Manuel numérique

5. Enjeux du numérique

Enjeux pédagogiques

Evolution du manuel scolaire

Points de vue de l'inspection générale

Le « manuel » essentiellement interactif

Dans le rapport de l'IGAENR - IGEN,  Alain-Marie Bassy, Alain Séré : "L’exemplaire dont l’élève dispose n’est plus ce que l’éditeur scolaire a pu proposer, mais ce que le professeur, en connaissance de cause et en fonction de son appréciation des progrès individuels de l’élève estime devoir lui proposer. Le « manuel » est essentiellement interactif." (p.70)

IGAENR - IGEN,  Alain-Marie Bassy, Alain Séré. Le manuel scolaire à l'heure du numérique, une "nouvelle donne" de la politique des ressources pour l'enseignement. Juillet 2010, 107 p.
http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/telechargement/rapport-ig-manuels-scolaires-2010.pdf

L'IGEN et l'IGAENR ont réalisé en 2009-2010 une étude sur le manuel scolaire à l'ère du numérique.

L'édition scolaire : quels manuels pour demain ?
Une évolution radicale peut consister à séparer différemment l'ensemble classique "livret du maître - manuel scolaire - fichier d'élèves" en distinguant les besoins du maître - des documents, des éléments scientifiques ou didactiques - de ceux de l'élève - des contenus clairs et accessibles, des exercices, des aides au travail personnel. (p. 58-59)

IGEN; Bardi, Anne-Marie ; Bérard, Jean-Michel. L'école et les réseaux numériques. Paris : IGEN, juillet 2002, PDF, 74 p.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/syst/igen/rapports/rapportfinal.pdf

Pour une réflexion globale, dans chaque établissement, sur le choix et la complémentarité des supports pédagogiques
-
Le choix des manuels doit être fonction d'un projet global et sont des critères exclusivement disciplinaires...
- Le projet pédagogique définit le rôle et les usages respectifs (en classe, au CDI et à la maison du manuel, de la photocopie et des nouvelles technologies. Il précise leur complémentarité...
- Le projet pédagogique prévoit une formation des élèves à l'usage complémentaire du manuel et des nouvelles technologies...
- La redéfinition du manuel et de son rôle suppose, en amont, une formation des enseignants...

IGEN ; Borne, Dominique. Le manuel scolaire. Paris : Documentation française, juin 1998, PDF, p. 40
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/994000490/0000.pdf

Point de vue des chercheurs

Les industries éducatives
"La numérisation crée des conditions favorables au remplacement du paradigme qui, plus d'un siècle durant, organise autour du manuel [scolaire] la panoplie des outils, des médias et des pratiques éducatives, mais un nouveau paradigme requiert, pour s'implanter durablement, la caution d'un projet pédagogique et sociétal, lequel reste largement à inventer." C'est une des conclusions de l'ouvrage  "Les industries éducatives",  de Pierre Moeglin, directeur de la Maison des sciences de l'homme et professeur en sciences de l'information et de la communication. Interrogé par l'AEF, Pierre Moeglin met l'accent sur l'importance d'un projet global qui transcende les champs de la formation initiale, continue et tout au long de la vie pour tirer au mieux partie des possibilités offertes par le numérique dans la sphère éducative. 

Pierre Moeglin, Pierre. Les industries éducatives, PUF, 2010, Que sais-je, n° 3887.
La classe.fr, 22/10/2010 (entretien AEF)

Un produit éditorial qui s'adapte aux évolutions
La longue histoire du manuel n'en est pas pour autant une présomption d'obsolescence : elle témoigne au contraire de son extraordinaire pouvoir d'adaptation aux conditions nouvelles de l'enseignement. [...]
Le manuel n'est pas immuable : il n'a cessé jusqu'à ce jour de s'adapter à l'évolution des conditions techniques, économiques, sociales et pédagogiques ; ensuite il est - plus que jamais nécessaire pour structurer et fixer les connaissances dans un monde où chacun est soumis à un bombardement d'informations fugaces et émiettées ; les relations entre le manuel - et plus généralement le livre - et les technologies nouvelles ne doivent pas en outre être définies en terme de concurrence, mais de complémentarité, comme le montre l'histoire de tous ces outils pédagogiques il assure l'indispensable dialogue entre l'institution scolaire et l'univers familial et, d'une manière plus discrète, mais non moins profonde, entre les génération ; enfin, il demeure l'outil de travail individuel et portatif dont l'utilisation est la plus souple...

