un  communiqué conjoint des ministres Aurélie Filipetti et Fleur Pellerin prend acte de cette saisine et défend la position de la France au nom de la « neutralité fiscale ».

GraphiLine.com, le 25/02/2013

Le projet MO3T

Ce projet, «tout à fait dans l'esprit de notre politique de partenariats, réunit 18 partenaires pour la mise en œuvre d'une plateforme ouverte de distribution en ligne de livres numériques. La première maquette de MO3T est en cours de présentation/validation auprès des partenaires. Sa présentation publique devrait intervenir avant l'été» (Jean-Paul Cottet, directeur des nouvelles activités de croissance chez Orange)[…] .  «C'est avant tout un projet de convergence et de fédération des acteurs. Nous ne nous articulons pas autour de la création d'une nouvelle offre, et en ce sens, MO3T ne sera pas une énième librairie en ligne, proposant des livres numériques. Il s'agit au contraire d'un projet de service qui soit interopérable et pérenne. Et qui, pour se structurer, tente de réunir tous les acteurs concernés autour d'une table , expliquait David Lacombled, responsable du projet chez Orange».

ActuaLitté, le 08/02/2013 

Numérisation à la BnF : comment la France se fait rouler

«Pour accélérer la numérisation de ses collections patrimoniales, la Bibliothèque nationale de France a noué des partenariats public-privé avec plusieurs firmes dans le cadre des Investissements d'avenir : ProQuest pour la numérisation des livres anciens, Believe et Memnon pour celle des fonds de 78 tours. Alors que ces accords ont soulevé une vague de protestations, Bruno Racine, le président de la BnF, défendait ces projets la semaine dernière dans les colonnes du Monde, en mettant en avant des arguments d'efficacité économique. Il avait reçu la veille le soutien du Ministère de la Culture, manifesté à l'occasion d'une réponse à la question parlementaire posée par le député Marcel Rogemont en octobre dernier».

ActuaLitté, le 04/02/2013

Allemagne : les ventes de readers en librairies déçoivent

«Selon un récent rapport de Buch Report, les revenus engendrés par les ventes d'appareils de lecture numérique au sein des librairies allemandes, et notamment à l'occasion des fêtes de fin d'année 2012, auraient été bien en dessous des attentes. Car le créneau avait été annoncé comme un moyen pour les indépendants de rivaliser avec des ténors comme Amazon ou B&N. Pour autant, l'étude ne révélerait pas de véritable problème de correspondance entre l'offre et la demande, mais mettrait plutôt en évidence certaines lacunes structurelles.»

ActuaLitté, le 07/02/2013 

Le livre numérique et Kindle : le succès au bout du tunnel

«Les données publiées par Bowker Market Research sont pleines de bonnes nouvelles pour Amazon, comme nous l'indique Publishers Weekly. En septembre 2012, Amazon représente 27 % des ventes de livres aux États-Unis, contre 21 % un an plus tôt. Une hausse que l'on peut imputer au plus grand succès des livres numériques. La hausse des ventes de ces derniers a directement profité à la firme de Seattle. »

ActuaLitté, le 12/02/2013

eBookPlus.com se lance dans le livre numérique gratuit

«Partant du principe que les internautes préfèrent ce qui est gratuit à ce qui est payant, même quand la somme en question est modique, une entreprise américaine vient de franchir le pas et propose des livres numériques gratuits en téléchargement légal. eBookPlus.com estime que l'opération est parfaitement rentable pour tout le monde.»

ActuaLitté, le 13/02/2013 

Où en est le livre numérique en France ?

Interview de Hélène Védrine (Maître de conférences de littérature française et responsable du Master "Métiers de l'édition" à l’université de Paris-Sorbonne, spécialiste du livre illustré au XIXe et XXe siècles.)

L'université de Paris-Dauphine a organisé le mercredi 13 février deux tables rondes sur la question du «Livre numérique, chapitre 2 : une page qui se tourne pour le papier ? » 

Quel bilan dresser du marché du livre numérique ?

«Le marché du livre numérique a mis très longtemps à se développer en France et ne constituait qu’une partie infime du chiffre d’affaires de l’édition […]. Les avancées technologiques concernent en premier lieu les supports […].Cependant, seuls 16 % de lecteurs de livres numériques possèdent une liseuse, ce qui correspond à peu près au pourcentage des grands lecteurs en France […].Face à l’évolution des supports de lecture, les progrès technologiques concernent aussi les formats utilisés pour la fabrication du fichier numérique exportable […].La France n’en reste pas moins loin derrière les Etats-Unis, le Royaume-Uni ou l’Allemagne, car le livre constitue en effet  une certaine exception culturelle. Il est le bien culturel préférés des Français (52% du marché, source GfK), et ceci grâce aux politiques de soutien du livre (loi sur le prix unique du livre, soutien aux librairies indépendantes, etc.) qui ont permis de maintenir une grande diversité éditoriale[…].Ce n’est pas le livre qui invente le numérique, ce sont toutes les pratiques culturelles liées à l’outil informatique, à internet et aux technologies mobiles qui obligent le livre à évoluer[…].On peut donc penser à une survivance du format codex et du support papier, sans doute aux deux extrêmes : d’une part dans le cadre de pratiques bibliophiliques où le livre restera un objet d’art, d’autre part dans le cadre de pratiques utilitaristes où le livre sera un objet immédiatement consommable. »

Atlantico, le 13/02/2013 

TVA du livre numérique : Bruxelles attaquerait la France

«Y'a-t-il encore une solution pour régler le conflit à l'amiable ? Manifestement non : selon Les Echos, Bruxelles a décidé de s'attaquer à la France, qui pratique un taux de TVA réduit sur les livres numériques. Les 5,5 % au lieu d'un taux de 19,6 %, tel que voudrait le faire appliquer la Commission européenne. La France avait été avertie, elle pourrait maintenant être punie.»

