ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

B2i, C2i

Brevet informatique et Internet

2008

IGEN / IGAENR

Rapport annuel des Inspections générales 2007
Le chapitre 3 de la 1ère partie traite des TICE (p. 142-148).

Extraits concernant le B2i
  "En raison du développement des réseaux numériques et de la mondialisation, l'usage fluide et réfléchi de la communication et de l'accès à l'information est devenu une compétence indispensable pour toute insertion sociale et professionnelle.
C'est ce qui a conduit à inscrire la maîtrise des techniques usuelles de l'information et de la communication dans le socle commun des connaissances et des compétences pour l'enseignement obligatoire. C'est également ce qui a motivé l'inscription du B2i parmi les indicateurs de performance du système éducatif dans le cadre de la LOLF…
Il revient […] aux personnels de direction d'organiser la concertation entre les enseignants pour une couverture complète et progressive des compétences du B2i. Ils doivent faciliter les initiatives associant plusieurs disciplines, plusieurs partenaires, plusieurs classes, plusieurs établissements (éventuellement de pays différents) et propres à stimuler un usage profitable des TICE…"
(p. 144-145)

Paris : La Documentation française, 2008, 245 p.
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/9782110070258/index.shtml

MEDEF

Faire de la France un leader de l'économie numérique
Dans le chapitre 4 "Préparer l'avenir", le MEDEF fait des propositions sur les TICE, notamment sur l'évolution du B2i et du C2i.

Renforcer la formation dans les TIC et développer la formation par les TIC
Les propositions
1. Renforcer l'enseignement des TIC dans le système éducatif
    - Former les élèves aux TIC
      (le B2i lycée devra être généralisé et indispensable à l’obtention des différents baccalauréats. [...]
      il convient d’inventer un C2i pour les étudiants des écoles de management.)
      p. 40-41

 Syntec-informatique.fr, janvier 2008, PDF, 60 p.
http://www.syntec-informatique.fr/import/20080117_VF_Rapport_Croissance_TIC.pdf

MISSION E-EDUC

Pour le développement du numérique à l'école
Rapport remis à Xavier  Darcos, ministre de l'Education nationale
La mission propose] une base très opérationnelle de mise en oeuvre d’un programme pour le développement du numérique à l’École. Le rapport est structuré en trois parties :
- Partager les enjeux et les opportunités
- Intégrer les attentes et les initiatives
- Proposer un cadre d’actions
Il se réfère à plusieurs reprises aux compétences informatique et Internet et au B2i.

Extraits sur le B2i

1.1.1 - L’éducation et la formation au numérique
La compétence numérique figure parmi les huit compétences clés pour l’éducation et l’apprentissage tout au long de la vie du cadre européen défini en 2006. Les compétences clés sont celles qui sont nécessaires à "l’épanouissement personnel, la citoyenneté active, la cohésion sociale et l’employabilité dans une société fondée sur la connaissance".
La compétence numérique : référentiel européen et certification
La définition du référentiel européen précise : "Les compétences requises comprennent l'aptitude à rechercher, recueillir et traiter l'information et à l'utiliser de manière critique et systématique, en évaluant sa pertinence et en différenciant l'information réelle de l'information virtuelle tout en identifiant les liens. Un individu devrait avoir l'aptitude à utiliser des techniques pour produire, présenter ou comprendre une information complexe et l'aptitude à accéder aux services sur Internet, à les rechercher et à les utiliser. Un individu devrait avoir l'aptitude à utiliser les TSI pour étayer une pensée critique, la créativité et l'innovation. L'utilisation des TSI exige une attitude critique et réfléchie envers l'information disponible et une utilisation responsable des outils interactifs. Un intérêt à s'engager dans des communautés et des réseaux à des fins culturelles, sociales et/ou professionnelles sert également cette compétence."
Malgré l’importance de ce sujet, il y a finalement peu de statistiques montrant les impacts de programmes d’éducation orientés vers la maîtrise de l’information à un niveau national ou international. L’UNESCO, vient de publier un rapport qui donne des éléments théoriques pour la mesure de la maîtrise de l’information, un modèle de correspondance entre la maîtrise de l’information et les compétences en TIC et une description des normes éducatives en matière de maîtrise de l’information.
La plupart des politiques éducatives ont introduit le numérique comme composant d’une culture et de compétences de base développées dans l’enseignement scolaire. C’est notamment le cas en France dans le pilier 4 du "Socle commun de connaissances et de compétences" pour la scolarité obligatoire.
Les connaissances, capacités (au sens d’aptitudes) et attitudes liées à l’acquisition d’une culture numérique et au développement de compétences correspondantes sont spécifiées par les référentiels du Brevet Informatique et internet (B2i) dans les trois ordres d’enseignement, premier degré, collège et lycée. Cette évolution, très récente (2006), est porteuse de changements importants dans la place et le statut des TIC dans l’enseignement, à travers l’approche par les compétences et la démarche de certification. La montée en puissance progressive, mais déjà bien réelle, de la certification du B2i à l’école et au collège est en perspective au lycée.
p. 11

