CR réunion interlocuteurs académiques 2011

Enseigner l'histoire-géographie avec le numérique

Enseigner la géographie avec Edugéo : Marseille (un exemple d'espace proche)

 

  • Du terrain à la carte numérique et au travail élève avec Edugéo : Marseille. Atelier organisé par Jackie Pouzin et Philippe Caracchioli : manipulation par les stagiaires d'Edugéo et de ses dernières fonctionnalités
  • Comment confronter la lecture de la carte, la photo aérienne verticale et la photo aérienne oblique à partir de deux ressources - Edugéo et office du tourisme de Marseille (Marseille vue du ciel) ?
  • Comment utiliser la fonction hyperlien d'Edugéo pour inscrire un renvoi vers un site ou une notice sur la carte et rester dans la même page ? L'exemple marseillais
  • Comment construire un croquis en ligne en bénéficiant de l'amélioration de la palette couleur et des symboles ?
  • Comment utilser le SIG-Edugéo simplifié pour les élèves et les enseignants sur une base Quantum GIs, qui permet de basculer aussi dans le SIG complet, et comment utiliser le composeur de mise en page (carte, légende du croquis, titre, échelle, insertion image... que je peux éditer au format pdf) ?

Quelques rappels : 31 zones pédagogiques accessibles à la rentrée 2010 (46.000 km², 1,6To de données) ; un site support Edugéo qui comporte une aide en ligne mais aussi des cahiers pédagogiques ; une démonstration de l'accès à Edugéo via Correlyce, pour permettre à l'élève et à l'enseignant d'utiliser un seul et même identifiant pour son bouquet de ressources (il s'agit d'un premier développement de service de connexion en "SSO" qui pourrait également être réalisé avec un ENT ).

Remarque des participants : il semble préférable de privilégier le Géoportail ou Edugéo lorsqu'on travaille sur la France (métropole et outre-mer) sachant que le rapport à la carte topographique permet à l'élève d'identifier et de nommer plus facilement les éléments analysés.

Numérique, frise chronologique et carte en histoire (expérimentation TRAAM)

  • L'apport du numérique dans les usages de la frise chronologique et de la carte en histoire. L'expérimentation regroupe cette année 13 académies. Les pistes de travail portent sur l'analyse des ressources et des outils numériques pour comprendre les dynamiques temporelles et spatiales en histoire. Dans quelle mesure le numérique peut-il faciliter la compréhension des ruptures et des continuités, des évolutions et de la simultanéité, des changements d'échelle ? Dans quelle mesure le numérique permet-il une combinaison de la chronologie et de la carte qui soit utile à la construction par l'élève du récit (collège) et de l'argumentation (lycée) ?
  •  Les référents TRAAM ont pour mission d'explorer diverses pistes, de produire et d'expérimenter des scénarios pédagogiques avec leurs élèves et de les faire tester par leur binôme pour en mesurer la faisabilité dans une autre académie. L'objectif est aussi de parvenir à proposer des conseils sur les points forts et les écueils rencontrés soit dans les démarches pédagogiques, soit dans les ressources et les outils. Un compte-rendu d'expérimentation est produit sur Éduscol / Eduscol en fin d'année et les scénarios pédagogiques sont déposés sur les sites académiques et dans EDUBase HG.
  • Les référents TRAAM ont présenté plusieurs pistes au cours la réunion nationale des interlocuteurs académiques TICE plusieurs travaux engagés (Ac-Dijon, Ac-Versailles, Ac-Paris), en même temps qu'ils ont profité de cette occasion pour tenir une réunion d'une heure par binômes et ne pas se contenter seulement du travail à distance avec la plateforme Centra.
  • Le travail sur la frise chronologique ou sur les représentations possibles du temps et de l'espace à partir d'une même page web a été le principal point d'entrée. L'utilisation d'une grande variété d'outils bureautiques pour des tâches simples côtoie celle d'outils plus complexes comme le logiciel de présentation Prezi, mais les lignes du temps (timeliner) qui proposent d'insérer des contenus multimédias sont apparemment écartés faute de pouvoir respecter des échelles de temps et parce qu'elles accentuent la linéarité.
  • Plusieurs présentations conduisent à s'interroger sur l'apport du numérique pour rendre compte des différentes temporalités de l'histoire lorsqu'il s'agit de partir d'un événement, d'un acteur individuel ou collectif (Révolution française par exemple) pour en apprécier l'inscription dans la période, voire dans la mémoire qu'on en conserve jusqu'à nos jours. La question de l'utilisation du zoom dans la présentation ou du lien hypertexte qui conduit à ouvrir d'autres documents dans la page mérite plus ample exploration. D'autres insistent sur le renforcement de la légende des éléments de la frise, ou de la carte, lorsqu'il s'agit pour l'élève de choisir les éléments à retenir, d'associer les éléments à des documents (liens hypertexte)... à condition de ne pas tomber dans la dérive du document préfabriqué où l'élève n'a plus qu'a cliquer (reproche adressé aux frises et cartes de nombreux manuels numériques) - définir par conséquent l'interactivité attendue et l'efficacité dans l'apprentissage de l'élève.

  • Tous s'accordent sur l'intérêt du numérique pour le travail en autonomie, pour exercer son droit à l'erreur et ne pas avoir à tout recommencer, pour construire progressivement, seul ou à plusieurs, le récit - l'argumentation.
  • En fin de cet atelier TRAAM, Geoffrey Gékière (DGESCO A3-4) présente Projet Image Active, un outil de détourage d'image et d'écriture associée à la légende mis à disposition par le CRDP de Versailles sous licence libre et conçu lors de l'exposition sur "les savants à Versailles". La prise en main par les élèves est facile. Il convient à chacun d'apprécier l'utilisation pédagogique qu'il peut en faire dans ses projets.