ActuaLitté, le 20/02/2013 

Le livre électronique ? Une imposture qui nous menace, libraires indépendants

«Les ventes en ligne, fléau des libraires : Le téléchargement de fichiers sur terminaux mobiles représente tout sauf une "diversification prometteuse" pour les éditeurs et les libraires à qui ce dernier "must" permet essentiellement de se faire délester de fonds qui auraient sans doute été mieux utilisés ailleurs. [...]

Le problème concret qui affecte aujourd'hui les libraires (et aussi bien les distributeurs et les éditeurs) est la prédation et la pression commerciale opérées par les ventes "en ligne", singulièrement par Amazone.[...]

D’abord contrer Amazon en le disqualifiant, et non en le légitimant, donc en faisant mieux et autrement, en restaurant le service et la fréquentation des librairies, grâce à :

- un comptoir national coopératif des libraires indépendants, fédérant toutes ces librairies indépendantes dans une structure coopérative d’intérêt public, permettant à chacun de ces libraires de proposer à ses clients le service "Demain chez votre libraire", qui garantit aux lecteurs d'avoir dans les 24 heures, dans leur librairie, le livre de leur choix . [...]

- un Plan Livre national, s'appuyant sur un renforcement de la salutaire loi sur le prix unique du livre , et dont la deuxième mesure immédiate est une refonte démocratique des modalités des marchés publics des bibliothèques, mettant un terme aux dérives qui, depuis quelques années, ont conduit au désastreux monopoles qui partout détruisent les librairies indépendantes bien plus sûrement que les majorations de taux de TVA.»

Le Nouvel Observateur Le Plus, Le 14/02/2013 

Le livre numérique dans la tourmente fiscale

«La loi de finances rectificative du 28 décembre 2011 avait fixé à 7 % le taux de TVA appliqué à la vente de livres physiques et de livres numériques (au lieu de 5,5 % et 19,6 %). Depuis le 1er janvier 2013, le taux réduit de 5,5 % est à nouveau appliqué pour tous les livres, quel que soit leur support physique ou numérique (loi de finances rectificative du 16 août 2012).»

ActuaLitté, les univers du livre, le 28/01/2013

Un éditeur offre ses livres numériques aux bibliothèques

«Zanzibook l’éditeur de la super saga Lulu  (lire nos articles) a décidé de proposer ses ebooks aux bibliothèques.
Cet éditeur pure player est extrêmement actif dans le domaine des livres numériques enrichis pour enfants et propose des contenus ludo-éducatifs de qualité. Pour inciter les bibliothèques municipales équipées de tablettes à faire découvrir à leurs usagers des applications interactives, Zanzibook leur offre ses productions. L’objectif est de faire entrer dans les mœurs le livre numérique.»

IDBOOX, le 17/01/2013

 

En 2012

Pourquoi le livre électronique patine-t-il en France ?

Il semblerait que le manque d'interopérabilité, du point de vue de l'usage, ne favorise pas le développement du marché du livre numérique. «C'est un problème récurrent des produits verticaux, comme Kindle d'Amazon, celui d'Apple ou dans une moindre mesure Kobo de la Fnac – qui utilise un système standard mais le modifie un peu pour rendre les livres non achetés sur la Fnac difficilement lisibles.» Le prix du livre numérique, plus élevé, n'est pas le seul frein au développement de ce marché.

ZDNet, le 22/11/2012

Les liseuses représentent-elles un marché pour la presse ?

«80 000 titres numériques disponibles sur 600 000 références papiers, 0,3% du chiffre d’affaires de l’édition, 1,1 million de livres numériques payants téléchargés, ce segment a représenté en France 12 millions d’euros de CA en 2011 selon Gfk Consumer Choices.Cette tendance devrait s’accélérer; ce marché pourrait atteindre 55 millions d’euros de CA en 2015, avec une croissance envisagée de près de 80% cette année avec 21 millions d’euros de CA en 2012 !
Même s’il ne concernerait que 5 % du lectorat français, on voit depuis quelques mois ce marché se réveiller. Cela est induit par l’arrivée de nouveaux terminaux, la mise en œuvre de règlementations, l’émergence de formats standards, la croissance importante de l’offre mais aussi du nombre de distributeurs.»

JDN, l'économie de demain, le 13/10/2012

Livre numérique : le projet MO3T officiellement lancé

«18 entreprises parmi lesquelles des éditeurs, des libraires, des opérateurs télécom et du livre ou encore des constructeurs viennent d'annoncer le lancement du projet MO3T, qui vise à développer un nouveau modèle de distribution des livres électroniques[...].»
L'objectif du projet MO3T – pour Modèle Ouvert Trois tiers – est de créer une interopérabilité des droits entre les différents acteurs du livre électronique.
«Néanmoins, s'il tient ses objectifs, le projet MO3T pourrait effectivement offrir plus de confort aux amateurs de livres numériques, en proposant des DRM moins restrictifs et des fonctions aujourd'hui inimaginables, comme prêter un livre numérique à un ami qui n'utilise pas la même plateforme de lecture, par exemple.»

Cubic, 27/09/2012

Livre numérique: prix unique demandé

«Les libraires français réaffirment aujourd'hui "le caractère essentiel" du prix unique du livre numérique au lendemain de l'engagement de quatre éditeurs internationaux, qui font l'objet d'une enquête de la Commission européenne aux côtés d'Apple, de modifier leurs contrats.
Le français Hachette Livre, Simon & Schuster (CBS Corp, Etats-Unis), Harper Collins (News Corp, Etats-Unis) et Verlagsgruppe Georg von Holtzbrinck se sont engagés à renoncer à certaines clauses conclues avec les détaillants, qui revenaient selon la Commission à entraver la concurrence.»