Choppin, Alain in Dictionnaire encyclopédique de l'éducation et de la formation. Paris : Nathan Université, 1998, p. 666-669

Les principales sources d'évolution du manuel scolaire
Dans le rapport de l'INRP, Sylvie Marcé  analyse les principales sources dévolution du manuel scolaire, et des relations entre enseignants et professionnels de l'édition (p. 9-10)

Les principales sources d'évolution du manuel scolaire
Les contenus des manuels peuvent être naturellement amenés à changer en fonction des attentes de l'institutions (programmes) et particulièrement dans le cas d'une prise en compte plus forte de l'interdisciplinarité.
Les fonctions attendues du manuel, qui aujourd'hui sont multiples (cours, documents, exercices...) et concernent tout à la fois l'élève et l'enseignant, dans la classe et à la maison, peuvent également évoluer vers une dissociation.
L'émergence de nouveaux supports, apportant des fonctionnalités différentes, en particulier celles liées à l'interactivité, engendrera une évolution qui permettra d'utiliser chaque outil pour son meilleur usage.
Les contraintes économiques seront évidemment déterminantes. Qu'il s'agisse de coûts d'investissement, de maintenance, de fiabilité et de confort d'utilisation, mais aussi de formation.

Les principales évolutions entre enseignants et professionnels de l'édition
1. Une démarche de plus en plus proche de l'attente des enseignants
2. Une adaptation de l'offre aux usages et aux pratiques
3. L'interactivité entre auteurs et enseignants utilisateurs
4. Le développement de l'information et de la formation pédagogique
5. Un besoin toujours plus affirmé d'outils élaborés
6. Vers une personnalisation plus grandes des outils.

INRP. L'usage des manuels scolaires et des ressources technologiques dans la classe. Recherche 40124. Rapport d'étape : 1ère année, 2000, PDF, 120 p.
http://www.inrp.fr/Tecne/Savoirplus/Rech40124/Pdf/annee00/inrp40124_00.pdf

Points de vue des éditeurs

« Les éditeurs Nathan et Bordas participent cette année à l'introduction expérimentale de tablettes dans dix collèges de Saône-et-Loire. Pour Sylvain Fayolle, responsable numérique chez Nathan, la tablette remplacera tôt ou tard le bon vieux manuel papier dans les classes. Ses arguments [...] Aujourd’hui, les tablettes sont devenues performantes, avec une autonomie plus importante et une capacité de stockage suffisante. Surtout, elles offrent une facilité d’utilisation plus intuitive qu’un ordinateur [...] Les manuels vont-ils disparaître ? - Pas sûr, mais on le pressent. »

Le nouvel Observateur, 03/09/2013
http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20130903.OBS5282/la-tablette-scolaire-ou-comment-lutter-contre-l-ennui-des-eleves.html

 Point de vue des parents

Dans le rapport de l'IGAENR - IGEN,  Alain-Marie Bassy, Alain Séré : "Celui-ci demeure, pour les familles, un outil irremplaçable de structuration des connaissances, dont les ressources numériques restent le complément... la problématique majeure, s’agissant des outils et des ressources numériques, demeure celle de l’égalité d’accès.... Pour l’utilisation au domicile, les effets redoutés sont ceux d’une double fracture numérique : certaines familles en effet ne sont pas équipées des matériels requis." (p. 47)

IGAENR - IGEN,  Alain-Marie Bassy, Alain Séré. Le manuel scolaire à l'heure du numérique, une "nouvelle donne" de la politique des ressources pour l'enseignement. Juillet 2010, 107 p.
http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/telechargement/rapport-ig-manuels-scolaires-2010.pdf

 

Impacts du numérique sur la lecture

«Comment le numérique modifie-t-il nos compétences de lecture ?»

«C’est un fait : nous vivons dans une société où nous sommes bombardés d’informations. Hyperconnectés, nous avons accès de manière quasi instantanée à des connaissances et des millions de contenus. Inévitablement, notre rapport à la lecture s’en voit modifier.»

