B2i, C2i

Brevet informatique et Internet

2007

CES - Bretagne

Les technologies de l'information et de la communication dans les lycées en Bretagne
Cette étude est structurée ne trois parties :
-
Les politiques et les responsabilités des différents acteurs au développement des TIC dans le système éducatif ;
- Etat des lieux des infrastructures et des usages TICE dans les établissements bretons du secondaire ;
- Quelle intervention régionale pour développer les usages des TICE dans les lycées de Bretagne ?
Voir synthèse : p. 1-XV

Extraits concernant le B2i

Accroître les compétences et les qualifications
Former les élèves à leur futur environnement de travail est un des objectifs des politiques de promotion des TICE. Toutefois, cet objectif doit être replacé dans un cadre plus large. En effet, par nature, les technologies sont en évolution permanente et rapide. La stratégie déployée par le système scolaire doit tenir compte de ce contexte et doit contribuer de façon plus large au développement "de compétences de vie". Ces compétences de vie correspondent aux savoirs et connaissances "durables" que devraient maîtriser les élèves en sortant du
secondaire.
Dans ce domaine, le B2I (Brevet Informatique et Internet), attestation de compétences mise en place dans les collèges et les lycées, est sensé contribuer en partie à l'atteinte de cet objectif. L'instauration du B2I n'a pas néanmoins changé la donne, puisqu'elle repose en grande partie sur le postulat que les compétences relatives aux TICE seront acquises par les élèves à partir de leurs usages.
La dissémination dans toutes les disciplines de la validation et de l'apprentissage de l'informatique et de l'Internet semble peu opérante et est, sans doute, à interroger.
Sans remettre en cause cette démarche, il est légitime de se demander si l'école ne doit pas renouveler son approche, afin que les élèves apprennent plus systématiquement à rechercher de l'information, à la trier, à en identifier la source, à apprécier sa qualité et à savoir dans quelle mesure ils peuvent l'exploiter tout en respectant les droits d'auteur.
Préconisations :
- Ne pas limiter l'apprentissage de l'informatique et de l'Internet à la seule démarche du B2I.
- Accroître les compétences par une sensibilisation des jeunes aux évolutions technologiques et par une éducation critique à leurs usages.
(Synthèse, p. VI)
Voir aussi : p. 29-31, p. 63-64

Conseil économique et social Région Bretagne, octobre 2007, 136 p.
http://www.cesdefrance.fr/doc.php?id_doc=2990
PDF
http://www.region-bretagne.fr/...

IGEN

Les livrets de compétences : nouveaux outils pour l'évaluation des acquis
"Le rapport se situe dans la problématique générale de l'évaluation des acquis des élèves. Il s'inscrit dans la continuité des travaux engagés depuis plusieurs années par l'inspection générale dans ce domaine. En abordant plus directement la question des livrets d'évaluation des élèves, il s'est naturellement articulé avec la perspective de la mise en œuvre et de l'évaluation du socle commun de connaissances et de compétences, telles qu'elles sont prévues par la loi d'avril 2005.
Conçue comme une réflexion de fond, cette étude s'ouvre sur une comparaison avec certains pays. Elle propose ensuite une synthèse et un commentaire des évolutions, récentes ou anciennes, des pratiques d'évaluation dans notre système éducatif. Cette mise en perspective aide à clarifier les conditions nécessaires à la mise en œuvre d'une évaluation par les compétences.
S'appuyant sur des exemples internationaux, les inspecteurs généraux montrent l'ampleur des changements engagés par ce choix d'organisation des enseignements. Ils posent enfin la question de la communication, qui conditionne de fait la mise en place de tout nouveau dispositif d'évaluation."