Le Figaro.fr, le 20/09/2012

"Le numérique peut être une chance de réinventer le livre"

"Dans un manifeste publié sur LeMonde.fr mercredi 5 septembre, le collectif des 451 défend le livre papier face au progrès inéluctable du numérique."

"Le livre numérique ne serait-il qu'une "marchandise" tout juste bonne à "engranger des profits"? C'est l'idée que défend le collectif des 451, qui rassemble des "professionnels de la chaîne du livre" pour qui "un fichier de données informatiques téléchargées sur une tablette ne sera jamais un livre". "

, 10/09/2012 

E-Dantes : nouveau diffuseur numérique

La diffusion des livres numériques compte un nouvel acteur e-Dantès, société créée par quelques anciens de Bragelonne dont l'objectif est de "défendre les titres de la maison, dans leur version numérique, et par la suite d'assurer la promotion d'ebooks" (Alexandre Levasseur, membre de l'équipe). Le catalogue d'ebooks comprend actuellement 450 titres appartenant tous à la littérature de l'imaginaire ( science-fiction, fantasy, fantastique, bit-lit) mais également la romance grâce à la collection spéciale des éditions Milady.
On peut consulter ce catalogue sur le site d'Immatériel

Actualitté, 05/09/2012

Le livre numérique prend son envol en France

Le livre numérique décolle enfin en France grâce aux marchés des liseuses et des tablettes en forte croissance en 2012 dans l'Hexagone et à une offre de contenus plus riche, selon les données de l'institut GfK publiées mardi. [...] L'offre de liseuses à encre électronique s'est étoffée ces derniers mois et les ventes ont suivi, passant de 27.000 unités en 2010 à 145.000 en 2011, avec une prévision pour 2012 de 300.000 [...] Outre le boom des tablettes et liseuses, le prix unique du livre numérique, garanti par la loi depuis novembre 2011, a rassuré les éditeurs français qui ne craignent plus de voir les ebooks bradés par les géants de la distribution en ligne comme aux Etats-Unis.

AFP, 28/08/2012

L'éditeur de manuels scolaires Inkling élargit son offre à l'iPhone

« Commercialisant au format numérique de très nombreux manuels scolaires depuis 2010 sur iPad et iPod touch, l'éditeur Inkling vient d'annoncer qu'il intégrait désormais l'iPhone dans ses offres [...] on pourra consulter un livre acheté pour son iPad également sur son iPhone et cela, à tout moment et les données d'un support de lecture à l'autre seront synchronisées.»

Actualitté, 02/08/2012

Les éditeurs font la paix avec Google

«Après six ans de litige, un accord-cadre sur la numérisation des livres épuisés a été signé entre le Syndicat national de l'édition et le géant américain du Web...».
Cet accort concerne «la numérisation des œuvres indisponibles en version papier mais encore sous droits (un livre ponctuellement épuisé ou celui d'un auteur oublié)... À charge maintenant, pour chaque éditeur, de signer ou non avec Google dans le cadre de cet accord. Les deux parties devront établir, avec l'accord des ayants droit, les listes de livres numérisables et déterminer pour chaque œuvre si elle est commercialisable. »

Le Figaro, 12/06/2012

Presse : le numérique prend le relais du papier

« Le Financial Times et le New York Times voient leurs abonnés aux éditions numériques dépasser les ventes de journaux imprimés... Le quotidien économique est aujourd'hui diffusé à 310.000 exemplaires, pour 270.000 abonnés numériques. La bascule s'est déjà faite sur le marché américain, en 2011. Le point d'inflexion sera atteint globalement grâce à l'essor du mobile. Chaque semaine, le ­Financial Times recrute 15 à 20 % de ses nouveaux abonnés à travers ce canal. Pour Rob Grimshaw, il sera même le principal canal de distribution de l'information dans trois à quatre ans... Le quotidien américainThe New York Times assiste lui aussi aux premières victoires du numérique sur le papier. De septembre 2011 à mars 2012, la diffusion des éditions numériques du New York Times a dépassé 807.000 exemplaires quotidiens, selon l'Audit Bureau of Circulations, l'équivalent américain de l'OJD. Sur la même période, le journal papier s'est vendu à près de 780.000 exemplaires par jour.»

Le Figaro, le 04/06/2012

Les plateformes numériques sont-elles l'avenir de la BD?

« La dématérialisation de la BD pourrait bien offrir plusieurs avantages pour les éditeurs et pour les lecteurs. D'abord, une BD est un produit qui se lit vite. A l'heure du "vite consommé, vite oublié", qui a envie d'encombrer des étagères d'albums, certes non pas épais, mais encombrants ?
Par ailleurs, chaque année arrive sur les tables des libraires une masse de nouveautés de bande-dessinées toujours plus imposante (5 327 livres de bandes dessinées ont été publiés en 2011 dont 3.841 strictes nouveautés). Les maisons d'édition dépensent des sommes folles dans l'impression. Sorti de chez l'imprimeur, un album de 48 pages coûte environ cinq euros. Face à l'inflation des coûts du papier, de l'encre et du stockage, les entreprises ont intérêt à pondérer leurs coûts de fabrication. »

Huffingtonpost.fr, le 03/01/2012

Conférence mondiale sur le livre numérique : un bilan 2011 encourageant

La conférence mondiale sur le livre numérique a été l'occasion de faire un bilan des ventes d'ebooks sur l'année 2011. Ces chiffres sont équivoques, ils peuvent démontrer à la fois la progression des ebooks et leurs limites.