Lettres numériques, le 14/03/2014

Le numérique : une chance pour la lecture ?

«Des millions de textes littéraires à télécharger sur Internet et à lire sur sa tablette électronique ou son ordinateur : voilà le vertige offert par le numérique. L’horizon d’un savoir réellement partagé  par tous s’ouvre-t-il à nous ? Petite mise au point sur ce que le numérique fait à la lecture. [...]
Comme le rappelle Nicholas Carr, notre cerveau est un organe plastique qui se modifie en fonction de nos activités : c’est ainsi qu’il peut perdre la faculté de se concentrer longtemps sur un texte, de mémoriser ce qu’il lit et d’avoir une pensée linéaire. Toutes choses que l’habitude de la lecture « profonde » tend au contraire à renforcer. Des scientifiques le confirment. Ceux du Laboratoire des usages en technologies d’information numérique, dit « Lutin » (qui regroupe notamment les universités Paris VIII, Paris VI et l’UTC de Compiègne) déclarent : « La perte d’habituation au livre de papier rendra probablement difficile la lecture statique, longue, attentive. » Concrètement, cela se traduit par une multiplication des troubles de l’attention et de la concentration. Des libraires observent déjà ce phénomène. Christine Drugmant, responsable de la librairie La Belle Aventure à Poitiers, entend régulièrement des clients avouer qu’ils n’arrivent plus à lire. »

Temoignagechretien.fr, le 27/04/2013

«Google exacerbe Borges»

Entretien avec l'écrivain François Bon à propos de la publication de son livre Après le livre.
« Plaidoyer pour les perspectives que le numérique ouvre à l’écriture et la lecture, Après le livre dépasse l’objet afin de le replacer dans une histoire des mutations et des pratiques littéraires. »

Liberation.fr 22/12/2011

Livres numériques : quel impact sur notre lecture ?

Pour Sam Leith, chroniqueur au Guardian, au Spectator, et au Telegraph, les ordinateurs et les ebooks démultiplient le nombre de manières de lire, mais n’empêchent pas de continuer à lire linéairement. La fin des romans n’est pas arrivée.

Actualitté le 17 août 2011

Quand le livre devient numérique...

« La numérisation du livre interroge nos pratiques... Comment lisons-nous ? Comment lirons-nous ? Sur des liseuses, sur des tablettes numériques ? Pour le loisir ? Pour le travail ? Les fabricants de matériels et les distributeurs de livres numériques veillent à proposer des réponses à tous nos comportements. Quelles pratiques en pédagogie ? Notre dossier explore quelques pistes. »

CRDP de l'académie de Besançon, novembre 2011.

Forum Livres Hebdo : Nouveaux modes de lectures, nouvelles offres éditoriales. Ce forum, organisé par Livres Hebdo,  s'est déroulé  le 7 mai 2010. Lors de ce forum ont été abordés d'une part les métamorphoses de la lecture avec le numérique et d'autre part les enjeux économiques du numérique.
Les vidéos des intervenants de ce forum sont en ligne sur Dailymotion.
Interventions concernant les métamorphoses de la lecture :

- Thierry Bacino , professeur de psychologie cognitive, université Sophia Antipolis, Nice. Comment l'écran change le lecteur  ,, 15'.
- Claire Belisle, ingénieure de recherche CNRS en sciences humaines et sociales : Réflexion sur la lecture numérique et le plaisir de lire , , 12'.
- Alain Giffard, directeur du Groupement d’intérêt scientifique Culture & Médias numériques : Rapport au livre numérique et pratique de lecture , , 10'.
- Françoise Benhamou, professeur à l'université Paris 13, intervient sur l'économie du livre et le consentement à payer de la part des consommateurs ,, 11'.
Forum Livre Hebdo, 7 mai 2010

Lotta Larson
Selon Lotta Larson le livre électronique motive les jeunes lecteurs
« Lotta Larson, chercheuse à l’Université d’État du Kansas en enseignement primaire, pense que des enfants pourraient améliorer leurs compétences en utilisant le livre électronique (livrel). Sa dernière étude, dont les résultats paraitront dans le prochain numéro de la revue The Reading Teacher, lui a permis de découvrir que le livre électronique permet aux enfants des interactions qui ne pourraient pas être possibles avec des livres imprimés... »
rire.ctreq.qc.ca, 20/04/2010

Thierry Baccino
Thierry Baccino est professeur de psychologie cognitive et ergonomique à l’université Nice-Sophia-Antipolis - Directeur scientifique au LUTIN à Paris.

