ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Pratiques du numérique des enseignants : enquête Profetic

L'enquête nationale 2012 Profetic vise à mieux  connaître les pratiques numériques des enseignants du second degré et à disposer d'informations concrètes favorisant le dialogue avec les collectivités territoriales. Elle a été menée du 3 avril 2011 au 21 mai 2012 via un questionnaire web auprès d'un échantillon de 6000 enseignants, répartis dans toutes les académies, représentatifs des disciplines, âge et sexe de cette population.

L'échantillon cette année comportait 1 000 enseignants supplémentaires par rapport à l'enquête 2011 afin de corriger le nombre d'enseignants écartés de l'échantillon car n'utilisant pas leur messagerie académique. Les résultats du sondage s'appuient sur le retour des questionnaires de 3270 répondants, soit un taux de réponse de 58%.

Équipement et matériel

A l'image de 2011, peu d'enseignants sont dotés par leur établissement de matériels informatiques (1% à 12% selon le matériel concerné) malgré une légère progression de la mise à disposition d'ordinateurs fixes (+2 points) et ordinateurs portables (+2 points).
Le taux d'équipement des enseignants sur les matériels plus compacts, arrivés plus récemment sur le marché et financés par eux-mêmes progresse significativement :

  • Ordinateur portable : + 3 points
  • Smartphone : +10 points
  • Tablette/tablette PC : + 4 points

Les équipements de base (ordinateurs et matériel de vidéo-projection) restent les plus accessibles au sein des établissements.
L'accès à 2 outils favorisant l‘expression orale et l'interaction progresse significativement : le matériel de vidéo projection (+ 5 points facilement), les TNI/TNI (+ 7 points facilement).
Inversement, les enseignants pointent une moindre facilité à accéder à des ordinateurs pour les élèves (facilement - 6 points).

Utilisation des TIC par les enseignants

En majorité, les enseignants jugent leur maîtrise des TIC suffisante.

Usage personnel

Les enseignants utilisent avant tout les TIC pour leur propre usage professionnel (préparation des cours, saisie des notes et absences, cahier de texte numérique, montage de séquences sans manipulation des TIC par les élèves)  - avant de les faire manipuler par les élèves (pratiques stables ou en baisse).
Moins d'un enseignant sur quatre pratique les TIC pour évaluer, communiquer ou donner des devoirs.
Ces pratiques complémentaires à l'enseignement de leur discipline tendent néanmoins à se répandre.

Facteurs dissuadant le plus d'utiliser les TIC

La taille des groupes d'élèves et les équipements informatiques disponibles sont comme en 2011 les deux facteurs dissuadant le plus d'utiliser les TIC.
Deux critères, déjà fortement incriminés en 2011, sont davantage cités par les enseignants : l'obsolescence du matériel (+ 4 points) et les contraintes horaires de la discipline (+ 3 points).
Inversement, une plus faible proportion d'enseignants (32% ; - 3 points) dénonce des formations inexistantes ou insuffisantes.
En majorité, les enseignants jugent l'utilisation des TIC insuffisante mais en évolution. Seuls 36% estiment que l'utilisation des TIC est suffisamment développée dans leur établissement.

Formation des enseignants

La formation en autonomie reste le mode d'acquisition des compétences le plus répandu dans le cadre des TICE (87%).
Le recours aux collègues concerne néanmoins 57% des enseignants.
Loin devant les formations "standard" (dans l'établissement, dans le cadre du PAF ou de la formation initiale, ou en ayant recours au référent TIC : entre 27% et 38%).
La formation en ligne est en 2012 toujours à un stade embryonnaire (6%).

Intérêt des TIC

9 enseignants sur 10 sont convaincus de l'intérêt des TIC pour diversifier les pratiques, préparer les cours et les rendre plus attractifs
L'utilité des TIC pour communiquer avec les parents reste toujours à prouver pour la majorité.
Malgré un niveau toujours élevé, l'intérêt des TIC perd en crédibilité pour : accompagner le travail personnel des élèves (- 4 points), travailler et partager avec les collègues (- 3 points) et diversifier les pratiques d'évaluation (déplacement de 3 points de tout à fait vers plutôt oui).
En majorité, les enseignants jugent l'utilisation des TIC insuffisante mais en évolution.

Profils des répondants

Profil A - Un fort doute concernant les bénéfices des TIC 3%. Ils se distinguent de l'ensemble des répondants par leur vision extrêmement négative des bénéfices induits par les TIC pour leur enseignement.
Profil B - Un faible recours aux TIC : 17%
Profil C - Des dispositions favorables pour un usage modéré :  41%. Ils sont globalement favorables aux TIC et perçoivent des bénéfices liés à leur utilisation sans pour autant en être de fervents utilisateurs. Majoritairement, ils utilisent au moins une fois par mois les TIC.
Profil D - L'évidence des bénéfices : 34%. Ils sont particulièrement intéressés et impliqués dans les TIC au sein de leur établissement. Ils se distinguent par leur autonomie.
Profil E - Une pratique intégrée au "quotidien" : 5 %. Ce sont les plus gros utilisateurs des TIC. Ils y ont systématiquement recours, plus que les autres, et au moins une fois par semaine.

Consulter sur éduscol le rapport d'enquête complet

Consulter la synthèse

Voir aussi le dossier complet de l'enquête profetic