Actualitté.com, le 27/01/2012

 

 

 

 

 

 

 

En 2011

En France 

2012 : la qualité d’abord

« Le Data Conversion Laboratory est une société commerciale américaine spécialisée dans la numérisation qui travaille notamment pour de nombreux éditeurs américains. Cette société vient de rendre public un intéressant sondage réalisé auprès de 411 éditeurs américains (voir le communiqué de presse et le détail d'une partie des réponses (.pdf)). 70 % des éditeurs estiment que la qualité est la chose la plus importante à laquelle ils doivent veiller. »
lafeuille.blog.lemonde.fr, 28/12/2011

Marché de l'ebook : 5,4 milliards d'euros en 2015 ?

« La société d'analyse de marché IDate vient de publier une étude donnant pour prévision que le marché du livre numérique pourrait peser 5,4 milliards d'euros en 2015 à l'échelle mondiale. »
actualitte.com 23/12/2011

Le livre numérique passera-t-il à une TVA à taux réduit?

"Mardi, Frédéric Mitterrand s’en félicitait: la TVA sur le livre numérique devrait passer de 19,6 à 7% au 1er janvier. Selon le ministre de la Culture, la commission européenne devrait acter cet abaissement ce mercredi."

20 minutes.fr, 07/12/2011

Bookeen affiche un chiffre d’affaires en hausse de 2 537 % depuis 2006

"Le prestigieux palmarès Deloitte Technology Fast 50, qui récompense les entreprises technologiques connaissant les plus fortes croissances vient de classer Bookeen 4ème de ce palmarès. Cette position dans le classement récompense ainsi une augmentation de son chiffre d’affaires de 2537% en 5 ans"

L'actu des EBooks, 05/12/2011

Livre numérique : le groupe Rakuten rachète le canadien Kobo

"Le groupe de distribution en ligne japonais Rakuten, a annoncé, mercredi 9 novembre, l'acquisition pour 315 millions de dollars (228 millions d'euros) de la société canadienne Kobo, qui fournit des liseuses électroniques et des livres numériques à des sites de libraires."

Le monde.fr, 09/11/2011

«Le livre électronique va exploser»

" En 2010, il s'est vendu en France 27 000 liseuses, pour un chiffre d'affaires de 5,1 millions d'euros selon GfK. Pour 2011, l'institut avance une estimation de 92 000 unités pour un chiffre d'affaires de 11,2 millions d'euros."

Le Figaro.fr, 02/12/2011

Livre numérique : la loi garantira la diversité éditoriale et culturelle

"La publication au journal officiel, ce 11 novembre dernier, de la loi relative au prix du livre numérique a déjà été saluée par le ministre de la Culture. Selon la rue de Valois, cette législation « favorisera le développement d'une offre légale de livres numériques abondante et attractive pour le lecteur »."

ActuaLitté.com, 17/11/2011

Hausse de la TVA : Nicolas Sarkozy, seul contre tous?

"Nicolas Sarkozy s’opposerait-il à la Commission européenne pour mettre en œuvre son plan de rigueur sur le livre ? Face aux nombreuses critiques suscitées par l’annonce de la hausse de la TVA de 5,5% à 7% pour les livres papier, le président de la République a tenu à justifier, vendredi 18 novembre lors du 4e Forum d’Avignon, l’action de son gouvernement : "Paradoxalement, cette hausse protège le secteur, car tous les professionnels ont compris qu'il était de leur intérêt de contribuer à l'effort de réduction des déficits", a-t-il expliqué."

Myboox.fr, 22/11/2011

Sarkozy impose la baisse de la TVA sur l'e-book

«À partir du 1er janvier, nous allons appliquer le taux de TVA réduit de 7 % sur les livres numériques car il n'y a aucune raison qu'un même bien culturel soit taxé différemment s'il est sur un support physique ou numérique. J'espère que la Commission européenne ne s'opposera pas à cette initiative.» L'alignement du taux de TVA entre le livre physique et le numérique (actuellement taxé à 19,6 %) est l'aboutissement d'un combat de plusieurs années. Bruxelles y a longtemps été opposé, mais, jeudi, le Parlement européen a demandé à la Commission d'égaliser les deux taux.
Nicolas Sarkozy est déterminé à aller au bout de la logique et veut aligner la TVA à taux réduit pour tous les biens culturels.»

Le Figaro, 18/11/2011

La loi sur le prix unique du livre numérique entre en application

«Promulguée le 29 mai 2011, la loi sur le prix unique du livre numérique peut désormais entrer en application. Frédéric Mitterrand a en effet fait paraître au Journal Officiel le décret n° 2011-1499 du 10 novembre 2011, qui était obligatoire pour que la loi entre véritablement en application.
Unique au monde, et l'on devine pourquoi, la loi sur le prix unique du livre numérique oblige tous les éditeurs de livres situés en France à fixer le "prix de vente au public" des versions numériques des livres qu'ils éditent, et oblige tous les marchands à s'y conformer dès lors qu'ils vendent des livres à des acheteurs situés en France (théoriquement, la loi pourrait donc s'appliquer aussi aux sites internet étrangers de livres électroniques qui vendent des livres français aux internautes français).»

Numerama, 14 novembre 2011

Décret n° 2011-1499 du 10 novembre 2011 pris en application de la loi n° 2011-590 du 26 mai 2011 relative au prix du livre numérique

«Publics concernés : personnes établies en France qui éditent des livres numériques dans le but de leur diffusion commerciale en France, personnes proposant des offres commerciales de livres numériques à des acheteurs situés en France.
Objet : prix du livre numérique.
Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication.
Notice : le décret précise les caractéristiques des livres numériques entrant dans le champ d'application de la loi n° 2011-590 du 26 mai 2011 relative au prix du livre numérique. Il définit les critères permettant à l'éditeur de fixer des prix différents pour une même œuvre commercialisée sous forme numérique (contenu de l'offre, modalités d'accès, modalités d'usage). Il détermine les modalités qui s'imposent aux éditeurs et aux détaillants pour le marquage des prix et leur communication au consommateur final.»