La lecture sur tableaux numériques interactifs (TNI)

« Le projet d’étude présenté ici a pour ambition d’évaluer un seul dispositif de ces NTIC (le Tableau Numérique Interactif) en fonction d’une activité courante en classe : la lecture. Cette évaluation porte sur les aspects cognitifs de l’usage des TNI en classe de CP et en 6ème»

éduscol, septembre 2011

Thierry Baccino a été invité dans plusieurs émissions à l'occasion du dossier de Sciences et Vie : La lecture change, nos cerveaux aussi
Selon Thierry Baccino, la lecture sur écran solliciterait davantage notre cerveau.
"La lecture sur écran demande un surcroît de travail au cerveau et même un fonctionnement différent. Les zones de l’encéphale qui contrôlent les prises de décision et les raisonnements complexes sont plus solllicités que pour une lectures sur papier. Sur le Web, il faut en permanence faire des choix, décider de cliquer ou de ne pas cliquer pour poursuivre sa lecture. En d’autres termes, trop d’info tue l’info et les pages Web surchargées de liens et d’illustrations peuvent nuire à leur compréhension. Cependant, selon Thierry Baccino, plus nous serons habitué à lire sur écran et plus le papier risque de nous faire le même effet que le cinéma en noir et blanc : on aura impression désagréable de régression... Le lecteur sur écran est butineur et impatient."

France Info, 03/09/2009 (Chronique de Jérôme Colombain)

La lecture change, nos cerveaux aussi !
Nous n'avons jamais autant lu : courriels, blogs, livres numérisés...mais notre façon de lire a changé.
Notre cerveaux est-il préparé à la lecture sur écran avec -en plus du texte- des images, des vidéos et des sons?
Tout s'explique se plonge dans la lecture du 21ème siècle...
Emission en partenariat avec le magazine Science & Vie.
France Inter, 28/08/2009, (Emission Tout s'explique)

Pascale Gossin
Passer du format papier au format numérique pose la question du geste de lecture. Les élèves et les enseignants doivent se construire des compétences d'hyperlecteurs. 
[...]
L'hyperlecture nécessite la construction d'un projet de lecture rigoureuse. 
La fonction de communication que les manuels numériques intègrent introduit un nouveau rythme de travail.

La lecture numérique : réalités, enjeux et perspectives. Presses de L'Enssib, 2004, 293 p.
Chapitre 7 : Le manuel numérique, p. 221-254
http://lire.ish-lyon.cnrs.fr/spip.php?article359

CCSD @rchiveSIC 
Archive Ouverte en Sciences de l'Information et de la Communication
Hypertexte et hypermédia
articles publiés ou en cours de publication,  working papers...
http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/view_sic_hype_fr.html

Voir notamment
- Des lectures sur papier aux lectures numériques : quelles mutations?
  Suzanne Bertrand-Gastaldy, 14 mai 2002
- Lire avec un livre électronique : un nouveau contrat de lecture ?
  Claire Bélisle, 12 mai 2003
- Cybertextes et hyperlectures dans l'enseignement à l'université
  Denis Bachand, 2 décembre 2002

Dossiers d'éduscol
Livre électronique, livre numérique (Nouveaux modes de lecture - Bibliographie)
Hypermédia et apprentissage (Lire en hypertexte)

 

Impacts du numérique sur l'apprentissage

«L'être et l'écran»

«Le philosophe Dominique Lecourt analyse les bouleversements apportés par la révolution du numérique dans notre rapport à l’apprentissage et dans nos relations aux autres. »

La Croix, le 24/09/2013

Apprend-on mieux sur un support papier ou sur un écran ?