Enseigner l'histoire-géographie avec le manuel numérique via l'ENT (expérimentation nationale)

  • Présentation de l'expérimentation nationale manuel numérique via l'ENT dans laquelle les enseignants d'histoire-géographie sont nombreux par Corinne Martignoni (DGESCO A3-2) et de l'expérimentation dans l'académie d'Aix-Marseille par Brigitte Jauffret (CTICE) avec une certaine convergence des observations et un accord sur la nécessité d'approfondir l'analyse de l'utilisation du manuel numérique par les élèves en particulier. D'où un appel à fournir des scénarios pédagogiques qui décrivent et évaluent les apprentissages avec le manuel numérique.

  • Rappel du dispositif de l'expérimentation qui touche 69 collèges dans 12 académies (21 départements) en 6e et 5e, plus de 1.000 enseignants et 15.000 élèves. Rappel de la publication du rapport de l'IGEN sur le manuel scolaire à l'heure du numérique. Rappel des objectifs de l'expérimentation : diminution du poids du cartable, distribution de ressources de qualité, diffusion des usages du numérique, et beaucoup plus concrètement sur le plan pédagogique : expérimentation du manuel en ligne, évaluation du gain dans les apprentissages des élèves mais aussi des freins possibles, imaginer le manuel de demain.
  • Bilan d'étape : une utilisation collective en classe en ligne ou en locale avec vidéoprojection et TNI qui renforce parfois la pédagogie frontale mais qui sert aussi de point d'entrée à de nombreux collègues qui apprécient d'avoir de nombreux documents multimédia, des exercices et des leçons à partir d'un accès unique (page numérique). Des retours pour le moment insuffisamment nombreux sur les usages individuels des élèves en classe, en salle informatique, au CDI ou depuis leur domicile via l'ENT, mais des réflexions sur l'organisation de l'espace classe ou sur le choix des éléments et de recomposition ou écriture de la trace écrite à partir des fonctionnalités offertes dans différents manuels. Retours d'expériences à poursuivre donc. Des vidéos disponibles sur Éduscol et adaptées pour les publics en situations de handicap (une première sur Éduscol !).
    .

 

EDUBase-HG et mise en oeuvre des nouveaux programmes 2010

  • La consultation d'EDUBase HG continue de progresser en raison de l'important travail de renouvellement des fiches consacrées aux nouveaux programmes de collège et de lycée, tandis que les séries techniques et professionnelles nécessitent un gros effort à venir. Soulignons la nécessité d'alimenter la base régulièrement et de penser à l'ensemble des niveaux.

edubase sept2008-23janvier 2011.jpg

  • EDUBase HG comprend des scénarios pédagogiques dans lesquels les enseignants et les élèves utilisent le numérique (ressources et outils) à l'intérieur de séances de cours (moments) ou à l'intérieur des séquences conçues pour une manipulation par les élèves du numérique en raison de la ressource et des objectifs poursuivis. Ces scénarios offrent donc différents niveaux de la simple vidéoprojection de ressources à l'exemple des Jalons-INA ou de l'histoire par l'image aux usages plus avancés de ressources et d'outils par les élèves (annotation d'image, écriture numérique, cartographie interactive avec Edugéo ou d'autres ressources en ligne...). Il visent à dégager des pistes pédagogiques, à proposer des pratiques  désormais courantes (sélection d'une ressource et justification, annotation-écriture et modification du document, échange de fichiers dans une travail mutualisé et/ou collaboratif...), à expliquer aussi pourquoi le recours au numérique apparaît plus pertinent dans tel ou tel moment d'enseignement. Il a été souligné l'importance d'expliquer les démarches pédagogiques et de ne pas renvoyer seulement à un document Pdf ou à un diaporama.
  •  EDUBase HG repose sur le renseignement de fiches  par les interlocuteurs académiques TICE et les groupes académiques à partir des propositions pédagogiques déposées sur les sites académiques et validées par là-même avec les corps d'inspection. Chacun est donc en mesure de proposer des scénarios dans son académie. Un échange et un atelier ont porté sur la nature des scénarios à renseigner, sur l'harmonisation possible de la description à partir de laquelle s'opère la recherche pour l'utilisateur (propositions attendues de la part des académies), sur l'introduction d'un champ "situation de classe", d'une case "activité TICE des élèves" et sur l'introduction à venir des "compétences du socle" à côté du B2i. 
  • EDUBase HG reste au service de sénarios pédagogiques TICE mais l'acception plus large du numérique (à commencer par l'utilisation de plus en plus répandue de la vidéoprojection de ressources en ligne avec ou sansTNI, ou par la sélection de ressources sur internet...) invite à ne pas exclure des scénarios  pertinents qui comporteraient une faible dimension de manipulation des outils et des ressources par les élèves et les enseignants. De même, il a été décidé d'incorporer les présentations des nouveaux programmes dans EDUBase HG en spécifiant dans la description : "éléments pour la mise en oeuvre du nouveau programme de... + thème", sachant qu'on retrouve souvent cette requête dans les mots-clés du formulaire de recherche et que la page Éduscol qui liste les propositions des différentes académies est l'une des plus consultées.
  • Les fiches des EDUBases sont indexées en ScoLOM.Fr (Learning Obejct Metadata en Français pour le scolaire), ce qui est transparent pour les utilisateurs mais ce qui permet une interopérabilité des bases et un meilleur référencement - les interlocuteurs ont été sollicités pour un avis sur les items pédagogiques du schéma général lors de ces journées.