Journal officiel, 11 novembre 2011

Christian Gallimard et l’avenir du livre… numérique

Un entretien avec Christian Gallimard dans l'émission Presque rien sur presque tout de RTS qui aborde la problématique de l'avenir du livre à l'ère du numérique.
« Que sera demain le livre classique, le livre papier, quand le livre numérique sera accessible partout ? Et d’abord, qu’est-ce que le… numérique ? Ne faudrait-il pas parler d’œuvre numérique dans la mesure où une même œuvre réunira du texte, de l’audiovisuel, des jeux, des moteurs de recherche. Mais le numérique: trop cher ? Trop compliqué ? Que va-t-il changer pour l’éditeur, le libraire, l’auteur ? »

RTS.ch, 11/11/2011

Le prix unique du livre numérique est définitivement voté

«Le Parlement a définitivement adopté mardi soir, 17 mai, par un ultime vote -quasi unanime- de l'Assemblée nationale, une proposition de loi UMP sur le livre numérique, qui prévoit que l'éditeur français fixe un prix valable pour les diffuseurs non seulement en France mais aussi à l'étranger.
Cette dernière disposition, dite "clause d'extra-territorialité", est contraire à la législation européenne, a fait valoir Lionel Tardy (UMP), seul député à avoir voté contre ce texte initié par ses collègues sénateurs UMP.»

L'Expansion.com, 13/05/2011

Livre numérique : le prix unique devrait s'appliquer aux éditeurs étrangers

«Réunis en Commission mixte paritaire (7 députés, 7 sénateurs), les élus se sont donc entendus. Désormais, le prix d'un livre numérique fixé par les éditeurs « sera imposé aux personnes proposant des livres numériques aux acheteurs situés en France ». Du coup, les plateformes étrangères mais également les libraires indépendants seront sur un pied d'égalité tarifaire. Malgré cette avancée, demeure la question de la TVA. En principe, les ouvrages numériques seront soumis dès le 1er janvier 2012 à un taux de TVA de 5,5 % (réduit) et non de 19,6 % (plein) conformément à la loi de Finances pour 2011. Pourtant, selon Les Echos, l'Union européenne pourrait critiquer cette décision. En effet, à partir de 2015, une directive européenne devrait modifier les prélèvements au titre de la TVA entre les différents pays de l'Union. Désormais, la TVA applicable sera celle du pays du consommateur et non plus celle du pays où réside la plateforme (Irlande ou Luxembourg). Si cette disposition venait à s'appliquer, la réduction du taux de TVA (5,5 %) ne serait alors plus justifiée et pourrait ainsi constituer une entrave à la libre concurrence… »

Clubic.com, 04/05/2011

Aujourd’hui, le livre numérique existe-t-il ou est-il encore en devenir ?

"Chercheur à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne, Frédéric Kaplan a fondé en 2008 une société spécialisée dans les nouvelles interfaces gestuelles de notre horizon numérique : OZWE. C’est au sein de cette jeune pouce et en partenariat avec une agence de design, Bread and Butter, qu’il a donc inventé le « bookapp », c’est-à-dire un « livre application » adapté aux supports de lecture de l’âge des smartphones et des tablettes tactiles, de l’Internet et de l’interactivité." Il répond aux questions d'Orange "sur ce qu’est aujourd’hui et ce que pourrait être demain le livre numérique".
"Nous sommes dans une situation proche des premières années de l'imprimerie. Les technologies de base pour concevoir et produire des livres numériques se mettent doucement en place. En revanche, la chaîne du livre doit se reformer selon de nouvelles modalités. Auteurs, éditeurs, distributeurs, libraires doivent réinventer leur rôle et leur savoir-faire. Du coup, le métier le plus intéressant à exercer dans ce monde en mutation est, il me semble, celui d'imprimeur"...

Orange, 23/03/2011

L'édition ouvre la page du numérique : L'irruption du numérique bouleverse un secteur très solide

« En 2015, 15% à 20% des Français seront équipés pour basculer au numérique, selon le cabinet Bain… D'où l'agitation autour du prix du livre numérique. Le gouvernement plaide pour une extension de la loi Lang de 1981, qui institue un prix unique. La proposition de loi en discussion au Parlement n'a pas encore statué sur l'application de cette règle aux achats effectués auprès de diffuseurs établis à l'étranger, tels Amazon ou Apple. Les deux chambres ne s'entendent pas. Une deuxième lecture est prévue au Sénat le 29 mars. »
Parallèlement, Frédéric Mitterrand s'est engagé à défendre à Bruxelles l'extension du taux réduit de TVA à 5,5% appliqué en France sur le livre papier au livre numérique à partir de 2012.

Le Figaro, 19/03/2011

Dans le monde

Suisse : les livres numériques vendus 50 % moins cher

"Désormais, la Suisse s'engouffre elle aussi dans la lecture numérique, avec de notables avantages pour les consommateurs du pays. Législation sur le prix unique oblige..."

ActuaLitté.com, 06/11/2011

Le livre électronique se vend mieux que le livre de poche aux Etats-Unis

«Le marché du "livrel" ou livre électronique poursuit son essor. Pour la première fois, cette catégorie devance le livre de poche traditionnel en nombre de ventes, selon l'association des éditeurs américains (AAP). En février, les Américains en ont achetés 90,3 millions, contre 81,2 millions de livres de poche. En un an, les ventes numériques ont augmenté de 202 %.»

