Manuel numérique

3. Politique numérique de l'éducation

Une culture de partenariat

Préambule

Les manuels numériques en cours d'expérimentation dans les collèges et les documents universitaires un peu plus implantés sous forme numérique (médecine-sciences pour l'essentiel) sont le fruit de relations régulières entre le ministère de l'Education nationale et le monde éditorial scolaire ou universitaire.
Le manuel n'a jamais cessé de s'adapter tout en répondant à l'une des trois priorités du système éducatif définies par J. Ferry :  confier la création des outils d'enseignement, notamment les manuels, à l'entreprise privée.  Les deux autres priorités étant, dans l'ordre, la formation des enseignants et la création d'établissements.
La production des manuels numériques reste calquée, sur ce partenariat public-privé.

Parallèlement, apparaissent également des manuels numériques à l'initiative d'enseignants.
Sur le modèle du livre numérique gratuit et du livre papier payant mais moins cher que l'édition classique, citons pour exemple :
- Sesamath , manuels numériques de collège, élaborés par une association composée d'enseignants.
- lelivrescolaire.fr, éditeur privé qui a mis en oeuvre une démarche de mutualisation des contenus en faisant appel à des  enseignants.

Dans le cadre d'une expérience de travail à distance :
- Hellénis-TIC, manuel numérique de grec, réalisé par deux enseignantes, au départ dans le cadre d'une expérience de travail à distance, puis expérimenté dans des situations de cours classique ; quatre années de travail sans interventions autres que le milieu enseignant.

Rappelons aussi  l'i-manuel développé dès 2000 - première année d'expérimentation - par la société Editronic Education qui, depuis, a arrêté son activité. Voir dans ce dossier "Expérimentations et usages".