2.3.4 - Former cadres et enseignants
Parmi les exemples réussis, l’académie de Rouen a mis en place des solutions innovantes de formation et d’accompagnement aux TICE, notamment :
- Dans le cadre du bassin d’éducation et de formation (BEF), des établissements ont mené des projets liés à la validation du B2I dans le cadre d’une contractualisation interne à l’académie : celle-ci concernait toutes les écoles et collèges du BEF. Une ANIMATICE a été organisée autour du B2I et a permis de mobiliser environ 80 enseignants de manière transdisciplinaire (déclinaison de la validation du B2I pour les différentes disciplines)...
Cet exemple permet de fixer des principes d’orchestration de la formation des cadres et des enseignants [notamment] :
- Accompagner la formation d’un dispositif de retour permettant de la valoriser et ainsi de motiver les formés : formation des enseignants au C2I niveau 2, validation du C2i2e, mise en oeuvre des TICE par l’enseignant dans ses activités et impact sur les élèves via la validation du B2i.
p. 42-43

3.1.6 - Indicateurs de réussite du programme "Bâtissons l'école numérique"
{Parmi les indicateures qualitatifs]
taux de réussite du B2i
p. 53

3.5 - Chantier 5 : Développer un partenariat éducatif pour le numérique avec les entreprises du secteur
Pour faciliter leur coopération, les deux parties pourront s’appuyer [notamment] sur :
- leur culture commune à travers les actions déjà lancées (concours pour les classes de 4ème et 3ème "Validez le B2I en découvrant les métiers de l’Informatique" ou pour les classes de seconde "À vos blogs" …
p. 72

Paris : Ministère de l'éducation nationale, 21 mai 2008, PDF, 91 p.
http://media.education.gouv.fr/file/2008/24/5/Pour_le_developpement_du_numerique_a_l_ecole_27245.pdf

2007

CES - Bretagne

Les technologies de l'information et de la communication dans les lycées en Bretagne
Cette étude est structurée ne trois parties :
-
Les politiques et les responsabilités des différents acteurs au développement des TIC dans le système éducatif ;
- Etat des lieux des infrastructures et des usages TICE dans les établissements bretons du secondaire ;
- Quelle intervention régionale pour développer les usages des TICE dans les lycées de Bretagne ?
Voir synthèse : p. 1-XV

