ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Situations d'utilisation et exemples d'usages observés dans l'expérimentation MN&ENT

En classe

  • Les utilisations du manuel numérique se font d’abord dans la classe, mais les élèves les utilisent ensuite essentiellement au collège en dehors de la classe, au CDI ou encore depuis une autre salle de l’établissement, et depuis leur domicile ou tout autre lieu où ils ont accès à un ordinateur connecté à Internet.  Les enseignants préparent leurs cours majoritairement également depuis leur domicile avec ces manuels numériques (Sondages réalisés dans le cadre de l’évaluation de l’expérimentation nationale).
  • L’utilisation collective en classe par les enseignants est la plus fréquente. C’est une utilisation du manuel par l’enseignant devant tout ou partie de la classe. La partie de cours magistral est facilitée par la projection des documents, la difficulté étant de ne pas construire des séquences qui seraient seulement de cette nature (risque de cours magistral « théâtralisé » par la projection).
  • Des séquences de classe avec un groupe d’élèves en activité au tableau en autonomie ou encadrés pendant que d’autres groupes d’élèves travaillent sur d’autres supports sont plus rarement observées en classe entière pour le moment. En complément, l’aménagement spécifique de la classe pour prendre en compte les difficultés de visualisation en classe entière du manuel numérique au TNI, ou bien les nouvelles organisations pédagogiques au sein de la classe commence à être pris en compte.
  • Différentes configurations de classe sont testées en particulier par les enseignants de l’expérimentation nationale : la place des différents tableaux (TNI et tableau blanc à feutre (ou tableau vert à craie) ; des configurations par exemple tables élèves en U, en V, en épi.
  • L’utilisation individuelle par les élèves en classe est encore peu fréquente.  Elle s’effectue à partir du manuel numérique de l’élève accessible via l’ENT (ou depuis le site lorsqu’il n’y a pas d’authentification), avec des ordinateurs fixes ou des classes mobiles, en salle multimédia ou non.  Les élèves utilisent aussi les manuels depuis leur domicile ou depuis un ordinateur disponible au CDI par exemple, ou en permanence.  Si un espace public numérique est présent en proximité (EPN type espace Cyberbase) les élèves déclarent également y accéder à leur manuel numérique pour faire leurs devoirs.

Au domicile

  • Les enseignants de l’expérimentation souhaitent disposer de ressources numériques (vidéos, audio, images…) nombreuses leur permettant de choisir la ressource la mieux appropriée à leur fonctionnement. Dans ce contexte d’utilisation, ils expliquent le gain de temps en préparation de cours du fait des ressources disponibles dans le manuel numérique et de leur organisation cohérente vis-à-vis du programme étudié. Cela leur évite notamment de rechercher des ressources adaptées sur Internet, voire de les adapter dans certains cas. Cela leur permet également de disposer de ressources sur lesquelles ils disposent d’un droit d’usage. D’autres enseignants considèrent par contre qu’il est tout aussi simple d’aller rechercher des ressources sur Internet, plus riche.
  • L’utilisation des  manuels numériques par les élèves pour les devoirs dépend du niveau d’équipement des familles (supérieur à 90% dans les collèges de l’expérimentation) et de la disponibilité des équipements (partage familial de l’ordinateur). Cette utilisation dépend également des consignes des enseignants qui donnent rarement pour l’instant du travail avec les ressources numériques à faire au domicile. Cependant, dans quelques cas sont  décrits dans le cadre de l’expérimentation : des enseignants ont demandé à leurs élèves de terminer, après le cours, une activité commencée en classe à partir du manuel numérique ; des enseignants ont demandé aux élèves de prendre connaissance d’un contenu ou de réaliser un exercice interactif en dehors de la classe en prévision d’une prochaine séance.
    Ce type d’utilisation a été proposé d’une part par des enseignants plutôt familiers du numérique, d’autre part avec certains manuels numériques uniquement, parmi ceux proposant des activités interactives et permettant à l’enseignant de suivre le travail de l’élève.

Les usages du manuel numérique observés  en histoire géographie

  • Plus utilisé en géographie qu'en en histoire, l’utilisation du manuel numérique pour présenter l’objet du cours est très variable d’un enseignant à l’autre et semble dépendre du rôle joué par le manuel scolaire en général pendant la classe. Certains enseignants utilisent le manuel comme « colonne vertébrale » pour présenter le programme. D’autres ne s’en servent que pour illustrer certains sujets.
  •  Des enseignants préfèrent construire leur propre support en y intégrant des éléments du manuel numérique mais ceux qui ont pu disposer de manuels plus riches fonctionnellement ont apprécié la possibilité d’ajouter des contenus extérieurs au manuel dans les pages de celui-ci, malgré les limites observées. 
  • La projection d’enrichissements concerne principalement les cartes en géographie et dans une moindre mesure des images (paysages) et des vidéos. L’utilisation des cartes est fonction du niveau d’interactivité proposé dans le manuel.  L’existence d’animations et de cartes qualifiées d’interactives est très appréciée par les enseignants lorsqu’elles existent. Elle permet notamment aux élèves d’intervenir au tableau pour dérouler ces animations et les commenter. L’existence de photos présentant des paysages et de vidéos est également appréciée (bien que les vidéos proposées soient jugées quelques fois obsolètes).