ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Dictionnaire politique d'Internet et du numérique

Le Journal du Net a publié en décembre 2012 un ouvrage collectif réunissant les réflexions d'une centaine d'acteurs économiques, politiques, universitaires et sociaux sur les enjeux actuels des réseaux numériques. Près d'une centaine de termes et d'expressions sont ainsi définis à travers les analyses des experts recueillies par Christophe Stener, coordonnateur du dictionnaire.

L'introduction du Dictionnaire politique d'internet et du numérique est réalisée par Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Economie numérique, pour qui cet ouvrage "rend accessible à tout citoyen les contours d'un phénomène structurant de notre société, à travers une centaine d'articles aux sensibilités et points de vue divers".

La dimension juridique

Plusieurs entrées du dictionnaire sont consacrées au droit au sens large : ACTA, ayant-droits, contrefaçon, copyright, création sur Internet, droit du numérique, Hadopi, pour ne citer que ces quelques exemples. Se greffent également à ce domaine juridique l'acronyme Cnil ainsi que la notion de vie privée, deux entrées relatives à la problématique de gestion des données à caractère personnel. Selon Alex Türk, sénateur et ancien président de la Cnil, " [...] nous sommes tracés dans l’espace, par l’effet du déploiement des technologies de la vidéosurveillance, de la biométrie, de la géolocalisation des personnes et des biens (mais on pourrait évoquer aussi l’usage du téléphone portable, des pass transports, de la carte bancaire…) auxquels tantôt l’on consent, tantôt l’on se soumet. Nous sommes également tracés dans le temps, sur Internet, lors de notre usage des moteurs de recherche et des réseaux sociaux puisque nous sommes l’objet d’une sorte de dilatation du présent, dans la mesure où nous ne disposons, en réalité, d’aucune garantie de pouvoir « reprendre » nos données personnelles dès l’instant où elles ont été confiées au système " d'où la nécessité d'un droit à l’oubli  prôné par l'auteur.

Le temps réel

Outre la présence attendue d'entrées telles que blogosphère, cybersécurité, fracture numérique, jeu vidéo ou encore microblogging, on rencontre d'autres propositions habituellement absentes des glossaires et autres lexiques plus traditionnels : convergence, égocratie, guerre de l'accès, temps... Ce dernier mot fait l'objet d'une analyse de Jean-Paul Delevoye, président du Conseil économique social et environnemental. L'auteur précise que nous sous-évaluons l'impact des technologies numériques sur notre rapport au temps. Selon lui, " Les nouvelles technologies consacrent la mobilité mais également l’instantanéité. [...] Le problème est que l’instantané est difficilement conciliable avec le recul, le flux est difficilement conciliable avec la pause et c’est là tout le paradoxe : les nouvelles technologies sollicitent en permanence les individus, les sur-sollicitent même parfois au-delà de leurs capacités cognitives sans que soient aménagées en retour dans les organisations du travail ou dans la vie privée des planches de récupération, de pause, de régénérescence ".

L'intégralité du dictionnaire (fichier PDF) est à consulter en ligne. L'ouvrage dispose d'un sommaire et d'un index des contributeurs. 


Consulter le dictionnaire à cette adresse : Journal du Net