Extraits concernant le B2i

Accroître les compétences et les qualifications
Former les élèves à leur futur environnement de travail est un des objectifs des politiques de promotion des TICE. Toutefois, cet objectif doit être replacé dans un cadre plus large. En effet, par nature, les technologies sont en évolution permanente et rapide. La stratégie déployée par le système scolaire doit tenir compte de ce contexte et doit contribuer de façon plus large au développement "de compétences de vie". Ces compétences de vie correspondent aux savoirs et connaissances "durables" que devraient maîtriser les élèves en sortant du
secondaire.
Dans ce domaine, le B2I (Brevet Informatique et Internet), attestation de compétences mise en place dans les collèges et les lycées, est sensé contribuer en partie à l'atteinte de cet objectif. L'instauration du B2I n'a pas néanmoins changé la donne, puisqu'elle repose en grande partie sur le postulat que les compétences relatives aux TICE seront acquises par les élèves à partir de leurs usages.
La dissémination dans toutes les disciplines de la validation et de l'apprentissage de l'informatique et de l'Internet semble peu opérante et est, sans doute, à interroger.
Sans remettre en cause cette démarche, il est légitime de se demander si l'école ne doit pas renouveler son approche, afin que les élèves apprennent plus systématiquement à rechercher de l'information, à la trier, à en identifier la source, à apprécier sa qualité et à savoir dans quelle mesure ils peuvent l'exploiter tout en respectant les droits d'auteur.
Préconisations :
- Ne pas limiter l'apprentissage de l'informatique et de l'Internet à la seule démarche du B2I.
- Accroître les compétences par une sensibilisation des jeunes aux évolutions technologiques et par une éducation critique à leurs usages.
(Synthèse, p. VI)
Voir aussi : p. 29-31, p. 63-64

Conseil économique et social Région Bretagne, octobre 2007, 136 p.
http://www.cesdefrance.fr/doc.php?id_doc=2990
PDF
http://www.region-bretagne.fr/...

IGEN

Les livrets de compétences : nouveaux outils pour l'évaluation des acquis
"Le rapport se situe dans la problématique générale de l'évaluation des acquis des élèves. Il s'inscrit dans la continuité des travaux engagés depuis plusieurs années par l'inspection générale dans ce domaine. En abordant plus directement la question des livrets d'évaluation des élèves, il s'est naturellement articulé avec la perspective de la mise en œuvre et de l'évaluation du socle commun de connaissances et de compétences, telles qu'elles sont prévues par la loi d'avril 2005.
Conçue comme une réflexion de fond, cette étude s'ouvre sur une comparaison avec certains pays. Elle propose ensuite une synthèse et un commentaire des évolutions, récentes ou anciennes, des pratiques d'évaluation dans notre système éducatif. Cette mise en perspective aide à clarifier les conditions nécessaires à la mise en œuvre d'une évaluation par les compétences.
S'appuyant sur des exemples internationaux, les inspecteurs généraux montrent l'ampleur des changements engagés par ce choix d'organisation des enseignements. Ils posent enfin la question de la communication, qui conditionne de fait la mise en place de tout nouveau dispositif d'évaluation."