Le Journal du Net, 19/04/2011

Bataille autour du contrôle du livre numérique

« Selon une étude de l'Idate qui sera présentée au salon [du livre], l'e-book devrait représenter 17 % du marché mondial de l'édition en 2014, soit un peu plus de 4 milliards d'euros, contre moins de 1,5 milliard en 2010… En France, pour tenter de réguler le marché du livre numérique, le Parlement a décidé d'étendre la loi Lang sur le prix unique du livre physique à l'e-book... Le texte voté par les députés n'impose le prix unique du livre qu'aux seules plates-formes françaises et non à celles opérant à partir de l'étranger, Amazon, Apple et bientôt Google Edition. Même si toutes ces questions sont rapidement réglées, le marché de l'édition risque de rencontrer de sérieuses difficultés après 2015, prévient l'étude de l'Idate… Dans cinq ans, la population sera largement équipée de tablettes numériques. Alors les lecteurs occasionnels, qui ne lisent que qu'un ou deux livres par an et uniquement des best-sellers, basculeront dans le numérique. Or, les best-sellers pèsent entre un quart et un tiers des ventes de livres physiques et assurent l'intégralité de la rentabilité des éditeurs. La transformation du best-seller d'objet physique en fichier numérique laissera un gros trou dans les comptes des éditeurs. »

Le Figaro, 17/03/2011

Le marché de l'ebook alimente celui du livre papier

"Chez les répondants d'une étude du Book Industry Study Group, chez les possesseurs d'un lecteur book, seuls 27 % d'entre eux achètent moins de livres de poche, contre 25 % qui se procurent moins dehardbacks. En revanche, leurs achats en matière d'ebooks ont augmenté de 40 %...
4 % des utilisateurs ont acheté plus de [livres reliés] hardbacks et 2 % achètent un nombre croissant de livres de poche. Une manière de considérer qu'il n'existe pas un marché du P et un autre du E, mais bien deux pans dans un monde unique. "

ActuaLitté, 16/03/2011

 

En 2010

En France

Livre numérique : la TVA à 5,5 %… en 2012

«D'abord refusé par l'Assemblée nationale, puis appuyée par le gouvernement, la TVA sur le livre numérique passera à 5,5 %, au lieu de 19,6 %. Seul problème : alors qu'elle aurait pu arriver dès 2011, elle ne devrait finalement être mise en place que le 1er janvier 2012... Il y a quelques jours, le Syndicat national de l'édition se réjouissait de cette décision « de bon sens » : « elle permettra […] d'harmoniser la fiscalité du livre numérique et imprimé, d'éviter des distorsions de concurrence internationale à l'encontre des éditeurs français et de développer une offre légale attractive de livres numériques, au bénéfice des lecteurs »

Igeneration, 14/12/2010

L'offre de livres numériques en France

Un observatoire de l’offre et de la demande numériques légales et illégales sur internet a été mis en place  par le MOTif. Un premier tableau de bord propose un état des lieux détaillé des 31 platesformes françaises de distribution de livres numériques, couvrant la majeure partie de l’offre dans ce domaine, soit entre 60 000 et 70 000 titres. Sont étudiés le rôle des plates-formes et leurs caractéristiques (données économiques, catalogue, fonctionnalités du site), la disponibilité des titres appartenant à l'échantillon de l'étude ainsi que leur prix. 

Le MOTif, tableau de bord n°1, juillet 2010

Livre numérique : quel modèle économique pour un changement de paradigme ?

En avril 2010, l'Agence Régionale du Livre Paca a organisé un colloque sur « Les métamorphoses numériques du Livre ». Françoise Benhamou a fait une intervention durant ce colloque sur la thématique suivante « Livre numérique : quel modèle économique pour un changement de paradigme ? ».
Quelques extraits de son intervention :
« Quelle sera la relation de marché entre le papier et le numérique ? Verrons-nous une superposition de deux marchés relativement indépendants ? Verrons-nous une complémentarité de marchés, avec effet de levier du numérique sur le papier, par des effets de notoriété ou de circulation d'informations ? Ou encore assisterons-nous à des phénomènes de substitution ? … Pour l'instant, et bien qu'il soit en plein développement, le marché de l'offre numérique est presque inexistant : on est en dessous de 5 % des ventes. En France, on est même bien en dessous. C'est pourtant la perspective du marché du livre numérique qui dicte pratiquement la stratégie économique et industrielle de l'ensemble de la chaîne du livre dans tous les pays concernés. On voit qu'on est à la fin d'un modèle exclusif d'achat unique – le livre. Utilisera-t-on des lecteurs dédiés, des ordinateurs, des téléphones ? Vraisemblablement tout, selon les préférences de chacun. D'autre part, le numérique se prête au morcellement du texte. Les éditeurs n'y pensent pas encore, il leur faut pourtant envisager des achats qui peuvent être des textes intégraux numérisés, mais aussi un ou plusieurs morceaux de textes pris dans des ouvrages différents.» …Quant à la régulation, s'il y a un enjeu, c'est celui de la TVA. Plus j'y réfléchis, plus je vois deux manières de penser le livre. Soit on parle de la transposition du texte dans un format numérique, et dans ce cas le taux de TVA devrait être ramené de 19,6 % aux 5,5 % du livre papier ; soit le texte devient un nouvel objet hybride que le numérique permet d'enrichir de fonctionnalités nouvelles : le jeu vidéo, la musique, le livre... On obtient un nouveau contenu, auquel il faudrait peut-être trouver un nouveau nom. La question du taux de TVA se pose différemment. On pourrait tout à fait avoir deux marchés qui se superposent, ce qui reste le meilleur des scénarios."