« Différentes études seraient plutôt en faveur du papier, mais la différence est faible [...] Un chercheur français (André Tricot, université de Toulouse) affirme, lui, que la lecture sur un écran est plus complexe car il faut en permanence réfléchir à une action : cliquer ou non sur un lien, déclencher le déroulement du texte ou passer à la page suivante. Cela affecterait la mémorisation. »

Futura Sciences, le 22/03/2013

Les enseignants plébiscitent le manuel numérique
90% des enseignants interrogés dans le cadre d’un sondage de Savoir livre estiment que le manuel numérique leur permet de mobiliser l’attention de toute la classe.

Livre hebdo, 27 mai 2010.

L’impact de l’usage des technologies numériques sur les apprentissages des élèves : qu’en dit la science ?
Le Café pédagogique présente une étude de Jean Heutte publiée dans la révue Spirale en 2008. "Nous revenons sur l’un des articles de Jean Heutte car, à notre connaissance, cette recherche scientifique (respectant les principes méthodologiques issus de la démarche expérimentale ) est l’une des rares concernant l’impact de ces technologies sur les résultats des élèves. De plus, il semble bien qu’elle soit la première (et la seule) en France concernant l'école primaire..."
"Les principaux résultats remarquables de l’étude :
- Les élèves habitués à l'usage du numérique en classe réussissent significativement un meilleur apprentissage à long terme et ce indépendamment du type de support.
- Les élèves habitués à l'usage du numérique en classe comprennent plus vite et mieux ce qu’ils lisent.
- Les connaissances et les résultats scolaires ont significativement progressé pour les élèves habitués à l'usage du numérique.
- Cette étude met donc bien en évidence que l’usage du numérique en classe participe à une amélioration des résultats scolaires des élèves de l’école primaire."

Café pédagogique, 18 avril 2010 

Les apports des TICE
Le rapport de la mission parlementaire de Jean-Michel Fourgous, sur la modernisation de l’école par le numérique "Réussir l’école numérique" consacre un chapitre aux apports des TICE dans les apprentissages.
"Kulik et son équipe décrivirent en 1994 les effets suivants :
- Ils [les élèves] développement des attitudes positives par rapport à leur travail
- Ils apprennent davantage en utilisant un ordinateur
- Ils acquièrent les savoirs en moins de temps : Dans 29 des 32 études mesurant le temps requis pour exécuter une tâche, les élèves utilisant un ordinateur ont mis un tiers de temps en moins...
Les outils numériques permettent à l’élève de développer sa capacité d’argumentation et son objectivité et ce sur trois plans : « le cognitif, le psychomoteur et l’affectif » (Sauvage361).
« L’effet principal des technologies, dans le tandem enseignement-apprentissage, se manifeste donc dans des environnements pédagogiques nouveaux, plus proches de la manière dont l’individu apprend » (Marcel Lebrun 362) : la technologie permet d’apprendre avec les autres, d’« interapprendre » et donc de multiplier les approches : individuelle, mutualiste ou collaborative. L’approche pédagogique utilisée par l’enseignant lors de l’utilisation des Tice, est alors arrivée au centre des préoccupations, remettant en lumière les propos de Thomas L. Russel (363) : « ce n'est pas la technologie elle-même, mais l'application de la technologie, qui a le potentiel d'affecter l'apprentissage. »

Fourgous, Jean-Michel. Rapport sur la modernisation de l’école par le numérique "Réussir l’école numérique". La Documentation Française, février 2010. PDF,105-115 pp.
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/104000080/0000.pdf

Les nouveaux médias, un plus pour la mémorisation ?
Éric Jamet – Professeur de psychologie cognitive à l’Université Rennes II
"Il est tentant de penser qu’une présentation multimédia de documents favorise l’apprentissage. Or, cela n’est vrai que sous certaines conditions, comme le montre ce texte qui reprend diverses études sur le sujet."

"Les présentations multimédia favorisent-elles l'apprentissage ? Pas si sûr, de nombreuses études ont montré, on s'en doute, qu'un texte linéaire était plus abordable qu'un texte hypertexte, qui facilite la possibilité de se perdre. Les documents multimédia sont souvent moins bien mémorisés que ceux que l'on lit, car la vitesse de lecture s'adapte à la compréhension. Par contre l'apport des illustrations semble indéniable : en répétant l'information du texte sous une autre forme, elles aident à la mémorisation, dommage qu'elles soient peu utilisées comme support de compréhension, car elles ont aussi besoin d'être décodées. La mise en forme de l'attention (guidages, fléchages...) la conforte. En terme d'apprentissage, les animations multimédia ne sont pas plus efficaces qu'une image fixe, alors qu'elles sont plus complexes à réaliser, sauf si là encore elles facilitent le guidage."