Extraits

Les points communs
Pour autant, si trouver un sens commun à la notion de compétence semble difficile, quelques traits caractéristiques se dégagent de l’ensemble des propos des chercheurs :
- une compétence repose sur la mobilisation, l’intégration, la mise en réseau d’une diversité de ressources : les ressources internes, propres à l’individu, ses connaissances, capacités, habiletés, mais aussi les ressources externes mobilisables dans l’environnement de l’individu (autres personnes, documents, outils informatiques, etc.) ;
p. 11
Des histoires spécifiques
... à la frontière de toutes les disciplines, mais sans être lié particulièrement à aucune d’elles, un cas singulier s’impose dans le paysage scolaire français ; celui d’un champ nouveau de savoirs et de savoir-faire qui s’est largement constitué autour de la notion de compétences : l’évaluation de la maîtrise des techniques d’information et de communication (TIC) sanctionnée par le Brevet Informatique et Internet (B2i).
p. 37
Un cas particulier : le brevet informatique et Internet (B2i)
Instauré en novembre 2000, le B2i définit dans le cadre scolaire un ensemble de certifications des compétences acquises par les élèves dans la maîtrise des technologies numériques appliquées au traitement de l'information et à la communication par les réseaux.
Depuis juin 2006, il est généralisé et décliné en trois niveaux : le B2i école, le B2i collège et le B2i lycée. Il s'adresse aux élèves mais également aux apprentis tout au long de leur cursus, à l'école, au collège, dans les LEGT, les lycées professionnels, les centres de formation d'apprentis et les sections d'apprentissage.
Le processus de certification repose sur l'utilisation de « feuilles de position » remplies par l'élève, en situation, et validées par chaque enseignant impliqué. Ces « feuilles de position » suivent l'élève jusqu'à l'obtention complète du B2i de niveau correspondant3
Dès son origine, le B2i a été positionné comme une attestation de compétences « développées et validées dans le cadre des activités pédagogiques disciplinaires, interdisciplinaires ou transversales… ». Les activités scolaires constituent donc à la fois des voies d'apprentissage des TIC et des supports de certification des compétences mobilisées.
L'approche certificative du B2i, souvent envisagée en tant qu'innovation par les enseignants, est en fait assez exemplaire d'une démarche de formation et d’évaluation par les compétences cohérente sur l’ensemble du cursus scolaire, de l’école au lycée :
- formulés de manière générique, les cinq domaines de compétences sont identiques aux trois niveaux de B2i, à l'école, au collège, au lycée ; ceci induit donc une continuité rigoureuse des apprentissages et de l'évaluation entre les niveaux scolaires ;
- l'élève est responsabilisé dans sa propre évaluation : c'est lui qui établit le diagnostic d'acquisition de la compétence et, lorsqu'il se sent prêt, en demande l'attestation par le professeur concerné ;
- déterminées par les usages dans les activités de caractère scolaire, les connaissances, capacités et attitudes sont naturellement développées à partir des pratiques mises en oeuvre et impulsées par les enseignants (mais aussi le ou la documentaliste) ; par conséquent, une progression concertée entre les disciplines s'impose. ambitions novatrices rencontrent sur le terrain un certain nombre de freins qui ralentissent et parfois bloquent la progression du B2i :
- la nécessaire interdisciplinarité de l’évaluation, appelant une forte concertation des professeurs ;
- la pratique d'une évaluation "en situation", c'est-à-dire au fil d'activités en classe est un exercice peu répandu (et parfois encore perçu comme peu légitime) ;
- l'inscription du processus dans un "contrat", basé sur l'appréciation par l'élève lui-même de son degré de maîtrise des compétences, n'est pas habituelle dans un calendrier d'évaluation scolaire presque toujours discret et non continu. La possibilité de représenter une demande de validation change notamment la nature de la relation évaluateur-évalué ;
- l’indispensable contrôle de la conformité des contextes dans lesquels la compétence est réputée acquise, pratique là encore souvent étrangère aux habitudes d’évaluation.
Il reste donc à dégager des pistes de progrès, via la formation des professeurs et l’information des familles, pour que le B2i remplisse totalement sa mission de mobilisation et de certification de compétences. Il témoigne toutefois de l’intérêt d’une telle démarche, de sa faisabilité et de la fiabilité d’une procédure d’évaluation impliquant réellement l’élève.
p. 39-40

Paris : Ministère de l'Education nationale, juin 2007, PDF, 61 p.
http://media.education.gouv.fr/file/50/0/6500.pdf

MEN

B2i et socle commun
Actes du séminaire national des 16 et 17 octobre 2007
A la Cité Internationale Universitaire de Paris
Plusieurs aspects de l’application du B2i pour la rentrée 2008 ont été discutés :
- les compétences TIC et les compétences du socle.
- l’organisation pédagogique du B2i à l’école et au collège.
- le pilotage académique et départemental du B2i.

Actes
- Ouverture des travaux (PDF, 6 p.)
   Jean-Marc Goursolas, Marc Fort, Jean-Yves Capul
- Table ronde (PDF, 19 p.)
   Gilles Baillat, Anne-Marie Bardi, Catherine Bizot, Pascal Faure, Sylvain Poncet,
   Alain Séré, Lionel Tordeux, Guy Ménant
- Synthèse des travaux  (PDF, 10 p.)
   Philippe Claus, Guy Ménant

éduscol, octobre 2007
http://eduscol.education.fr/cid46074/actes-du-seminairenational%C2%A0-b2i-et-soclecommun.html

Vidéos d'ouverture et de synthèse des travaux
Par Philippe Claus IGEN
- introduction
- L'élève et le B2i
- Le professeur dans son établissement
- La question du pilotage
- Conclusion
- Clôture du séminaire (Guy Ménant, IGEN)