Extraits

Les points communs
Pour autant, si trouver un sens commun à la notion de compétence semble difficile, quelques traits caractéristiques se dégagent de l’ensemble des propos des chercheurs :
- une compétence repose sur la mobilisation, l’intégration, la mise en réseau d’une diversité de ressources : les ressources internes, propres à l’individu, ses connaissances, capacités, habiletés, mais aussi les ressources externes mobilisables dans l’environnement de l’individu (autres personnes, documents, outils informatiques, etc.) ;
p. 11
Des histoires spécifiques
... à la frontière de toutes les disciplines, mais sans être lié particulièrement à aucune d’elles, un cas singulier s’impose dans le paysage scolaire français ; celui d’un champ nouveau de savoirs et de savoir-faire qui s’est largement constitué autour de la notion de compétences : l’évaluation de la maîtrise des techniques d’information et de communication (TIC) sanctionnée par le Brevet Informatique et Internet (B2i).
p. 37
Un cas particulier : le brevet informatique et Internet (B2i)
Instauré en novembre 2000, le B2i définit dans le cadre scolaire un ensemble de certifications des compétences acquises par les élèves dans la maîtrise des technologies numériques appliquées au traitement de l'information et à la communication par les réseaux.
Depuis juin 2006, il est généralisé et décliné en trois niveaux : le B2i école, le B2i collège et le B2i lycée. Il s'adresse aux élèves mais également aux apprentis tout au long de leur cursus, à l'école, au collège, dans les LEGT, les lycées professionnels, les centres de formation d'apprentis et les sections d'apprentissage.
Le processus de certification repose sur l'utilisation de « feuilles de position » remplies par l'élève, en situation, et validées par chaque enseignant impliqué. Ces « feuilles de position » suivent l'élève jusqu'à l'obtention complète du B2i de niveau correspondant3
Dès son origine, le B2i a été positionné comme une attestation de compétences « développées et validées dans le cadre des activités pédagogiques disciplinaires, interdisciplinaires ou transversales… ». Les activités scolaires constituent donc à la fois des voies d'apprentissage des TIC et des supports de certification des compétences mobilisées.
L'approche certificative du B2i, souvent envisagée en tant qu'innovation par les enseignants, est en fait assez exemplaire d'une démarche de formation et d’évaluation par les compétences cohérente sur l’ensemble du cursus scolaire, de l’école au lycée :
- formulés de manière générique, les cinq domaines de compétences sont identiques aux trois niveaux de B2i, à l'école, au collège, au lycée ; ceci induit donc une continuité rigoureuse des apprentissages et de l'évaluation entre les niveaux scolaires ;
- l'élève est responsabilisé dans sa propre évaluation : c'est lui qui établit le diagnostic d'acquisition de la compétence et, lorsqu'il se sent prêt, en demande l'attestation par le professeur concerné ;
- déterminées par les usages dans les activités de caractère scolaire, les connaissances, capacités et attitudes sont naturellement développées à partir des pratiques mises en oeuvre et impulsées par les enseignants (mais aussi le ou la documentaliste) ; par conséquent, une progression concertée entre les disciplines s'impose. ambitions novatrices rencontrent sur le terrain un certain nombre de freins qui ralentissent et parfois bloquent la progression du B2i :
- la nécessaire interdisciplinarité de l’évaluation, appelant une forte concertation des professeurs ;
- la pratique d'une évaluation "en situation", c'est-à-dire au fil d'activités en classe est un exercice peu répandu (et parfois encore perçu comme peu légitime) ;
- l'inscription du processus dans un "contrat", basé sur l'appréciation par l'élève lui-même de son degré de maîtrise des compétences, n'est pas habituelle dans un calendrier d'évaluation scolaire presque toujours discret et non continu. La possibilité de représenter une demande de validation change notamment la nature de la relation évaluateur-évalué ;
- l’indispensable contrôle de la conformité des contextes dans lesquels la compétence est réputée acquise, pratique là encore souvent étrangère aux habitudes d’évaluation.
Il reste donc à dégager des pistes de progrès, via la formation des professeurs et l’information des familles, pour que le B2i remplisse totalement sa mission de mobilisation et de certification de compétences. Il témoigne toutefois de l’intérêt d’une telle démarche, de sa faisabilité et de la fiabilité d’une procédure d’évaluation impliquant réellement l’élève.
p. 39-40

Paris : Ministère de l'Education nationale, juin 2007, PDF, 61 p.
http://media.education.gouv.fr/file/50/0/6500.pdf

MEN

B2i et socle commun
Actes du séminaire national des 16 et 17 octobre 2007
A la Cité Internationale Universitaire de Paris
Plusieurs aspects de l’application du B2i pour la rentrée 2008 ont été discutés :
- les compétences TIC et les compétences du socle.
- l’organisation pédagogique du B2i à l’école et au collège.
- le pilotage académique et départemental du B2i.

Actes
- Ouverture des travaux (PDF, 6 p.)
   Jean-Marc Goursolas, Marc Fort, Jean-Yves Capul
- Table ronde (PDF, 19 p.)
   Gilles Baillat, Anne-Marie Bardi, Catherine Bizot, Pascal Faure, Sylvain Poncet,
   Alain Séré, Lionel Tordeux, Guy Ménant
- Synthèse des travaux  (PDF, 10 p.)
   Philippe Claus, Guy Ménant

éduscol, octobre 2007
http://eduscol.education.fr/cid46074/actes-du-seminairenational%C2%A0-b2i-et-soclecommun.html

Vidéos d'ouverture et de synthèse des travaux
Par Philippe Claus IGEN
- introduction
- L'élève et le B2i
- Le professeur dans son établissement
- La question du pilotage
- Conclusion
- Clôture du séminaire (Guy Ménant, IGEN)

Site Web tV du CRDP de l'académie de Versailles.
http://webtv.ac-versailles.fr/spip.php?mot126