Histoire-Géographie

Intervention de Danièle Cotinat, IA-IPR Versailles

-    L'académie de Versailles débute dans les TICE. La fracture numérique est en voie de résorption, la plupart des élèves ont accès à un ordinateur, les professeurs sont intéressés. Le vidéoprojecteur est l’outil de base et le plus massivement déployé, la question de l’équipement (retard, manque, incidents, absence de maintenance) est parfois un prétexte pour justifier la non-utilisation des outils par les enseignants. Six établissements ont des tablettes (pour expérimentation).

-    C’est par une réflexion épistémologique que l’on doit venir aux TICE, à partir d’une notion, d’une situation historique ou géographique.
-    Des exemples de cours utilisant les TICE :
o   Une jeune professeure qui un a usage quotidien du TNI et de l’ENT. Le manuel numérique et le TNI sont utilisés pour créer de l’interactivité (travail sur la trace écrite, analyse d’un texte) : les élèves qui deviennent acteurs, ils produisent.
o   Une professeure d’un lycée de Boulogne. Isolée dans l’usage des TICE dans son établissement : pas de support et une lassitude s’installe, les obstacles s’accumulent. Elle anime un blog pour créer de l’interactivité avec les élèves notamment dans le cadre des productions écrites.
o    L’usage banal et basique : le diaporama qui est l'outil le plus vu en inspection. Il est très rare de voir un professeur qui prend le risque d’une production TICE qui ne soit pas simple.
-    La politique académique TICE en histoire-géographie est pensée dans le cadre des 24 bassins, mais le nombre de formateurs est insuffisant. Les stages TICE disciplinaires sont privilégiés. Le GEP qui s’occupe aussi du site académique Strabon est un des viviers des formations TICE. Le site Strabon : a « changé de look », l’accent est mis sur des propositions modestes, les apprentissages et les nouveaux programmes.