Site Web tV du CRDP de l'académie de Versailles.
http://webtv.ac-versailles.fr/spip.php?mot126

 

2006

MENSR

Rapport du groupe de travail pour le développement des TIC dans l'Education nationale : plan d'actions
Comme le précise la loi d'orientation, la maîtrise par l'ensemble des jeunes des technologies de l'information et de la communication fait maintenant partie des objectifs fondamentaux assignés à l'Education nationale.
Atteindre cet objectif nécessite de prendre de nouvelles mesures afin de pallier certaines faiblesses, de permettre un véritable partenariat avec les collectivités territoriales et de renforcer le développement des TIC dans l'Ecole.
Un groupe d'experts du ministère de l'Education nationale s'est réuni au cours du second trimestre 2006 pour établir un diagnostic et donner une nouvelle impulsion à ce dossier.

Les 15 mesures proposées peuvent se classer en cinq domaines. La première étant "Une intégration plus forte dans le cursus de l'élève"
- Mesure 2 : Prise en compte des résultats du B2i au brevet des collèges et au baccalauréat

Paris : Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignment supérieur et de la Recherche, septembre 2006. PDF, 34 p.
http://eduscol.education.fr/chrgt/rapport-tice-2006.pdf

2005

DEP

Le fonctionnement du brevet informatique et Internet au collège 
"Etude quantitative et qualitative concernant la mise en place du brevet informatique et Internet dans les collèges.  Après la présentation du B2i sont exposés le fonctionnement du dispositif à travers le discours des acteurs, les modalités de validation du B2i, les effets perçus relatifs à la mise en oeuvre, les freins et les obstacles. Deux ans après cette mise en place en 2000 deux collèges sur trois organisaient le B2i. L'étude révèle que l'institution scolaire a peu saisi l'opportunité de développer le travail interdisciplinaire et de favoriser la continuité des apprentissages entre l'école, le collège et le lycée. Le B2i repose en grande partie sur la volonté des chefs d'établissements et l'implication des professeurs de technologie."

Sommaire en ligne

Les Dossiers de la DEP, avril 2005, PDF, 97 p.
trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dpd/dossiers/dossier165/dossier165.pdf

FDI

Les Enfants du Net - II - Pédo-pornographie et pédophilie sur l'internet
Une des recommandations  du Forum des droits sur l'Internet concerne le B2i
Publiée le 25 janvier 2005, "Les Enfants du Net - II - Pédo-pornographie et pédophilie sur l'Internet" est le fruit de plusieurs mois de concertation d'un groupe de travail constitué de représentants d'administrations, d'associations d'utilisateurs et d'acteurs économiques concernés. Une des 17 recommandations concerne directement le B2i.

Pour une éducation à des usages maîtrisés de l'Internet à l'école (recommandation 6)
"Le Forum des droits sur l'Internet recommande que les pouvoirs publics favorisent le développement auprès des établissements scolaires du premier et du second degré d'une véritable éducation à la civilité de l'Internet à destination des élèves, notamment les plus jeunes, et renforcent les objectifs et les moyens des établissements scolaires en matière d'information et de sensibilisation à des usages maîtrisés de l'Internet, en sorte que chaque élève soit informé a minima des règles de prudence à adopter à l'égard de ses correspondants en ligne. Le Brevet informatique et Internet (B2i) devrait être effectivement déployé dans les établissements scolaires, conformément à l'objectif formulé par le ministre de l'Education nationale dès 2000. Le B2i pourrait être étendu en sorte de valider la maîtrise des règles de prudence et d'éthique élémentaires qui doivent gouverner la découverte de l'Internet par les mineurs.
Cette démarche de formation scolaire scolaire à des usages maîtrisés de l'Internet devra prendre en compte et, le cas échéant, se combiner aux autres initiatives de sensibilisation, d'information et de formation à destination des enfants et des familles entreprises à l'initiative de l'Etat et de la société civile."
(p. 57-58)

Forum des Droits sur l'Internet, 2005
http://www.foruminternet.org/recommandations/lire.phtml?id=844
La recommandation : PDF, 75 p.