Dazibao, Agence Régionale du Livre Paca, avril 2010

Seulement 50 000 à 70 000 livres numérisés en France

« Un chiffre qui s'applique uniquement au secteur de l'édition. Les professionnels du monde du livre en France semblent unanimes la part du livre électronique serait largement inférieure à 1 % du marché. C’est du moins l’avis de François Nawrocki chargé de mission au CNL qui déclare : "Pour l'instant, l'essentiel de ce marché, ce sont surtout les offres de bouquets pour les bibliothèques". Le chargé de mission au SNE, Arnaud Valette, affirme lui : "Le livre numérique ne représente pas plus de 0,1% du marché en France". Et chez Hachette Livre, on ne cherche même pas à chiffrer la part des ebooks tellement c’est marginal . »

ActuaLitté, 23/03/2010

Les révolutions du livre

Dossier - Alternatives économiques
« Le livre ne connaît pas la crise, les chiffres le prouvent. Mais les nuages s'amoncellent à l'horizon. Entre révolution numérique, mutations du lectorat, "best-sellerisation" du marché, crise de la librairie indépendante et concentration du secteur, son avenir paraît de plus en plus incertain. »

La lente gestation du livre numérique

« Le développement du livre numérique en France est freiné par des difficultés techniques, juridiques, commerciales et réglementaires. »

Et si le livre numérique décollait ?

« Au pilon les imprimeurs, les libraires, voire les éditeurs ? Le scénario catastrophe qui verrait émerger deux ou trois hydres mondiales toutes puissantes n'a rien d'inéluctable. »

Une métamorphose silencieuse

« Surproduction, massification, nouvelles pratiques…, confronté à de profondes transformations, le secteur du livre affiche une vitalité moins bonne qu'il n'y paraît. »

Alternatives économiques, n° 289, mars 2010

Petit guide pratique de l'après-papier

« On ne le sait pas forcément, mais l'offre de livres numériques en français est déjà très étendue. A quelques jours de l'édition 2010 du Salon du livre, voici une liste recensant les principaux sites d'éditeurs, de librairies ou de bibliothèques en ligne, qui proposent des ouvrages à télécharger (gratuitement ou en payant). De quoi nourrir votre lecteur électronique, votre PC, votre téléphone portable ou… votre console de jeux. »

Télérama, 14/03/2010

Lire les classiques sur Nintendo

« En France, Nintendo a passé un accord avec Gallimard, qui a sélectionné cent titres - tous dans le domaine public - issus des catalogues de "Folio classique" et de "Folio junior". Parmi les textes sélectionnés, on trouve notamment La Princesse de Clèves, de Madame de La Fayette, Bel-Ami, de Maupassant, Une saison en enfer, d'Arthur Rimbaud, ou Le Diable au corps, de Raymond Radiguet. L'appareil critique intégré aux ouvrages a été simplifié : le logiciel propose une présentation de l'auteur et une introduction à l'oeuvre... » Alain Beuve-Méry

Le Monde des livres, 11/03/2010

Amazon et Kindle store

Les livres du Kindle Store seront compatibles avec l'iPad d'Apple

« Amazon compte bien défendre sa place de leader dans le marché du livre électronique. Or, avec l'arrivée prochaine de poids lourds (comme Apple, Microsoft et Google), la firme a choisi de jouer un coup d'avance en annonçant la compatibilité des livres électroniques du Kindle Store avec différents appareils, allant des PC au Mac en passant par l'iPad... »

Numerama, 22/03/2010

En 2009

Le livre numérique : Quels enjeux, quels bénéfices ?
"L’émergence du numérique dans le monde de la musique a révolutionné les modèles économiques et influencé les acteurs de l’industrie. Le marché de l’édition est-il voué au même avenir que l’industrie de la musique ? Si le livre numérique est la copie du livre papier, alors la question du prix de vente se pose immédiatement : 9,99$ imposé par Amazon ou un prix indexé sur celui du livre papier comme préconisé par de nombreux éditeurs ? De même, quel taux de TVA appliquer ? Ces questions sont fondamentales pour les éditeurs, car elles peuvent remettre en question la viabilité de leur modèle économique. Pourtant, elles nous empêchent de prendre du recul et de nous poser les vraies questions : que doit être le livre numérique ? Quelle valeur ajoutée peut-il apporter au lecteur et au consommateur final ? " C'est à ces questions que tentent de répondre cet artcile publié dans Actualité.

Actualitté.com, 14/05/2009
http://www.actualitte.com/dossiers/466-livre-numerique-enjeux-benefices-analyse.htm

L’e-book et le livre ne font pas bande à part, ils se complètent
Trois grands libraires débattent...

Propos recuiellis par Guillaume Nuttin
"Achat de livres sur le web, téléchargement de fichiers, arrivée à maturité de l’e-book… L’offre éditoriale a bel et bien adopté le virage numérique en France. Mais quels sont les risques pour le livre classique et ses circuits e distribution traditionnels ? Qu’en est-il des usages actuels et en devenir ? Trois grands libraires français débattent."
- Juan Pirlot de Corbion, fondateur de Chapitre.com : "La question ne se pose pas de savoir si l’e-book a ou non un avenir, il en aura un".
- Guillaume Decitre, dirigeant de la librairie Decitre : "Le livre est le produit le plus vendu sur Internet".
- Denis Pryen, président-fondateur de l’Harmattan : "Nous sommes encore loin de trouver une rentabilité dans le numérique".

Archimag, n° 222, mars 2009, p. 50-52

Le livre électronique prêt à décoller
Guillaume Guichard
"Les grands acteurs commencent [...] à investir le marché du livre électronique. Et ce, malgré des ventes "confidentielles depuis trois ans, comprises entre 30 et 40 millions d'euros" en France, soit 1% du chiffre d'affaire de l'édition, selon Serge Eyrolles, le patron du syndicat national du livre (SNL)...
Si le support n'est plus un problème, l'offre de livres reste un sujet problématique, à cause notamment de la question du prix….
Un prix moins élevé paraît logique : les éditeurs pourront économiser de nombreux coût en passant au livre numérique. D'abord, adieu les caisses d'invendus renvoyés par les libraires. Adieu aussi les livres épuisés. Une fois tout le fonds de l'éditeur numérisé et stocké sur serveurs, tous les ouvrages seront toujours disponibles à la vente. Reste que, si les ebooks gagnent rapidement du terrain, les libraires devront "réinventer leur métier", admet André Benoit. Bref, ils ont tout à perdre."