"Ces études illustrent l’impossibilité qu’il y aurait à conclure à une quelconque supériorité des documents électroniques sur leurs homologues imprimés. L’idée défendue ici est que c’est une meilleure connaissance des nouvelles opportunités offertes par ces nouveaux médias, mais aussi une évaluation plus systématique des nouvelles difficultés qu’ils entraînent, qui permettra non seulement de concevoir les documents pédagogiques plus efficaces, de mieux les utiliser dans les classes, mais aussi de mieux enseigner leur usage aux élèves."

Les Cahiers pédagogiques, n°474, juin 2009, Dossier "Aider à mémoriser"

Le numérique doit permettre d'éviter une parcellisation du savoir
Dominique Borne à l'occasion du séminaire "Numérique et manuels scolaires & universitaires ", organisé par la Direction de la technologie, qui s'est tenu les 29 et 30 septembre 2004 à l'abbaye de Fontevraud :

Quelques mises en garde :
- "Il ne faudrait pas que le numérique exagère l'un des problèmes actuels des manuel. scolaires existants, à savoir l'éclatement, la parcellisation du savoir...
- Les zinzins pédagogiques ne sont pas forcément un plus. Il faudrait lutter contre la volonté d'être attrayant. Il ne faut surtout pas que l'enseignement ressemble aux jeux électroniques que les élèves pratiquent...
- Il ne faudrait pas que le numérique remplace l'enseignant ou lui dicte un enseignement. Il faut au contraire que cela lui permette de gagner en autonomie et en inventivité pédagogique." 

Quelques conseils au niveau des usages (individuels et collectifs) et des finalités des manuels :
 - Les professeurs devraient s'emparer du numérique et en user dans le sens d'une plus grande autonomie...
- Pour le papier, on se pose la question : fait-on le manuel pour l'enseignant ou l'élève? Il faut également se poser cette question pour le numérique. J'aimerais qu'on le fasse pour l'élève...
- Les besoins en numérique sont très différents selon les disciplines. Je suis donc un peu réticent par rapport à un modèle qui serait posé d'abord, les disciplines devant s'y adapter. Il faut partir des disciplines. Le numérique peut permettre une moindre cloisonnement des disciplines...
- Le numérique permet un accès à la documentation de façon pratiquement indéfinie. Mais comment fait-on pour guider l'élève dans cet océan documentaire? Et comment oriente-t-on également les enseignants? 
- Quant à l'interactivité permise par le numérique, qui est un plus évident, elle comporte aussi le risque de la simplification : on pourrait tomber dans le QCM, les réponses oui/non...
- Il faut inventer une forme de manuel. qui ne soient pas un décalque des manuel. papiers.

Intervention de Dominique Borne au séminaire "Numérique et manuels scolaires & universitaires ", 29 et 30 septembre 2004 à l'abbaye de Fontevraud. Source : Dépêche AEF n° 465494, 04/10/2004

Trois avantages du multimédia
Les technologies contemporaines de l'information et de la communication ont trois avantages par rapport aux supports classiques :
- l'accès théoriquement illimité à toutes les sources d'information et de communication
- la numérisation (textes, sons, images) qui évite le vieillissement et facilite le transfert d'un support à l'autre
- l'interactivité qui permet aux utilisateurs de classent l'information, de la confronter à d'autres informations et d'être guidés dans leur recherche.

IGEN ; Borne, Dominique. Le manuel scolaire. Paris : Documentation française, juin 1998, PDF, p. 36
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/994000490/0000.pdf

Autres caractéristiques

Points positifs
- évolutivité dans le temps selon des procédures très simples de remplacement et d'incrémentation de fichiers 
- impression à la demande
- apport évident pour certains élèves en difficulté (Etude Y. Gargam 2000-2002)
- personnalisation pour l'élève.

Points négatifs
- difficulté d'une prise de connaissance globale rapide, à la différence du livre papier
- blocages et dysfonctionnements possibles au niveau de l'informatique
- problèmes de maintenance.