IGAENR

Une analyse des facteurs de la performance scolaire
Synthèse nationale des visites d’EPLE effectuées en 2004-2005
Dans la partie  1.1.2 "Les facteurs de réussite des politiques pédagogiques des établissements", il est fait référence à l'utilisation des TICE et au B2i.
Extrait :
"La présence d’un CDI actif, bien équipé et accessible est un atout pour les élèves.
Dans ce domaine, il est nécessaire de signaler que plusieurs notes font état d’un retard important dans la mise en oeuvre du B2I. Il apparaît que les conditions de validation du B2I ne sont pas réunies dans certains collèges et que la situation semble assez disparate sur le territoire.
Faute parfois d’équipement informatique, mais le plus souvent par sous utilisation des ordinateurs disponibles ou du fait du mode de fonctionnement du CDI, certains établissements n’ont pas engagé le processus ou tardent à le finaliser.
Ce retard devra être résorbé rapidement dès l’année scolaire 2005-2006 et au plus tard à la rentrée 2006. En effet, ainsi qu’il est mentionné dans la circulaire de rentrée 2005, les résultats du B2I seront vraisemblablement pris en compte pour l’obtention du brevet à partir de la session 2007.'
p. 11

Paris : Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la rechrche, octobre 2005, PDF, 60 p.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/syst/igaen/rapports/2005-105_synthese_eple.pdf

IGEN

Les acquis des élèves, pierre de touche de la valeur de l'école ?
Ce rapport est structuré en trois parties
1.La question des acquis des élèves : quelle signification ? Quelle nécessité ?
2. L’évaluation des acquis des élèves aujourd’hui
3. Les acquis des élèves, un référentiel à partir duquel interroger l’ensemble du système éducatif.

Extraits concernant le B2i
"La relation directe qu’entretiennent les examens et les pratiques d’évaluation amènent aussi des effets induits regrettables : dans les représentations collectives une matière n’existe réellement que si elle est évaluée à l’examen avec un coefficient suffisant. Toutes les disciplines veulent être évaluées au baccalauréat. L’institution elle-même en joue et, par exemple, renforce la formation aux technologies de l’information et de la communication au collège en intégrant le B2i dans le brevet."
p. 38
"Les exercices permettant une auto-correction engagent également l’élève à s’interroger sur les fautes commises et à répéter le test pour améliorer son score. Les situations de co-évaluation, fréquentes en EPS, impliquent chaque élève dans l’observation des performances de l’autre et le sensibilisent aux composantes de sa propre performance. Une évaluation comme celle pratiquée pour l’octroi du Brevet informatique et Internet (B2i), déclenchée par l’élève lorsqu’il pense maîtriser une compétence, est un exemple de totale responsabilisation face aux acquisitions attendues. Il est vrai que celles-ci sont en nombre limité et explicitement formulées."
p. 46
"Recommandation n°7 : Intégrer dans les bases informatiques élèves des données portant sur leurs acquis à des étapes clés de la scolarité, particulièrement ceux qui seront en liaison avec le socle de connaissances et de compétences (niveaux de compétences en langues, B2i par exemple."
p. 66

Paris : Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche : juillet 2005, PDF, 85 p.
trf.education.gouv.fr/pub/edutel/syst/igen/acquis_des_eleves.pdf

INRP

Le multimédia dans la classe à l'école primaire
En 1999, l'INRP a lancé une recherche coopérative sur les utilisations du multimédia à l'école élémentaire : leur valeur d'usage pratique et leurs utilisations dans le cadre de l'institution scolaire. Il s'est également penché sur les modes de conception des logiciels et le rôle des contextes dans leur mise en oeuvre. Cet ouvrage rend compte de cette action, analyse le rôle des aides-éducateurs dans la prise en compte des TICE, la production et le traitement instrumentés d'écrits dans la classe, l'utilisation d'outils multimédias, la mise en place de certifications des compétences d'élèves, comme le B2i.