E24, 14/03/2009
http://www.e24.fr/hightech/mediapub/article69334.ece

E-book ou livre papier, quel avenir pour la lecture ?
Françoise Benhamou (Professeur d’économie à Paris-I)
"Les débats vont bon train sur le livre électronique et on le comprend. Tous les éditeurs sont sur le pont. Les libraires, que l’on croyait rétifs à la question, se sont mis au travail pour proposer des sites de téléchargement et continuer de remplir leur mission de passeurs dans un univers dématérialisé. Mais ne l’oublions pas. E-book ou livre papier, l’avenir du livre, ce sera celui de la lecture. Or deux études, la première menée aux Etats-Unis, et la seconde en France, montrent que celle-ci est en recul, du moins sous ses formes traditionnelles. […]
Un des enjeux de l’avenir de la lecture a trait aux modalités et aux effets du développement du marché du livre numérique. Y a-t-il perte en qualité, pour le lecteur, ou changement de paradigme, et nouveau rapport à l’accès, qui se joue de la linéarité du texte ? Va-t-on vers un enrichissement de l’offre, non pas au sens du nombre des titres publiés, mais au sens du nombre et de la diversité des titres auxquels le lecteur a réellement accès ? Comment maintenir un marché, qui soit viable, ce qui implique l’invention d’un modèle économique et d’un modèle de régulation ? Qui veut répondre à ces questions est condamné aux conjectures..."

Rue 89, 14/03/2009
http://www.rue89.com/en-pleine-culture/2009/03/14/e-book-ou-livre-papier-quel-avenir-pour-la-lecture

Une librairie électronique en devenir
Frédérique Roussel
"Les éditeurs français, frileux au début des années 2000 et soucieux de préserver la chaîne du livre, travaillent désormais à numériser leurs fonds, à intégrer le numérique dans les contrats de droits d’auteur et à réfléchir au cadre juridique de vente via les libraires. Car les libraires, cavernes de papier, ressentent aussi la nécessité vitale de ne pas louper la boucle. Depuis octobre dernier, une dizaine d’entre elles commercialisent des ouvrages en téléchargement au format epub (d’Adobe). Le site du Divan (Paris 15e) propose ainsi une cinquantaine de titres. Pour cette expérimentation, Gallimard a fait appel à ePagine, la filiale de Tite-Live. "Si le texte existe en numérique, il faut que les libraires le vendent aussi, explique Stéphane Michalon, directeur général d’ePagine. Après le Salon du livre, ils les vendront également en magasin sur des bornes. Le client payera le livre à la caisse et pourra le télécharger sur le support qu’il a choisi..."

Ecrans.fr, 13/03/2009
http://www.ecrans.fr/Une-librairie-electronique-en,6628.html

e-book mûr cherche contenu riche pour relation profitable
"Les livres électroniques arrivent sur le marché français et la concurrence devrait faire baisser des prix encore élevés. Malheureusement, l’offre éditoriale n’est pas à la hauteur tant du point de vue qualitatif que quantitatif."

Archimag, n° 221, février 2009, p. 28-30

 

 

En 2016

«Revenus : auteurs américains et britanniques interpellent les éditeurs»

«La Society of Authors, syndicat professionnel qui représente les auteurs britanniques, vient d’écrire aux éditeurs. C’est à travers les clauses contractuelles que la SoA veut changer la situation. Et de demander « aux éditeurs de prendre en charge leur rôle dans les revenus des auteurs, en révisant les modalités de leur contrat et le traitement des auteurs ». Hasard du calendrier, l’Authors Guild, le pendant américain de la SoA, vient de dégainer le même courrier.»

ActuaLitté, le 06/01/2016

Iggybook, la plateforme dédiée aux auteurs de livres numériques

"Malgré une croissance de 25 %, le marché français de l’édition numérique fait l’objet d’une certaine prudence de la part des éditeurs qui prévoient une baisse de croissance. Pourtant, certains acteurs se sont clairement positionnés  sur le secteur du numérique et et proposent des services innovants pour les auteurs, les lecteurs et les éditeurs. Presse-Citron vous propose aujourd’hui un zoom sur un phénomène encore émergeant en France : l’auto-édition numérique".

Presse-Citron, le 17/03/2017 par Clément.

Chiffres clés marché du livre papier et ebook en Europe

A l’occasion de son 50ème anniversaire, la Fédération des Editeurs Européens (FEP) a publié un rapport intitulé « The Book sector in Europe 2017 ». Ce rapport fait le point sur l’état du marché du livre imprimé et numérique en Europe, en établissant des comparaisons entre les principaux pays membres.

IDBOOX, 20/03/2017.

 

 

L'édition et le marché du livre en Europe : panorama du secteur

La fédération des éditeurs européens vient de publier une brochure présentant le secteur du livre en Europe, révélant son caractère dynamique avec un chiffre d’affaires compris entre 22 et 24 milliards € annuels, pour une valeur marchande de 36 à 40 milliards €.L’apparition du format numérique en 2007 a « provoqué des transformations profondes dans le secteur, ainsi qu’une large série de défis et d’opportunités". Cependant les transformations profondes proviennent en partie de l'explosion du livre numérique, ce pourquoi la publication revient sur les lecteurs et leurs pratiques. 

"L'édition et le marché du livre en Europe : panorama du secteur", ActuaLitté, le 30/03/2017 par Clément Solym.