La troisième partie concerne le B2i
- Le B2i : uns prescription ambiguë (Claude Bertrand)
- La réception du B2i par les enseignants : une possible approche des usages (Bertrand Christ)
- B2i et pratiques professionnelles des enseignants du primaire (Claude Bertrand)
- Messagerie électronique et B2i : quand l'outil combiné à la prescription en vient à révéler les pratiques pédagogiques (Christian Caron)
p. 155-224

Lyon: INRP (Technologies nouvelles et éducation), 2005, 232 p.

2004

DEP

Le fonctionnement du brevet informatique et Internet au collège 
Note issue de l'étude précédente
"À la rentrée 2003, deux collèges sur trois avaient mis en place le brevet informatique et Internet (B2i). Le dispositif fonctionne dans des collèges où l’équipement informatique est satisfaisant et où le principal mène une politique volontariste en matière d’usage des TIC (technologies d’information et de communication). Les validations concernent surtout le niveau 1 du B2i et sont le fait d’un petit nombre d’enseignants parmi lesquels le professeur de technologie est très impliqué. Le B2i semble contribuer à accroître motivation et confiance chez les élèves. Pourtant, malgré une indéniable satisfaction, le B2i ne concerne encore, dans les collèges où il est mis en oeuvre, que le quart des enseignants. Il a peu d’impact sur l’image de l’établissement et sur les relations que le collège peut entretenir avec l’école et le lycée. L’implication d’un plus grand nombre d’enseignants passe par une meilleure circulation des feuilles de position des élèves et surtout un plus grand usage des TIC dans les pratiques enseignantes disciplinaires."

Note d'évaluation, mai 2004,  PDF, 4 p.
trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dpd/noteeval/ne2005/eva0504.pdf

2003

IGEN

L'école et les réseaux numériques
Chapitre 5 : L'école et les réseaux numériques 
1. Des réseaux bien en place 
2. Des usages, des pratiques innovantes 
3. Analyse des pratiques observées (acquisition d'autres savoirs et méthodes, processus inaboutis, recherches à poursuivre,  écueils à éviter) 
4. Dépasser le stade de l'innovation  (créer un environnement de travail fiable et adapté, améliorer le pilotage et les outils de pilotage)  
5. Faire face à des problèmes nouveaux (questions juridiques, déontologiques, responsabilité, statut des documents en ligne, édition scolaire)  
6. L'apparition de nouveaux services aux élèves et à leur famille (nouveaux services aux élèves et à leur famille, évolution des champs disciplinaires et de leur contenu) 
7. Recommandations (didactique et pédagogie, organisation et pilotage, recherche et prospective). 

Paris : La Documentation française, 2003, PDF, 374 p.
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/024000537/0000.pdf

 

2002

IGEN

Mise en place du B2i dans les collèges et les écoles au cours de l'année 2000-2001
Le B2i et sa mise en oeuvre : mesures nationales et académiques, observations des établissements, perspectives d'évolutions du dispositif et propositions.

Perspectives d'évolution : extrait
"Il demeure que, dans une société où les usages des TIC prennent une place déterminante, le système éducatif a pour mission de former des hommes et des femmes faisant preuve d'autonomie et d’adaptabilité dans l'utilisation des outils informatisés, d'esprit critique face aux résultats des traitements numériques, d'esprit citoyen devant les conséquences sociales de l'informatisation. Il se doit donc de mettre en place les formations indispensables, et ne peut laisser au seul secteur privé le soin de valider les compétences correspondantes. Il importe donc de poursuivre et de mener à bien les réflexions en cours sur la mise en place d'un ensemble cohérent qui, au delà des B2i écoles et collèges, prendrait en compte les lycées et les différents niveaux de l'enseignement supérieur."

Propositions
Propositions communes à l'école et au collège
- intégration des TIC dans l'enseignement
- formation des enseignants
- équipement
- dispositif d'accompagnement
Propositions propres à l'école
Propositions propres au collège

Paris : IGEN, 2002, 20 p.
trf.education.gouv.fr/pub/edutel/syst/igen/b2i0107.rtf